The supremacy of Pure Blood begin here.
Dans la nuit du 31 octobre 1981.
Attaque perpétrée par les forces du Lord: Peter Pettigrow tue le jeune Harry dans son sommeil pendant que James et Lily Potter sont aux mains des Mangemorts qui perquisitionnent le couple. Peter transplane avant de se faire repérer par ses amis.

Pendant ce temps …
Un groupe de chercheur en médicomagie présentent les résultats d’une étude sur le développement d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Personne n’entend parler de la mort du jeune Harry Potter... - Lire le contexte -
RèglementLa vielle magieLe sangPrédéfinisLes BottinsPARTENARIATS
A savoir
# Forum dans l'univers de J.K. Rolling - Première guerre - Uchronie Dystopique - Monde adulte.
# Contexte évolutif, chaque personnage compte!
# Codage par Okhmhaka sur Never-Utopia; Images par Lüly (Eléonore); Codages supplémentaires par Sulpica;
Intrigue
« Harry Potter est mort. L ‘élu a été tué. Le monde magique est proche de sa fin. Résistez ou fuyez! Harry Potter est mort! ». En ce beau matin de novembre 1981, la une de la gazette du sorcier aurait pu annoncer la tragique attaque de Goodrich’s Hollow. Les sorciers du royaume uni auraient pu se réveiller avec une nouvelle bien tragique, s’ils savaient qui était Harry Potter. Au lieu de cela, la gazette annonçait en sa première page la découverte prodigieuse d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Nul ne se doutait des terribles événements qui avaient eu lieu dans la nuit, relatés page 12 de la gazette dans un tout petit encadré : « Des Mangemorts perquisitionnent un couple suspecté de faire partit de l’ordre du phénix. Tournant au vinaigre, un enfant meurt durant l’intervention. ». Ni plus, ni moins, le jeune Harry James Potter était mort. La prophétie ne se réalisera jamais. Voldemort venait d’assoir son pouvoir en tant que 1er Ministre de la Magie.
1981; Grande-Bretagne
everything is falling apart

Partagez | 
 

 I sold my soul just to hide the light ϟ Mérope Valentine Greengrass |Terminée]|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 18
Date d'inscription : 31/08/2018
Age : 24
avatar

   
Mérope Valentine Greengrass

   
« Elle est la pureté qu'il veut souiller de sa noirceur, elle est l'éclat de lumière qu'il entoure de ses ombres. »

   

   
Laissez moi me présenter, je suis né(e) sous le nom de [Mérope Valentine Greengrass], mais généralement, on me surnomme [Valentine], je suis né(e) le [31 Janvier 1964], j'ai donc [17 ans]. Je suis originaire de [Liverpool] et je suis donc [anglaise], logique. Côté amour, je suis [bisexuelle] et [fiancée], pourquoi? Je t'intéresse?

    Mon sang est [Pur], et l'on connait ma famille pour [son ancienneté, son commerce, sa richesse, ses moeurs].Ma baguette magique est [faite de Chêne Blanc, mesurant vingt-sept centimètres et demi et contenant un cheveu de Vélane. Un peu rigide et quelque fois capricieuse, parfaite pour les sorciers loyaux et courageux, dotés d'une puissante intuition et d'une fidélité à toute épreuve.], nous avons un lien indéfinissable!

    En dehors de cela, je suis [interne à Ste Mangouste, je souhaite devenir Médicomage et orienter mes recherches sur les pathologies de vieillissement magique], et je dois avouer que je suis dans le camps des [NEUTRE] [/color]
   
    Feat. Chloë Grace Moretz (C) Copyright

    
   
Les apparences sont trompeuses

   
Take me home to my heart.

   

   
Hum hum... Encore une petite tête blonde sous les pans de mes tissus! Parles moi un peu de toi et de ton caractère. Es-tu courageux comme un Gryffondor? Ambitieux comme un Serpentard? Erudit comme un Serdaigle où sociable comme un Poussoufle?

Travailleuse - Intelligente - Déterminée - Drôle - A l'écoute - Protectrice - Courageuse - Ambitieuse - Réfléchie - Directe - Orgueilleuse - Insouciante - Tolérante - Manipulatrice - Impatiente - Têtue - Émotive - Lunatique - Froide.


Mérope est née dans un monde où on ne manque de rien. A peine sortie des entrailles de sa mère elle n'avait connue que les étoffes de soie dans laquelle on l'avait enveloppé toute sa vie. Elle connaissait trop bien les banquets mondains où les tables regorgent d'assez de victuailles pour nourrir un village. Elle connaissait les dorures aux murs et les vitraux aux fenêtres, elle avait côtoyé les coupes de cristal et l'argenterie familiale, les richesses ostentatoires jusqu'aux touches d'ivoire du piano sur lequel elle s’exerçait était enfant.

Jadis elle avait apprit à faire la révérence, à se tenir droite à table, à plier soigneusement sa serviette sur ses genoux et afficher cet irrésistible sourire suffisant aux convives qui ne voyait en elle que le parfait reflet d'une héritière digne du nom qu'elle porte. Une vitrine rutilante de codes de politesse et de bienséance apprit par cœur sous le regard intransigeant d'une mère aux ambitions démesurées. Enfant éveillée et intelligente elle avait vite apprit à comprendre ce qu'on attendait d'elle et à tout faire pour en satisfaire les demandes. Véritable petit singe acrobate, tantôt enchanté de recevoir des louanges, tantôt craintif lorsque son numéro n'avait pas été jugé assez bon.

Intelligente, travailleuse, persévérante elle garde de ces années d'enfance et d'excellence une volonté de bien faire et d'aller au bout de ce qu'elle entreprend, une détermination en elle qui la pousse à souvent se remettre en question et à chercher les réponses aux nombreuses questions qui se bousculent dans son esprit en constante effervescence.

Ambitieuse, réfléchie, respectueuse Mérope porte en elle des valeurs propres à sa famille et à son sang. Des objectifs qui l'ont accompagnée tout au long de sa vie et qu'on lui a souvent répété. Bien qu’exigeante et une touche perfectionniste avec elle-même elle sait souvent ce qu'elle veut et ce qu'elle doit faire pour l'obtenir. Ses origines lui ont toujours dicté que dans un monde où on marie les femmes pour obtenir plus de pouvoir et d'argent il faut se battre pour faire valoir ses idées et qu'importe la nature de son sexe.

De part sa naissance, Mérope a longtemps pensé qu'elle ferait à jamais parti de cette jeunesse dorée qui aurait dû grandir dans la lumière et jouir de sa condition pourtant en grandissant elle eut l'impression de n'avoir connu que l'ombre du tableau, l'arrière d'un décor dans lequel elle avait  imité sans vraiment jouer, n'ayant finalement jamais cru en grand chose. Elle ne s'était jamais complètement retrouvé dans l'éducation que ses aïeux avaient tenté de lui donner durant toutes ces années. Elle n'avait jamais cru que son sang lui donnait le droit de se sentir supérieure aux autres, elle n'avait jamais pensé que savoir être irréprochable en toutes circonstances ferait d'elle quelqu'un de meilleur. Surtout -et heureusement elle n'avait pas été confronté à cette obligation- elle n'avait jamais admit que laisser une autre personne choisir celui avec lequel elle devait s'unir par la vie ferait d'elle une femme accomplie. Des convictions personnelles, une tolérance et un courage qui ont fait naître en elle des traits peu communs chez une jeune femme de sa trempe, des traits plus controversés peut-être, plus humain surtout.


Émotive, insouciante parfois même lunaire Mérope, au fond d'elle est avant tout une personne de cœur. Bien que son éducation et le temps lui ont souvent dicté de refréner ce côté de sa personnalité pour lui apprendre à réfléchir avant de parler ou d'agir elle garde toujours en elle cette flamme d'impulsion qui la pousse bien au delà du paraître dans les retranchements d'une personnalité subtile, pleine de contradictions. Capable de passer du rire aux larmes, capable de haïr de toutes les cellules de son corps et d'aimer à en perdre la raison, encline à rêver et s'évader quelque fois, souvent pour oublier ne serait-ce qu'un instant.

Orgueilleuse, impatiente et bien que généralement elle ne dit rien au hasard il lui arrive souvent de se laisser emporter par les tourments de ses émotions lorsque celles-ci sont devenues trop fortes et la poussent à agir déraisonnablement. Déformation familiale ou réel tique de personnalité son entêtement à ne jamais paraître faible -et bien que ses sentiments soient sincères- la pousse très souvent à rechigner d'en montrer la nature exacte, préférant se renfermer derrière une carapace qui lui donne l'aptitude inouïe d'adopter l'image d'une personne froide et inaccessible, un brun manipulatrice.

Compréhensive, attentive, protectrice et capable du pire comme du meilleur en terme d'interactions sociales, Mérope n'est pas forcément très à l'aise dans son rapport aux autres. Quelque peu méfiante elle à parfois du mal à avoir vraiment confiance en quelqu'un, maladroite dans ses propos car un peu trop directe il lui arrive souvent de préférer se taire plutôt que d'entrer en conflit. Cependant c'est un être loyal et une amie fidèle, lorsque la confiance est acquise elle ne part jamais vraiment, révélant une personne doté d'une volonté absolue de  prendre soin les gens importants dans sa vie, de les protéger même au détriment de son propre bien-être, de sa propre sécurité.

Derrière son petit gabarit, son corps svelte et ses traits restés enfantin, la jeune héritière des Greengrass renferme en elle une personnalité aussi complexe que résolument attachante. Ses grands yeux, qui ont l'air de ne jamais ciller, restent longuement fixés sur les choses, ses prunelles claires semblent refléter le fond de son âme et lorsqu'elle s'exprime, d'une voix douce, presque chuchotante, ses manières exquises et sa conversation font d'elle un personnage charmant, presque ensorcelant.

   

    
    En fait, je viens de me rendre compte que je m'en fiche complètement. Parlons d'un truc bien plus passionnant! Mais non... je ne vais pas te parler de tes amours, mais de ton Amortentia! Moi, c'est celle du parchemin neuf déroulé chaque année, de la poussière de mon étagère dans le bureau du directeur, et du parfum de McGonagall! Quoi? Tu te moques? Tu crois vraiment que le tien est meilleur que le mien?

Lorsque Mérope se penche au dessus d'un flacon d'Amortentia, lui viennent les effluves de la nature humide après la pluie, celle des plantes médicinales que sa famille utilise pour confectionner ses élixir ainsi que du chocolat à la menthe. Souvent elle perçoit l'odeur du papier ancien, de la cire de bougie consumée, du santal et du musc qui lui rappellent Heathcliff.

    
    
    Vraiment? C'est donc ça ton Amortentia? Il n'y avait vraiment pas de quoi se moquer! Maintenant, dis moi, quel est ton épouvantard, petit sorcier ? N'essaie même pas de me faire croire que tu n'as peur de rien où me mentir! Je suis sur ta tête et saurait la vérité!
   

A peine quelques mois en arrière, Mérope aurait certifié, non sans un tremblement dans la voix que son épouvantard reflétait sa peur de la faiblesse et de la perte de contrôle en se matérialisant par sa propre personne, presque nue et accablé, recluse et tremblante dans l'osbcurité. Pourtant lorsqu'elle s'était avancé pour le combattre lors d'un de ses examen de préparation aux ASPIC, rien ne se produisit comme prévu.

Souvenir – Juin 1981 - La Serdaigle s'approche de la malle dans laquelle il se cache. Elle sait très bien ce qui l'attend. Si bien qu'elle n'appréhende pas vraiment la rencontre avec sa propre peur de la vulnérabilité, de la perte du contrôle. D'un calme olympien elle s'avance en silence vers l'épouvantard qui n'a pas encore prit forme, la baguette à la main. Elle s'immobilise devant la créature en la fixant fermement alors qu'elle commence à tournoyer pour prendre forme. Mais tout ne se passe pas comme prévu, l'épouvantard tarde et lorsqu'il prend enfin forme, une silhouette féminine apparaît. Vêtue entièrement de noir, ses boucles blondes couvertes d'un voile foncé semblable aux veuves, ses deux banquises dont les rides de la cinquantaine qui approche laissent entrevoir des larmes cristallines couler le long de ses joues blêmes. Elle tient entre ses mains frêles une chaîne à laquelle pend un anneau argenté et légèrement épais.

Lorsque le regard de la silhouette rencontre celui de la Serdaigle celle-ci recule d'un pas. Désemparée. La ressemblance et frappante, ne le doute n'est pas permis. Son sang se glace et lorsqu'elle avance, Mérope pointe une baguette hésitante sur elle. «Riddikulus » prononce t-elle à voix basse alors que sa propre silhouette disparaît autour de feux d'artifices colorés.

    
    
    Nous avons bientôt finit! Tu vas pouvoir te régaler en gouttant le pudding des elfes de Poudlard! Maintenant, dis moi...  Je sais que le Patronus est un sortilège particulièrement coriace qui demande de l'entrainement, mais je suis certain que tu as une petite idée de la forme qu'il prend ?

Lorsque Mérope lance le sortilège du patronus, celui-ci prend la forme :

D'une  hirondelle, gracieuse et agile, déployant ses deux grandes ailes pour former une barrière contre les détraqueurs. Ce patronus protecteur semble symboliser la façon dont Heathcliff passe ses longs bras autour d'elle pour l'enlacer, elle, sa «douce hirondelle»

D'un jeune renard aux yeux perçant. Il semble frêle et inoffensif mais loin d'être un désavantage c'est en fait son atout premier, loin d'attiser la méfiance de ses adversaires et se fond dans le décor et attaque lorsqu'on ne s'y attend pas, libérant alors toute sa puissance. Un patronus qui semble faire écho à son propriétaire, en quelques sortes.


D'un écureuil minuscule, agile et rapide il est difficile de le suivre et encore plus de l'arrêter lorsqu'il s'élance et saute pour protéger son propriétaire
   

    
   
A la découverte de vos convictions

   
Let me go and i will run, i will not be silence.

   

   
➜ La guerre est là depuis janvier 1979, soit depuis trois maintenant. Mais qu'en pensez-vous ? Vous a-t-elle tout pris ? Pensez-vous qu'elle se terminera un jour ? Ou peut-être vous plait-elle ?

Mérope n'a jamais vraiment connu la guerre. Les Greengrass, bien qu'étant une famille très riche et faite de sorcières puissantes a toujours fait en sorte de ne pas faire parler d'elle et a souvent prit soin de ne pas s'engager politiquement dans des conflits qui ont toujours plus ou moins existé. Bien sûr leur position au sujet de la protection des statuts de sang est connue mais par soucis d'auto préservation, elles n'ont jamais prit position dans les débats et n'ont jamais officiellement apporté leur soutien à tel ou tel camps, espérant pouvoir garder cette position le plus longtemps possible.
    
    ➜ Les tentatives de renverser le régime par l'Ordre du Phœnix ont échouée. Depuis les membres sont poursuivit par les Mangemorts et le Ministère de la Magie. Comment vous positionnez-vous par rapport à l'Ordre ? Que pensez-vous du retour du Lord ? De sa manière de faire ?

Difficile pour une personne telle que Mérope de se positionner sur la question. Entre sa famille qui prend un soin déconcertant à boycotter les informations, faisant comme si rien ne se passait et jetant au feu les nombreuses lettres d'engagement envoyées par les Mangemorts et l'administration de Poudlard qui fait en sorte de protéger ses élèves et de les garder un maximum à l'écart de la violence et de la guerre en ces temps plus qu'instables. Cependant les choses sont devenues trop graves pour les ignorer, il est clair que l'Odre n'avait pas les ressources nécessaire pour repousser les armées du Lord bien longtemps, son ascension semblait inévitable. Cependant Mérope éprouve un certain respect pour ces sorciers qui se battent contre l’oppression, qui ont choisi de ne pas se taire et de défendre ce en quoi ils croient. Bien sûr ni son nom ni son union avec un Rosier ne lui donne le droit de trop s'exprimer sur la question sans mettre en danger l'un et l'autre. Elle se contente donc de surveiller d'un œil discret ce qu'il se passe tout en pensant déjà au jour où peut-être il faudra choisir.
    
    ➜ Que pensez-vous de la Vieille Magie ? Légende ou réalité ? rédigez ici la réponse de votre personnage en quelques lignes. S'y intéresse-t-il ? Y croit-il, déjà, ou considère-t-il qu'il ne s'agit là que d'un conte pour enfants, d'une magie inexistante ?

Beaucoup d'anciennes croyances sont encore enseignées aux jeunes sorciers dans les familles de Sang-pur les plus conservatrices, ça a été le cas pour la jeune Mérope. On lui a apprit à croire en l'ancienne magie comme en un héritage très rare et puissant avec lequel il ne faut jamais jouer.
    
    
   
   

    
   
My life before the fall...

   
MA VIE AVANT QUE TOUT BASCULE...

   

   
Chapter I -  Family Portrait

Greengrass, une famille peu répandue mais pourtant un nom à la légende tristement célèbre, trop célèbre même pour certains. Hormis son immense fortune acquérie au fil du siècle dans le commerce d’élixirs cosmétiques aux effets rajeunissants, le clan Greengrass siège encore à ce jour incontestablement parmi une des plus anciennes familles de Sang-Pur. Mais depuis des décennies d’étranges rumeurs circulent au sujet des mœurs de cette assemblée quelque peu conventionnelle. En effet la famille, intégralement constituée d’individus féminins, blondes, belles et l’air incroyablement jeunes (à tel point qu’on dit même qu’il est difficile de différencier les générations) vit depuis des années en complète autarcie derrière les murs épais d’un manoir familial aux allures de forteresse dont les bras protecteur semblent inlassablement refermés sur les mystères qui entourent ces femmes solitaires et discrètes. « Pourquoi se ressemblent-elles toutes autant ? D’ailleurs, où sont leurs maris ? » « On voit les enfants, mais pas les hommes.. Et jamais de garçons non plus ! » « C’est malsain de ne vivre qu’entre femmes.. »  « Ce sont des monstres, elles tuent leurs maris après avoir fait un enfant..  J’ai même entendu dire qu’elles les dévoraient..» Tant d’histoires cauchemardesques au sujet des ces femmes tantôt succubes tentatrices d’hommes fortunés à la recherche d’un géniteur, tantôt veuves noires supprimant leur partenaire une fois l’acte accompli. Des questions qui ont des années alimenté les débats les plus fous, les légendes urbaines les folkloriques chaque fois qu’une des femmes de la famille apparaissait en public portant au ventre la protubérance d’une grossesse dans la fleur de l’âge. D’autant plus que les principales concernées n’ont jamais pris la peine de confirmer ni d’infirmer ces rumeurs.

Coup de publicité mensongère pour certains lorsqu’on allait dire que la clé de leur apparente jeunesse résidait dans le secret de leur existence, véritable sujet tabou pour d’autres, rien n’était moins sûr. Une seule vérité subsistait dans le monde des sorciers, c’était ce respect un peu craintif que pouvait inspirer le clan ainsi que son désir absolu, presque maladif, obsédant de préserver la pureté de son sang. Leur faille avait peut-être été de suivre cette folie jusque-là.

Chapter II – When will my life begin

31 Janvier 1964 ϟ Mérope Valentine Greengrass naquit un sombre jour d’hiver. Il avait plu des cordes ce jour-là et les rues de Liverpool étaient presque désertes. L'hiver frappait, il faisait déjà sombre, l’atmosphère était triste, les journées bien plus courtes. C'est en ce jour froid et humide et après un accouchement compliqué que vint au monde le dernier trésor de la famille, entourée de sa mère Astoria et de sa grand-mère et sage-femme, Daphnée. Une superbe petite fille aux yeux clairs et à la peau pâle, seule survivante des multiples grossesses infructueuses de sa mère déjà trop âgée pour enfanter. Elle fit immédiatement la fierté de sa mère, de ses ancêtres qui firent de cette nouvelle héritière l'objet de toutes les espérances, de toutes les attentions. La petite Mérope eu une enfance plutôt heureuse dans l'ensemble. Bien qu’elle n’ait jamais connue son père (ni même en avait entendu parler ne serait-ce qu’une fois) et fut exclusivement élevée par sa mère et ses alleux. Celle-ci ne manqua pas de tout offrir à sa fille, l’amour, la sécurité et l’attention nécessaire à tout enfant. Astoria Greengrass n’eut jamais d’autre enfant non plus, plus pour l’étiquette que par volonté et sans doute en raison de son âge. Elle n’offrit donc jamais de sœur ou de frère à la petite Mérope, ou du moins pas à sa connaissance, ce qui lui donna le privilège de l’exclusivité.

Bien qu’aimante, Mme Greengrass était aussi une mère plutôt sévère, quelques fois austère, toujours exigeante. Ainsi dès son plus jeune âge la petite reçu une éducation des plus stricte. Issue de l’une des vingt-huit familles de Sang Pur elle fut baignée par tous les principes, les dogmes que le poids de son nom pouvait exiger en termes de rigueur, de discipline, de croyances et d’étiquette L’intransigeance de Mme Greengrass fit de sa fille pendant un temps un vrai petit soldat dont le talent et l’obéissance n’avait d’égal que la fierté de sa mère face à la perfection de sa création. En effet, la petite Mérope en grandissant était devenue le modèle de pureté tant idéalisé par sa famille. Ses boucles d’un blond flavescent, ses deux prunelles de verre d’un bleu translucide, sa voix douce et son sourire innocent. Pour combler le tableau, la jeune Mérope montra très vite une vivacité d’esprit surprenante pour son âge et ainsi, les premières lueurs de ses pouvoirs magiques se manifestèrent alors qu’elle n’était âgée que de huit ans.

Chapter III -  Wind of change

A l'âge de dix ans, Mérope commença à souffrir de la solitude dans laquelle sa vie de perfection l’avait plongé, elle passait alors de nombreuses heures en cachette à la fenêtre de sa chambre à regarder les autres enfants jouer dans la rue. Souvent, elle dévisageait de loin les « garçons » comme une bête curieuse qu’on regarde derrière une vitre de zoo. A cette époque elle n’avait jamais parlé à un garçon, elle n’en avait même jamais vu de près sans pour autant trouver quoi que ce soit d’étrange à cela, sa mère l’ayant justifié par le fait qu’il n’était aucunement convenable qu’une petite sorcière de son rang ne parle à un garçon et que les hommes et les femmes n’étaient pas fait pour être ensembles. A cet âge et même avec sa maturité, la jeune Mérope n’avait alors pas encore réalisé à quel point le ton irrité de sa mère lorsqu’elle pouvait aborder le sujet du sexe opposé pouvait en dire long sur la condition de l’homme dans cette lignée de matriarches puissantes. Elle n’avait donc pas non plus osé poser la question qui lui brûlait les lèvres : si les hommes et les femmes n’étaient pas fait pour se rencontrer, d’où venait-elle dont ?  

A cette même époque Mérope fit la connaissance d’une cousine éloignée du même âge qu’elle qui revenait vivre en Angleterre pour intégrer à la rentrée suivante l’école de sorcellerie Poudlard où Mérope était également inscrite. Elle fut accueillie par les Greengrass avec toute la bienveillance et la protection qu’une famille soudée pouvait offrir.  Mérope qui s’était toujours sentie seule –et peut-être même uniquement pour cette raison- se prit immédiatement d'une certaine sympathie pour cette inconnue qui le ressemblait tellement dans le fond. Elle devint vite une amie fidèle, une confidente à toute épreuve, une sœur de cœur plus que de sang.

Souvenir -  Juin 1974 ϟ Ses longues boucles blondes ondulent dans son dos chaque fois qu’elle bouge. Ses petits doigts glissent agilement sur les touches noires et blanches de l’immense instrument orné de dorures. Ses petites chaussures vernis touchent à peine les pédales au sol. Ses traits sont droits, ses deux prunelles concentrées sur la mélodie qu’elle interprète avec rigueur et conviction. Elle ressemble à un ange dans sa robe de satin clair avec le nœud assorti qui encercle ses cheveux longs jusqu’à la taille. Elle est seule et semble imperturbable.

Un grincement de porte l’interrompt et elle cesse de jouer, agacée. La porte s’entrouvre et apparait dans la pièce la silhouette gracile de Mrs Greengrass. Elle porte sur son visage cette éternelle sévérité mélangée à une pointe de douceur lorsqu’elle aperçoit sa fille unique, diamant parfait de sa création. « Mérope ? Tu as de la visite. » La petite fille fronce les sourcils, peu habituée à recevoir qui que ce soit dans son palais doré. Elle fixe une silhouette qui semble se cacher derrière celle de sa mère, elle ne la distingue presque pas avant que celle-ci ne se décale et fasse signe à l’inconnue de s’avancer, entourant ses épaules entre ses mains. « Je te présente ta cousine. Elle va à Poudlard elle aussi, nous allons l’accueillir pendant quelques temps ici. »

Elle était belle. Ses cheveux blonds et raides, ses immenses pupilles bleutés. Son air insolant sur ses traits enfantins. Elle est plus grande que Mérope, plus élancée aussi bien qu’elles aient le même âge à quelques mois près. Mrs Greegnrass quitte la pièce et laisse les deux petites filles. Elle se déplace avec la légèreté d’une plume dans la pièce et lui sourit tout en s’asseyant auprès d’elle devant le piano. « Je t’ai entendue jouer dans le couloir.. Tu es douée » Lui avait-elle lancé timidement. La jeune Mérope lui avait rendue son sourire teinté d’une touche de timidité. « Tu veux que je te montre ? » Un sourire illumine le visage de la belle et alors que Mérope lui prend les mains et les déposes sur les touches du piano. « Voila, dès que tu entends cette mélodie » elle joue rapidement un petit air enjoué « C’est à toi, essayes dont » La petite s’exécute, maladroitement mais avec application. « C’est bien, allons-y » avait rajouté la blonde, un sourire ravi aux lèvres. Elle qui n’avait jamais eu de vraie amie, portait en cette nouvelle rencontre tous ses espoirs de voir ses longues heures de solitudes enfin derrière elle.


En effet les deux jeunes filles avait prit l’habitude de passer le plus clair de leur temps ensembles, de véritables inséparables on pouvait même à certains moments les confondre ou même les prendre pour des jumelles ce qui les amusait à l'époque. A l’âge de onze ans lorsque les inséparables firent leur entrée à Poudlard le destin voulu qu’elles ne soient pas réparties dans la même maison, l’une à Serpentard tandis qu’a l’unanimité Mérope fut envoyée à Serdaigle.

Les années passèrent et les deux petites filles se transformèrent en adolescentes. Bien que toujours aussi unies, on ne pouvait plus vraiment les confondre comme auparavant, la différence la plus marquante se faisait au niveau de la personnalité, en effet l’une reflétait l'exactitude de la réussite telle que les Greengrass pouvait la concevoir : Froide, obéissante, manipulatrice, intelligente, la fierté de la famille. Alors que Mérope bien que porteuse d'une partie des traits de caractère de ses ancêtres semblait bien moins radicale qu'eux, plus ouverte, plus réfléchie aussi, subtile, rebelle. Ce qui eut le don de déplaire fortement et de lui faire perde petit à petit –à l’instar de sa cousine- sa couronne de préférée. Même aux yeux de sa propre mère.

Malgré ce changement radical de statut Mérope resta encore quelques temps très proche de sa cousine, très proches. Trop proche peut être. Il n'était pas rare effectivement que dans les bonnes familles de sorciers, les personnes de même sang, entretiennent des relations intimes. Une infamie aux yeux de la belle blonde et pourtant à l'âge ou les adolescentes découvrent leur corps avec une certaine retenue, avec pudeur il n'est pas rare qu'elles se tournent vers la personne en qui elles ont le plus confiance pour faire leurs premières expériences intimes et affectives. Elle était devenue tellement belle, la petite inconnue dans la salle de piano, son regard de braise, ses manières provocatrices, sa voix susurrante et cette tension dans l’air lorsqu’elles se retrouvaient seules.

Souvenir – Avril 1979 ϟ Ses yeux ont changés. Ils brillent d’une flamme qui la dévore et l’enivrent chaque fois qu’elle la regarde. Ses regards sont langoureux et humides, ses gestes calculés. Elle est tellement belle. Sa longue crinière blonde qui flotte dans son dos, ses courbes qu’elle imagine parfaites. Un instant le regard de la blonde glisse sur ses seins qui se dessinent sous sa chemise blanche. Elle en perçoit subtilement le bout à travers le tissu clair et un frisson lui tord le ventre. Elle se mord l’intérieur de la joue pour refréner un second frisson lorsque ses yeux remontent le long de ses jambes à la lisière entre ses cuisses et sa jupe. Elle est la vipère aux yeux ensorcelants, elle est la rose aux épines empoisonnées qui viennent piquer à vif le cœur endoloris de la blonde. Elle est la Vélane qui lui mord le ventre et lui arrache les entrailles de désir.

Elles se toisent. La tension est palpable, il règne une écrasante chaleur dans la pièce. Elles sont seules.. Ce serait le moment idéal.. La Serdaigle se mord la lèvre. Elle ondule et ses hanches la fond saliver. Ses manières exquises la tuent de l’intérieur et lui fond ravaler toute forme de rationalité. Elle s’approche et la surplombe légèrement, ses prunelles incendiaires dans les siennes. Elle émane une assurance qui la laisse pantoise. Elle n’aurait qu’un mot à lui dire, un seul pour tout faire basculer. Mais ce serait trop facile alors elle lui tourne autour comme un lion autour d’une gazelle à se demander par quel morceau il va commencer à la dévorer. Sa démarche et féline, son parfum épicé embaume les lieus. D’une minute à l’autre la Serdaigle sent que son cœur va s’arrêter, elle finira par la tuer. Elle se plaque dans son dos et enlace fermement ses hanches, venant effleurer sa gorge de ses lèvres pulpeuses. « Alors Mérope.. Qu’est-ce que tu attends ? Je m’impatiente.. » Lui avait-elle soufflé à l’oreille avant de revenir face à elle, un sourire presque cruel aux lèvres. « N’était-ce pas ce que tu voulais.. ? »

Elle n’en peut plus, elle voit rouge. Tout va très vite et elle l’a plaque presque violemment au mur derrière elle. Ses mains serrent fermement ses poignets au-dessus de sa tête tandis qu’elle vient fiévreusement l’embrasser. Ce baiser l’électrise et à bout de souffle elle se réfugie au creux de sa gorge. Elle respire longuement son parfum comme une drogue, s’en imprègne. Elle mord sa gorge et l’embrasse tout en descendant ses doigts le long de ses bras tendus, sur ses épaules, sur ses seins lorsqu’elle déboutonne son chemiser à hauteur de son soutien-gorge. Ses lèvres se déposent sur la naissance de sa poitrine et la couvrent de baiser enflammés. Ses mains tremblantes descendent sur son corps de déesse et l’une d’elle agrippe sa cuisse et la remonte contre sa hanche. Un instant elle s’arrête et revient poser son front contre le sien, elle plante ses prunelles dans les siennes alors que ses doigts glissent entre ses cuisses et lentement caresse la surface de son sous vêtement, lui arrachant  quelques gémissements sourds. Prise de frénésie Mérope revient l’embrasser avec fougue avant de glisser à genoux devant elle. Yeux dans les yeux elle soulève sa cuisse et la dépose contre son épaule tandis qu’elle remonte par de fiévreux baiser vers le geste qui la perdra à jamais.


Tout va très vite. Ses émotions s’embrouillent lorsque la tentatrice agrippe doucement les boucles blondes de Mérope entre ses doigts tandis elle se glisse entre ses cuisses. Qu’elle l’assène, qu’elle se fait fougueuse contre elle. Elle l’a possède enfin avec tout son corps, avec tout son cœur et de toute son âme.

Chapter IV– Wait and Bleed

La relation clandestine des deux adolescentes bien que passionnée ne dura cependant pas si longtemps, à peine quelques mois environ. Quelques mois qui avaient pourtant irrémédiablement bousculé la vie de la jeune femme prise entre les sentiments qu’elle pouvait ressentir pour elle et la pleine conscience de l’horreur absolue de ses actes. Un côté d’elle ne pouvant se résoudre à mettre un terme à tout ça tandis que l’autre ne pouvait plus vivre une minute de plus avec un secret si lourd sur ses frêle épaules.

Souvenir –  Juillet 1977 ϟ Elle lui prend alors les mains. « Qu’est-ce qu’on va faire? Je.. » Elle sent un malaise chez son alleu. Son regard et fuyant, éteint. Elle gigote un peu, comme si elle cherche à se libérer de sa prise sans vraiment oser être aussi radicale. Elle déglutit. « Tu sais.. c’est peut être ainsi que ça doit se passer. Pour toutes les deux. » Elle ne la regarde toujours pas malgré les tentatives de la blonde pour capter ses prunelles fugitives. « Qu.. Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » Son ton a changé, sa voix tremble légèrement et se brise au fond de sa gorge tandis qu’elle serre encore un peu plus ses doigts entre les siens. Elle ne dit plus rien mais pour la première fois ses yeux se plongent dans ceux de la Serdaigle et elle n’y voit que du vide. Le néant. Et elle comprend. « Tu m’aimes n’est-ce pas ? Dis moi que tu m’aimes. Dis le moi. J’en ai besoin. » Mais le silence se fait. Pesant et assassin. Prenant une grande inspiration elle se dégage de sa prise et se recule en évitant son regard. Les larmes lui montent aux yeux alors que son cœur s’arrête et s’assombrit. Lentement elle sent son âme se fissurer et son corps se disloquer. Le sol devient mouvant sous ses pieds et tend à l’ensevelir tout entière. La Serpentard recule de quelques pas et s’éloigne d’elle, son regard semble presque effrayé par ce qu’elle voit. « Mérope.. Nous deux enfin.. Tu sais bien.. Ce n’était pas sérieux, je veux dire.. » « Pas sérieux ? » l’interrompt t-elle, ses pupilles sont tellement dilatés qu’on ne parvient presque plus à apercevoir la couleur de ses iris. « Tout ça n’était qu’un jeu pour toi ? Putain, je t’aime. Je t’aime depuis toujours. Je.. Ne me laisses pas » Elle sanglote à chaudes larmes, son ton est suppliant, abattu. « Pitié » Finit-elle par lâcher à voix basse et à bout d’arguments avant qu’elle ne se dérobe sans rien dire et s’enfuie alors dans la nuit. La laissant là, en pâture au néant et le cœur à jamais vidé.

Chapter V – No apologies

A partir de cet instant les jours et les mois étaient passé avec inlassablement la même saveur d’amertume pour la jeune Serdaigle qui avait perdu –plus qu’un amour- son repère le plus certain et dans cette lutte incessante pour refouler ce qu’elle ressentait avait fini par se perdre elle-même, ne ressemblant plus qu’à l’ombre de la jeune femme brillante qu’elle avait été. Rongée intérieurement pour ce sentiment elle avait cherché à se persuader qu'elle la détestait, elle aurait voulu la haïr jusqu’à ce qu'elle la vomisse, qu'elle ne puisse plus la voir sans avoir envie de lui cracher au visage toute cette rancœur qu’elle gardait en elle. Mais rien n’y faisait, chaque fois qu’elle croisant son regard elle retombait incessamment dans la même pâmoison qui l’avait perdue jadis.

Septembre 1978 ϟ Mérope entama sa sixième année à Poudlard, quelques mois après la rupture rien n’avait vraiment changé pour elle qui –même rongée par ses démons- avait poursuivi une scolarité exemplaire depuis qu’elle était entré à l'école et dont la réputation d’élève brillante et sérieuse n’était plus à faire. Cette année elle avait prit le plus grand soin d’éviter sa cousine et pour se faire elle avait changé certaines de ses options et ainsi, elle avait troqué la divination pour l’arithmancie, entre autres. Prenant le risque de devoir rattraper quatre ans de programme sur les deux ans qui lui restait à Poudlard.

Le matin de son premier cours d’arithmancie, Mérope était presque en retard et dans les couloirs, alors qu’elle se dépêchait elle avait manqué de bousculer quelqu’un, laissant tomber la pile de livres qu’elle tenait entre ses mains. Alors qu’elle allait la ramasser sans rien dire, une immense silhouette encapuchonnée de noir s’était baissée pour ramasser ses livres et les lui rendre sans mot dire, tournant les talons avant même que la Serdaigle n’ai eu le temps de la remercier ni de voir son visage. Ne lui resta que cette forte odeur de santal qui semblait dessiner un sillon invisible derrière le passage de la silhouette qui avait déjà disparue à l’angle d’un couloir.

Cet événement aurait pu rester de l’ordre de l’anecdotique si cette odeur si particulière n’était pas revenue danser autour d’elle lorsqu’elle poussa la porte de sa salle de cours, essayant d’arriver le plus discrètement possible malgré son retard et que la majorité des élèves étaient déjà installés à leur place. Se frayant une place au premier rang elle s’était laissé glisser silencieusement sur la chaise avant de regarder autour d’elle ce qui pouvait provoquer autant de silence stupéfait chez ses camarades de classe. Un instant plus tard la silhouette encapuchonnée venait de se planter devant son pupitre qui sembla d’un coup minuscule. En fait, tout sembla minuscule à côté de l’immensité de cette silhouette toute de noir vêtue. Mérope resta un instant pantois, sans savoir si elle devait lever les yeux où si elle allait rester là à contempler la boucle en métal vieilli de son ceinturon.

Lorsque le capuchon tomba sur les épaules de son propriétaire un silence encore plus pesant se fit, quelques fois entrecoupés de hoquets de stupéfaction ou encore de chuchotements provenant de derrière qu’elle ne parvenait pas à déchiffrer. Elle leva timidement les yeux vers le haut de la silhouette et découvrit un visage extrêmement pâle, presque blafard aux traits creusés et anguleux, d’épaisses lèvres teintes d’encre cramoisie et de grands yeux cernés de noir dont les pupilles asymétriques donnait un air plus que dérangeant à l’aspect déjà très singulier du personnage. Surprise mais trop polie pour le montrer ni même pour continuer à le dévisager comme le faisait les autre elle se contenta de baisser un peu la tête. « Heathcliff Lovecraft, nouveau professeur d’Arithmancie. » sa voix était grave mais chaleureuse, presque caressante ce qui faillit lui arracher un demi sourire incontrôlable pendant que ses yeux suivaient le tracé de la craie qui inscrivait son nom sur le tableau noir derrière lui.

Sur son passage une nouvelle traînée parfumée se mit à valser autour d’elle et une étrange sensation l’envahi subitement, elle porta une nouvelle fois ses prunelles claires sur le professeur, un instant leurs regards se croisèrent et se fut comme si à travers ses iris dérangeantes elle avait pu lire en lui tout les noirs secrets qu’un homme pouvait renfermer au plus profond de sa carcasse tourmenté. Il ne lui suffit que de cet instant pour comprendre qu’elle avait trouvé celui qui allait l’aider à se débarrasser de ses propres tourments.

Chapter VI –  A New Day as Come

A partir de cette date et plus que jamais Mérope vit les choses avancer pour elle et l'heure de la délivrance se profiler un peu plus à chaque fois que toutes les semaines à la même heure elle avait rendez-vous avec celui qu'elle avait choisi pour changer à jamais son destin. Encore aurait-il fallu qu'elle sache jusqu'à quel point il allait le faire.

Dans un premier temps, Mérope se rapprocha délibérément du professeur, usant de ses charmes, feignant la séduction afin qu'à terme il puisse consentir à l'aider dans sa quête de reconstruction. L'entreprise fut plus simple qu'elle ne l'avait pensé, l'enseignant semblant bien plus réceptif à ses avances qu'elle n'aurait pu le prévoir. Comme hypnotisé par les grandes prunelles translucides de la jeune fille pendue à ses lèvres chaque fois qu'il parlait, aveuglé par les sourires faussement innocents, suspendu aux silences éloquents.

 Octobre 1978  ϟ Mérope rencontra pour la première fois à Poudlard (Nom du futur lien), un jeune homme de bonne famille et à première vue charmant qui lui proposa d'unir leur deux famille, une première depuis des siècles chez les Greengrass. Sans vraiment accepter, Mérope ne s'opposa pas à l'idée.

Mars 1979 ϟ Au bout de quelques mois de ce petit jeu Mérope décida qu'il était temps de refermer le piège sur sa proie et un soir elle se faufila dans sa salle de classe alors qu'il y veillait tard.La tension était palpable entre les deux et dans l'antre calfeutré de la salle, lorsque toutes les limites furent presque dépassées, Mérope et Heathcliff scellèrent entre eux un serment inviolable, le professeur s'évertuant à pratiquer sur l'élève un sort d'amnésie partielle afin de la délester du poids du passé. Pour cela les deux sorciers devaient se rapprocher et apprendre à se connaître pour que le lanceur puisse pratiquer la légilimencie, entrer dans l'esprit du sujet et supprimer le souvenir souhaité sans risque pour lui ni pour le sujet. Dès lors, élève et professeur se rapprochèrent dans le but de mener à bien ce projet fou.

Chapter VII – Eat Me, Drink Me

Mai 1979  ϟ Grand banquet de printemps organisé à l'extérieur du château. Pendant la fête Mérope et Heathcliff se rejoignent et contre toute attente la Serdaigle prend le risque de glisser sa main dans celle du professeur, ni l'un ni l'autre de s’aperçoivent qu'ils ont été vus

Mai 1979  ϟ Pendant le banquet Mérope et Heathcliff s'éclipsent discrètement et s'enfoncent dans la foret interdite. Poussés depuis quelques semaines l'un vers l'autre par une énergie captivante qui les dépasse et les enivre. Ils finissent par céder lentement à la tentation et échangent leur premier baiser au cœur de la clairière aux papillons, un lieu secret à la beauté mystique découvert par Heathcliff lorsqu'il était élève à Poudlard.

 Mai 1980 ϟ Préoccupée par le silence radio d'Heathcliff après les événements dans la foret, Mérope décida de le mettre aux pieds du mur et le forcer à s'expliquer sur cette soudaine disparition. Elle le surprit dans la salle de bain des préfets alors qu'il prenait un bain. Piégé, le professeur lui fit part de ses angoisses quant à la relation qui semblait naître entre eux. Ce soir là, Mérope apprit que le premier grand amour d'Heathcliff Rosier, Daire, avait disparue à la veille de la mise au monde d'un enfant qu'ils avaient conçu entre les murs de Poudlard alors qu'ils n'étaient eux même que des adolescents. Marqué à jamais il avait passé sa vie à la chercher sans succès jusqu'à ce qu'un jour ce fils qu'il n'avait jamais rencontré se présente à lui porteur d'une lettre de Daire lui expliquant les raisons pour lesquelles elle avait fui. Victime d'un malaise après toutes ces révélations, Mérope s'effondra dans les bras d'Heathcliff. Lorsqu'elle se réveilla, elle ne pu que lire dans les yeux du professeur à quel point ses sentiments pour elle dépassaient tout ce qu'ils avaient pu imaginer tous les deux. Dès lors ils entamèrent officiellement une relation aussi passionnée qu'interdite.

Juillet - Août 1980 ϟ  Durant l'été Mérope fut contrainte de rentrer dans sa famille à Londres, près de sa mère, de sa grand-mère et de ses tantes. Bien qu'heureuse de retrouver les siens elle se rendit compte à quel point Heathcliff pouvait lui manquer, le contact avec lui ainsi complètement coupé pour ne pas risquer qu'ils ne soient découverts. Cette année là, la jeune femme attendit la rentrée avec encore plus d'impatience qu'à l'accoutumée.

Octobre 1980ϟ Heathcliff et Mérope se retrouvèrent à la salle sur demande transformée en salon aménagé autour d'une pensine pour qu'il puisse pour la première fois prendre connaissance des souvenirs à effacer dans l'esprit de son élève. Il se retrouva alors plongé la tête la première dans le lourd secret qu'elle lui cachait depuis le début : sa relation proscrite et consanguine. A bout de force après avoir livré tout le poids de sa culpabilité et persuadée qu'après ça il ne lui pardonnerait jamais ses fautes et ses mensonges, Mérope s'effondra. Contre toute attente et par amour pour elle il ne l'a blâma pas pour l'horreur de ses actes, bien au contraire et c'est cette main tendue vers elle qui fut le premier pas vers la rédemption qu'elle attendait tant, depuis le commencement elle avait su qu'il serait son libérateur et à cet instant elle avait réalisé que ce n'est pas les pouvoirs de la magie mais bien ceux de l'amour sincère et véritable qui dessineraient son salut.

Juin 1981 ϟ Lors de ses examens de fin d'année, Mérope fut confrontée à son épouvantard qui prit sa forme, plus âgée, veuve d'Heathcliff et accompagnée de leur fille aux yeux vairons. Elle comprit alors que le temps serait leur prochain et plus grand ennemi. Cette vision ne cessera jamais de la hanté à partir de ce jour ce qui la poussera à s'orienter dans l'étude des pathologies du vieillissement magique.
   

   



   
✖️ Depuis qu'elle est enfant, Mérope souffre d'une allergie à la citrouille, une malédiction pour elle qui aime tant ça. De temps à autre elle se risque à réessayer mais ces tentatives se terminent souvent par de tels maux de ventre qu'elle regrette assez amèrement.

✖️ Une des seule matière dans laquelle Mérope est vraiment mauvaise est le vol sur balais, en effet, elle est très mal à l'aise et surtout maladroite sur un balais et refuse assez catégoriquement d'y monter. Quel fut son soulagement lorsqu'elle eu enfin le droit de transplaner !

✖️ Pour l'anniversaire de leur première rencontre -et pour plus de discrétion lorsqu'ils s’écrivent- Heathcliff a offert à Mérope une chouette hulotte au plumage roux et blanc qu'elle a baptisé Elsa. Bien qu'elle soit d'apparence adorable c'est un animal doté d'un caractère assez tranché, boudeuse elle n'hésite pas à lui tourner le dos ou à pincer lorsqu'elle est fâché contre sa propriétaire. Mérope reste très attaché à cette petite boule de plume.


✖️ En septième année d'étude, Mérope a été élue préfète de la maison Serdaigle. Bien qu'elle ai prit son rôle au sérieux ce statut l'a surtout beaucoup aidé à ne pas justifier sa présence tardive dans les couloirs de l'école, lorsqu'elle se rendait chez Heathcliff.


✖️ Durant sa septième année et après une insistance de tous les instants Mérope est parvenue à convaincre Heathcliff de pratiquer un tatouage magique sur elle. Bien qu'elle eu à serrer les dents quelques temps, elle arbore fièrement sur le flanc gauche un papillon blanc dont les ailes s'obscurcissent tel celles des mangeurs de chair. Elles ont tendance à se noircir également lorsqu'elle est en colère.

    
   
IRL

   
QUI SE CACHE DERRIÈRE L'ÉCRAN ?

   

   
Pseudo : Louna / DeathxDream
Age : 24 ans
Comment avez vous découvert le forum ? Je cherchais inactivement un forum HP et une fois je suis tombé sur une PUB de Su sur un groupe FB
Votre avis sur le forum ? Design terrible, contexte innovant et accueil sympa :) la fiche est un peu longue et difficile à remplir
Votre présence sur le forum ? 7/7 normalement.
Un petit mot?  ::13::  ::13::  ::13::  ::13::  ::13::  
   





Dernière édition par Mérope V. Greengrass le Mer 7 Nov - 22:59, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 529
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar
Officiellement bienvenueeee !!!!! ::51:: ::47::

_________________

- People fall in love in mysterious ways -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
avatar
Invité
Bienvenue sur le forum <3

Bonne chance pour la suite de la fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 220
Date d'inscription : 10/08/2018
Age : 26
Localisation : Londres
avatar
Bienvenue à Toi =D
bon courage pour ta fiche, n'hésite à nous Mp si tu as un soucis ou une question =)

_________________

there goes my heart beating 'cause you are the reason i'm losing my mind.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 31/08/2018
avatar
::9:: ::9:: ::9:: ::9:: ::9::

_________________


So Long As We Are Together ... So Long

 
Im un-scabbed and un-regretted ~ I got tattooed in reverse
“Would you kill, kill, kill for me ? I love you enogh to ask you again would you kill, kill, kill for me ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 31/08/2018
Age : 24
avatar
Je crois que je peux officiellement dire que j'ai terminé ::11::

_________________
We do not destroy the person who we love.

 
-ELLE EST L'ECLAT DE LUMIÈRE QU'IL ENTOURE DE SES OMBRES. -
“Enters the lady revealed of cloak. To the haunting sound of the monstrance clock singing:Come together, together as a one. For Lucifer’s son ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 137
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar


FÉLICITATIONS!!


« L'aventure ne fait que de commencer...»

Ton travail et ta détermination ont porté leurs fruits et te voilà désormais VALIDÉ!!Pour cela, nous te remercions et te félicitons, bienvenue dans la famille ! Tu peux dès à présent poster dans l'intégralité du forum, y compris le flood et les jeux...
Ton patronus sera une HIRONDELLE.



_________________________________________



Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI ).
Nous t'invitons aussi à consulter les intrigues pour intégrer l'action du forum (ICI) et t'inscrire aux futures intrigues!

Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar ( ICI ) et ton Patronus (ICI) . Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff, ils sont là pour ça !

Enfin, n'hésite pas à venir flooder ( ICI ), jouer ( ICI ) et à t'amuser parmi nous!








_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I sold my soul just to hide the light ϟ Mérope Valentine Greengrass |Terminée]|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [M11] Soul Sisters
» dofus:guide to soul stones
» Don't go and sell your soul for self-esteem | Callum
» Juin 2012 : Taeyang Hide Doubt Standard
» [Multimédia] Paroles de Creeping in my soul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: . { . . . Plongez dans l'Univers . . . } . :: Les Registres des Etats Civils :: Nos diplômés. :: Les Sorciers Validés-