What you deserve~ Sulpicia


Forum RPG Au temps des Marauders; 1982 - Grande-Bretagne sous la soumission de Lord Voldemort; contexte evolutif; Avatar réels;

 

Partagez
 

 What you deserve~ Sulpicia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 65
Date d'inscription : 26/09/2018
Age : 25
Lily Potter

Devant le miroir, Amycus arrangeait son costume avec soin. Ce soir, il y avait chez les Carrow une grande fête à laquelle l’ensemble des sangs purs étaient conviés. C’était presque devenu un rituel annuel à l’approche des fêtes de fin d’année. C’était cette année également l’occasion de rajouter du prestige aux fiançailles d’Amycus et de Sulpicia et du mariage à venir. Il n’y avait jamais de mauvaises raisons pour étaler la fortune de la famille. Alecto passa la porte de la chambre et s’approcha de son petit frère, remettant correctement le col de cravate de celui-ci. Elle le complimenta sur son apparence, il la remercia sans lui retourner quoi que ce soit. Avec la complicité de Madame Mulciber, sa future belle-mère il avait fait en sorte d’assortir son mouchoir de poche avec la couleur de la robe de sa fiancée. Il n’avait pas vraiment les faveurs de cette dernière et le défi la rendait encore plus irrésistible. Il devait faire bonne impression. Avec sa fiancée, il ne pouvait ni compter sur sa fortune, ni sur son poste prestigieux, ni sur les faveurs du lord pour la combler. Il espérait qu’un petit bijou puisse l’aider. Il attrapa d’ailleurs l’écrin et le glissa dans sa poche avant de rejoindre le salon.

La demeure Carrow était métamorphosée. Il y avait des bougies partout et des drapés sur les murs. Les meubles avaient été poussés dans la salle à manger pour que l’on puisse installer un table impressionnante. Le salon s’était transformé pour accueillir les invités et leur servir l’apéritif. Madame Carrow ne put s’empêcher de s’approcher de son fils et de remettre en place une mèche de cheveux, ce qui fit grogner ce dernier. Il détestait que l’on s’approche trop de lui et encore plus lorsqu’on venait l’infantiliser de la sorte.  « Mère. S’il vous plait. » Il l’embrassa tout de même sur le coin de la joue, la complimentant sur son apparence. Un elfe de maison annonça l’arrivée des premiers invités. Ils allèrent les accueillir en bons hôtes.

Une coupe à la main, Amycus commençait à s’impatiente de ne pas voir sa fiancée arriver. Son expression faciale était en train de changer, traduisant son impatience. Sa sœur, au bras de son époux, lui jetait des regards, sachant pertinemment que la situation pouvait déraper rapidement. Monsieur et Madame Mulciber firent leurs apparitions. En bon futur gendre immédiatement, il se dirigea vers eux, les saluant avec politesse et complimentant la toilette de madame. Ils échangèrent quelques banalités notamment avec le père et le frère de Sulpicia : travail, actualité,… C’est à ce moment qu’il aperçut la jeune femme arriver. Il s’excusa auprès de sa future belle famille et se dirigea immédiatement vers elle sous l’oeil d’Alecto qui lui fit signe de se ménager.  « Je m’inquiétais de ne pas te voir arriver. Tu nous as fais attendre. » Son ton était accusateur même s’il essayait de paraître neutre.   « Laisse moi te complimenter sur ta tenue. Tu es ravissante. » Elle était à lui. C’était sa fiancée.

_________________
† Insanity is doing the same thing. Over and Over. And Over again but expecting different results.  (c) anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


What you deserve
ft. Amycus Carrow


Mère avait particulièrement insisté pour que je me rende à la soirée organisée par les Carrow dans leur manoir. Depuis l’avènement de la guerre, ils s’étaient enrichis bien plus qu’ils ne l’étaient déjà. Quelle famille de sang-purs n’avait pas fait son beurre grâce aux actions du Lord et de ses fanatiques ? Je n’en connaissais aucune. La position de mon père dans ses proches et son amitié avec celui-ci depuis Poudlard avait fait de nous l’une de ses familles… A la richesse et la puissance sans limites, si ce n’étaient celle que le Lord imposait. Alors, ce mariage avec l’héritier Carrow, le meilleur ami de mon frère était une opportunité pour les deux familles… Mon avis n’ayant pas comptés. Nous avions passé un accord avant ma sortie de Poudlard, et je ne pouvais plus revenir dessus. Je n’osais plus depuis que mon père avait levé sa baguette sur moi pour m’y forcée.
Il avait donné la formule de mon vaccin au Ministère, assurant que si je voulais continuer de contrôler son utilisation, je me devais d’épouser Carrow. Sa puissance m’ouvrirait des portes. Etait-ce utile ? Je repensais souvent aux dires, déçues de Sirius, me voyant incapable de tenir tête à ma famille. Incapable de prendre mon envol et d’enfin, libérer ma véritable personnalité.
Y arriverais-je ?

Elle avait préparé pour moi une robe et une paire d’escarpin, m’empêchant d’emporter avec moi de la lecture et des dossiers de loup capturés par le Ministère. Mère avait horreur que j’emporte du travail et que je m’installe dans un coin, dédaignant le monde des sang-purs. Je l’avais déjà entendue avoir une conversation avec Père concernant mon comportement. Mère estimait que mon intelligence faisait que je m’ennuyais rapidement en soirée mondaine. Que j’avais du mal à trouver des sorcières assez éduquées à mon gout. Appuyant ses dires par des rêveries, elle espérait qu’un jour, je ferai partie de ces grands sorciers récompensés par le Ministère pour mon travail. La première femme à y arriver. Père l’avait coupé.
Alors, lorsque j’arrivai enfin au Manoir, ma belle sœur qui était bien ronde de son second enfant, attendait assise dans le grand salon en compagnie de mon frère et de mes parents. Ils étaient tous près. Moi, je portais encore ma tenue de travail, ainsi que des dossiers dans les bras. Exaspérée, mes parents me firent des remontrances. J’haussa les épaules et lança un air dédaigneux à cette belle sœur qui m’insupportait au plus au point. C’était une américaine. Descendante d’une grande famille pur autrefois Anglaise. « Partez devant moi, personne ne remarquera mon arrivée. » Assurai-je en prenant la route de ma chambre à l’étage. Ma mère me coursa à une vitesse incroyable. Sa voix, douce mais ferme, s’énervait. Elle estimait que si, nous étions attendus ! J’allais soupirer mais je lui lança un regard froid et claqua la porte de ma chambre. « ALLEZ-Y ! » Ordonnais-je sèche.
Evidemment, elle avait choisit une robe de couleur or, accordée avec celle de mes cheveux. Cette robe… Elle avait trop de froufrous. Je la trouvais affreuse. Qu’était-il arrivé à ma mère ? D’ou lui venait cette idée ?!  Délaissant la tenue, je pris une douche rapidement, me coiffa, me maquilla et enfila une tenue tout droit sortie de mes années plus… Légère, à Poudlard. Une paire d’escarpin or et une pochette noir et or, ornée de perles, compléta ma tenue.
Mes cheveux étaient attachés en une grosse natte bien serrée. Mes yeux bleus entourés d’un maquillage noir charbonneux.

Je transplantai alors au Manoir Carrow. Remontant l’allée dans un déhancement féminin, presque félin, je portais un top ressemblant à une veste, marquant ma taille, noire, elle avait un décolleté particulièrement échancré en V. La veste était d’une manufacture des plus raffinée, de la haute couture… Moldu. Mes épaules étaient marquées, et mes bras couvert par ce tissus mélangé entre coton et cuir.
Avec, je portais un pantalon particulièrement moulant, noir. Là encore, mes formes étaient plus que dessinées. C’était ainsi que j’avais décidé de débarquer dans cette soirée de sang-pur, conservateurs, qui allaient me détailler de la tête aux pieds. Qu’importait. J’étais l’intouchable parfaite, Sulpicia Isobel Mulciber.

Amycus, une coupe à la main, s’approcha de moi dès lors que je fis apparition dans le hall d’entrée du manoir. Il était en compagnie de mes parents et de mon frère. Alecto fit un signe à son frère, je me méfiais d’elle. Elle mettait son nez dans mes affaires, bien trop souvent ! Droite comme un piquet, particulièrement hautaine, je dégageai un petit quelque chose qui me démarquait des autres jeunes femmes de la salle. Carrow, m’accusa de l’avoir fait attendre. Mon regard bleuté, glacial, le détailla de la tête aux pieds. Un sourire en coin, faible, presque moqueur apparut sur mes lèvres lorsque je vis son mouchoir accordé à la robe que je ne portais pas. Dans son dos, je pouvais voir le regard outré de Mère, Père et ceux de ses parents. Alecto en allait de sa propre expression. « Tout vient à point à qui peult attendre » lui répondis-je, coinçant sous mon bras ma pochette pour modifier la présentation de son mouchoir de poche, le pliant avec perfection. Le remettant, je glissa mes mains sur son torse, me rapprocha de lui et susurra au creux de son oreille.  « Je sais. Je suis parfaite. » Voilà sa réponse à sa tentative de compliment. Je me recula et prit sa coupe de ses mains pour la portée à mes lèvres, buvant une gorgée, l’observant de mes prunelles bleutées. J’avais porté, presque provoquante, la flute à celle-ci, y laissant une trace de mon rouge à lèvre.
Je n’étais pas là de mon plein grès, et je n’y mettais aucune volonté, préférant presque me faire piétiner par une horde de centaure. Je tendis ma main libre, l’autorisant à me donner son bras et donc, à se pavaner avec ma personne accrochée a celui-ci.



made by lizzou – icons & gif by tumblr




HRP
Tenue, coiffure, tout ca tout ca :
Spoiler:
 

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Date d'inscription : 26/09/2018
Age : 25
Lily Potter
La patience n’avait jamais été une qualité d’Amycus. Il aimait que les choses se passent quand et comment il l’avait décidé. Il était incapable de gérer la moindre frustration, ce qui le rendait à la fois instable et imprévisible. Ses parents comme sa sœur avaient toujours un œil sur lui, tentant de désamorcer la bombe qu’il était. Pour le moment, c’était l’absence de sa fiancée qui commençait à le rendre dingue. Il faisait comme si de rien n’était face à sa belle famille mais Alecto devait déjà être prête à intervenir. Heureusement, il vit arriver la belle blonde qui lui faisait totalement tourné la tête. Immédiatement il prit congé de ses invités pour se diriger vers elle. Sa beauté froide, son regard hautain et son côté inaccessible le rendait fou. A hauteur de Sulpicia, il lui fit remarquer qu’elle était en retard avec une certaine courtoisie. Elle était la seule à avoir le droit à ce genre d’attention malgré son ton accusateur. Leur regard se croisèrent, elle le détailla. Il en fit de même. Elle n’avait pas enfilé la robe promise par madame Mulciber mais un ensemble totalement différent. Le côté conservateur du jeune Carrow détestait au plus haut point, mais il appréciait la provocation. Le décolleté également. Il avait hâte du mariage. Hâte qu’elle lui appartienne.  « Je n’aime pas attendre. Garde le en mémoire. » Ca lui servirait sûrement par la suite. Un petit sourire se dessina sur son visage. Il était rare de le voir sourire sans qu’il ait une allure de carnassier.

Sulpicia s’approcha vers Amycus et remit en place son mouchoir de poche, geste qu’il prit pour un signe d’affection. Il n’était pas très doué dans ce domaine. Elle se souciait de son apparence et c’était toujours un pas en avant. Le contact de sa main à travers le tissus de sa chemise lui faisait une drôle de sensation. Il la complimenta sur sa tenue. L’assurance de sa fiancée le ravit.  « Espérons que cela dure. » Répondit-il avec détachement. Il savait qu’elle était différente des autres sangs purs et se doutait bien qu’il n’était pas au bout de ses peines, mais après tout c’était tout l’intérêt du défi de l’épouser. Sulpicia prit la coupe des mains d’Amycus. Cette fois ce fut madame Carrow qui blêmit. C’était incorrecte et elle priait intérieurement que son fils ait la décence de ne pas faire payer cet affront devant ses futurs beaux parents. En réalité, celui-ci était bien trop excité par ce geste de provocation, par l’insolence.  « Si tu veux un verre je préférerais à l’avenir que tu en fasses la demande. » Sa voix était sans émotion. Pas un mot plus haut que l’autre. Il récupéra sa coupe et fit signe qu’on lui en apporte une.  « Mais peu importe. Après tout bientôt nous serions mariés et nos biens seront communs. » La fortune des Carrow était un atout non négligeable de séduction. Toutes les femmes qu’il avait côtoyé, même si dernièrement il avait un goût prononcé pour celles mariées, rêvaient de diamants, de cadeaux. Il avait la possibilité de lui offrir tout ce qu’elle désirait.

Amycus saisit le bras de sa fiancée avec une grande délicatesse contrôlée et non naturel. Il n’avait pas l’habitude et cette attitude à avoir le fatigué. Bientôt, il n’aurait plus à faire semblant. Ils allaient s’avancer vers les invités lorsque le chien d’Amycus fit son entrée avec un présent pour sa future maîtresse… En réalité il s’agissait d’un pauvre elfe de maison secoué dans tous les sens et légèrement mâchouillé. La grosse bête s’assit face à la jeune femme et remua la queue attendant une attention.  « Assian. Qu’est ce que nous avions convenu par rapport à ce genre de comportement ? » le gronda fermement Amycus. Assian baissa la tête. Il fit signe à l’elfe de retourner à ses occupations, il ne se fit pas prié.  « Au moins cette fois il était encore entier. » Il releva la tête vers sa fiancée.  « Je crains qu’il ne s’agisse d’un cadeau. » Il gratifia son chien d’un geste tendre.

_________________
† Insanity is doing the same thing. Over and Over. And Over again but expecting different results.  (c) anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


What you deserve
ft. Amycus Carrow


Il n’aimait pas attendre ? Vraiment ? Carrow allait être particulièrement déçu ! Des attentes vis à vis de moi, il en avait. Beaucoup. Il attendait que je devienne sa femme, que je porte ses enfants, que je l’aime même. Il osait s’imaginer que je serai sienne. Attendre. C’est ce qu’il allait faire me concernant. Il attendrait pour tout. Me toucher, m’embrasser, m’épouser. De la patience. Il allait en avoir besoin et des déceptions, il en aurait surement lorsque je les lâcherai tous pour partir vivre ma vie loin d’eux et de leurs sornettes de conservateurs consanguin. Je n’avais accepté ce marché que pour une seule et unique raison : récupérer l’original de ma formule du vaccin anti-lycaon. Ce vaccin, que je savais Amycus usait avec un plaisir presque sadique sur les innocents enfermés dans sa prison. Ce vaccin qui était utilisé pour torturer des âmes perdues, des âmes en souffrance, aux noms d’idéaux dépassés. Ces morts, je les avais sur la conscience. Leur sang tachait mes mains. Je n’étais pas celle qui appuyait sur la seringue pour leur injecter le produit, mais celui-ci venait directement de mon imagination. De mon esprit, de cette faculté que j’avais toujours eue de calculer et de comprendre la médicomagie. J’étais devenue un monstre. Le monstre qui avait donné au Régime une nouvelle arme contre ceux qui luttaient contre eux. Mon regard bleuté, froid et inexpressif plongea dans celui d’Amycus. Je lui répondis avec un petit sourire en coin. «Bien. Ca t’arrivera souvent. Garde le en tête. » Rétorquais-je, effrontée, provoquante.

Je m’étais approchée, confirmant ma perfection face à l’homme à qui j’avais volé la coupe. Il me faudrait plus qu’une coupe pour faire de cette soirée un moment agréable. Amycus, conservateur au possible de part son éducation, n’avait pas commenté ma tenue… Hors norme. Qui avait fait pâlir mère à une vitesse… Je pouvais m’en amuser.  Réellement. Elle prit le bras de mon frère lorsque je vola la coupe du Mangemort. Observant sa réaction. Il n’avait pas un mot plus haut que l’autre mais me réprimanda. Faisant une remarque concernant notre futur mariage… Qui n’aura jamais lieu. « Pourquoi demander lorsque je peux tout simplement, prendre ? » Effrontée et détachée, je le laissai reprendre sa coupe. Repoussant d’un geste de la main dédaigneux le sorcier qui s’approchait avec un plateau. Je n’avais plus envie d’une coupe de champagne, ma réponse qui me brulait les lèvres concernant ce mariage me semblait être une meilleure idée pour provoquer encore plus Amycus.
Me mordillant la lèvre inférieure, je le fixais, glaciale. « Bientôt… »Appuyais-je « Un tel mariage demande des années à organiser. Il va falloir t’accrocher à ta patience Amycus. » Les alliances de sang-purs se faisaient lors de la petite enfance. Mon statut de favorite de notre maison avait permit de ne pas me fiancée si rapidement. Mère avait passé plusieurs années à se concentrer sur la recherche d’une épouse pour mon ainé, se refusant d’en faire de même pour moi. L’avènement du Régime avait juste tout changé. Ils avaient besoin d’assouvir leur puissance. D’assouvir encore plus leur besoin de domination. Pour y arriver, ils avaient poussés mes collègues à confier ma formule au Ministère. Ils me tenaient par le bout du nez sachant parfaitement que je ferai tout pour obtenir l’allégement de ma propre punition…

Il me prit le bras avançant en ma compagnie vers les invités. Nos parents nous observaient, presque touché par le couple que nous formions. Ce couple que nous n’étions pas. Un chien vint nous couper la route. Dans sa gueule un pauvre elfe de maison baveux semblait souffrir le martyr. Observant dédaigneuse la scène, je croisa les bras sous ma poitrine. La mettant encore plus en avant. J’étais parfaitement consciente qu’il n’y avait pas qu’à Amycus, que cette tenue ferait effet. Mais la présence de ce chien, le regard presque affectueux qu’il y portait et l’attention particulière presque humaine que Carrow affichait, me dégoutta. Il pouvait tuer des innocents. Mais son chien, lui, avait droit à une attention toute particulière.
Je lui fis l’affront de lever les yeux au ciel lorsqu’il m’affirma que cet elfe était un cadeau. Ne répondant pas, je doublai le sorcier et son animal de compagnie, dans un déhanché félin, pour rejoindre la salle avec les invités. Ma mère continuait de se tenir fermement à mon frère, espérant surement que mon attitude s’assagisse.

La soirée ne faisait que de commencer.


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Date d'inscription : 26/09/2018
Age : 25
Lily Potter

 
Sulpicia était bien différente des autres femmes et c’était quelque chose qui plaisait énormément à Amycus. Il en avait séduit beaucoup grâce à la renommée de sa famille mais aussi sa capacité à avoir tout ce dont il désirait. Il avait mis beaucoup de jeunes sangs purs dans son lit et même quelques femmes mûres mariées depuis trop longtemps. Le prestige du nom de famille. Mais la jeune Mulciber avait très tôt attiré son attention. Elle dégageait quelque chose de différent. Elle ne se laissait pas faire et avait un mépris pour les règles qu’elle dissimulait derrière son visage de perfection. Elle avait le don de contenir la colère du mangemort alors qu’elle mettait ses nerfs à l’épreuve à chacune de leur rencontre. Amycus n’avait pas eu grand mal à convaincre ses parents de lui donner sa main, d’autant qu’il avait le soutien du grand frère de celle-ci qui n’était autre que son meilleur ami – du moins en quelque sorte. Aujourd’hui – comme chaque jour depuis qu’ils étaient fiancés – elle le faisait attendre. Et la patience n’était pas son fort. Il lui fit remarquer, tentant de se contenir autant que possible. Il s’était mis en tête de la séduire. Il était terriblement têtu. Elle répondit effrontée, chose qui eut le don de l’agacer et de l’attirer en même temps.  « C’est ce que nous verrons. » répondit-il sur un ton neutre.

La jolie blonde osa prendre le verre des mains du Carrow, qui regarda quelques instants sa main vide. Les sangs purs qui les observaient retenaient leurs souffles. La fortune des Carrow n’avait d’égale que les capacités d’Amycus à se mettre dans une colère à la fois destructrice et ravageuse. Lady Mulciber était d’ailleurs sur le point de se défaillir, attrapant le bras de son fils. Pourtant, l’objet de toutes les attentions réussit à contenir à la fois l’énervement et l’excitation provoquée par ce geste : Ils étaient faits l’un pour l’autre. Il la réprimanda calmement. Bien entendu, elle n’allait pas lui laisser avoir le dernier mot.  « Je te l’accorde pour cette fois. » Il haussa les sourcils. Il n’était pas au bout de ses peines avec cette femme.

Sa future épouse était prête à toujours repousser les limites, et utilisait tout ce qui était possible pour le provoquer. Cette fois, elle s’attaquait au mariage. Amycus avait déjà beaucoup trop attendu. Il avait accepté bien des choses pour être certain de pouvoir l’épouser. Il en avait assez et il allait faire en sorte que ce mariage se déroule le plus rapidement possible ! Le regard glacial de Sulpicia se heurta à celui déterminé du jeune homme.  « Pas lorsque l’on est un Carrow. Nous serons mariés avant la fin du prochain été. » C’était une promesse. Il se délecta de la sensation d’avoir eu le dernier mot cette fois. Peu importe ce qu’elle pourrait répliquer : il avait raison. Les Mulciber comme les Carrow avaient hâte de conclure une si belle alliance.
Amycus lui attrapa le bras et l’entraîna vers les invités, c’était sans compter l’arrivée d’Assian et son elfe-cadeau. Il gratifia son chien d’un geste tendre après avoir fait preuve de fermeté. Si le mangemort était capable de ressentir le moindre sentiment d’amour, ce serait pour cet animal. La réaction de Sulpicia eut le don de le mettre hors de lui. Elle ne prêta pas la moindre attention au chien et se détourna d’eux pour rejoindre la salle principale. Amycus l’observa se déhancher avec envie. Pourtant, son poing se serra. Il n’était pas question qu’elle joue de cette manière avec lui.
 
Il retrouva sa contenance et après une dernière caresse à son fidèle compagnon, il reprit une nouvelle coupe de champagne et retrouva sa fiancée en pleine discussion. Il s’approcha silencieusement avant de passer son bras de façon effronté autour d’elle, saluant d’un geste poli de la tête son interlocuteur. Il s’agissait du directeur de la recherche. La vengeance parfaite. Il prit une voix calme  « Ravi de voir que vous avez accepté l’invitation. Sulpicia craignait de n’avoir personne avec qui discuter de… vos innovations. Je dois dire que vos découvertes nous sont fort utiles. J’espère que vous trouverez quelqu’un à la hauteur pour reprendre sa suite. » Amycus se délecta de l’air choqué du sorcier en face de lui. Il regarda sa chère fiancée d’un air satisfait. Il haussa légèrement la voix afin que les couples alentours puissent l’entendre  « Oh je pensais que tu avais déjà annoncé ton départ. Je suis confus. Je crains que ce ne soit plus vraiment un secret… Ce ne sera qu’après notre mariage bien entendu ! Nous en avons longuement discuté et nous avons décidé de nous accorder un peu de temps tous les deux. J’espère que vous comprendrez ! » Le collègue n’eut d’autre choix que d’obtempérer face à un personnage tel qu’Amycus.  « Si vous voulez bien m’excuser. Ravi de vous avoir croisé. » Il hocha la tête avant de s’approcher de l’oreille de sa fiancée et de lui murmurer à l’oreille.  « Tu joues. Tu perds. » Il déposa un baiser sur sa joue avant de s’éloigner.

_________________
† Insanity is doing the same thing. Over and Over. And Over again but expecting different results.  (c) anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


What you deserve
ft. Amycus Carrow


Déterminé, Carrow venait de me promettre que notre mariage aura lieu avant la fin de l’été prochain. Cela me laissait donc quelques mois pour prendre mon indépendance et organiser mon départ de la famille Mulciber. Je détournai le regard vers ma mère et mon père. Mère était toujours déconfite, père, lui, approuvait l’annonce. Si vite ? Non, ce n’était pas possible ! Ces choses demandaient du temps, et ces épousailles avaient étés orchestrés tardivement. Détournant le regard vers Amycus, je plissai les yeux pour l’observer. Non, ca n’arrivera jamais. Je comptais bien rejoindre Sirius et l’Ordre dès que j’en avais l’occasion, qu’importe les protestations du Black. Je ne comptais pas rester plus longtemps ici. A suivre ce que tout le monde attendaient de moi. A obéir, suivre le plan.
Ce n’était plus moi. Je n’étais plus cette enfant qui obéissait de peur de perdre ses parents et leur amour. Elle avait grandi. Elle avait du se faire une place dans le monde. Elle avait subit les moqueries, les remarques acerbes sur ses capacités, son don et ses origines. Maintenant. Elle était une femme indépendante. Je n’avais donc plus besoin d’eux. Juste de récupérer ma formule du vaccin qu’ils m’avaient volés, et là. Je serais libre de les quitter tous. Eux, et leurs discours puritains sang-pur. Leurs manières dépassées. Eux, qui me répugnaient de plus en plus.

Je m’étais détournée d’Amycus et de son chien, passant devant tout ce beau monde qui nous regardait en tenant sa respiration. Mes parents me puniraient surement une fois rentré. Ils ne supportaient pas mon insolence et cette provocation constante que je jouais avec l’héritier Carrow. Un sourire en coin leur fut adressé. Oui, je comptais bien rester aussi joueuse avec ses nerfs. Cet homme rustre était connu pour sortir de ses gongs à une vitesse… Et je comptais bien révéler son véritable visage. Celui d’un homme, loin d’être digne de ma réputation.
Alors, lorsqu’il se rapprocha, il passa ses bras autour de moi, c’était effronté et déplacé ! Je n’aimais pas son contact physique, du moins, pas quand je ne l’avais pas décidé. Il me colla contre lui, une coupe de champagne dans la seconde main. Observant le sorcier du coin de l’œil, j’étais toujours froide et hautaine. Je me figea par la même occasion du à son contact. Sa peau était chaude. Etrangement chaude. Il salua mon directeur de recherche, et prit une voie calme. « Ravi de voir que vous avez accepté l’invitation. Sulpicia craignait de n’avoir personne avec qui discuter de… vos innovations. Je dois dire que vos découvertes nous sont fort utiles. J’espère que vous trouverez quelqu’un à la hauteur pour reprendre sa suite. »
Je me figeai, observant le sorcier en face de moi, ne détournant pas le regard vers Amycus. Comment ca ? Je devais quitter mon travail ? Ce n’était absolument pas dans le contrat de mariage ! Voilà qu’il se mettait à jouer, lui aussi, mais Amycus n’était pas fairplay. Il appuyait là ou ca faisait mal. Pensait-il réellement que j’allais me laisser faire ainsi ? Que je ne dirais rien ? « Oh je pensais que tu avais déjà annoncé ton départ. Je suis confus. Je crains que ce ne soit plus vraiment un secret… Ce ne sera qu’après notre mariage bien entendu ! Nous en avons longuement discuté et nous avons décidé de nous accorder un peu de temps tous les deux. J’espère que vous comprendrez ! »
Me laissant dessiner un sourire sur mes lèvres, je me décida à inverser les roles. Si je devais quitter mon travail. Lui aussi le devrait. Qu’importe qu’il me susurre au creux de l’oreille que je perdrais à ce petit jeu. « Evidemment que vous comprendrez mon cher Selwyn. Nous ne partons qu’une fois en lune de miel ! Quelle chance j’ai qu’Amycus trouve l’idée de passer du temps ensemble merveilleuse… Puisque nous partirons durant deux ans de nos travails respectifs afin de produire des héritiers dignes de ce nom. » Ce jeu, était loin d’être finit. Je me retournai Carrow, continuant à sa suite. « N’est-ce pas mon chéri ? Il ne faudrait pas que tu oublies de te trouver un remplaçant au Ministère. Tu n’auras guère le temps pour ce genre de passion. » Une de mes mains libres vinrent se poser dans son dos, jouant outrageusement avec ses nerfs. Elle glissa de haut en bas, en une douce caresse presque enivrante. Je savais maitriser ce genre d’hommes. Et ce n’était pas pour rien que mon frère avait appuyer la demander en mariage de Carrow. « Qui a-t-il de plus important que les premières années de ses héritiers ? » Mon regard froid en disait long. Des héritiers ? Il allait surement avoir du mal à en obtenir avec moi.



made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 65
Date d'inscription : 26/09/2018
Age : 25
Lily Potter

La détermination d’Amycus n’avait aucune limite. Enfant aimé et héritier de la famille, il avait toujours eu le dernier et le moindre de ses désirs était exhaussé dans la demi-heure. Mais Sulpicia semblait un point d’honneur à lui tenir tête. C’était certainement l’une des choses qui l’avait attiré le plus chez elle. Elle n’était pas du genre à céder à ses caprices bien au contraire. Amycus avait pris l’habitude de se heurter au mur glacial qu’elle hissait entre eux, sachant pertinemment qu’il finirait par le traverser. Les coups étaient pour la plupart bas et il n’y avait aucune règle à leur jeu – si l’on pouvait appeler ça de cette manière – tout était permis. Le jeune Carrow n’était pas du genre à se dire vaincu et s’il laissait parfois du terrain à sa fiancée c’était pour revenir de plus belle. Il la voulait. Il l’aurait. Les choses ne pouvaient se passer autrement. Même si pour cela il devait utiliser la force. Il n’en serait pas à son premier coup d’essai. C’est ainsi qu’il attaqua une nouvelle fois, mais cette fois prenant un témoin qui n’était autre que le directeur de recherche. Il savait là où frapper. Sulpicia n’était pas une femme comme les autres et il était presque convenu implicitement qu’elle continuerait à contribuer à la recherche du « vaccin » après leur mariage. Du moins en théorie. Car sur ce point, c’était lui – le futur époux – qui avait la main mise. Les habitudes ancestrales avaient parfois du bon.

Amycus s’approcha des deux sorciers et passa son bras autour de sa fiancée. Ce geste était totalement déplacé mais personne n’oserait lui en tenir rigueur. Il était d’ailleurs presque certain que sa mère ainsi que Lady Mulciber s’étaient remises à respirer en voyant ce geste de tendresse plutôt que l’expression de la colère du fiancé sans cesse rabroué. Il fit en sorte d’arborer une voix calme et de discuter comme s’il s’agissait d’un échange de banalité. Les deux « amants » savaient tous les deux que quelque chose d’autre étaient en train de se jouer. C’était une discussion de la plus haute importante. Amycus lui faisait payer son insubordination. Sa petite phrase eut l’effet escompté lorsque la jeune blonde se figea, ne tournant pas le regard vers son futur époux. Ce dernier prit une voix faussement désolé et peut-être un peu trop caricaturale, s’excusant de ne pas avoir attendu qu’elle ne se décide à l’annoncer d’elle-même. Comment aurait-elle pu alors que ce point n’avait jamais véritablement été évoqué. Amycus n’avait aucun problème avec le fait de voir son épouse travailler avant qu’ils aient des enfants. Il devait avoué que même s’il voulait garder le contrôle, il n’avait pas envie de l’avoir sans cesse dans les pattes. Surtout une femme difficile comme elle.

Le sourire sur les lèvres de Sulpicia le conforta dans son choix de fiancée. Elle était clairement la seule capable de lui tenir tête et ne pas s’avouer vaincue. Les autres prétendantes lui auraient donné satisfaction. Pas elle. Et il devait bien avouer que ca le titillait pour ne pas dire l’excitait carrément. Il la voulait d’autant plus. Il susurra au creux de son oreille qu’il allait gagner mais la partie était toujours en cours.  Carrow haussa les épaules alors qu’elle se mettait à déblatérer sur leur lune de miel. Il manqua intérieurement de s’étouffer alors qu’elle se mit à parler d’un congé de deux ans pour mettre au monde des héritiers digne de ce nom. Elle était aussi folle alliée que lui. Il se mit à bouillir intérieurement : son poste était d’intérêt publique ! Il avait fait plus pour le nouveau gouvernement que la plupart des sangs purs. Il se devait d’être utile et surtout de pouvoir satisfaire son ambition. Quelle garce ! Pourtant en bon sociopathe il resta fermé, gardant toutefois le silence. Elle vint le titiller un peu plus.  « Cela va de soi. Mon travail ne sera plus ma priorité une fois que nous aurons éradiqué ce qu’il reste de ses cellules terroristes. Chose qui ne saurait tarder. Nous avons eu de nouvelles informations fortes intéressantes.  » Il but une gorgée de son verre, se figeant alors que la main de la jeune femme se glissa dans son dos, le caressant à le faire devenir fou. Qu’est ce qu’il pouvait la désirer. Des héritiers ? Enfin un peu de bon sens.  « Je te rejoins parfaitement sur cette affirmation. D’autant qu’ils auront la chance contrairement à nous de grandir dans un monde ayant retrouvé son ordre logique. Et je dois bien le reconnaître que j’ai la chance d’avoir une fiancée y ayant participé activement. Je ferais en sorte que personne ne l’oublie. » Il se tourna vers l’interlocuteur.  « Il en va de même pour vous Selwyn. Nous apprécions grandement votre aide. » Amycus tira sur sa veste pour la remettre en place et se défaire de la main de sa chère et tendre. « Nous aurons tout le temps d’en discuter plus tard. Pour le moment place aux festivités. »  fit signe au serveur d’apporter de quoi fêter cette réussite.

_________________
† Insanity is doing the same thing. Over and Over. And Over again but expecting different results.  (c) anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


What you deserve
ft. Amycus Carrow


Si Amycus savait ou attaquer, ou appuyer pour me faire fléchir, je savais tout aussi bien comment faire en sorte de le rabaisser et de répondre à ce jeu, sans règles, aux coups de plus en plus bas. L’annonce à mon directeur de département était passée de travers, la mienne pour ces deux ans de congés aussi.
Pensant surement que j’avais baissé les bras, je parlais de lune de miel, puis d’héritier alors que ma main continua mes caresses. Haut, bas, du bout des doigts, du bout des ongles, j’avais détourné mon regard bleuté vers lui, observant ce visage froide et fermé. Il était tout aussi froid que mon expression, bien que moi aussi, je l’avais sentir se figer sous mon contact. Ce n’était pas mon genre d’attention envers celui-ci, mais je savais me jouer des sang-purs, surtout ceux comme Amycus. Il se croyait le plus fort, mais je savais au fond que je pouvais continuer à l’amener là où je le voulais. A me jouer de lui, peut-être même à le mettre à mes pieds.

Sa coupe de champagne dans les mains, il répondit qu’évidemment, son travail bien qu’important, ne deviendrait plus sa priorité. Après tout, il argumenta que bientôt les terroristes seront tous arrêtés. Que le monde seraient libérés de ceux-ci. Amycus n’était jamais avare lorsqu’il s’agissait de son travail. Il m’arrivait souvent de le pousser à m’en parler, à lui poser des questions sur celui-ci lorsque nous étions en famille. Mais rien de bien particulier. Je faisais semblant de m’en intéresser pour ne pas à avoir parler de mariage et d’enfants. Surtout pas avec lui.
« Vraiment ? » Dis-je, presque totalement désintéressée. « Je ne suis guère certaine que le professeur Selwyn désire entendre parler de tes futurs jouets Amycus. » J’étais presque sèche. Je savais au fond qu’il faisait tout pour arrêter l’Ordre, mais que ses membres continuaient de résister et de garder la tête hors de l’eau. Carrow était donc loin de ses peines.

Toujours figé, il me rejoignit sur la question des héritiers, affirmant qu’ils auront plus de chance que nous. Ils grandiront dans un monde pur, sans taches. Un monde totalement manipulé. Abjecte. Je ne pouvais exposer mes véritables pensées à la chose, je savais que Selwyn ne dirait rien et ne s’étonnerait pas de me voir suivre Amycus dans son délire. Il me connaissait suffisamment depuis ces trois dernières années pour savoir que, je n’en pensais pas un seul mot.
Il me regardait de ses yeux sans vies, et moi des miens, attendant surement une réaction autre que celle que j’allais lui offrir, juste pour lui faire plaisir… Avant de redevenir la peste que j’étais. « Remercions le Lord pour le don qu’il nous fait. »
Carrow tira sur sa veste, me faisait retirer ma main que je tendis vers le serveur qui venait avec d’autres coupes… et quelques verres de whisky pour ces messiers. Amycus venait d’annoncer le début de sa petite sauterie. J’avais envie de partir et de m’arracher les cheveux. La soirée allait être longue.
J’us le temps de jeter un œil à nos parents qui discutaient, sa sœur nous surveillait toujours. Je pris un verre de whisky, toujours dans mon besoin de rejet des conventions. De provoquer Amycus. « J’imagine mon cher Selwyn que vous avez d’autres sorciers à aller voir. Ne vous en faite pas pour nous. Passez une bonne soirée. »
Le sorcier fut soulagé d’être libéré de la présence de Carrow. Rare étaient les sorciers qui l’appréciaient. Portant mon verre à mes lèvres, j’observais le sorcier s’excuser et s’éclipser. Au moins, Carrow ne pourrait faire plus de mal à ma carrière. « Je te dis tout de suite. Je ne danse pas. » Venais-je de lancer sèchement en l’observant.
J'allais lancé un nouveau round entre nous lorsque s'approcha deux sorciers de l'âge d'Amycus. Tous deux avaient un physique plus qu'attrayant, plus musclé que le sorcier. Ils saluèrent poliement Carrow, puis me prirent l'un après l'autre la main pour y déposer un baiser. « Miss Mulciber, permettez nous de complimenter votre tenue ce soir, ainsi que vos futures épousailles! » Mon regard bleuté se planta dans celui de mon interlocuteur qui gardait ma main dans la sienne, regrettant presque de n'avoir pas été assez rapide pour mettre son offre sur la table.



made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
What you deserve~ Sulpicia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» we imagine what we deserve / cecil
» (m/libre) first deserve, then desire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: ∇ La taverne ∇ :: Les orbes du forum. :: RP :: Novembre/Décembre 1981-