The supremacy of Pure Blood begin here.
Dans la nuit du 31 octobre 1981.
Attaque perpétrée par les forces du Lord: Peter Pettigrow tue le jeune Harry dans son sommeil pendant que James et Lily Potter sont aux mains des Mangemorts qui perquisitionnent le couple. Peter transplane avant de se faire repérer par ses amis.

Pendant ce temps …
Un groupe de chercheur en médicomagie présentent les résultats d’une étude sur le développement d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Personne n’entend parler de la mort du jeune Harry Potter... - Lire le contexte -
RèglementLa vielle magieLe sangPrédéfinisLes BottinsPartenariats
A savoir
# Forum dans l'univers de J.K. Rolling - Première guerre - Uchronie Dystopique - Monde adulte.
# Contexte évolutif, chaque personnage compte! Luttez pour la victoire de votre camps!
# Codage par Okhmhaka sur Never-Utopia; Images par Lüly (Eléonore); Codages supplémentaires par Sulpica;
Intrigue II
Suite à l’attaque du Chaudron Baveur par le ministère en quête de nés-moldus à emprisonner, le bilan des pertes est lourd. Remus Lupin, fidèle membre de l’Ordre a été emprisonné en sa qualité de Loup-Garou et se fait chaque jour torturer afin de lui sous-titrer des informations. Coup dur pour l’Ordre, dont l’information leur parvient grâce à Sulpicia Mulciber, la colocataire de Remus. Une opération de libération se profile à la prison de l’Abbey de Westminster. Leadée par Sirius Black, Nyneve Mckinnon, Peter Pettigrow et Sulpicia Mulciber s’infiltrent avec fracas dans la prison. Si Severus Rogue et Lucius Malefoy tentent de les arrêter, ils se retrouvent rapidement en position délicate grâce à l’arrivée du groupe de secours composée d’Arthur Weasley, Elena Dragomirov et Eléonore de Phily.
Le bilan est difficile pour les mangemorts. Non seulement Remus est sauvé, mais tous les prisonniers sont libérés et ce malgré l’équipe d’une dizaine de mangemorts et d’Aurors envoyés par le ministère. C’est une belle victoire pour l’Ordre, l’orage gronde au Ministère. Amycus Carrow est furieux, il va falloir payer les pots cassés...
Intrigue I
« Harry Potter est mort. L ‘élu a été tué. Le monde magique est proche de sa fin. Résistez ou fuyez! Harry Potter est mort! ». En ce beau matin de novembre 1981, la une de la gazette du sorcier aurait pu annoncer la tragique attaque de Goodrich’s Hollow. Les sorciers du royaume uni auraient pu se réveiller avec une nouvelle bien tragique, s’ils savaient qui était Harry Potter. Au lieu de cela, la gazette annonçait en sa première page la découverte prodigieuse d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Nul ne se doutait des terribles événements qui avaient eu lieu dans la nuit, relatés page 12 de la gazette dans un tout petit encadré : « Des Mangemorts perquisitionnent un couple suspecté de faire partit de l’ordre du phénix. Tournant au vinaigre, un enfant meurt durant l’intervention. ». Ni plus, ni moins, le jeune Harry James Potter était mort. La prophétie ne se réalisera jamais. Voldemort venait d’assoir son pouvoir en tant que 1er Ministre de la Magie.
1981; Grande-Bretagne
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Echange de bon procédés feat Arthur Weasley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Arthur Weasley



Sa cigarette au bec, Péter attendait patiemment la fin de la réunion de son unité d’Auror. Etre à la botte du Régime en répugnait plus d’un, il connaissait les noms de ceux qui ne se décidaient toujours pas à se bouger le petit doigt pour entrer dans la lutte contre le Lord. Il savait qu’ils avaient beau faire partit de l’élite des sorciers, ils faisaient tous dans leurs robes à la simple idée de rencontrer le Lord. Sauf Pettigrow, appuyé contre un mur de la pièce, les yeux rivés sur le sorcier qui faisait sa présentation. S’ennuyait-il ? Ecoutait-il ? L’on pouvait sérieusement se poser la question. Son visage inexpressif se contentait de fumer dans son coin. Il était toujours impossible de savoir ce que cet esprit déranger pensait. Qui avait envie de plonger son esprit dans le sien ? Il en ressortirait surement fou.
Enfin, la réunion prit fin. Il se déplaça enfin, écrasant sa cigarette dans le cendrier présent sur l’une des tables de la salle et prit le dossier que le présentateur lui tendit.
Pettigrow avait une double étiquette au sein du Ministère. C’était avant tout un Auror. Mais un Auror qui remplissait aussi les fonctions de secrétaire. Organisé. Presque maniaque du rangement. Il classait au millimètre près des centaines de dossiers par jours. Ne se plaignant jamais de devoir se charger des dossiers qui s’entassaient sur son bureau parfaitement propre. Parfaitement rangé. C’en était presque pathologique. Ce devait être le seul à avoir retenu par cœur le nom des prisonniers actuels de la prison de Westminster, les motifs d’emprisonnement et les techniques de tortures utilisés sur chacun. Il connaissait leurs numéros de cellules et créait régulièrement les ordres de transfert pour Azkaban ou d’exécution pour d’autres. Ce petit rat, mal vu par sa direction, Carrow, avait pourtant de nombreuses qualités au sein du Régime… Et de L’Ordre.

Marchant dans les couloirs de Ministère, une autre cigarette coincé sur l’oreille, la silhouette fine et élancée du jeune sorcier ne payait pas de mine en rapport aux corps musclés de certains Aurors. Pettigrow avait beau être grand et mince, avoir un physique avantageux grave à la générosité du Lord, il n’était pas une armoire à glace pour autant !
Lorsqu’il arriva dans le département de Weasley, le jeune homme s’arrêta à un angle de couloir. Il n’était pas rare de le voir trainer ici. Pettigrow venait souvent pour récupérer des documents concernant certains abus qu’utilisaient parfois les interrogateurs d’Amycus pour faire parler leurs victimes… Ou effacer certains détails dans les dossiers. Qui sait ?
Quand il aperçut le roux, il lui fit signe qu’il était là pour lui parler. « Marchons ensemble. » Lança-t-il en saluant Weasley. Qu’allait-il lui dire ? Marchant dans les couloirs, direction la salle de pause, Pettigrow proposa une confiserie à Arthur et en profita pour lui glisser une note. Une fausse information. Mais comment pouvait-il le savoir ? Il fallait faire paniquer l’Ordre du Phénix. Ainsi était les ordres. Ce petit mot, que disait-il ? Tout simplement que le Régime connaissait l’emplacement de l’une des succursales de l’Ordre qui avait pour utilité de faire passer des nés moldus en France ou en Belgique.




_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Peter Pettigrow



« Et...voilà ! Fichue paperasse... » grommela Arthur en signant un rouleau de parchemin démesuré qu'il avait passé la dernière heure à remplir. En soupirant longuement, il tendit le bras pour reposer sa plume dans l'encrier avant de tapoter le rouleau du bout de sa baguette. Le papier vibra subrepticement avant de se contorsionner, de se plier afin de constituer un oiseau en origami, dont les petites ailes fragiles se mirent à battre maladroitement. L'oiseau de papier effectua un décollage mal-assuré et se dirigea vers la porte en marquant, dans l'air, d'inquiétantes pertes d'altitude. Arthur n'était pas inquiet : ses oiseaux de papier atteignaient toujours le bureau du responsable du département de réparation des accidents et des catastrophes magiques qui avait exigé que le rapport sur la dernière perquisition fut rédigé intégralement avant sa réunion.

Le père Weasley se passa les mains sur le visage, se frotta les yeux et rectifia une mèche de cheveux roux qui lui tombait sur les yeux, avant de se redresser de son siège, qui émit un long grincement gênant. « Perkins, je prends une petite pause. A tout de suite » lança Arthur à l'attention de son seul et unique collègue, un homme voûté, surmonté d'une explosion de cheveux argentés. Ce dernier hocha la tête avec ce qui semblait être une extrême précaution, comme s'il avait peur à l'idée qu'elle se détache de son cou et qu'elle se mette à rouler sur son bureau qui débordait de papiers.

A peine eut il franchit la porte qu'Arthur dû se baisser pour esquiver son oiseau de papier qui était manifestement parti dans la mauvaise direction. Un peu plus loin, au détour d'un couloir, il rencontra un visage familier, celui de Peter Pettigrow. Une cigarette fichée sur l'oreille, le brun lui intima le signe de l'accompagner. Arthur s'exécuta, sans doute Peter avait des choses importantes à lui confier, lui qui, comme Weasley, espionnait le Ministère pour le compte de l'Ordre.

Peter lui proposa une confiserie, connaissant l'appétit du rouquin pour les gourmandises, qu'Arthur saisit pour la savourer de manière coupable lorsqu'il pensa à la remarque que Molly aurait pu lui faire sur l'apparition récente d'un petit ventre rebondi.

Après la gourmandise : l'amertume, sous la forme d'un simple bout de papier sur lequel étaient écrits une série de mots vraisemblablement griffonnés à la hâte. Arthur lança un regard par dessus son épaule, puis devant lui. Assuré qu'ils étaient bien seuls, il examina la note plus attentivement avant de retenir brusquement son souffle en serrant le poing, froissant au passage la missive.

Tout en essayant d'être le plus discret possible, Arthur faisait son possible pour capter le regard de Peter afin de juger de l'urgence et de la gravité de la situation. Les pensées se bousculaient dans l'esprit fébrile de Weasley, qui se mordillait nerveusement l'intérieur de la joue. Le rouquin paraissait terrassé par cette information. « Par la barbe de Merlin... »   chuchota-t-il avec gravité. «  Comment ont-ils appris l'existence de son emplacement ? Et comment est-ce que tu as appris cette information, Peter  ? Ton département a déjà prévu une opération ? »

Arthur essayait tant bien que mal de retenir ses questions, mais cette situation l'inquiétait énormément. Et si Molly était de garde là bas à ce moment même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Arthur Weasley



Ils étaient arrivés dans un couloir plus calme que les autres. Le père Weasley avait accepté la confiserie, en vrai, gourmand il ne s’était pas fait prier deux fois avant de se jeter dessus. Il aurait pu s’étouffer avec en lisant la note que Pettigrow lui avait glissé, toujours dans la retenue, il observa le sorcier lire le petit bout de parchemin qu’il froissa nerveusement par la suite. Tous deux étaient des espions. Arthur pour l’Ordre. Péter pour… le coté qui l’arrangeait en fonction du pied avec lequel il s’était levé le matin même. Il n’était pas hésitant, il savait pour qui il travaillait, mais cette bipolarité dans son allégeance faisait de lui un espion des plus convainquant.

Weasley jura. Essayant de rester le plus discret possible alors que Péter s’appuya contre un mur, coinçant le dossier qu’il avait dans les mains sous son bras. Il alluma une nouvelle cigarette. Ce type devait bien en fumer 1 paquet par jour. Se fichant particulièrement de sa santé. Le Lord lui arrangeait ca après tout. Comme il l’avait déjà arrangé. Plongeant ses yeux noirs dans ceux de Weasley, le jeune sorcier mena à ses lèvres la cigarette, reprenant correctement le dossier avant de le faire tomber. Ce serait fâcheux. Surtout qu’il était déjà parfaitement rangé. Comment le Ministère avait apprit pour cette cachette ? C’était tout bête, ils ne le savaient pas. Du moins, pas encore. Péter allait pousser l’Ordre à déménager ce point de l’organisation le plus vite possible pour qu’ils y laissent des indices, des traces de leurs passages et lancé des enquêteurs à leurs trousses. Vil petit rat calculateur et manipulateur qu’il était.

« Je suis tombé sur l’information en classant les dernières notes des interrogateurs dans le dossier d’un né-moldu non enregistré. A priori, il avait prit contact pour passer chez les cuisses de grenouilles via le Pub. » Le pub. C’était le surnom qu’il donnait à l’Ordre lorsqu’il était au travail. Ainsi, cela évitait que les oreilles indiscrètes –et croyez le, il y en a beaucoup au Ministère- ne vienne écouter. « Il a tout craché lors de son dernier interrogatoire. » Il détacha son regard de son interlocuteur, observant le couloir désert. Cette partie du Ministère était toujours d’un calme mortel. Il détestait ca, bien trop habitué à l’effervescence de son service. Il fallait dire que la traque des traitres, ca embauchait pas mal et payait bien.
« Ils n’ont rien prévu. Ils ne savent pas encore. Je peux gagner une journée. Mais demain, l’exterminateur prendra rendez-vous. » Demain, il fallait que ce QG soit vidé d’ici demain. C’était donc urgent. Il tira de nouveau sur la cigarette, évitant de souffler sa fumée sur le sorcier. Péter était un sang-mêlé. Il avait toujours eu les pieds entre le monde des moldus et des sorciers. Même s’il préférait celui des sorciers. Toujours stoïque à la situation, ce qui correspondait bien à ce caractère réfléchi et effacé qu’il affichait toujours dans l’Ordre, le jeune sorcier détourna le regard vers Arthur.  





_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Peter Pettigrow


Arthur écouta attentivement les détails de l'explication de Peter. Ainsi, un pauvre homme, un né moldu, avait révélé ces informations confidentielles au cours d'un interrogatoire. Bien qu'il imaginait sans peine les tracas et les dangers à venir pour l'Ordre, Arthur ne pouvait s'empêcher d'éprouver de vifs élans de compassion et d'apitoiement envers cette pauvre personne qui avait - très certainement - été contraint de fournir l'information à contre-coeur, sous la menace d'une longue torture assortie de la promesse d'une lente agonie. La montée au pouvoir du régime de la terreur avait fait exacerbé les plus bas instincts, y compris chez les sorciers qui ne cautionnaient pas ces sombres desseins initialement et de nombreux "collaborateurs", enthousiasmés par l'idée de pouvoir infliger de la douleur à autrui sans devoir en souffrir personnellement en retour s'étaient massés au premier plan des actions du ministère. C'était la réalité désolante avec laquelle Weasley, Peter et les autres devaient composer chaque jour.

Néanmoins, lorsque Peter évoqua l'idée de retenir l'ordre d'exécution pendant une journée, Arthur échappa un long soupir de soulagement. Une journée, c'était un délai suffisamment long pour lancer l'alerte, évacuer le bâtiment, effacer toute trace de magie et du passage de l'Ordre et pour relocaliser le service de passeur dans un autre endroit. Arthur passa les doigts dans sa barbe et sur la commissure de ses lèvres tandis qu'il réfléchissait à la manière de s'organiser de façon à être le plus efficace et le plus rapide possible. «  Je vais immédiatement envoyer un Patronus "au port", pour les prévenir de ficher le camp au plus vite et de tout faire disparaître. Pourras-tu faire de même de ton côté et envoyer un Patronus au "pub" pour que le personnel de garde synchronise ses efforts ? »

Arthur soutint le regard de Peter avec intensité : au vues des informations rapportées par le jeune Auror, il était capital que les opérations d'évacuation puissent continuer dans la plus grande discrétion. Des bruits de pas se firent entendre au bout du couloir et un sorcier malingre pourvu d'épaisses binocles et de petits yeux noirs fit son apparition. Il se dirigeait vers la salle de pause, comme Peter et Arthur, sans doute. Le sorcier malingre dévisagea un instant les deux hommes, au passage. « Comment ça : l'étiquetages des pièces était mal fait ? J'ai passé trois heures à numéroter chacun des clous de cette boite. Croyez-moi, ce n'est pas une mince affaire que de convaincre une boite de clou enchantée de se calmer pour pouvoir compter et étiqueter les projectiles qu'elle me lançait au visage. J'aurai aimé vous y voir, j'ai failli y laisser un oeil ! » lança Arthur, tandis que le sorcier malingre détournait le regard. Wealsey le regarda disparaître à l'angle suivant avec un regard empli de méfiance, puis il reporta son attention sur l'Auror.

« Merci de m'avoir prévenu pour la note. » lui confia Arthur, résigné et toutefois flatté de pouvoir mettre la main à la pâte. Son poste au ministère, la surveillance et la suspicion dont il faisait l'objet à cause du statut de son sang, ainsi que sa situation familiale faisait qu'il était souvent un membre écarté des missions périlleuses de l'Ordre. Au moins, sur ce moment, il se sentait investi d'une responsabilité importante et même s'il avait conscience de la gravité de la situation, cette opportunité d'aider la cause était quelque peu grisante, au fond.

« Autre chose ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Arthur Weasley


Soupirant, Weasley semblait rassuré que Pettigrow puisse retenir l’information une journée de plus. Il savait que cela serait suffisant pour éviter une descente, mais au fond, il verrait de quel pied il se lève demain matin ! Peut-etre aura-t-il envie de lancer une descente dans le QG en début d’après-midi histoire de mettre un peu d’action dans sa vie. Bipolaire. On ne pouvait jamais réellement savoir avec lui. Etait-ce le chaos qui lui plaisait autant ? Pouvoir maîtriser les choses à sa manière ? Impossible de dire ce qu’il se passait dans sa tête, changeant comme le vent, Pettigrow avait tendance à ne suivre aucune trame. Sauf l’imaginaire qu’il modifiait au fur et à mesure, se contentant de tirer des ficelles et d’en observer les conséquences.
Alors, quand il avait fait paniquer Arthur avec sa nouvelle, ce fut presque… Intéressant pour e jeune homme dont l’expression ne semblait guère changer lorsqu’on ne le connaissait pas vraiment. Ses mimiques étaient toujours discrètes et l’expression de ses yeux timide.

Un sorcier passa a coté d’eux, le sorcier avec qui il conversait se mit à s’exclamer que son travail avait été impeccable. Parfait coup de maitre, le sorcier savait que les réclamations et vérifications de dossier passaient souvent par Péter, véritable bureaucrate. Si on devait quantifier et faire des statistiques sur les actions du Lord noir, c’était bien à lui qu’il fallait demander le pourcentage de réussite. Il ne répondit pas. Pas besoin, le vieux sorcier était partit.

Le père Weasley, les yeux plongés dans les yeux, ne le quittait pas, grave, l’informant qu’il allait prendre les dispositions pour prévenir le port. Il devait s’occuper du pub. Il le ferait. Bien évidemment. Et puis il reprendra son petit train de vie dans son département, l’air de rien. Il continuait de fumer sa cigarette, répondant d’un signe de tête : « Je m’en occupe, je le ferai dès que je serai de retour dans mon bureau. »
Il lui demanda alors s’il avait besoin d’autre chose. Hésitant, il observa le sorcier. Devait-il lui parler de cette rumeur qui se propageait dans son service ? Cela impliquait Remus qui était à présent dans la prison de Westminster. Il aimait bien Remus. S’il avait réellement cette liste, fournie par une taupe, un traire de Sainte-Mangouste, il devait s’en assurer. Il devait faire en sorte qu’elle arrive dans les mains de l’Ordre afin d’enquêter sur la trahison, mais aussi de continuer à se mettre dans les bons papiers de l’Ordre du Phénix. Parfait agent double.

« Il y a une rumeur dans mon service… Je ne sais pas ce que cela vaut. Mais il y a 1 mois de cela, Carrow a demandé qu’une liste désignant des sorciers loup-garou soit établie. Il semblerait que Remus soit dessus… Et soit en possession d’une copie… Si cela se savait. S’il crachait le morceau sous la torture, les choses peuvent dégénérer. Il … Il faut récupérer cette liste chez lui et la ramener dans l’Ordre. » Détournant le regard pour de nouveau observer le couloir, Pettigrow soupira. « Je ne peux pas y aller. J’étais présent à son arrestation. Ce serait suspect. Pourrais-tu t’en occuper ? Sirius possède son adresse. Il te la donnera sans hésitation… »
Si c’était pour Remus, Péter était plus ouvert à la discussion. Plus doux même en compagnie de celui-ci. C’était son seul vrai ami. Le seul qu’il appréciait encore réellement.







_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Peter Pettigrow


Lorsque Peter lui promit de se charger de transmettre l'alerte au quartier général de l'ordre, Arthur lâcha un nouveau soupir de soulagement, suivi par une inspiration qui se voulait plus profonde, sans compter la fumée de la cigarette de Peter qui fit tousser le père de famille, peu habitué à ces volutes froides et amères. Lorsqu'il eut fini de s'étouffer, le rouquin écouta pleinement l'Auror, dont on aurait dit qu'il s'exprimait sur un ton mal-assuré, ce qui ne lui ressemblait pas beaucoup, selon Arthur. Concentré, Weasley s'efforçait d'enregistrer dans son esprit l'intégralité de ce nouvel ordre de mission. Cette rumeur qui voulait que le ministère travaille sur la constitution d'une liste de lycanthropes avait traversé les départements et n'avait pas manqué d'atteindre Arthur, qui était devenu maître dans l'art de collecter des informations.

Cette liste, obtenue par le biais d'un employé peu scrupuleux du corps de santé de Ste Mangouste, semblait être d'une importance particulière pour le jeune brun, qui soupirait, vraisemblablement embarrassé. Et lorsque ce dernier demanda à son collègue d'aller la quérir à sa place, Arthur se sentit investi du sentiment du devoir. Pour lui, qui n'était que peu souvent mobilisé sur le terrain, ce genre de mission annexe était une belle preuve de confiance. Arthur acquiesça en bloc. Bien qu'il estimait que Sirius serait sans doute plus à même de la récupérer directement, l'agent du service de détournement de l'artisanat moldu se convainc lui même que "Patmol" avait d'autres chats à fouetter en ce moment, comme porter secours au principal intéressé de cette liste.

« Je m'en charge. Je vais m'arranger pour prétexter une perquisition fantôme pour me dérober. J'irai dès que j'aurais transmis le message au port. » Se voulant réconfortant envers un Peter visiblement mal à l'aise, Arthur lui adressa un sourire confiant, comme s'il souhaitait lui dire qu'il contrôlait la situation et que tout allait bien se passer. Le père de famille, empathique, connaissait suffisamment Pettigrow pour savoir que Lupin lui était cher.

Avant de se retirer, Arthur se souvint soudainement d'une question dont il comptait entretenir un Auror. « Une dernière chose, Peter. Mon service est débordé : Perkins et moi avons à gérer des dizaines de perquisitions par jour, c'est de la folie. J'ai cependant un doute affreux... A l'époque, avant tout cela, les objets que nous ramenions étaient examinés, puis désensorcelés ou, si cela était impossible, purement et simplement détruits. J'ai comme la nette impression que certains objets "disparaissent", dans le sens où il n'y a aucune trace d'ordre de destruction ou de mise en quarantaine dans les dossiers de la part de mes supérieurs. » Arthur marqua une pause dramatique qu'il meubla en se passant une main dans les cheveux. Avant l'accession de "vous savez qui" au pouvoir, le monde sorcier se fichait pas mal du département d'Arthur Weasley, bien que le décret sur le secret magique était une valeur essentielle de la société sorcière britannique. Et maintenant, le Ministère avait tendance à prendre un peu plus à la légère les cas d'accidents magiques à l'extérieur, notamment lorsqu'ils impliquaient des blessures portées à l'encontre des moldus... Arthur reprit d'une voix grave, sur le ton de la confession. « Ce que je crains, c'est que ces objets parfois très dangereux puissent-être entreposés dans un lieu quelconque et qu'ils constituent une sorte d'arsenal... Une réserve d'armes ou de choses qui pourraient être retournées et employées contre les opposants ou les nés-moldus, tu vois ce que je veux dire ? »

Arthur avait encore en mémoire une de ses dernières interventions. Il avait été envoyé pour confisquer un ensemble de couteaux de cuisine affûtés qui avaient été ensorcelés de manière à ce qu'ils se lacent eux-mêmes sur les enfants moldus. L'idée que ces objets puissent être détournés ou simplement remis dans la nature, comme une sorte de jeu malsain, lui provoquait d'avance un haut le cœur.« Veilles-y lorsque tu es en mission ou dans le bureau des Aurors... Au moindre bruit de couloir qui pourrait confirmer cette idée, j'aimerai que tu me tiennes au courant, peu importe l'information qui te parvient. Je peux compter sur toi ? »

Un simple oui suffisait amplement à Arthur, qui posait la question par pure convention. Il savait ce qui lui restait à faire, si Peter n'avait plus de consignes ou d'informations à lui transmettre : contacter Sirius, obtenir l'adresse de Remus et mettre la main sur la fameuse liste avant que quelqu'un d'autre ne le fasse avant lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Arthur Weasley


Souriant, Weasley assura à Péter qu’il s’occuperait de retrouver la liste chez Remus. Ainsi, si son ami parlait, les Mangemorts le prendrait pour un menteur. Sa situation, déjà délicate, éviterait qu’elle empire pour la possession de cette fameuse liste. S’il en ressortait vivant, il fallait que le jeune Auror pense à lui toucher quelques mots concernant la dangerosité d’être en possession d’une telle liste. Certes, Lupin était surement sur celle-ci, mais qui et comment avait-il fait pour se la procurée ?
Sortant de ses pensées, Pettigrow observa l’homme devant lui. Rassurant, Arthur affirma qu’il allait y aller dans la foulée. Un simple merci sortit des lèvres du sorcier. S’inquiétait-il plus qu’il ne le fallait ? Mais surtout, pourquoi s’inquiétait-il pour une autre personne que lui-même ? C’aurait été Sirius, avouons-le, il s’en serait fichu comme de son premier balai volant ! Mais Remus c’était autre chose.

Il allait partir et écraser son mégot avant de le mettre dans une poubelle- Péter était respectueux de la propreté et de la planète, les êtres humains, c’était autre chose- quand Arthur sembla se souvenir d’une information qui lui sembla important de partager. Toute ouïe, Péter ne bougea pas observant le sorcier intrigué par ce regain soudain. Il vint à lui parler de ses perquisitions. Son service, peut reluisant il fallait l’avouer, était devenu le moins… préoccupant du Ministère. Il fallait certes garder les moldus dans le secret –pour le moment- qui prenait les actes d’ensorcellement des objets pour des hallucinations ou des possessions maléfiques. Par la barbe de Merlin ! Ce qu’il aimait leur imagination et leur naïveté ! Il hocha la tête, comprenant les inquiétudes du sorcier.
« Bien sur, je tendrai l’oreille et tenterais de me renseigner discrètement. S’il y a bien quelqu’un qui doit être au courant c’est le petit favori de Carrow. Ca tombe bien, j’ai une touche avec. Je crois qu’il m’aime bien. » Répondit-il, ne faisant pas un secret qu’il puisse attirer des hommes. On n’avait jamais vu Péter avec qui qu’on que et ne parlait jamais d’amour. C’était pas son genre après tout. Et puis, il trainait beaucoup avec McKinnon quand il était au QG de l’Ordre.
Se voulant rassurant, Péter reprit la parole.  « Si je trouve quoi que ce soit, je t’en parlerai et nous irons voir ensemble pour être certains du bien fondé de ces rumeurs. S’il y a une trace de l’existence de cet… entrepôt, je la trouverai forcément en classant les dossiers de Carrow. » Il posa une main sur l’épaule d’Arthur se voulant lui aussi, rassurant. Rassurant. Pettigrow imaginait ce qu’il pouvait faire avec un tel entrepôt. Tous ces objets ensorcelés, cela pourrait être drôle de les réunir dans un lieu populaire moldu. Non ?

« Il faut que je te laisse, mon absence se fera remarquer si je traine trop. Je m’occupe de la missive. Tiens moi au courant quand tu sortira de chez Remus… S’il te plait. » Il lui fit un petit sourire timide, presque discret et salua Arthur. Il fallait qu’il retourne dans son bureau avant que l’on notifie une absence qui dure plus qu’un café, qu’il se faisait toujours dans son bureau et une clope !





_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Echange de bon procédés
ft. Peter Pettigrow


Lorsqu'Arthur eut fini de décrire cette situation qui le préoccupait, Peter se montra particulièrement compréhensif. Sa main sur l'épaule du père Weasley, il se voulait certainement rassurant et promit de veiller au grain et de rapporter à Arthur toute trace d'activité suspecte qui irait dans le sens de ses inquiétudes. Un sourire de gratitude se dessina sur le visage du rouquin, qui acquiesça à la dernière demande de l'Auror. L'Ordre du Phénix était une organisation clandestine, ce qui rendait absolument nécessaire la collaboration totale entre chacun de ses membres pour espérer survivre et propager leurs idéaux.

« Merci, Peter. Je transmets d'abord le message au port et je prends contact avec Sirius pour récupérer la liste. Compte sur moi. » déclara Arthur, confiant. Peter laissa filtrer un sourire timide et se détourna de la conversation pour rejoindre son bureau et entretenir l'illusion d'un quotidien banal au sein de ce ministère infiltré. L'agent du service de détournement de l'artisanat moldu l'interpella une dernière fois dans ce couloir déserté, avant que Peter ne disparaisse définitivement à l'angle du couloir. « N'oublie pas de prévenir nos amis au Pub ! ». Puis, il sortit définitivement du champ de vision de Weasley, qui soupira, les yeux figés dans le vide un instant, avant de reprendre conscience de la montagnes de choses qu'il avait à faire aujourd'hui, à commencer par faire évacuer un des quartiers de l'Ordre, prétexter une perquisition, rencontrer Sirius et, finalement, quérir une obscure liste dans un endroit qui lui était encore inconnu. Les journées d'un membre de l'Ordre étaient bien souvent aussi chargées, mais, étant un homme diligent, Arthur tourna les talons et se mit en marche sur un rythme quasi-militaire vers la première mission qui l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Echange de bon procédés feat Arthur Weasley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation " Roi-Arthur -TC- "
» Règle de la procédure illégale
» Procédure d'intégration et attribution des droits
» Aankomst Arthur Barnaby van den Kasteele
» cartes naruto vente ou echange contre yugi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: ∇ La taverne ∇ :: Les orbes du forum. :: RP :: Novembre/Décembre 1981-