The supremacy of Pure Blood begin here.
Dans la nuit du 31 octobre 1981.
Attaque perpétrée par les forces du Lord: Peter Pettigrow tue le jeune Harry dans son sommeil pendant que James et Lily Potter sont aux mains des Mangemorts qui perquisitionnent le couple. Peter transplane avant de se faire repérer par ses amis.

Pendant ce temps …
Un groupe de chercheur en médicomagie présentent les résultats d’une étude sur le développement d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Personne n’entend parler de la mort du jeune Harry Potter... - Lire le contexte -
RèglementLa vielle magieLe sangPrédéfinisLes BottinsPartenariats
A savoir
# Forum dans l'univers de J.K. Rolling - Première guerre - Uchronie Dystopique - Monde adulte.
# Contexte évolutif, chaque personnage compte! Luttez pour la victoire de votre camps!
# Codage par Okhmhaka sur Never-Utopia; Images par Lüly (Eléonore); Codages supplémentaires par Sulpica;
Intrigue II
Suite à l’attaque du Chaudron Baveur par le ministère en quête de nés-moldus à emprisonner, le bilan des pertes est lourd. Remus Lupin, fidèle membre de l’Ordre a été emprisonné en sa qualité de Loup-Garou et se fait chaque jour torturer afin de lui sous-titrer des informations. Coup dur pour l’Ordre, dont l’information leur parvient grâce à Sulpicia Mulciber, la colocataire de Remus. Une opération de libération se profile à la prison de l’Abbey de Westminster. Leadée par Sirius Black, Nyneve Mckinnon, Peter Pettigrow et Sulpicia Mulciber s’infiltrent avec fracas dans la prison. Si Severus Rogue et Lucius Malefoy tentent de les arrêter, ils se retrouvent rapidement en position délicate grâce à l’arrivée du groupe de secours composée d’Arthur Weasley, Elena Dragomirov et Eléonore de Phily.
Le bilan est difficile pour les mangemorts. Non seulement Remus est sauvé, mais tous les prisonniers sont libérés et ce malgré l’équipe d’une dizaine de mangemorts et d’Aurors envoyés par le ministère. C’est une belle victoire pour l’Ordre, l’orage gronde au Ministère. Amycus Carrow est furieux, il va falloir payer les pots cassés...
Intrigue I
« Harry Potter est mort. L ‘élu a été tué. Le monde magique est proche de sa fin. Résistez ou fuyez! Harry Potter est mort! ». En ce beau matin de novembre 1981, la une de la gazette du sorcier aurait pu annoncer la tragique attaque de Goodrich’s Hollow. Les sorciers du royaume uni auraient pu se réveiller avec une nouvelle bien tragique, s’ils savaient qui était Harry Potter. Au lieu de cela, la gazette annonçait en sa première page la découverte prodigieuse d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Nul ne se doutait des terribles événements qui avaient eu lieu dans la nuit, relatés page 12 de la gazette dans un tout petit encadré : « Des Mangemorts perquisitionnent un couple suspecté de faire partit de l’ordre du phénix. Tournant au vinaigre, un enfant meurt durant l’intervention. ». Ni plus, ni moins, le jeune Harry James Potter était mort. La prophétie ne se réalisera jamais. Voldemort venait d’assoir son pouvoir en tant que 1er Ministre de la Magie.
1981; Grande-Bretagne
everything is falling apart

Partagez | 
 

 [QUETE ] Cavalier de la Guerre ~ Arthur & Nyn & Péter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar

   
   Cavalier de la

Guerre.

   
   

   
   

Appuyé contre le bar, un vieillard à la barbe grisonnante portant un large chapeau, cachant son visage borgne, parlait au barman. En le voyant vêtu d’un long manteau noir, tenir sa canne ornée de deux corbeaux, discutait d’un air vague. « Je vous dis que je l’ai vue ! Brillante comme la lune ! La bague du Cavalier de la Guerre ! Celle qui permet de gagner n'importe quel combat ! Je vous l’assure ! » Baragouinait-il encore et encore tandis que le sorcier devant lui essuyait lasse, une choppe de bière. « C’est ca grand-père. J’crois pas en la Vielle Magie. C’pour les bonn’femmes cthistoir’ ! » Lança-t-il, encore plus agacé par le papi qui continuait à s’agripper au barman… avant de se tourner vers une jeune femme à sa droite. « Vous me croyez vous ? Tout près de l’arbre sacré dans la foret, déposé en son cœur brille la bague du Cavalier de la Guerre ! » N’était-ce pas une stupide légende pour endormir les enfants en mal d’histoires d’horreurs ? En vain. Beaucoup prenait les vielles légendes pour des blagues. Des histoires de grands-mères. Rien de bien sérieux en soit.

Alors, le papi expliqua la route à la demoiselle et au barman pour qu’ils aillent vérifier par eux-mêmes. Il leurs fallait remonter la route du vieux sentier du pendu, jusqu’au cœur de la foret, la dite foret, ressemblant à la foret interdite, faisait partie des dernières a regrouper des hordes de centaures. Enragés, ils étaient tous regroupés en ces quelques hectares de terres. Prisonnier du régime, comme les nés moldus. Ils devaient faire avec le peu qui leur était fournit.
La route était donc dangereuse… Mais qui sait qui pouvait se cacher dans cette foret ? N’était-ce pas la pleine lune ce soit là ?



   

   
«LA LEGENDE.»
   
Votre mission : Récupérer la bague du Cavalier de la Guerre
Le cavalier de l'apocalypse utilise son anneau pour générer des hallucinations, faisant croire aux gens que les autres personnes autours d'eux étaient possédées par des démons. La Guerre déteste agir directement car, de son avis, le meilleur moyen de créer le chaos est d'induire la panique puis de laisser les humains se charger du reste.
- La bague de La Guerre est en or et c'est le seul anneau qui ne comporte pas de pierre. -


   
   
   
   

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar

La journée de travail avait été longue. Nyn avait passé des heures à peser des herbes, noter les quantités sur les bocaux, faire l’inventaire. Un seul client était passé dans la journée, elle n’avait donc pas eu son quota d’interactions sociales pour la journée. Aussi décida-t-elle d’aller faire un petit tour à la Tête de Sanglier. Ce n’était pas le bar le plus respectable du monde sorcier, mais de nombreux voyageurs s’y arrêtaient pour conter leurs histoires. Et de toute façon, elle ne sortait jamais à l’extérieur sous son apparence de McKinnon. Pour tous les gens qu’elle rencontrait, en dehors de l’Ordre, elle était Emalie Blackwood.

C’était donc attablée au bar, avec sa chope de bière brune au goût assez passable, qu’elle écoutait l’histoire contée par ce vieux sorcier qui semblait être au moins à son deuxième litre de houblon. Elle faisait mine de ne pas s’y intéresser, jusqu’au moment où le vieux l’alpagua et lui indiqua le chemin pour trouver la fameuse bague dont il parlait depuis un bon quart d’heure. La jeune fille ne voulait pas faire mine de s’intéresser au butin, de peur d’attirer l’attention sur elle. Elle se contentait d’hocher la tête et de regarder le barman d’un air mi-amusé mi-lassé. Si seulement le vieux pouvait lui fournir des informations plus précises… Et au moment où le lieu allait devenir concret, le vieux poussa un énorme soupir qui fit trembler les chopes devant lui et s’endormit comme une masse sur le comptoir du bar. La jeune fille choisit ce moment pour disparaître discrètement du bar.

Ayant grandi dans une famille non-religieuse, elle n’avait jamais entendu parler de la Bague du Cavalier de la Guerre. Mais si ce que le vieux racontait était vrai, elle devait en informer immédiatement l’Ordre. Il ne fallait pas que cette bague tombe dans les mains de quelqu’un de mal intentionné…

_____

Quelques heures plus tard, au QG de l’Ordre

Ils n’étaient plus que trois autour de la table – Peter, Arthur et Nyneve. Les autres membres étaient soit occupés en mission ailleurs, soit rentrés dans leurs foyers. Peter et Nyn étaient habitués à réaliser des missions ensemble, mais Arthur s’était porté volontaire pour les accompagner, préférant ne pas laisser deux jeunes sorciers seuls pour une mission dont la dangerosité était incertaine. La blonde était rassurée de savoir le père de famille avec eux, même si elle se sentait un peu coupable de l’empêcher ainsi de profiter de ses enfants…

« C’est dans une des dernières forêts avec des centaures. Donc on peut déjà éliminer toutes celles du Pays de Galles et d’Irlande. »

Devant eux s’étalait une grande carte forestière du Royaume-Uni. On leur avait également ramené un livre sur les Centaures, indiquant les habitats des principales tribus de Grande-Bretagne.

« Il a dit que ça ressemblait beaucoup à la Forêt Interdite. C’est probablement une forêt d’Ecosse, dans ce cas. Ça nous en laisse trois : la forêt d’Ettrick, la forêt d’Ae et la forêt d’Abernethy. »

Elle prit une plume posée à côté d’elle et la trempa dans l’encre avant d’entourer les trois noms sur la carte. Un long silence s’installa ensuite. Comment départager ces trois forêts ? La blonde repassait mentalement toutes les paroles que le vieux lui avait dit, sans qu’aucun indice ne vienne éclairer sa pensée.

« Le sentier du pendu et l’arbre sacré… Ce sont les seules caractéristiques que nous ayons… »

Elle passait en revue toutes les solutions possibles, mais aucune ne semblait se détacher du lot. Évidemment, ils ne pouvaient pas se séparer et partir chacun dans une forêt différente. C’était l’une des règles d’or de l’Ordre : jamais seul pour une mission. Ils pouvaient partir à la recherche de cartes plus précises, mais cela leur prendrait certainement un temps dont ils ne disposaient pas. Elle espérait intérieurement que l’un de ses deux compagnons ait été passionné de randonnée forestière avant d’intégrer l’Ordre… Ou féru de contes et légendes écossaises.

« Vous avez une idée ? »


_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Peter



S'il eut s'agit d'une journée classique, Arthur se serait acquitté du sempiternel monticule de paperasse qu'il se réservait pour la fin de ses horaires de bureau au ministère, avant de saluer Perkins, son collègue halluciné, et de transplaner en direction du Terrier, pour retrouver sa Molly et, si les enfants n'étaient pas déjà au lit, il aurait ainsi pu profiter d'un bref moment de réconfort familial, en compagnie de sa joyeuse tribu. En lieu et place de ce rituel bien huilé, Arthur s'était exceptionnellement proposé de partir en mission spéciale, dès lors que Nyneve McKinnon avait fait circuler le mot dans les rangs de l'Ordre qu'elle avait potentiellement une piste pour débusquer un artefact magique qui pourrait s'avérer utile à leur Cause. Molly avait également bien cerné les enjeux et l'importance de ce périple et, après un baiser que tous deux, Molly et Arthur, préféraient considérer davantage comme un signe d'encouragement plutôt que comme leur éventuel dernier baiser, le père de famille nombreuse s'était pressé de rejoindre les membres de l'Ordre assignés à la mission du jour, sans toutefois oublier l'écharpe brune que son épouse lui avait tricoté "pour le préserver d'un gros rhume".

C'est ainsi qu'il assista, en compagnie de Peter, au briefing de Nyneve, qui rapporta vivement l'ensemble des paroles de ce vieil homme, dans le bar, qui promettait de nous mettre sur la piste d'un objet magique extraordinaire. La vieille magie. Arthur y croyait dur comme fer, il espérait simplement que le récit de ce vieil homme n'avait pas été ébruité outre mesure, de peur qu'une horde de membres du régime en place ne se lance à la recherche de l'objet au même moment qu'eux.

Dans toute l'histoire relatée par Nyneve, qu'Arthur écoutait avec une attention soutenue, il manquait cependant une information essentielle: l'emplacement précis de l'objet. C'eut été trop facile. Les seuls éléments dont ils disposaient s'avéraient épars : l'évocation d'un sentier du pendu, d'un arbre sacré et d'une forêt habitée par les centaures. Rompue aux missions de ce genre, Nyneve avait d'ors et déjà entrepris de resserrer les zones de recherche en rayant sur une carte les lieux les plus improbables. D'après elle, cette sélection ne laissait plus que trois possibilités.

Silencieux, concentrés, un bref silence s'installa entre les volontaires après que la jeune femme n'eut demandé leur avis aux garçons. Arthur fronça les sourcils et s'avança, de manière à surplomber la carte : sa mémoire fonctionnait mieux lorsqu'il pouvait visuellement se représenter les choses. Puis, il claqua des doigts, hocha la tête et saisit la plume pour rayer une forêt. «  Oubliez la forêt d'Ettrick. Au ministère, un des membres de la commission de contrôle et de régulation des créatures magiques y a été envoyé et il a eu la mauvaise surprise de constater que les moldus ont eut raison de cette ancienne et grande forêt. Le nom de la "forêt d'Ettrick" reste, par coutume, mais il n'y a plus un seul arbre *... Personne ne sait ce qu'il est advenu des centaures, mais on n'y trouvera pas d'arbre sacré, c'est une certitude. »

L'air relativement satisfait, Arthur posa la plume sur la table, puis se porta la main au menton, le regard perdu sur les motifs de la carte. Il tentait tant bien que mal de jongler avec les éléments de l'énigme, comme s'ils allaient subitement s'éclairer à la lumière de son esprit. De temps à autres, il échangeait tour à tour des œillades avec Peter et Nyneve, comme s'il voulait jauger la distance qui les séparaient de la solution à cette charade absurde. «  C'est quand même idiot que ce vieil homme soit tombé dans les vapes au moment où il allait en révéler l'endroit exact. » dit-il, résigné.




* = Authentique ::21::
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Arthur


Péter, qui n’avait rien de prévu ce soir là, était au QG principal de l’Ordre à Près-Au-Lard. Assit tranquillement à la table de la cuisine à discuter, boire une bière au beurre et jouer aux cartes avec Sirius. Enfin, presque tranquille. Mckinnon, comme une furie, venait de débarquer dans la pièce afin de donner une information de la plus haute importance : elle pensait avoir trouvé une rumeur parlant d’un artefact de l’Ancienne Magie. Péter ne croyait pas vraiment à ces contes de grands-mères. La sienne lui en avait souvent parlés pour l’endormir le soir, sans en faire un véritable croyant. Mais le Lord, lui, y croyait, alors, Péter aussi. Du moins, il essayait de tout son petit cœur torturé.
Alors, il avait accepté de rejoindre cette mission, assurant à l’héritier déchu des Black qu’il ferait mieux de s’occuper de James plutôt que de se lancer dans une énième mission.

Rapidement, ils s’étaient retrouvés tous les trois autour d’une table tandis que Nyneve observait soucieuse une carte des forets du Royaume-Uni. Il la laissa parler tandis qu’il continuait de grignoter nonchalamment ses pistaches. Observant la carte tandis qu’elle faisait son exposés. De sa plume, elle éliminait des forets, s’avouant battue lorsqu’elle ne put éliminer les trois dernières. Arthur y mit son grain, éliminant une autre foret qui avait été décimée par les moldus. Il en restait deux.
Weasley soupira et se prit le menton d’une main, penseur. Il échangeait des regards avec Nyn et tous deux finirent par poser leurs deux grands yeux sur le jeune homme, qui, clairement, donnait l’impression de ne pas écouter grands choses depuis le début. En fait. On ne lui avait pas directement posé la question. Il avait passés des weekends entier à crapahuter avec les Maraudeurs dans les forets sous leurs formes animales. Ses grands-parents qui aimaient la botanique et la marche l’avaient souvent emmenés cueillir des champignons à la recherche de nouveaux paysages à découvrir. Alors, il finit son pot de pistache et finit par dire sur un ton plus que banal : « C’est la foret d’Abreiddy. Le sentier des pendus s’appelle comme ca puisqu’à l’époque de la domination romaine, l’on y pendait les voleurs. L’arbre sacré est un viel if qui se meurt. » Leurs regards étonnés se posèrent sur le jeune homme qui, eut soudainement l’air gené. « J’ai une grand-mère dingue de légendes… Et de botanique… Elle m’a trainé dans toutes les forets du Royaume-Uni quand j’étais gosse. »
Et puis, lui avait-on demandé son avis avant ? Il finit sa bière et se leva. « On y va ? » Proposa-t-il en tendant sa main pour transplanter.

~~

La foret était sombre, ils apparurent dans un POP sonore qui fit fuir quelques oiseaux qui dormaient paisiblement sur les branches de l’arbre le plus proche. De nuit, cette foret n’était pas très accueillante… De jour non plus, se souvient Péter qui mit ses mains dans ses poches à la recherche de sa baguette magique qu’il sortit après une bonne minute de recherche… Pourtant, c’était quelqu’un de pathologiquement ordonné. Mais pas ce soir. « C’est par là. Faut faire attention cette foret est habité par une meute de loup garou et pas mal de centaure. » Par meute, il pensait surtout à Greyback. Vile et agressif Greyback !





_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
Ils étaient dans une impasse. Ou plutôt face à trois directions à emprunter, mais sans pouvoir déterminer d’emblée laquelle était correcte. Ils fouillaient chacun leur mémoire, mais celle de Nyn semblait complètement vide. Chez les McKinnon, on n’était pas vraiment passionnés des balades en forêt. C’était plutôt lecture du dernier livre scientifique au coin du feu, puis débat sur la condition des Gobelins au XVIIIe siècle avant de finir par le récit des derniers exploits d’un des membres de la famille. Evidemment, on vantait les ASPICs brillamment réussis de sa cousine, le dernier malade sauvé in-extremis de sa tante, la dernière mission périlleuse de sa sœur… Mais jamais on n’avait parlé du succès de la pièce de théâtre de Nyneve à Poudlard. Pas assez prestigieux pour la famille…

Enfin, heureusement pour elle, Arthur et Peter semblaient en avoir un peu plus dans le crâne qu’elle. Le père de famille commença par rayer une forêt, apparemment dépouillée de tous ses arbres par les moldus. Fichues cartes datant d’avant la naissance de Dumbledore ! Mais bon, c’était un lieu de moins à explorer.

« La quantité d’alcool qu’il a ingurgité me fait quelque peut douter sur la véracité de ses propos, mais ce serait trop risqué de ne pas vérifier si cette bague existe réellement… »

Peter, qui était resté silencieux jusque-là, leur indiqua tout naturellement qu’il s’agissait de la forêt d'Abernethy. Il ponctua sa phrase d’une nouvelle poignée de pistaches portées à sa bouche, comme si cette information était évidente. Nyneve attrapa le premier objet qui passait – une boîte d’allumettes – et le lança en direction de son ami. Les allumettes se répandirent un peu partout dans ses cheveux et au sol. L’une d’entre elle se coinça même dans les mailles du pull du jeune homme. « T’aurais pas pu le dire plus tôt ? Ça fait une heure qu’on est penchés sur cette carte ! » Evidemment, c’était de la taquinerie enfantine, mais une part de vérité se cachait derrière. Pourquoi Peter ne s’imposait-il pas plus ? Il était aussi légitime que les autres membres de l’Ordre. Cependant, il ne répliqua pas et se contenta d’initier leur départ vers la forêt maintenant identifiée.

Ils réapparurent quelques secondes plus tard devant une forêt sombre. Un frisson parcourut l’échine de la demoiselle, qui se rapprocha instinctivement d’Arthur. On entendant le vent souffler au travers des arbres, et les branches ployer sous son action. Il y avait d’autres bruits : celui d’un ruisseau qui s’égoutte, quelques chants d’oiseaux nocturnes et des petits craquements assimilables à de petits mammifères. Peter les avertit de la présence de loups-garous et de centaures, ce qui n’était pas pour rassurer Nyn, qui était loin d’avoir le courage d’une Gryffondor.

« Est-ce qu’on doit allumer nos baguettes ? » Elle préférait voir où elle mettait les pieds, mais en même temps, ils seraient plus repérables de cette manière. Elle serrait sa baguette si fort que ses ongles s’enfonçaient dans la chair tendre de sa paume et les jointures de ses doigts blanchissaient à vue d’œil. Elle n’avait jamais été fan du noir, et encore moins des loups-garous. Soudain, un craquement plus fort que les autres résonna dans la forêt,  suivi d’un long grincement qui retourna le cœur de Nyneve. « V-V-Vous avez entendu ?! C’était q-q-quoi ça ? » Elle était maintenant presque collée à Arthur, et elle avait tiré Peter par le bas de son pull pour qu’il reste près d’eux. Ah, quelle bien mauvaise membre de l’Ordre faisait-elle !

_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Peter


Lorsque Peter brisa sa longue et silencieuse dégustation de pistaches pour révéler l'emplacement exact de l'objet de leur quête, Arthur et Nyneve affichèrent clairement leur frustration. Si la jeune femme lui avait lancé une boite d'allumettes en pleine tête, Arthur s'était contenté d'un long soupir assorti d'un regard d'exaspération prolongé. La situation pouvait s'avérer urgente et le fait d'avoir retenu l'information pendant une heure aurait pu donner une longueur d'avance à d'éventuels concurrents sur la piste d'une relique perdue potentiellement puissante. En tant qu'employé au ministère, témoin de la mécanique implacable du régime du Lord, Arthur avait réalisé depuis longtemps que les Mangemorts ne laissaient jamais passer la moindre seconde qui pouvait leur permettre de prendre un quelconque avantage.

Et puisque l'heure était grave, les trois comparses devaient donc partir immédiatement en direction de la fameuse forêt d'Abereiddy. La première pensée qui traversa l'esprit d'Arthur, là bas, fut de remercier Molly pour l'épaisse écharpe qu'elle lui avait tricoté, qui le préservait de la glaciale morsure des sous-bois, bien qu'elle n'empêchait pas cette atroce sensation d'humidité et de moiteur de le saisir des pieds jusqu'au torse, manquant de lui provoquer une cascade de frissons. Le regard d'Arthur balaya les alentours tandis que Peter leur donnait la voie à suivre. Les pâles lueurs séléniques qui peinaient à percer les sinistres enchevêtrements de branches venaient mourir sur un sol noueux et martelé d'empreintes de sabots. Au loin, l'écho de l'écoulement d'un cours d'eau accompagnait à merveille une infâme mélopée de croassements. Nyneve se rapprocha de celui qui, depuis longtemps, était un proche ami. Arthur ne laissa rien transparaître, mais il était également rassuré de savoir qu'il n'était pas tout seul dans ces maudits bois, qu'il eut préféré arpenter de jour, peu convaincu qu'ils eurent été beaucoup plus accueillants...

«  J'ignore si c'est une bonne idée d'allumer nos baguettes, mais il faut progresser maintenant... La détonation du transplanage n'est certainement pas passée inaperçue. » répondit Arthur à Nyneve. Conformément aux informations de Peter, il leur faudrait maintenant atteindre un If mourant, au coeur duquel les attendrait un objet ancien. On aurait dit les premières lignes d'une fable pour enfants. Et, tandis qu'ils se mettaient en marche difficilement, empêtrés dans un tapis de racines qui devait s'étendre à toute la forêt, les mains crispées sur leurs baguettes, ils entendirent distinctement un vif craquement, suivi d'un grincement qui glaça le sang du rouquin et qui inquiéta la jeune membre de l'Ordre. S'il ne répondit pas encore à la question de Nyneve, Arthur cherchait à identifier une éventuelle menace... Sans succès. L'obscurité était bien trop forte, bien trop épaisse. Il fallait prendre une décision difficile. Arthur leva sa baguette devant lui. « Nyneve, Peter... chuchota Arthur, on n'a pas le choix. On ne va pas pouvoir tâtonner dans le noir, les bras tendus devant nous, sans savoir ce qu'il se passe autour de nous : on allume nos baguettes et on reste en formation serrée. En cas de difficulté qui nous semble insurmontable, on transplane en sécurité, là d'où on vient, aux Quartiers de l'Ordre, d'accord ? »

Arthur soupira, crispé, puis, il effectua un moulinet précis du poignet. « Lumos !  » . Un faisceau du lumière jaillit de la baguette du sorcier, qu'il dirigea vers ce qu'il croyait être la source du craquement, entre deux buissons morts. Il craignait de se retrouver confronté à une bête, un loup garou furieux ou autre chose encore... Mais il n'y avait rien. Si une créature se trouvait là il y a quelques instants, elle avait détalé. Arthur abaissa sa baguette, soulagé, puis il lança un regard tendre à Nyneve, comme pour lui dire implicitement qu'elle pouvait se rassurer et qu'il resterait à ses côtés. Puis, son regard croisa celui de Peter et le contenu du message implicite se mua en une expression déterminée. Arthur était lui-même rassuré d'être en compagnie d'un Auror entraîné. « Allez, on avance, et on avance vite. Peter, tu as bien dit que c'était par là ? » joignant le geste à la parole, Arthur éclaira la partie des bois mentionnée par Peter... Un petit chemin qui serpentait entre les ronces semblait s'enfoncer dans une végétation plus épaisse encore. Dans l'esprit d'Arthur, la lumière leur donnait au moins le confort de ne pas avoir à subir une attaque surprise, même s'ils se retrouvaient logiquement plus repérables. Choix difficile.

Et tandis que le groupe avançait, le silence de la forêt se faisait étrangement de plus en plus pesant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Arthur


Peter s’etait Prit en pleine tête la boîte d’allumette lancée par la jeune femme. L’une d’entres elles resta coinceé dans les mailles de son pull. Il l’avait retirée en se levant avant de transplanter dans la forêt où tous se retrouvaient à présent. Lui, il n’avait guère peur. Comment le pouvait-il après tout? Si les choses tournaient mal, si ses deux compères mourraient attaques par un loup ou autre, il n’aurait cas se changer en rat et fuir le plus vite possible. Ce n’etait pas une question d’affinite mais de survie !
Un sourire se dessina au coin de ses lèvres lorsque Nyn se colla contre Arthur terrorisée par un bruit qui provenait d’un buisson. Si c’etait Un loup garou, ils n’en seraient déjà plus en vie, tous les trois. La demoiselle tira sur son pull espérant sûrement s’en créer un bouclier humain. Nyneve, il l’appréciait. Fait rare pour le jeune sorcier qui embrassaient aussi bien ses amis que ses ennemis.

Arthur alluma sa baguette lançant quelques étincelles devant eux. Peut-être cela rassurait-il les deux sorciers qui l’accompagnait? Qu’en savait-il lui, dont les sentiments étaient faussés es par sa folie et ses névroses ? Était-il encore en capacité de définir le bien et le mal? L’amour de la haine? Chétif Peter n’était plus. Courageux et fière. Il avait perdu de son humanité en passant cet accord avec le Lord. Il était devenu sa main droite, son arme, son espion le mieux infiltré. Il était ce sanglant jeune homme perdu qu’il berçait contre son sein aux desseins noirs. Ombre de lui même, Peter était un autre, feignant une personnalité effacée mais volontaire, presque mal alaise dans cette organisation qu’etait L’Ordre. Il agissait comme s’il n’en méritait pas de se battre à leurs côté, parfois désolé de son incompétence que lui seul voyait dans sa timidité.
Manipulateur Pter j’en disait mot jusqu’aux interrogations d’Arthur.

« Oui, par la. Je peux passer devant je connais la rôute. Faites attention aux plantes vénéneuses... » ajoutait-il alors qu’il prenait la route du petit chemin tortueux dessinés entres les racines et les ronces de la forêt. Sa main gauche chercha le poignet de Nyneve pour la tirer à sa suite, de l’autre il tenait sa baguette qui éclairait faiblement la route. Il était difficile de comprendre comment le rat faisait pour y voir clair avec cette faible luminosité, mais cela faisait partit des nombreux secrets du jeune sorcier!
« L’arbre est à une bonne dizaine de minutes en journée... »lança Pettigrow en guise d’information pour ses amis... et tandis qu’ils avançaient, un grognement se fit entendre dans leurs dos. Peter ne semblait guère s’en préoccuper et continuait d’avancer en tirant Nyn. L’animal finirait par prendre peur et s’eloigner, espérait-il.
Peter, ami et des bêtes et de la nature était dans son élément, plus qu’il n’y paraissait!


_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
Un poids allégea la poitrine de Nyneve lorsqu’Arthur finit par allumer sa baguette. Malheureusement, ce soulagement fut de courte durée car la douce lumière venait éclairer les arbres et autres feuillages, transformant la forêt en un gigantesque théâtre d’ombres. Ces dernières se mouvaient en même temps qu’Arthur avançait, ce qui donnait l’illusion que la forêt les observait et les suivait. Mais le père de famille avait l’air confiant et son attitude rassurait la jeune fille. De plus Peter était là. Après tout, il était Auror, et il lui avait prouvé à plusieurs reprises au cours de missions précédentes qu’il savait se défendre.

Peter finit par prendre la tête du trio pour les guider à travers la forêt. Suivant le conseil d’Arthur, ils avançaient rapidement. Nyn ne pouvait qu’être d’accord avec ce choix, car plus vite ils auraient atteint l’arbre sacré, plus vite ils seraient sortis de ce sombre endroit. D’ordinaire, la jeune fille déversait un flot de paroles conséquent lorsqu’elle était en mission. Mais là, elle osait à peine respirer de peur que quelqu’un – ou quelque chose – l’entende. Ce qui était paradoxal étant donné qu’ils étaient déjà repérable à plusieurs dizaines de mètres à cause de la lumière qui se dégageait de la baguette d’Arthur.

« On est encore loin ? » souffla-t-elle à Peter. Ce dernier lui apprit qu’il leur faudrait marcher dix bonnes minutes sur ce sentier avant d’arriver au fameux arbre sacré. Nyn poussa un soupir silencieux. Dix minutes, c’est tout ce qui les séparait de leur objectif. Et même moins, si l’on prenait en compte le fait qu’ils marchaient déjà sur ce sentier depuis cinq bonnes minutes. La blonde égrenait les secondes dans sa tête. Se concentrer sur ces chiffres l’empêchait de s’échafauder des scénarios tous plus invraisemblables les uns que les autres. Mais alors qu’elle en était précisément à la deux cent vingt-septième seconde, un nouveau craquement se fit entendre juste derrière eux. Le cœur de Nyneve manqua un battement. Elle sut immédiatement que ce craquement n’était pas le fait d’un animal. Aucune bête sensée ne se serait approchée ainsi d’une source de lumière en mouvement. Comme pour confirmer ses pensées, un deuxième craquement fit suite au premier, puis un troisième. Elle referma sa main sur sa baguette avant de faire volte-face.

Trois centaures lui faisaient face. Étonnamment, ils lui parurent plus petits que ceux qu’elle avait aperçu dans la forêt interdite lorsqu’elle était en troisième année. Mais leurs regards lui glacèrent le sang. Le plus grand, celui du centre, bombait fièrement le torse, alors que les deux autres semblait prêts à charger. Nyn ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais aucun son n’en sortit.

« Vous êtes dans la forêt d’Abbereidy, territoire du clan des centaures de Galles. Quittez immédiatement cet endroit ou nous interviendrons. »

L’instinct de Nyneve lui criait de transplaner immédiatement chez les Weasley pour retrouver la chaleur du Terrier et la douceur de Molly. Mais son sens du devoir l’empêchait d’abandonner si près du but…

« Nous ne sommes pas venus en ennemis et nous ne voulons de mal à personne dans cette forêt ! » plaida-t-elle. Il fallait à tout prix qu’ils comprennent que leurs intentions n’étaient pas hostiles. C’est la forêt qui nous veut du mal pensa-t-elle plutôt. Elle laissa discrètement glisser sa baguette le long de sa manche et présenta ses deux mains vides aux centaures qui lui faisaient face. « Nous sommes juste là pour… Euh… » Une balade au milieu de la nuit ? Etudier la flore galloise ? En cours de Soins aux créatures magiques, on lui avait dit de ne jamais mentir à un centaure. Mais elle ne pouvait pas non plus leur révéler qu’ils étaient ici pour récupérer un objet d’un pouvoir inestimable… Elle jeta un regard inquiet à Arthur. Son expérience et sa diplomatie les sortiraient certainement de ce mauvais pas.

_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Peter


La progression à travers la sinistre forêt d’Abbereidy était laborieuse. La robe d'Arthur se prenait dans les ronces et dans les branches mortes que les buissons perfides dardaient sur les chemins les plus praticables et il butait parfois sur une racine qui devait prendre un malin plaisir à se montrer plus vicieuse que les autres, manquant de le faire trébucher. Pour couronner le tout, les traits de lumières que projetaient les baguettes du groupe augmentaient à bien plus d'un titre le niveau d'horreur et d'oppression de ce paysage inquiétant. Et s'il fallait, en plus, attarder son attention sur chaque impression de mouvement, sur chaque écho lointain, sur chaque courant d'air glacial, la mission prenait soudainement des airs de supplice.

Arthur faisait de son mieux pour rester concentrer sur leur objectif : trouver la relique qu'ils étaient venus chercher, tout en faisant abstraction de l'emballement de son rythme cardiaque et l'éruption de pensées pessimistes et terrifiantes qui s'immisçaient dans son esprit au fur et à mesure de leur progression.

Quand soudain, les membres de l'Ordre furent encerclés par une succession de bruits vifs et secs, comme si la forêt venait de se réveiller et s'était étirée en une symphonie de craquements désarticulés. Dans le halo de lumière qu'émettait la baguette d'Arthur se dessinèrent les silhouettes menaçantes de trois êtres surnaturels, trois golgoths sauvages : des centaures. Ils commencèrent par mettre en garde les sorciers en leur laissant entendre qu'ils les laisseraient faire demi-tour sans attaquer, mais que dans l'éventualité où ces intrus désireraient poursuivre leur chemin, ils devraient certainement passer par la case de l'affrontement. Cette idée fit déglutir Arthur de manière sonore, il savait d'expérience que les Centaures étaient des créatures fières, dotées d'un instinct combatif incomparable et d'une résistance à certains sortilèges qui pourrait faire basculer les chances de victoire en la défaveur de l'Ordre.

Nyneve se lança néanmoins dans un début d'explication bégayant, qui ne sembla pas vraiment convaincre les Centaures. L'hybride de gauche raclait le sol de ses sabots, celui de droite bandait un arc rudimentaire, la pointe de sa flèche pour le moment dirigée vers la Terre. L'argumentaire de Nyneve tomba rapidement à plat et Arthur sentit que c'était le moment pour lui de reprendre la suite... Et puis, avant même d'ouvrir la bouche, une pensée lui traversa l'esprit. Cet arbre sacré, cette relique inspirée de la guerre... Tout cela n'était-il pas fondamentalement lié aux Centaures ? Cet if mourant était peut-être un lieu de recueillement ou de ferveur pour ce peuple particulièrement connecté à la nature... N'était-il pas l'écrin d'une relique barbare qui encensait les instincts guerriers de la tribu ? Leur dire la vérité n'était sans doute pas la meilleure chose à faire, de crainte qu'ils ne se montrent plus agressifs encore.

D'après Arthur, il était plus raisonnable de jouer une autre carte. Il savait, pour avoir entendu de nombreux bruits de couloir à ce sujet, que le régime en place menait une opération de grande envergure pour confisquer les terres des Centaures. Peut-être était-ce plus judicieux de tenter un rapprochement à ce sujet. Les Centaures étaient réputés pour être avares de mots, si bien qu'ils se refusaient habituellement à tout contact humain. Dans l'esprit du rouquin, cela signifiait probablement que, au meilleur des cas, ils couperaient court à la conversation et les laisseraient partir. Dans le pire des cas, ils couperaient court à la conversation pour les chasser manu militari de leurs terres. Ses doigts se resserraient subrepticement autour du manche de sa baguette à l'idée de les confronter.

« Nous savons que vous êtes de grands guerriers et nous ne cherchons pas l'affrontement. Nous sommes envoyés par Albus Dumbledore... improvisa Arthur, en retenant au mieux les tremblements de sa voix. Absolument tous les êtres magiques avaient entendu parler de Dumbledore et de son combat pour la tolérance. Arthur le savait et avait pu l'observer de lui-même à travers tout le pays au cours d'opérations de l'Ordre ou de missions du ministère. Il espérait que cela inspirerait une quelconque sympathie aux centaures à leur égard, par opposition à l'oppression dont les hybrides étaient la cible. Dumbledore nous envoie auprès de vous pour quérir votre aide. Nous savons pertinemment qu'il n'est pas dans vos habitudes de vous soucier des affaires des humains ou de la politique, mais le régime instauré par les Mangemorts vous prive peu à peu de vos droits, de vos terres et de votre dignité... Nous nous battons pour renverser ce régime et pour rétablir l'équilibre. Et nous avons besoin de votre assistance. » lança Arthur, en essayant de se montrer le plus humble possible.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Arthur Weasley' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Action Event' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Arthur


Nyn avait peur. Elle qui était habituellement une véritable pipelette et qui donnait l’impression d’aller promener lorsqu’ils allaient en mission. C’est sur, qu’aujourd’hui il ne lui avait pas donné le bras pour marcher gaiement en direction du lieu qu’ils devaient inspecter pour l’emplacement d’un possible QG. Non. Ce soir, ils étaient tous les trois dans un pétrin sans nom. Baguette en main,  ils venaient tous les trois de tomber sur trois centaures… Plus que déterminer à se débarrasser des trois sorciers qui avaient eu le malheur de pénétrer dans leur foret.

La sorcière qui accompagnait le groupe tenta de bredouiller quelques excuses, cherchant quelque chose à dire. Mais finit par se déconfire et laisser Arthur prendre la parole. Tandis que Péter lui, toujours égal à lui même gardait sa baguette magique pointée en l’air, éclairant la scène.
Une première explication fut donnée. Etre ici pour leur venir en aide, envoyé par Dumbledore. Le jeune Auror doutait de la réussite de la chose. Vraiment.  "Dumbledore nous envoie auprès de vous pour quérir votre aide. Nous savons pertinemment qu'il n'est pas dans vos habitudes de vous soucier des affaires des humains ou de la politique, mais le régime instauré par les Mangemorts vous prive peu à peu de vos droits, de vos terres et de votre dignité... Nous nous battons pour renverser ce régime et pour rétablir l'équilibre. Et nous avons besoin de votre assistance. » Il leva un sourcil, regardant Arthur interrogateur. Allaient-ils le croire ? Humble, c’était limite si le sorcier allait s’incliner devant eux.
Mais les centaures ne furent guère sensibles à la cause qu’ils prônaient. Au contraire, ils se montraient de plus en plus agacés par la présence des sorciers. Péter se décida enfin à prendre les choses en mains.


1-3 -5
Péter commence à perdre patience et décide se sortir sa baguette magique. Se montrant plus sec qu’à l’habitude. Les choses pressaient. Ils avaient besoin de mettre la main sur cette bague, qu’importait les dommages collatéraux.
Attacher quelques centaures ne leurs feraient absolument pas de mal.
Il lança un sortilège informulés pour ligoter les trois créatures et se tourna vers ses compagnons de fortunes. « Dépêchons-nous, elles ne tiendront guère longtemps. Juste assez pour atteindre l’arbre sacré. » Et il reprit sa route en prenant le poignet de Nyn et la tira à sa suite, baguette magique prête en cas de besoin. Sait-on jamais si les autres allaient être là.


4-7- 9
Péter commence à perdre patience et décide se sortir sa baguette magique. Se montrant plus sec qu’à l’habitude. Les choses pressaient. Ils avaient besoin de mettre la main sur cette bague, qu’importait les dommages collatéraux.
Ce fut donc en toute simplicité qu’il brandit sa baguette magique et prononça «  Confundo ! » Confus, les trois centaures observaient les sorciers, ne savant plus ce qu’ils venaient de dire. Péter leur dit alors un sourire : « Ah ! Merci cher amis de nous accompagner dans notre quête ! Vous comprendrez que nous sommes plus qu’excité à l’idée de profiter de votre sagesse lors de notre pèlerinage vers l’arbre sacré ! »  
A coup sur, les centaures seraient assez perturbés pour accepter de les escorter.


6-8-10
D’autres centaures venaient d’apparaitre de toutes part. Ils les entouraient. L’échappatoire était impossible. Ils allaient devoir se battre ou abandonner.
« Qu’est-ce qu’on fait ? Ils sont beaucoup trop nombreux… » Dit Pettigrow en attrapant le poignet de Nyn.


_________________
You can't walk away from this


Dernière édition par Peter Pettigrow le Mar 20 Nov - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Peter Pettigrow' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Action Event' : 4

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
Parfois, Nyneve se demandait ce qu’elle faisait dans l’Ordre. Ce n’était ni une sorcière habile de sa baguette, ni une négociatrice rompue. Evidemment, on pouvait mettre en avant son jeune âge. Mais d’autres membres du même âge voire même plus jeune étaient quant à eux de redoutables sorciers. Parfois, la jeune fille pensait qu’on ne la laissait prendre part aux missions que parce qu’on avait pitié d’elle et qu’on voulait qu’elle pense à autre chose. Et pour le coup, cela semblait se vérifier lors de cette mission lors de laquelle elle ne s’illustrait guère.

Fort heureusement, ses deux acolytes se débrouillaient mieux qu’elle. Arthur fit le choix de tenter d’amadouer les Centaures en évoquant leurs conditions sous le régime de Voldemort et en leur proposant de les aider à conserver leurs droits. Selon la sorcière, c’était une excellente approche : en plus de pouvoir mener à bien leur mission, ils pourraient peut-être établir des liens avec ce clan qui pourraient leur être utiles dans le futur ! Arthur avait une sorte d’aura naturelle pour ce genre de choses, et il arrivait souvent à convaincre ses compagnons récalcitrants à ses idées tout en douceur.

Cependant, les centaures ne semblaient pas réceptifs à son humilité. Apparemment, le simple fait d’être des sorciers suffisait à classer le trio dans la catégorie Indésirables. L’une des créatures se mit à racler son sabot contre le sol en guise d’intimidation. Les trois sorciers furent priés de quitter les terres du clan, et au vu du ton employé, il ne semblait plus possible de négocier. Nyneve frissonna en repensant aux légendes qu’on racontait sur les centaures. Elle avait toujours été très crédule et les mythes de son enfance hantaient encore ses rêves de temps à autre. Alors qu’elle allait intimer ses compagnons de rebrousser chemin pour établir un autre plan, Peter prit les choses en main.

Un sortilège de confusion. Nyn n’y aurait pas pensé, mais dans la situation, cela semblait être approprié. Ils évitaient ainsi la confrontation tout en atteignant leur but. Les trois centaures semblaient en tout cas suffisamment confus pour emboîter le pas aux trois membres de l’Ordre. La vision était assez étrange… De mémoire de sorcier, jamais on n’avait vu ces créatures escorter des humains pour leur permettre de récupérer un objet sacré. Peut-être aussi que c’était une situation qui ne se présentait pas tous les jours !

L’étrange groupe parcourut dans un silence presque religieux les derniers mètres qui le séparaient de l’arbre sacré. Il était impossible de le manquer, et Nyneve ne put s’empêcher de laisser échapper un « Waouh ! » d’admiration. Au milieu d’une clairière trônait un majestueux chêne dont l’écorce était d’une blancheur immaculée. Éclairé par la lumière de la lune, on avait l’impression que l’arbre brillait. Ses feuilles, étonnamment toujours présente malgré la saison, étaient écarlates. « … tout près de l’arbre sacré dans la forêt, déposé en son cœur brille la bague du Cavalier de la Guerre… » répéta mot pour mot Nyneve, à partir des paroles qu’avaient prononcé le vieux sorcier. La tournure de la phrase intriguait la jeune fille : la bague était-elle au cœur de l’arbre, ou au cœur de la forêt ? Il n’y avait rien dans cette clairière, si ce n’était le chêne et un vulgaire rocher couvert de mousse. En faisant bien attention, l’arbre était excentré alors que la pierre se trouvait pile au milieu de la clairière. Peut-être fallait-il s’y intéresser ?

Nyneve s’approcha précautionneusement du rocher, qui semblait absolument inoffensif en apparence. Mais elle sentait une espèce de tension magique dans l’air, qui s’intensifiait à chaque pas vers l’arbre et le rocher. « Salveo Maleficia. » Rien ne se produisit. La magie à l’œuvre n’était pas un piège maléfique. Cependant, la blonde ne releva pas sa garde pour autant : il était certain qu’une forte protection devait s’ériger autour de la bague. Doucement, elle posa sa main sur la pierre, à la recherche d’un indice qui pourrait les aiguiller dans leur recherche.

1-4-7 : Aucune vibration magique dans la pierre : la bague ne s’y trouve pas !
2-5-8 : La bague est là, profondément ancrée au centre du rocher !
3-6-8 : Le rocher est une illusion qui protège l’entrée d’un tunnel !
10 : Le sortilège de Confusion ne fait plus effet : les centaures attaquent par derrière !


Malheureusement, Nyneve ne ressentit aucun picotement caractéristique au sein de ses paumes. « Elle n’est pas ici. » soupira-t-elle en se tournant vers ses compagnons.


_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.


Dernière édition par Nyneve McKinnon le Jeu 22 Nov - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Nyneve McKinnon' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Action Event' : 4

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Peter


La diatribe d'Arthur sur la noblesse de la lutte pour la liberté, pour la nécessité de l'union qui, paraît-il, faisait la force et sur la précarité de la situation des hybrides sembla tomber à plat. C'est Peter, qui les convint d'un habile sortilège de confusion. C'était certainement la deuxième meilleure solution, pensa le rouquin, visiblement désespéré que la diplomatie ne fusse pas une option viable, comme trop souvent, en ce moment, dans la société sorcière britannique. Ils se remirent en marche, flanqués par les centaures qui avançaient béatement en observant les étoiles. Et bien que les créatures pouvaient à tout moment émerger de leur état de confusion, cette fastidieuse progression dans les bois prit immédiatement une allure de promenade, avec une telle escorte. La végétation se faisait de moins en moins oppressante jusqu'à ce que leur sentier de fortune ne débouche sur une magnifique clairière, baignée des faisceaux argentés d'une pleine lune soudainement davantage réconfortante, permettant maintenant aux sorciers de faire s'évanouir la lumière artificielle que projetaient leurs baguettes. A la vue de ce lieu presque féérique, Nyneve s'exprima pour le groupe en gratifiant cette découverte d'un « Waouh ! » mérité.

Les centaures s'étaient dispersés. L'un d'entre eux s'était perdu dans une intense contemplation des astres, tandis que les deux autres trottaient mollement en direction d'un buisson, de l'autre côté de la clairière. « … tout près de l’arbre sacré dans la forêt, déposé en son cœur brille la bague du Cavalier de la Guerre… », répéta Nyneve, avant de considérer les deux éléments les plus visibles, un rocher recouvert d'un tapis mousseux et le fameux if sacré à l'aura d'un blanc chatoyant. Instinctivement, la sorcière se dirigea vers le rocher, non sans oublier de lever les éventuels maléfices qui pouvaient protéger l'endroit, et l'examina. Arthur, poussé par son propre flair, s'approcha de l'arbre.

« Elle n’est pas ici. » les informa Nyneve. Arthur se figea devant l'arbre, contemplatif. « C'est normal... Elle est ici. »

Debout face à l'arbre, Arthur sentait que l'écorce elle-même rayonnait des traces d'une très ancienne magie. Au Ministère, le rôle d'Arthur était de perquisitionner les objets issus de l'artisanat moldu que certains sorciers malavisés avaient enchanté. Ces objets devenus magiques produisaient des phénomènes étranges, parfois meurtriers, dans la société non magique britannique... Weasley était donc peu à peu devenu un expert en matière de diagnostic, puisqu'il avait eu en de nombreuses occasions durant sa carrière d'aiguiser cette sensibilité. Arthur se passa la main dans les cheveux avant de lever la tête pour examiner les branches de l'arbre sacré. « Et je peux vous affirmer que c'est du sérieux... L'ivrogne ne t'a pas menti, Nyneve... »

La brève inspection d'Arthur, qui déambula autour de l'if sacré, ne lui révéla aucun trou, aucun interstice à l'intérieur duquel une personne aurait pu glisser ou dissimuler un tel artefact. Sans doute la bague se trouvait à l'intérieur du bois, comme faisant partie des cercles qui, lorsqu'on les comptait, pouvait définir l'âge de cet arbre probablement très ancien. Lorsque Arthur s'approcha encore, il finit par déposer délicatement sa main sur l'écorce étrangement lisse, pour la retirer, d'un bond, une fraction de seconde plus tard. C'était comme si l'arbre lui avait brûlé la paume de la main. Arthur échappa un bref son de douleur, comme un réflexe, avant que ses yeux ne se posent sur sa peau, à l'endroit qui aurait dû être rougeoyant et déjà infesté de cloques.

Rien. Pas de blessures, seulement la sensation de brûlure qui s'évanouissait déjà. « On dirait que l'arbre cherche à se défendre. » dit-il en relevant lentement le regard vers Peter, en grimaçant.

Spoiler:
 

Et au moment où leurs regards se croisèrent, le corps d'Arthur fut secoué d'un frisson d'horreur. Les orbites de Peter étaient encore plus sombres que si elles s'étaient retrouvées entièrement évidées. Ce regard d'un noir profond lui donnait des allures démoniaques. Quelque chose n'était pas normal. En un réflexe, prenant forcément cette chose par surprise, Arthur brandit sa baguette de sa main gauche en prenant soin de viser la tête de l'imposteur, qui se trouvait à deux, trois mètres en face de lui. « Tu n'es pas Peter ! Qui es-tu ? aboya le sorcier d'un ton agressif qui ne laissait pas planer le doute quant au fait qu'il n'hésiterait pas à l'attaquer au moindre geste vif ou inattendu. Nyneve ! Regarde ses yeux ! ».



Dernière édition par Arthur Weasley le Jeu 22 Nov - 16:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Arthur Weasley' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Action Event' : 8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Arthur


Une fois arrivé à la clairière, Mckinnon laissa échapper plusieurs exclamations d’étonnement face à la beauté lugubre des lieux. Arthur semblait attendrit. Péter lui, fidèle à lui même ne fit aucun commentaire. Il se contentait d’avancer en suivant les centaures qui les laissèrent un peu plus loin. Rejoignant ainsi l’arbre sacré, le groupe observa silencieux –ou presque- l’arbre. Nyn répétait les paroles de l’ancien, cherchant encore à en comprendre les mots. Pettigrow, lui aussi, tentait de déchiffrer ce charabia. Il croisa les bras, observant la sorcière levée sa baguette et examiner la pierre qui était aux pieds de l’if.
Malheureusement, il ne se passa rien, affirmant qu’elle n’était pas ici. Arthur répondit qu’évidemment non,  elle se trouvait surement dans l’arbre, ce fut évidemment après avoir regretté que le vieil homme n’ait pas donné plus d’informations concernant sa localisation exacte.
A son tour, il tenta quelque chose en se rapprochant de l’arbre et en posant sa main sur son tronc. Il se recula, affirmant que l’arbre cherchait surement à se défendre. Weasley, finit par se tourner vers Pettigrow, levant soudainement sa baguette vers celui-ci. L’Auror recula, pointant à son tour sa baguette sur Arthur. Il était apparut une bague qu’il n’avait pas encore vu à son doigt. Fronçant les sourcils. « Tu n’es pas Péter ! » Hurla le sorcier. « Qui est-u ? » Il alpaga la sorcière qui les accompagnait. Assurant que ses yeux avaient changés. Mais Péter était prêt. Il allait réagir. Il cherchait juste comment, sans devoir tuer Arthur ou Nyn. Cette bague, il la voulait pour son maitre. Elle ferait un cadeau parfait pour celui-ci et assouvir son pouvoir.
« Reste en arrière Nyn ! Il hallucine ! » Péter lança Péter. Il se mit sur ses gardes. « La bague est à son doigt ! Il faut la récupérer ! » Il recula d’un pas, avant de tenter de lancé un : «  Petrificus Totalus! »

1-3-5 : le sort ne fonctionne pas, Péter ou Nyn doivent tenter autre chose pour bloquer Arthur et lui retirer la bague en tout sécurité !
2-4-6 : le sort fonctionne, Péter se rapproche donc d’Arthur, et avec un gant qu’il trouve dans sa poche lui retire la bague. Il la range dans un écrin avant de la fourrer dans sa poche, demandant au passage à Weasley comment il se sent.





HRP : Désolée, c'est court !
HRP 1: C'est notre dernier tour de post ! ::119::

_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Peter Pettigrow' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Sorts d'attaques' : 1

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
« C'est normal... Elle est ici. » Arthur venait de trouver la bague, là, lovée au creux de l’arbre blanc. Enfin, trouvée était un grand mot : elle était là, c’était sûr, mais ils ne la voyaient pas. Arthur eut beau scruter l’écorce à la recherche de la moindre aspérité, rien n’indiquait où se trouvait la bague ni comment se la procurer. Nyneve ressentait les ondes magiques qui émanaient de l’arbre. Elles agissaient comme un aimant, on avait envie de s’approcher et de toucher l’écorce. Ce fut Arthur qui finit par poser sa main, avant de la retirer aussitôt, comme si l’arbre venait de l’attaquer. Le père de famille se tourna vers ses compagnons, sous-entendant qu’il s’agissait d’un moyen de défense de l’arbre.

Alors que Nyn allait proposer quelque chose pour localiser la bague, elle vit le visage d’Arthur se décomposer et son corps se mit à frissonner. Nyn remarqua que ses pupilles s’étaient largement dilatées, faisant presque disparaître son iris bleue. « Tu n'es pas Peter ! Qui es-tu ? »  Sa voix avait perdu sa douceur et sa jovialité naturelle, et s’était teintée d’un étrange timbre maléfique. « Nyneve ! Regarde ses yeux ! »  La jeune fille en question se tourna lentement vers Peter, prête à voir apparaître quelque chose dans son regard, mais elle ne vit rien qui changeait de d’habitude. L’Auror était toujours très calme, malgré l’inquiétante situation.

« Arthur, tout va bien, c’est le vrai Peter… » lui dit la jeune fille avec douceur. Elle s’approcha de celui qui n’avait de cesse de la protéger mais fut interceptée par Peter qui lui intima de rester en arrière.  « La bague est à son doigt ! Il faut la récupérer ! » La jeune fille ne savait pas quoi faire, partagée entre la peur qu’Arthur attaque Peter et la peur que Peter attaque Arthur. Et finalement, ce fut le plus jeune de ses compagnons qui leva sa baguette en premier.
Non, il était hors de question qu’il s’en attaque à Arthur, même si celui-ci souffrait d’hallucinations. La jeune fille, n’écoutant que son instinct, se jeta sur Peter alors qu’il jetait son maléfice. Fort heureusement, le rayon pétrificateur fut dévié et alla finir sa course dans les nuages qui planaient au dessus de la clairière. « Mais t’es malade ou quoi ?! »  Evidemment, la jeune fille avait interrompu son geste avant de savoir quel sortilège il allait lancer, et une pétrification n’aurait pas fait grand mal à leur compagnon, mais elle avait eu si peur que Peter – qui pouvait souvent se montrer impulsif – ne blesse Arthur ! La jeune fille s’en serait voulu pendant longtemps de ne pas l’avoir protégé alors qu’il lui offrait sa protection depuis de longs mois…

Nyneve se releva et épousseta sa robe, avant de relever la tête. Elle se trouva juste devant l’arbre, et là, devant ses yeux, l’écorce se creusa pour former comme un écrin. Toujours puissamment attirée par les ondes magiques, Nyneve occulta tout se qui se passait autour d’elle. Il n’y avait plus qu’une seule chose qui comptait, une seule chose qui l’obnubilait : ouvrir cet écrin. Lorsque sa peau entra en contact avec le bois, elle ressentit un agréable picotement qui ne l’empêcha pas de continuer. Ses doigts fins ouvrirent l’écrin de bois avec précaution. Une lumière dorée s’en échappa, dévoilant un magnifique anneau d’or légèrement ouvragé. « La bague ! Elle est là ! Ce n’est pas la vraie sur le doigt d’Arthur ! »  En la voyant, Nyneve sut instantanément que c’était celle-ci, la vraie bague de la guerre.

Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’ils avaient précisément réuni toutes les conditions pour la récupérer. En effet, cet objet de grande valeur ne devant pas se retrouver dans n’importes quelles mains, une mise en scène ingénieuse le protégeait. Tout d’abord, la bague ne pouvait être récupérée par un sorcier s’aventurant seul dans cette quête. Ensuite, il fallait qu’une personne soumise à de puissantes illusions lutte contre elles et n’utilise pas sa magie pour attaquer un innocent. L’une des dernières conditions faillit d’ailleurs être brisée par Peter : si un sorcier cherche à s’emparer de la bague en attaquant un sorcier, celle-ci s’autodétruit en une puissante explosion. Si Nyneve n’avait pas dévié le sort, ils auraient pu vivre une véritable catastrophe. Et enfin, la dernière condition et non des moindres, était que la bague ne pouvait être récupérée que par un cœur pur qui ne cherchait la bague pour de mauvaises raisons.

Nyneve récupéra la bague, qui était étonnamment glaciale. A peine avait-elle refermé la main sur le bijou qu’elle sembla sortir de sa petite bulle et fut brusquement rappelée à la réalité. Arthur, Peter, les centaures…

1-10 : Le fait de récupérer la bague stoppe les hallucinations d’Arthur
2-3-4 : Les centaures sortent de leur confusion et sont très en colère que la bague ait été dérobée
5-6-7 : Les centaures sortent de leur confusion et se prosternent devant le groupe qui a réussi à récupérer la relique
8-9 : Arthur est toujours en proie à de puissantes hallucinations


_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.


Dernière édition par Nyneve McKinnon le Mar 27 Nov - 5:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Nyneve McKinnon' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Action Event' : 3

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 113
Date d'inscription : 02/11/2018
Age : 68
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Peter


Ce qui suivit l'accusation d'Arthur devint immédiatement flou et distant dans l'esprit du sorcier, envoûté par le puissant artefact. Il se souvint seulement de l'écho d'une vive protestation qui s'éloignait déjà, et d'un éclair lumineux qui l'avait survolé, avant de se confondre aux milliers d'autres lueurs lointaines dans ce ciel d'encre que les Centaures affectionnaient tant. Une voix furieuse, rauque, labourait son crâne, lacérait ses tympans. La voix lui disait d'attaquer la créature aux yeux noirs, qu'elle n'était qu'un imposteur, une menace, et que le vrai Peter était sans doute déjà mort. "Venge-le !". "Tue !", hurlait cette voix vengeresse en lui. Les doigts d'Arthur étaient fermement scellés autour du manche de sa baguette, qu'il brandissait devant lui comme si ça vie en dépendait... Mais son bras tremblait, comme s'il était le seul à pouvoir lutter contre cette pulsion surnaturelle.

Le visage d'Arthur se tordit en une grimace de douleur. La voix aboyait de plus en plus fort, déformée par une ire venue d'un autre monde, vomissant des ordres qui se faisaient de plus en plus morbides et infâmes. Portant sa main à son front moite, Arthur réalisa que cette voix ne venait pas de lui, comme elle semblait vouloir le lui faire croire. Le sorcier porta son autre main à son crâne, comme pour le presser à chaque tempe, comme pour faire couler le venin de cette voix par ses oreilles rougies par le froid.

Et puis, sans trop comprendre comment, le chaos de son esprit s'arrêta instantanément et le vacarme fit place au silence. Arthur n'entendait plus que sa propre respiration haletante et l'inquiétant bruit du vent dans les sous-bois qui faisait frissonner les arbres tout autour de la clairière. D'autres diraient qu'il s'agissait d'un mauvais présage.

Lorsqu'il ouvrit les yeux, Arthur vit une étrange bague sur ses doigts qui commença à se déliter pour finir par tomber au sol, réduite en une poussière sombre. Plein d'interrogation, l'esprit embué, il constata que Nyneve tenait à présent la vraie chevalière dans le creux de sa main. Désorienté, hébété, le sorcier croisa successivement les regards de Nyneve et de Peter, dont les orbites semblaient plus ordinaires que jamais : plus aucune trace ou vision de ces abominables yeux démoniaques... « Que... Qu'est-ce qu'il s'est passé ? » Bégaya Arthur, chamboulé. Forcément, dans cet état, Arthur, faisant mine de vouloir s'appuyer contre l'arbre pour reprendre son souffle avant de se raviser, aurait souhaité pouvoir s'asseoir une minute, mais les Centaures se mirent à hurler à leur tour, signe que la confusion dans leur esprit s'était également dissipée en même temps.

L'afflux d'adrénaline aidant, la brume dans l'esprit d'Arthur s'éclaircit un peu plus rapidement que prévu. Un centaure chargeait dans le dos de Peter et de Nyneve. Arthur, alerte, leva sa baguette entre leur tête et lança une gerbe d'étincelles dorées. « Impedimenta ! ». Le sort toucha le Centaure au niveau du torse et c'était comme si le temps avait décidé de ralentir son cours seulement pour l'hybride, qui progressait au ralenti, une lame rudimentaire brandie au dessus de la tête, à quelques mètres derrière Peter.

« Les Centaures ! D'autres vont arriver ! » prévint Arthur alors que chant guerrier d'un cor rudimentaire emplissait la clairière. Les hybrides alertaient effectivement leurs congénères, qui ne tarderaient pas à rejoindre leur arbre sacré. La situation semblait mal engagée, mais le bref délai qui les séparait de l'assaut des Centaure serait sans doute suffisant pour leur permettre de transplaner en sûreté. Arthur tendit la main devant lui, pour que Nyneve et Peter la saisisse, afin de ficher le camp sur le champ, direction la tranquillité réconfortante du Quartier Général de l'Ordre du Phénix.



-----------------------------

C'est l'heure de prier le Dice God !

Dé n°1 - Arthur lutte contre les illusions.  /10
1 = échec critique.
10 = réussite critique.

Dé n°2 - Les Centaures attaquent ! Comment évolue la situation ? /10
1 = situation critique.
10 = sortie simple, sans blessure, immédiate.


Dernière édition par Arthur Weasley le Jeu 29 Nov - 17:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Arthur Weasley' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


#1 'Action Event' : 7

--------------------------------

#2 'Action Event' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
Cavalier de la Guerre
ft. Nyn & Arthur


Alors qu’il avait lancé un sort pour neutraliser Arthur, sans pour autant lui faire de mal, Nyneve lui hurla dessus qu’il était malade, donnant un coup dans son bras qui lui fit rater son sort. Péter aurait bien juré, saleté bonne femme ! Son appréciation de celle-ci avait beau être présente, le sorcier n’avait en tête que de récupérer cette bague pour son maitre. Le maitre de tous les sorciers, celui qui un jour régnerait sur le monde.

L’Auror n’était pas dingue, il n’allait pas lui lancer un sort mortel au Weasley, Mckinnon agissait comme s’il était le pire de tous les sorciers. Visiblement agacée,  il croisa les bras observant la jeune femme et lui lançant, un peu sec : « Bah vas-y toi. Fais quelque chose avant que ce soit moi, qui me prenne un sort ! » Le père Weasley fut subitement prit de douleur, les mains sur sa tête tandis que Nyn s’était rapprochée de l’arbre sacré. Peter se rapprocha du rouquin, se plaçant à ses cotés, il l’observait sans le toucher, ne sachant réellement que faire.

Lorsque le père de famille rouvrit les yeux, il demanda ce qu’il s’était passé. Dans leur dos, Nyn venait de se relever. Le brun ne prit pas la peine de tourner son regard vers celle-ci. « Tu as été sous l’influence de la bague… » Il fit un geste vers le sorcier lorsqu’il le vit tenter de s’appuyer contre l’arbre. C’était une très mauvaise idée. Il se ravisa. Nyn avait la bague dans les mains. Impossible pour lui de l’attrapée et de révéler son véritable camps. Alors, il esquissa un sourire en coin, comme pour la félicité d’avoir été capable de mettre la main sur l’artefact.
Il allait dire quelque chose mais, se stoppa dans son élan, Arthur venait de lancer un sort dans son dos. Il se retourna pour voir un centaure avancer au ralentit, une arme brandit prêt à attaquer l’Auror. Il aurait pu soupirer face à la stupidité des centaures, mais ne dit rien. Weasley venait de le faire à sa place.

Il était temps de partir. Se rapprochant un peu plus des deux autres sorciers, il prit la main d’Arthur pour rentrer au quartier Général de l’Ordre du Phénix. Tirant Nyn vers eux qui semblait sortir de sa torpeur. Ils avaient transplannés avant que les centaures ne débarquent tous. Ce que Péter ne savait pas encore, c’était que le Lord serait particulièrement déçu de n’avoir pu mettre la main sur cette bague.






HRP : Désolée, c'est court !
HRP 1: MISSION ACCOMPLIE !

_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[QUETE ] Cavalier de la Guerre ~ Arthur & Nyn & Péter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)
» La guerre de Troie
» Guerre de l'Ogaden
» Henry VIII et la guerre...
» Robert Fisk - La Grande Guerre pour la Civilisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: ∇ La taverne ∇ :: Les orbes du forum. :: RP :: Novembre/Décembre 1981-