It's time to chose •• PV Eléonore de Phily


Forum RPG Au temps des Marauders; 1982 - Grande-Bretagne sous la soumission de Lord Voldemort; contexte evolutif; Avatar réels;

 

Partagez
 

 It's time to chose •• PV Eléonore de Phily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


It’s time to chose…
ft. Eleonore de Phily


LA journée avait plutôt bien commencée. Mon travail  qui me prenait toujours autant de temps avait finit par me mettre dehors pour profiter des premières neiges du mois de décembre, mettant à profit ce temps pour aller faire quelques courses chez l’Apothicaire sur le chemin de traverse. Peu bondé et malgré les quelques rires des enfants des commerçants qui jouaient sur l’allée, je pouvais palper l’atmosphère tendue du monde magique. Du monde des sorciers communs, ceux dont les familles n’étaient pas enregistrés comme sang-purs. Je vivais dans une bulle entre Sainte-Mangouste et mon appartement, ne me rendant encore pas compte depuis mon retour de la guerre silencieuse qui avait lieu dans mon pays natal. Comment aurai-je pu ? J’étais protégée, repoussée dans les retranchements où l’on y rangeait toutes les héritières, bonne à enfanter.
Mais aujourd’hui, aujourd’hui, c’était une journée différente des autres. J’avais couvert ma tête d’une capuche et glissé ma main sous le bras de Remus pour remonter vers le Chaudron Baveur boire un verre. Il allait surement prendre un chocolat chaud et moi… Un vin chaud ou un whisky. Qui sait ?
Cette sortie ne s’était pas déroulée comme prévue. Un contrôle avait eu lieu, détruisant le pub sorcier. J’avais rapidement perdu Remus des yeux. Impossible de le retrouver. Tentant tant bien que mal de venir en aide aux blessés. Je n’avais encore jamais vu autant de violence. Jamais… Et c’était toujours sous le choc, que j’avais répondu à Amycus lorsque celui-ci vint surveiller le bon déroulement de son travail, un peu dédaigneuse que je partirai lorsque bon me semblait. Je m’étais réfugiée près d’Ahken que j’avais aperçue de loin. Cherchant toujours des yeux Remus… Qui se trouvait en mauvaise posture. Je ne pouvais rien faire. Je le savais. Amycus était là, tous les sang-purs qui me connaissaient aussi… Et puis. Qu’aurai-je pu faire avec mon niveau de défense et d’attaque ? Des bulles de savons ?
J’étais rentrée le plus rapidement possible et sortit deux parchemins. Je devais prévenir Sirius, depuis mon retour, je ne lui avais plus écrit. Mais si quelqu’un pouvait venir en aide à notre ami, ce serait bien lui. Je saignais toujours de la tête. Qu’importe. J’enverrai un message à Eléonore pour qu’elle vienne me faire un test et vérifier que tout allait bien à ce niveau. Entre temps, je poserai un pansement et refermerait la plaie. Mais pas tout de suite.

« Sirius ;
Remus a été fait prisonnier par le Ministère de la Magie lors d’un contrôle au Chaudron Baveur alors que nous allions rentrer. Je t’en supplie. Viens-lui en aide. Ramène le.

S. »


Les mains tremblantes, je pliais le parchemin, indiquant son prénom dessus. J’avais surement mit un peu de sang du coté ou je tenais le parchemin, mais ce n’était pas très grave. Mes oreilles sifflaient. Tout à coup, la pression de cette expérience venait de redescendre. Je soufflais. Prenant un autre bout de papier pour l’envoyer cette fois-ci à Eléonore.

« Ma chère Léo,
J’ai besoin de toi. Mon ami de toujours, Remus que tu dois surement connaître, vient d’être fait prisonnier par le Ministère de la Magie. Je n’ai pu l’aider… Pour les raisons que tu connais si bien. Peux-tu venir me voir au 10 Wardour st ?

S. »


Répétant le geste avec ce parchemin, je donna le tout à Harold, mon petit faucon qui s’envola par la fenêtre. Me relevant, les oreilles sifflaient toujours.
Une fois dans la salle de bain, j’appliqua quelques onguents sur ma blessure qui arrêta de saigner et se referma. Je pris une douche. Soupirant d’aise et finit sur mon canapé, enroulée dans une grosse couverture. Je tremblais. Je n’avais pas froid. C’était plus fort que moi. Je dus me rouler des feuilles de Tentaculas que je me mis à fumer, toujours sous le choc de ce que je venais de voir.
Alors, c’était ca, le Régime ?


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité
Dans une position très semblable à celle de sa chère amie Sulpicia, mais à plusieurs kilomètres de là, et sans avoir la moindre idée de la similarité de leur situation, Eléonore, emmitouflée dans un gros pull en laine, roulée en boule dans son canapée, la gazette du sorcier ouverte lévitant devant ses yeux qui la parcourait rapidement, une tasse de café corsé dans une main, tirait sur un joint de feuilles de tentacula qu’elle tenant entre le pouce et l’index de son autre main. Bien qu’il fût déjà une heure avancée de l’après-midi, la jeune femme s’était levée il y a peu et venait de sortir de la douche et de s’habiller, suite à une longue nuit passée à l’un des quartiers généraux de l’Ordre se situant dans un port, d’où ils aidaient certains né-moldus à fuir le pays. Elle essayait de profiter de ce moment de répit avant que l’Ordre ne la rappelle, pour l’une des urgences qui était devenu son quotidien.



Mais ce ne fut pas l’Ordre qui la sortit de sa léthargie mais, à sa grande surprise et avec beaucoup d’appréhension lorsqu’elle entendit les petits coups frappés à sa fenêtre et y découvrit un petit faucon, Sulpicia. Elle se hâta de prendre le rouleau qu’il lui apportait, puis le remercia tandis qu’il s’envolait à nouveau. Ses mains tremblaient lorsqu’elles défirent le seau apposé par son amie, car des traces brunes inquiétantes marquaient par endroit le parchemin. Elle n’avait eu que très peu de nouvelles de Sulpicia depuis leur “visite” avec Sirius, lorsque l’ordre les avait missionnés de récupérer la Bague du Cavalier de la Guerre. Elle s’en voulait terriblement de ce qu’elle avait dû faire sur place, bien qu’elle ait agis comme si Sulpicia était son ennemie afin que son horrible fiancé ne découvre pas en fouillant sa mémoire leur amitié.

L’infirmière déplia avec appréhension le parchemin mais ses craintes se confirmèrent lorsqu’elle vit les traces de doigts de la même couleur brune qui était sans le moindre doute, du sang séché, qui tachaient la feuille par endroit. La gorge de la sang-mêlé se serra étroitement, prise d’angoisse. Qu’était-il arrivé à son amie ? Elle déchiffra les mots écrit d’une main tremblante rapidement et eu un nouveau coup au cœur. Remus. Remus avait été enlevé par le ministère, par les mangemorts. Eléonore ne prit même pas le temps de se demander comment lui et Su se connaissaient.



Il lui avait fallu moins de deux minutes pour enfiler son long manteau et ses chaussures et était déjà sortie de chez elle. Elle transplana non loin de l’adresse indiquée par Sulpicia en faisant à peine attention à si on l’avait vue ou non, dans une urgence encore plus importante qu’à l’habitude. Rapidement, elle fut devant la porte de l’appartement de Sulpicia et toqua quelques coups secs.



« Su ! » s’exclama-t-elle d’une voix étouffée lorsque la métamorphomage eu refermée la porte derrière elle. Elle prit les mains de son amie et les serras dans les siennes. Sa gorge était toujours si serrée qu’il lui semblait avoir du mal à respirer. « Que s'est-il passé ? » lui demanda-t-elle, pressante, morte d’inquiétude. Ses yeux se posèrent sur la plaie que la jeune femme avait à la tête et au sang coagulé dans ses cheveux. « Par les dieux ! Tu t’es faite attaquée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


It’s time to chose…
ft. Eleonore de Phily


Il ne fut pas plus de trente minutes à Eléonore pour arriver chez moi. Quelques coups secs à la porte et je lui ouvris. Elle entra dans l’appartement, visiblement inquiète de ce qu’il s’était passé. J’avais fini mon joint et écrasé celui-ci dans le cendrier sur la table basse du salon.
La jeune femme prit mes mains dans les siennes, la gorge nouée elle me demanda ce qu’il s’était passé. Mes oreilles sifflaient toujours bien que ma tête avait finie par ne plus tourner. C’était bon signe. Elle me demanda ce qu’il s’était passé. Je ne savais pas par ou commencer alors que ses yeux se levèrent sur la plaie sur le haut de mon front, dont un peu de sang continuait de coaguler. J’avais saigné trop peu de celle-ci et pour le moment, je l’avais désinfecté uniquement. J’appliquerais un baume plus puissant lorsque la plaie suintera moins.

« Nous étions sur le chemin de traverse. » Commençais-je en lui lâchant les mains. La sensation m’était étrange, pourquoi ? Je fronça les sourcils en me reculant pour me rassoir sur l’un des canapés de mon appartement coloré. « Remus et moi avions convenu d’aller boire un verre au Chaudron Baveur. Je sais qu’il fait partit de l’Ordre, mais je ne pensais pas que ca finirait ainsi. » Je ne regardais pas Eléonore dans les yeux. Quelque chose me perturbait. Mais quoi ? Je soupirai pour reprendre. « Le pub a été attaqué par les Mangemorts et les aurors pour faire un contrôle d’identité. Ils cherchaient des nés moldus qui auraient échappés au recensement, mais aussi des membres de l’Ordre. Il a tenté d’aider quelques sorciers, mais il s’est fait arrêté par Pettigrow et Malefoy. Je n’ai rien pu faire. Amycus était là… » J’aurai aimé aider Remus. Mais que pouvais-je faire avec mon niveau d’attaque et de défense ? User de l’Ancienne Magie et me mettre à découvert ? Je maitrisais la défense, mais l’attaque me demandait un sentiment fort d’auto-préservation que je ne ressentais que rarement… Je n’étais qu’une apprentie qui avait besoin d’un support tatoué pour concentrer sa magie.. J’étais loin des anciens que j’avais rencontrés lors de mes voyages.

« Non, je n’ai pas été attaqué. Juste soufflée par l’explosion… J’ai… » Je m’arrêta, posa mes mains sur mes tempes. Ma tête me faisait mal. Mes oreilles sifflaient de plus en plus fort. C'en était devenu insoutenable.
Avançant dans mon appartement en me tenant d'une main aux meubles, je fini par me verser un verre d'eau que je pris avec moi jusque sur le canapé. Je soupira, relevant des yeux implorant Eléonore de me venir en aide. De lui venir en aide. Qu'importe ce que l'on pourrait penser. Je voulais aider Remus, c'était mon ami. « Il faut le sauver. Laisse moi venir avec l'Ordre. Je serai une monnaie d'échange parfaite si Amycus est présent. Que vaut la peau d'un loup contre une héritière de mon gabarit si ce n'est rien à leurs yeux?»



made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Elle saignait du front. Elle avait plusieurs bleus, des contusions rougeâtres, Eléonore sentit son cœur se serrer. Ses mains enserrant celles de Sulpicia tremblaient légèrement. Lorsque son amie lui lâcha les mains, elle eut du mal à ne pas les retenir. La jeune femme détestait soir ses amis blessée, et Sulpicia était haut dans la liste des gens qui comptaient pour elle. Eléonore digéra les informations au compte goutes, tiquant légèrement lorsque la médicomage cita le nom de Remus. Ils étaient amis ? La jeune femme n’en avait pas la moindre idée. Cela devait probablement dater de Poudlard, bien avant qu’elle-même les connaisse tous. Elle ne voyait pas trop comment ils auraient pu se rencontrer autrement, Remus étant si souvent en mission qu’elle ne le voyait presque qu’une fois par mois, lorsqu’elle lui préparait sa potion tue-loup. Était-ce lui, l’homme dont Sulpicia était amoureuse, dont elle lui avait parlé parfois dans ses lettres ? L’infirmière se posait trop de questions. Parfois, elle regrettait de ne pas être allée à Poudlard, avec Nyn, où elle aurait pu rencontrer tout le monde bien plus tôt.  



Leo chassa ses pensées en secouant distraitement la tête. « Vous étiez au chaudron baveur, donc? » enchaina-t-elle, suivant son amie dans le salon chaleureux, à l’image de son amie, mais tout en discrétion, probablement pour que les parents de la sang-pur ne soupçonnent rien. Elle prit place dans le canapé également, plia la jambe pour se tourner vers Sulpicia. « Le pub a été attaqué par les Mangemorts et les aurors pour faire un contrôle d’identité. Ils cherchaient des nés moldus qui auraient échappés au recensement, mais aussi des membres de l’Ordre. Il a tenté d’aider quelques sorciers, mais il s’est fait arrêter par Pettigrow et Malefoy. Je n’ai rien pu faire. Amycus était là… » Leo sursauta comme si elle s’était pris une décharge. Le pub, attaqué ? Le gouvernement était vraiment prêt à tout, surtout à faire régner la terreur en Grande-Bretagne. La jeune femme pinça les lèvres, pensant à tous les né-moldus qui tentaient de s’échapper de l’ile, avant de tiquer :  « Pettigrow...? Mais... » Elle ne termina pas sa phrase. Peter qui arrêtait Remus, c’était bien étrange à ses yeux. N’était-ce pas son ami après tout ? Peter ne faisait-il pas partie de l’ordre ? Elle avait beau vaguement savoir que l’homme travaillait au ministère, elle ne comprenait pas.  « Su, ne te blâme pas trop, surtout si ton fiancé était là... Ta vie est sur le fil d’un couteau et le moindre faux pas aurait pu te couter très cher avec lui. Pourquoi tu es blessée, personne ne t’a reconnu, tu as été attaquée aussi ? » continua-t-elle, encourageant Sulpicia qui semblait s’affaisser sur elle-même, prise de douleurs. Elle lui affirma, la voix tremblante ne pas avoir été directement attaquée, mais avoir été soufflée par une explosion. Un bruit presque proche un feulement s’échappa de la gorge de Leo, qui était furieuse. Ils avaient carrément fait exploser le bar, ces tarés !  



Lorsque la médicomage se leva, se dirigeant vers la cuisine, Eléonore se leva d’un bon pour la soutenir par le bras. Son amie tremblait comme une feuille et semblait à peine pouvoir se porter sur ses jambes. Elle la laissa se servir de l’eau puis la raccompagna de la même manière sur le canapé. Lorsqu’elle eut péniblement avalé son eau, Sulpicia leva ses yeux si bleus vers Eléonore, suppliante. L’étudiante l’aiderait, c’était évident. La métamorphe n’avait même pas besoin de lui demander, elle savait depuis qu’elle lui avait dit pour Remus qu’elle irait à l’Ordre dès qu’elle sortirait de chez son amie. Elle se leva d’ailleurs un instant, et sortit sa baguette de la poche intérieure de son manteau, qu’elle n’avait pas pris la peine d’enlever depuis qu’elle était arrivée. « Spero Patronum! » murmura-t-elle en pensant de toutes ses forces à toutes les choses qui la rendait heureuse, afin de faire apparaitre devant elle un akita, son patronus, si bien exécuté qu’il semblerait solide. « Réunis autant de membres que tu peux » lui murmura-t-elle. « Il y a urgence, Remus est en danger ! ». Elle regarda son patronus messager disparaitre avant de se rassoir. « On le sauvera. » répondit Eléonore d’une voix sans appel.  Remus était son ami, même seule elle irait, s’il le fallait. « Laisse-moi t'aider à te soigner, déjà.» continua-t-elle sur le même ton qui ne laissait aucun échappatoire. Elle redressa sa baguette et commença à doucement refermer les plaies que Sulpicia avaient encore sur le front et le visage. Elle agita sa baguette en l’air pour invoquer l’un de ses puissants baumes pour les contusions qui apparut dans sa main. « Tu ferais une parfaite monnaie d’échange, bien que j’y répugne parfaitement. » répondit l’infirmière en débouchant le baume dont l’odeur d’herbes médicinales envahi tout de suite la pièce. « Je ne peux pas t’amener tout de suite avec moi mais je te promets que je parlerais de toi, de cette idée. »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


It’s time to chose…
ft. Eleonore de Phily


Eléonore essayait de retracer ce qui nous étaient arrivé. A remus et moi. Répétant mes paroles pour me relancé. Mais je n’étais pas dans l’optique de raconter tous les détails. Certaines choses ne la concernaient pas. Et malgré le fait que nous nous étions écrit beaucoup, parlant de tout et de rien, il y avait certains secrets que je ne lui avais jamais révélé.
Pourquoi lui aurai-je parler de ma relation avec Remus ? Ou de celle que j’avais avec Sirius depuis ces cinq dernières années ?  Elle avait été curieuse une ou deux fois concernant ma vie amoureuse, je m’étais contentée de lui dire que oui, il y avait quelqu’un. Et que je n’avais cessé de l’aimer depuis mon départ, dans l’espoir futur de se voir réalisé une promesse informulée. Celle que je m’étais faite lorsque je lui avais donné mon cœur… Il me l’avait brisé et recollé via une correspondance plus intensive que celui que j’entretenais avec la blonde qui était à mes cotés. Parler de lui, m’était toujours difficile. Il me manquait depuis tout ce temps. Les mots ne me suffisaient plus. Mais le contexte politique actuel et ses prises de décision, son rôle dans l’Ordre, nous empêchait de se revoir si facilement. Je ne voulais pas le mettre en danger en suivant mon cœur et en même temps, je ne voulais pas épouser Amycus.
Ma situation, je le savais, n’irait pas en s’arrangeant. Je savais que je finirai par ne plus supporter que ma famille me dicte de mes actions, mon futur et mes pensées. Je finirai par exploser, telle l’éponge émotionnelle que j’étais. Il était rare de me voir perdre mon sang froid. La dernière fois, c’était le jour ou j’étais tombée sur un épouventard dans la foret interdite.

J’avais bu un verre d’eau. J’avais besoin d’un autre joint. J’avais besoin de la chaleur de Remus, d’être entourée de ces bras réconfortant, ceux d’un ami qui avait toujours été présent et à qui je pouvais tout dire. Il était devenu celui sur qui je m’appuyais, à défaut de pouvoir le faire sur celui pour qui mon cœur battait. Il avait toujours su lire en moi. Et ce, malgré le masque je m’obstinais à porter lors de nos études à Poudlard. Debout, Léo sortit sa baguette magique pour former un patronus et l’envoyer au QG de l’Ordre, expliquant la situation. Elle n’avait pas besoin de le faire, j’avais déjà prévenu Black, mais comment pourrait-elle le savoir ? Encore une information que je préférais garder pour moi.
Détournant mon regard vers la blonde, je l’observa quelques secondes, elle finit par sortir sa baguette magique et commença à finir de soigner mes plaies. Mais avant qu’elle ne puisse appliquer son baume je lui pris la main pour l’en empêcher. « Non. Pas de baume. Ca risque de détourner ma magie. » Il valait mieux laisser mes tatouages de soin faire le travail dans la nuit. Je lancerai l’effet de mes runes avant de me couchée, m’assommant volontairement de fatigue. Et alors que je refusais son aide, la plupart de mes tatouages apparurent. Il me fallait me concentrer maintenant pour faire agir les runes qui maitrisait mon don. Qui me rendait visible aux autres, sans tous mes tatouages. Juste une peau d’albâtre. Elle m’affirma que je ferai une monnaie d’échange parfaite, mais qu’elle trouvait l’idée répugnante. Nous vivons dans un monde répugnant, ou la violence était gratuite. Ou les idéaux de sang comptait plus que la vie elle même.
Me promettant de m’emmener au QG de l’ordre la prochaine fois, j’opinais de la tête. « Je ne suis pas en état de voyager. Je dois dormir. J’attendrais ton message… » Je savais au fond, qu’elle ferait ce que je lui avais demandé. Qu’elle en parlerait et appuierait ma demande. « Qu’importe que cela soit … Répugnant ou non. Remus doit être sortit de là… Et s’il m’arrive quoi que ce soit, il faudra que tu récupères toutes mes recherches et que tu les mettes à l’abri. Elles ne doivent pas tomber dans de mauvaises mains. » L’informais-je en détournant le regard vers les piles de dossiers qui trainaient dans un espace ‘’bureau’’ dédié dans le salon. Ce n’était pas le moment de tergiverser. Je me leva et observa la jeune femme, plus ferme, les tremblements étaient partit. « Va. Ils ont besoin de toi. » Je lui fis un faible sourire. Moi, je pouvais m’en sortir seule.



made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
It's time to chose •• PV Eléonore de Phily
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Clip] Bionicle AMV "Running out of Time".
» chose défendue, chose désirée. (pv leslye)
» We've got forever but you know that's not much time | Parfaite
» Lizette "Time Flies".
» Time's up de Troy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: ∇ La taverne ∇ :: Les orbes du forum. :: RP :: Novembre/Décembre 1981-