The supremacy of Pure Blood begin here.
Dans la nuit du 31 octobre 1981.
Attaque perpétrée par les forces du Lord: Peter Pettigrow tue le jeune Harry dans son sommeil pendant que James et Lily Potter sont aux mains des Mangemorts qui perquisitionnent le couple. Peter transplane avant de se faire repérer par ses amis.

Pendant ce temps …
Un groupe de chercheur en médicomagie présentent les résultats d’une étude sur le développement d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Personne n’entend parler de la mort du jeune Harry Potter... - Lire le contexte -
RèglementLa vielle magieLe sangPrédéfinisLes BottinsPARTENARIATS
A savoir
# Forum dans l'univers de J.K. Rolling - Première guerre - Uchronie Dystopique - Monde adulte.
# Contexte évolutif, chaque personnage compte!
# Codage par Okhmhaka sur Never-Utopia; Images par Lüly (Eléonore); Codages supplémentaires par Sulpica;
Intrigue
« Harry Potter est mort. L ‘élu a été tué. Le monde magique est proche de sa fin. Résistez ou fuyez! Harry Potter est mort! ». En ce beau matin de novembre 1981, la une de la gazette du sorcier aurait pu annoncer la tragique attaque de Goodrich’s Hollow. Les sorciers du royaume uni auraient pu se réveiller avec une nouvelle bien tragique, s’ils savaient qui était Harry Potter. Au lieu de cela, la gazette annonçait en sa première page la découverte prodigieuse d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Nul ne se doutait des terribles événements qui avaient eu lieu dans la nuit, relatés page 12 de la gazette dans un tout petit encadré : « Des Mangemorts perquisitionnent un couple suspecté de faire partit de l’ordre du phénix. Tournant au vinaigre, un enfant meurt durant l’intervention. ». Ni plus, ni moins, le jeune Harry James Potter était mort. La prophétie ne se réalisera jamais. Voldemort venait d’assoir son pouvoir en tant que 1er Ministre de la Magie.
1981; Grande-Bretagne
everything is falling apart
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 ~ ~ Sulpicia "Su" Isobel Mulciber ~ ~ Perfect pureblood fiancée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 529
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar

   
Sulpicia "Su" Isobel MULCIBER

   
VOILA QUI JE SUIS DANS CE NOUVEAU MONDE

   

   

Laissez moi me présenter, je suis né(e) sous le nom de [Sulpicia Isobel Mulciber], mais généralement, on me surnomme [Su'], je suis né(e) le [1er novembre 1960], j'ai donc [21 ans]. Je suis originaire de [Hugh Town] et je suis donc [Britannique], logique. Côté amour, je suis [hétérosexuelle] et [fiancée à Amycus Carrow, bien que je ne puisse me défaire de son souvenir si doux, celui d'une douce rébellion contre notre monde], pourquoi? Je t'intéresse?

Mon sang est [Sang-Pur], et l'on connait ma famille pour [grace aux liens qui uni ma famille au Lord. Mon père est l'un de ses "amis" de son époque Poudlard et son plus fidèle serviteur.].Ma baguette magique est [en bois de roses, de poils de fléreur et mesure 25cm. Elle est assez souple, ce qui lui donne une capacité incontestable en sortilège et en métamorphose], nous avons un lien indéfinissable!

En dehors de cela, je suis [Métamorphe, je travaille au département de recherche de Sainte Mangouste, je me suis spécialisées dans les poisons et maladies rares transmissibles ], et je dois avouer que je suis dans le camps des [NEUTRE ] .[/color]
   
    Feat. Blake Lively
    (C) Copyright Brimbelle

   
   
Les apparences sont trompeuses

   
Take me home to my heart.

   

   
Hum hum... Encore une petite tête blonde sous les pans de mes tissus! Parles moi un peu de toi et de ton caractère. Es-tu courageux comme un Gryffondor? Ambitieux comme un Serpentard? Erudit comme un Serdaigle où sociable comme un Poussoufle?
   Froide, hautaine, peste et parfaite sang-pur, j’ai toujours renvoyé cette image de perfection que l’on attendait d’une demoiselle de mon rang. Bien éduquée, toujours tirées à quatre épingle l’on me surnommait la reine des glaces durant mes années Poudlard. N’importe quel parent de sang-pur rêvait d’avoir une fille ou belle fille aux qualités que l’on me reconnaissait. Mon éducation me précédait partout ou j’allais, je faisais toujours bonne figure lors des événements mondains et laissait mes parents exhiber leur parfaite fille.
Inexpressive, il n’y avait que les sang-purs pour apprécier la froideur de mon visage fermé. Je n’avais pas d’amis. Je vivais dans un monde de livres et de botanique, pour laquelle j’ai une réelle passion. J’aime étudier. J’ai toujours aimé avoir le nez dans les livres, considérant ceux-ci comme un parfait échappatoire à la pression de mes proches.

C’est sous cette apparence froide et hautaine, que je cache mon véritable caractère. Je suis une personne douce, incapable de rester en place. Joueuse, j’aime prendre du plaisir et m’amuser… Un peu trop ! Je sais reconnaître les petits plaisirs de la vie : j’aime danser, boire et fumer des feuilles de Tentaculas. J’aime me sentir planer, sans pour autant trop me laisser allée. Je ne danse pas très bien, je ressemble plus à une folle qui secoue les bras dans tous les sens en soirées hors mondaine. Je n’ai jamais réussi à maitriser les danses de salons. J’ai deux pieds gauches et je peux me montrer maladroite. C’est pourquoi je préfère ne jamais m’afficher au milieu des sang-purs et porter des robes bien trop moulante pour ne serait-ce, respirer.
Douce, j’ai la main sur le cœur. Je ne supporte pas la souffrance des autres ni la violence. Je n’ai jamais été douée en défense contre les forces du mal, me retrouvant toujours dans les derniers de classe… A contrario, j’ai été la meilleure élève en botanique depuis des décennies. J’ai toujours eu de très bonnes notes en métamorphose et sortilèges.
Vive d’esprit et intelligente, j’ai développé ma curiosité grâce au monde qui m’entourait, fortement encouragée par mes parents. Une enfant éduquée et intelligente ne pouvait qu’être un plus.
Généralement solitaire, j’ai toujours rêvé de sortir de ma bulle de sang-pur… L’équipe de sorciers avec qui je vis depuis 3 ans et mes rencontres lors de mon voyage ne connaissent pas cette image froide et hautaine de ma personnalité. Ils n’ont jamais eu à observer cette torture inexpressive avec laquelle je devais me battre dans le milieu mondain. J’avais une réputation à tenir, je dus les prévenir. Ils ne devaient jamais parler de la personne que je cachais au fond. Je me devais d’agir, de nouveau, comme la parfaite future épouse. Je ne pouvais pas me rebeller. J’avais trop à perdre. Je suis lâche. Pourtant, je n’ai pas peur de mourir.

   

   
   En fait, je viens de me rendre compte que je m'en fiche complètement. Parlons d'un truc bien plus passionnant! Mais non... je ne vais pas te parler de tes amours, mais de ton Amortentia! Moi, c'est celle du parchemin neuf déroulé chaque année, de la poussière de mon étagère dans le bureau du directeur, et du parfum de McGonagall! Quoi? Tu te moques? Tu crois vraiment que le tien est meilleur que le mien?
   Mon amortentia sent la campagne, lorsque l'automne s'est installés sur les terres et lorsque les agriculteurs brulent leurs champs, après une nuit fraiche un peu humide. En me rapprochant, il y a une odeur de vieux livres, puis de feuilles séchées de tentaculas que l'on fait bruler pour enfin, se terminer avec l'odeur de la peau d'une certaine personne dont je tairai le nom.
   
   
   Vraiment? C'est donc ça ton Amortentia? Il n'y avait vraiment pas de quoi se moquer! Maintenant, dis moi, quel est ton épouvantard, petit sorcier ? N'essaie même pas de me faire croire que tu n'as peur de rien où me mentir! Je suis sur ta tête et saurait la vérité!
   J’éprouve une sorte de honte concernant mon épouventard…. Qui fut longtemps mon propre reflet, la peur qui me nouait le ventre concernait ma véritable personnalité. J’étouffais à l’idée que mon entourage se rende compte que je jouais la comédie… Enfin, une tragédie ! Loin de croire aux idéaux de ma famille, d’être froide et hautaine, j’avais le sang chaud ! J’aime rire, prendre du plaisir et m’amuser. Je suis une personne chaleureuse, incapable de faire du mal aux autres, détestant la violence… Mais… Depuis mon questionnement vis à vis de mes sentiments pour l’ainé Black, ma plus grande peur est de le voir mourir.
Ensanglanté dans mes bras, la vie le quitte, grisant ses yeux, faisant pâlir et refroidir sa peau. Je ne peux le sauver, il se meure et je suis impuissante.

   
   
   Nous avons bientôt finit! Tu vas pouvoir te régaler en gouttant le pudding des elfes de Poudlard! Maintenant, dis moi...  Je sais que le Patronus est un sortilège particulièrement coriace qui demande de l'entrainement, mais je suis certain que tu as une petite idée de la forme qu'il prend ?
   Mon patronus prend la forme d’un Fléreur, petite créature poilue, proche du chat, doté d’une grande intelligence. Sa fourrure est ocellé, ses oreilles plus grandes que la moyenne.
   

   
   
A la découverte de vos convictions

   
Let me go and i will run, i will not be silence.

   

   
➜ La guerre est là depuis janvier 1979, soit depuis trois maintenant. Mais qu'en pensez-vous ? Vous a-t-elle tout pris ? Pensez-vous qu'elle se terminera un jour ? Ou peut-être vous plait-elle ?
    La guerre a permit à mes parents et ma famille d’assouvir leur besoin de supériorité sur les nés moldus et les sang-mêlés. Persuadés que nous, sang-pur, sommes supérieurs à tous être vivant, ils vénèrent le Lord, ami de maison de mon père. Les miens désirent asseoir leur pouvoir en réduisant au silence les sorciers de basse naissances.
Quand à moi, je tiens en horreur cette domination par les Mangemorts et le Lord. J’ai peur qu’ils envahissent le monde magique et annihile la vie que j’ai connue durant mes années Poudlard. J’ai peur de perdre ce pour quoi je me suis formée et de voir dénaturer mes idéaux. Je me refuse de faire du mal aux autres : je veux les sauver, les soigner, prendre soin d’eux, qu’importe leur origine.
J’espère que cette domination se terminera…

   
   ➜ Les tentatives de renverser le régime par l'Ordre du Phœnix ont échouée. Depuis les membres sont poursuivit par les Mangemorts et le Ministère de la Magie. Comment vous positionnez-vous par rapport à l'Ordre ? Que pensez-vous du retour du Lord ? De sa manière de faire ?
   Depuis que je sais les membres de l’Ordre traqués par le Ministère je ne suis pas tranquille. Je n’ai pas encore vécu sous la domination du Lord, venant tout juste de me faire rapatriée  au pays… sans grandes hâte! Je n’approuve aucun des changements fait par le régime, je tiens en horreur les nouvelles lois.
   
   ➜ Que pensez-vous de la Vieille Magie ? Légende ou réalité ? rédigez ici la réponse de votre personnage en quelques lignes. S'y intéresse-t-il ? Y croit-il, déjà, ou considère-t-il qu'il ne s'agit là que d'un conte pour enfants, d'une magie inexistante ?
   Cela fait des années que j’imaginais que la Vielle Magie n’était que légende. Je fini par rencontrer lors de mon voyage d’anciennes tribus qui partageaient leurs savoir aux nouvelles générations.
Curieuse par nature, je fini par m’intéresser à celle-ci et y vit l’opportunité de maitriser mon don de métamorphe. Ainsi, je fini par apprendre quelques sorts basiques de protection, au coup d’un entrainement intensif.

   
   
   
   

 
   
   
IRL

   
QUI SE CACHE DERRIÈRE L'ÉCRAN ?

   

   

   Pseudo : Su'
   Age : Vous ne saurez pas !!
   Comment avez vous découvert le forum ? En dehors du monde de JK, tout sort de mon petit cerveau. Je suis la fondatrice!
   Votre avis sur le forum ? J'ai hâte de le voir vivre !!!
   Votre présence sur le forum ? 7/7 hors vacances.
   




_________________

- People fall in love in mysterious ways -


Dernière édition par Sulpicia I. Mulciber le Mar 30 Oct - 13:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Messages : 529
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar



   
My life before the fall...

   
MA VIE AVANT QUE TOUT BASCULE...

   

   
CHAPITRE 1 : UNE ENFANCE DE SANG-PUR.

Née le 1er novembre à Sainte Mangouste que je vis pour la première fois la lumière du jour. Hurlant de la petite puissance de mes poumons, je criais et montrait ma puissance, peut être mon envie de vivre.
Moi, Sulpice était le second enfant de la famille Mulciber, mon grand frère de deux ans mon ainé eut un mal fou à accepté l’arrivée de ce petit bout de chou que j’étais. A l’époque, cela semblait m’importer peu en réalité je ne comprenais que peu de choses. Je ne voyais a peine, mais déjà je semblais vouloir mordre à pleine dent le cadeau que l’on venait de me faire en m’offrant la vie.

A l’âge de 2 ans, les disputes entre Isaiah et moi avaient déjà débutée, il suffisait qu’il me tire la langue où vole l’un de mes jouets pour que je me mette à piquer une crise : je pleurai, hurlais, frappais tout ce qui bougeait telle une petite tornade. Souvent nos parents prenaient mon partit. Traité comme une princesse, rien ne m’échappait à cet âge là. Je faisais tourner en bourrique mes parents, et lorsque cela était mon tour de causer des troubles à mon frère, une nouvelle fois, c’était lui qui prenait à ma place. Cela avait toujours été y comprit le jour où je fis tomber en jouant le vase de porcelaine chinoise –cadeau certes hideux mais particulièrement couteux- et qu’il me fut particulièrement aisée de courir voir ma mère afin de lui dire que mon frère était le coupable. Bien évidemment, je fus l’enfant cru.
Bien que nos disputes aiguayait le manoir (si l’on peut dire cela ainsi) jamais nos parents eurent l’audace d’user des punitions corporelles, ignorant de leur propre grès ces techniques d’éducations que mère considérait d’archaïque. Père quand à lui, ne disait que peu de choses concernant celle-ci préférant laisser cette tache à sa femme. Bien qu’il ait été présent durant ma tendre enfance, il ne se fit omniprésent avec Isaiah qu’à partir de ce fameux jour de ses 6 ans où ses pouvoirs se déclenchèrent (provoquant une jalousie malsaine à son égard).

A mes 4 ans, mon frère passait clairement plus de temps en compagnie de père, me délaissant alors aux bons soins de mère qui n’avait d’yeux que pour son fils.
Les rôles entre mon frère et moi s’échangèrent l’espace d’une année. Depuis, dans nos disputes et nos petites batailles d’enfants Isaiah s’en sortait toujours sans se faire réprimander par nos parents. Je me retrouvais souvent dans ma chambre boudeuse, jalousant cette importance ridicule qu’on offrait à mon frère.
Sur toutes les photographies de familles, je faisais cette même tête d’enfant mécontente, les joues gonflées et les bras croisés, lançant des petits éclairs de mes yeux, frappant parfois du pied, quitte à ce que mère lève le ton sur moi.
Bien que cette petite crise –qui m’a marquée- ne dura que l’espace d’une petite année, mère prenait déjà grand soin à l’époque de me fournir une culture de sang pur bonne à marier. Les cours de musiques débutèrent très tôt et mon planning d’enfant devenait chargé.
Alors que mon frère avait le droit à un tuteur qui lui inculquait les bases de la magie, moi, l’on m’offrait des cours de musiques, de danses, de maintient et parfois des cours de bonne conduite et politesse (chose qui à coup sur, furent donnés pour calmé mon tempérament de petite princesse capricieuse).

Mes 5ans furent le début de ma vie de sorcière, je ne m’étalerai guère sur cette année en dehors d’un détail : Comme toujours je piquais une crise, mon frère avait volé l’un de mes jouets, et bien que je détestais vraiment ce balai jouet, je ne pouvais m’empêcher de faire une crise dès qu’il posait les mains dessus. La tante Grudge me l’avait offert à noël, je ne l’avais pas remerciée pour un sou, a vrai dire, je ne l’avais jamais usé, mais cela revenait au même. Mon frère était monté dessus, me le volant durant cette belle journée d’été. Ce n’était pas comme si j’allais l’utiliser un jour, s’il y avait bien une activité qui –même à l’époque- m’horripilait le plus, cela était bien de voler sur un stupide balai! Je préférai passer mon temps en compagnie de ma mère à apprendre à faire des choses de grandes dames plutôt que d’user de ce jouet stupide. Mais je ne supportais pas que mon frère ait l’audace de toucher à mes affaires sans la permission!

Ce fut ainsi, debout dans le jardin que l’observais furibonde mon grand frère, rouge tomate sous la colère, les larmes coulant sur mes joues, je me mis à hurler de plus belle en tapant du pied. La petite princesse que j’étais n’appréciait guère qu’on lui tienne tête. Surtout venant de la part d’Isaiah. Mes petits points serrés, il se passa quelque chose des plus étonnant à mes yeux. Soudain, un vent se leva dans la cours, emportant mon frère sur son balai alors que mes longs cheveux bouclés blonds passèrent au rouge, que mes yeux se remplirent de noir, laissant clairement apparaître mon état d’énervement.
Sur mon petit jouet Isa finit son parcours en haut de l’arbre le plus haut du jardin de notre petit manoir Londonien. Ce ne fut pas pour autant que je réussis à me calmer, bien au contraire, mes cheveux continuaient de rougir à vue d’œil. Je fus bien obligé de détourner le regard de mon œuvre lorsque ma mère –interpellée par mes pleurs et mes cris de rage- arriva. Elle posa une main paniquée sur mon bras et me fit me retournée en m’observant.
Je pouvais lire dans son regard une réelle incompréhension, il me semblait clair qu’elle ne savait pas comment réagir face à la situation. Devait-elle me féliciter pour l’apparition de mes pouvoirs où me réprimander pour avoir maltraité mon grand frère ?

Elle ne fit ni l’un, ni l’autre et se contenta de sortir sa baguette magique pour faire descendre en tout sécurité le jeune sorcier de son arbre et m’informa qu’une jeune fille de mon rang n’agissait guère de la manière envers les siens. Que Mulciber père serait mit au courant de la situation.

Durant les quelques semaines qui suivirent l’incident –et bien que père eut été fier de sa petite princesse- je ne pus m’empêcher de jouer avec mes nouvelles capacités. Faisant changer la seule chose que je contrôlais vraiment à cette époque, la couleur de mes cheveux. Cela rendait particulièrement jaloux mon frère qui ne comprenait pas pourquoi j’avais hérité de ce don qui me rendait si exceptionnel. Effectivement, il paraitrait que l’une de mes arrières grands-mères avait hérité elle aussi, de ce don formidable. Les cours de magie élémentaire en compagnie de mon frère débutèrent alors, rendant particulièrement énervé celui-ci que sa petite sœur ait gagné un an plus tôt comparé à lui, les mêmes privilèges. Je ne pouvais m’empêcher de dire à cette époque qu’il n’avait été qu’un essai, que j’étais celle qui serait la véritable héritière de la famille. Bien évidemment, je n’en pensais pas un mot, je me jouais juste des sautes d’humeurs du petit sorcier !

Le reste de mon enfance ne fut guère passionnante, elle continua dans les disputes entre frères et sœurs sans pour autant se calmée. La réception de la lettre de Poudlard de mon frère me fit tout de même un coup : il allait quitter la maison pour étudier et me laisser seule dans ce grand manoir en compagnie de mère et père. Je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’il allait me manquer durant son année scolaire tandis que nous faisions les courses sur le chemin de traverse où lorsque je l’observais faire sa valise tout en lui cherchant des poux. Sur le quai du train, je boudais, refusant de dire au revoir à mon frère et de me montrée aussi enjouée que mes parents. Mère n’avait eue de cesse de répéter que moi aussi j’irai à Poudlard, mais elle ne comprenait pas que le soucis n’était pas là : je ne voulais juste pas me retrouver toute seule à la maison sans lui. Qu’allais-je faire ? J’étais parfaitement consciente que je tournerai en rond durant l’absence d’Isaiah !

Les quinze premiers jours du mois de septembre furent les plus longs. Seul le son provoqués par les touches de mon piano où les notes fines et joyeuses de mon violon s’élevait dans le grand manoir Londonien silencieux. Je m’ennuyais à mourir. Je savais que mon frère devait bien s’amuser loin de moi, dans ce grand château dont je rêvais depuis. Cette année allait décidément être longue.
Etait-ce son absence qui me rendait si sage ? Qui calmait mon caractère et mes petites habitudes de princesses ? Je ne pouvais répondre à cette question de moi même.
Sa première lettre à venir me sembla longue, mais lorsque son hibou débarqua par la fenêtre de la salle à manger et déposa une lettre pour nos parents et une seconde pour moi, je ne pus m’empêcher de faire un bon et de courir en dehors de table pour lire les nouvelles que mon grand frère m’envoyait. Dans son courrier, il me racontait ses premiers jours, ses premiers cours. L’effet que cela faisait de vivre éloigné l’un de l’autre, de la maison mais aussi la jouissance de sentir qu’il était l’un des plus doués de ses cours grâce aux cours élémentaires que nous avions suivit ensemble. Il me disait qu’il s’était fait de nouveaux amis dans sa maison, qu’il était fier de compter parmi les Serpentard. Que nous devrions être, autant lui que moi, de dignes sangs purs afin de rendre nos parents satisfaits de nous.
Etait-ce la fin de la guerre entre lui et moi ? Je m’étais empressée de répondre à son courrier, ainsi qu’aux suivants.

Les mois s’écoulèrent ainsi, il n’était pas rentré durant les vacances d’octobre, préférant participer activités proposées par l’école de sorcellerie, me laissant seule parmi les invités de nos parents lors de leur habituelle soirée d’Halloween. Ne venant même pas pour mon anniversaire –bien qu’il ait trouvé le moyen de m’envoyer un cadeau pour le jour- me laissant seule entourée de notre famille souffler sur mes bougies.
Je m’ennuyais dans le manoir, si bien que mère finit par m’apprendre la broderie afin de m’occuper que de me voir tournée en rond. Rapidement les premières neiges se firent et Isaiah rentra pour les vacances de noëls. Il avait changé. J’avais changé.
Durant les deux semaines de son retour il ne tarissait pas d’histoire concernant Poudlard. Il me parlait des sangs purs, des nés moldus et du dégout qu’il pouvait ressentir à leur égard, mais aussi de la fierté qu’il représentait pour sa maison. Me disant parfois que je serai tout comme lui une digne future élève de Serpentard. Cela me faisait sourire.
En deux semaines nous ne nous étions pas disputés.


CHAPITRE 2 : POUDLARD.

L’été arriva à grands pas. En un an, j’avais accumulé le plus de connaissance possible sur le monde magique et prit de l’avance sur mes futurs cours à Poudlard. Mère avait insisté pour que je prenne des cours afin de contrôler ma capacité et ne pas me retrouver entourée d’élèves qui pouvaient déduire mes pensées par la simple couleur de mes cheveux. Je m’étais entrainée selon ses désirs, la rendant assez rapidement fière des efforts que je faisais.

Puis, ce fut mon tour de rejoindre l’école de Sorcellerie. De m’asseoir sur le tabouret devant les yeux fier de mon frère et devant tous ces regards qui ne me quittaient pas d’une miette. Je me souviens encore de mes entrailles se nouer, en espérant ne pas finir chez Poussoufle où encore pire, Gryffondor !
Je fus bien soulagée lorsque je fus répartie chez les Serpentard, me levant et rejoignant mon frère qui posa une main protectrice sur mon épaule, faisant bien comprendre aux autres qu’il était hors de question que l’on touche à seul de mes cheveux.

Ma première année se déroula sans encombre. Mon frère m’avait présentée à ses amis, je me fis les miens. Ce fut à cette époque qu’Isaiah se rapprocha de l’un des étudiants de notre maison Severus Rogue, il m’avoua un soir que cela n’était étrangement pas par pitié, comme avec tous les amis que nous avions, mais qu’il l’appréciait vraiment. Ce fut sous l’étonnement que je pris la nouvelle, commençant à m’intéresser de près à cet ami tant apprécié de mon frère.
Dans un premier temps, la timidité de l’étudiant ne me gêna pas, bien au contraire, ce qui m’ennuyait chez lui c’était principalement sa meilleure amie qui ne pouvait pas voir en peinture mon frère. Provoquant chez moi des montées d’adrénalines, tentant comme je le pouvais de garder mes sentiments pour moi sans rien ne laisser paraître.

Ma seconde, troisième et quatrième année se sont déroulées sans grands incidents. Ma complicité avec mon frère n’avait fait que d’augmenter, nos points communs aussi. Je ne jouais plus une seule note de piano, mais avait tout de même gardé mon violon et profitait des dimanches matins où la salle commune était vide après une soirée bien arrosée pour pratiquer. Je doute encore que les autres étudiants de ma maison sache ce petit détail me concernant.
Quand à ma cinquième année, celle-ci fut légèrement plus mouvementée disons nous. Ce fut l’année dernière que je me suis découverte un certain pouvoir auprès des hommes appelé sexualité. Bien que dans un premier temps je n’avais pas crus mon frère sur ce sujet, je me suis rapidement rendue compte qu’effectivement, je semblais attirer la gente masculine. Mon petit coté manipulateur a alors refait surface, et me jouant des envies et des plaisirs cachés des autres, je me suis mise à découvrir les petits secrets de ceux qui m’entouraient.
A cette époque, je connus aussi les premiers plaisirs de la chair, étant légèrement en avance sur mon âge –tout comme mon physique. Bien que je connaissais certaines activités extra scolaire, je n’en restais pas moins discrète sur ce que je faisais. Ne me mettant jamais en couple officiellement où officieusement, ne désirant guère faire entrer les autres dans mon cœur et dans ma tête, il m’était assez difficile de cacher les changements qui s’opéraient mentalement en moi avec mon pouvoir de métamorphe.
En contre partie, je restais proche de mon frère, partageant tous mes secrets avec celui-ci et vise versa afin de justement, me gardée sauve des autres.
   





   

CHAPITRE 3 : LE CONTRAT.

Ainsi, le retour à Poudlard avait été tout naturellement passionnant. Ayant pour idée de mettre à profit l’appartement que mes grands-parents m’avaient légués à leurs morts, moi, l’enfant prodigue qui possédait un don qui semblait avoir disparut de notre famille depuis des générations. Il me suffisait de garder le secret et de rester discrète, ne partageant mes petites activités du weekend avec mon conseiller de toujours : mon frère, en qui j’avais encore toute confiance. Et puis, au cours d’une conversation avec celui-ci, et alors que nous parlions de choses totalement confidentielles entre nous, Remus Lupin nous surprit des bribes de cette conversation…
Ne tardant pas à répéter celle-ci quelques jours plus tard à son ami de toujours… Sirius Black… Avec qui ma relation actuelle tapait sur les nerfs de certains élèves : nous nous disputions dans les couloirs, en cours… durant les temps de révisions, se lançant des pics et des saletés au visage. Semblant presque apprécié cette relation quelque peu sadique.
Tout aurait pu continuer sans encombre si… Nous n’avions pas été coincé sous un arbre, une journée orageuse, à deux doigts de s’embrasser… S’il n’avait pas été curieux au point de tirer les vers du nez de Remus, je ne me serai absolument pas retrouvée dans cette situation plus que délicate : Sirius Orion Black en personne me coursait presque dans les couloirs. Espérant avoir une conversation avec moi. Me faisant pincer des lèvres et observer le jeune homme de haut, je finis par m’arrêter et écouter le petit monologue qui sortait de ses lèvres. Avais-je réellement besoin de l’entendre pour deviner ce que le jeune homme avait, malgré moi, apprit ? Non, je le savais juste à son regard et son expression satisfaite… Il savait et désirait que je devine son petit jeu.
Black n’ut guère le temps d’exprimer ce qu’il se passait dans sa petite tête brune, que je me jeta sur celui-ci, le poussant contre le mur, mes lèvres contre les siennes, mes mains glissant le long de son torse musclé de batteur. Je l’empêchais de respirer et de penser, désirant presque, ardemment ses lèvres contre les miennes, échanger ma salive avec lui… Mon venin de serpent qui jusqu’à présent avait cherché à pousser le jeune homme à bout, se rependait en lui… Coupant enfin le baiser pour laisser le Gryffondor respirer, je l’observai, tel un félin prêt à sauter sur sa proie. Mes lèvres frôlant les siennes, déposant quelques baisers volés et rapides sur celle-ci… Faisant quelque chose que je n’aurai jamais fait, si la sécurité de ma réputation si bien fondée, était en jeu… « Un tour… Je t’offre un tour… contre ton silence… Un seul… » Il répéta à ma suite, étonné, ne sachant que dire et que faire, me tirant contre lui lorsqu’il entendit des paroles dans notre dos. Finissant par accepter le deal en rendant mes baisers et en se laissant entrainer dans la salle sur demande…

Qui aurait su, crut, a cela ? Surement pas moi, mais voilà… Je reçu deux jours plus tard une missive de la part de Sirius, demandant un nouveau rendez-vous, puis un autre… et encore un autre, au nez et à la barbe de tout Poudlard avait débuté une relation des plus étranges… Des « amis » de jambes en l’air, donnant toujours l’impression que nous nous détestions, alors qu’au fond, nous apprenions juste à nous connaître.
Apprendre à s’apprivoiser était quelque chose de particulièrement étrange, comprenez moi bien, je n’avais jamais été attirée par un garçon de mon âge, préférant les fruits plus murs, plus expérimenté et qui m’apporterait quelque chose dans mon futur, non lui. Je n’avais jamais fais partie de ces filles qui lui courraient après non plus. Je n’étais pas sa groupie… Mais je prenais plaisir à répondre à ses demandes, à me retrouvée en sa compagnie, même si ce n’était que pour fumer des feuilles de tentaculas et se raconter des choses. Comme, pourquoi je me cachais derrière une apparence et une attitude si froide et hautaine, et lui, me montra son don qu’il avait apprit avec ses amis dans l’illégalité totale. Je n’aurai su dire pourquoi j’appréciais tant me retrouver en sa compagnie… Peut-être étais-je parce qu’il ne me jugeait pas comme les autres ? Parce qu’il m’avait promit de ne jamais me faire de mal ? De ne parler de ce qu’il voyait à personne ? Il m’arrivait parfois de me réveiller en sursaut, moi qui toujours eu un sommeil lourd, presque de mort, prise soudainement de sueurs froides à l’idée que mon secret et tout ce que j’avais construit depuis mon arrivée à Poudlard soient réduit en cendres…



CHAPITRE 6 : GOOD BYE MY LOVE

La 7éme année arriva à grands pas. Tant et si bien, que je n’avais vu passées ces deux dernières années. Mon frère avait épousée la sang-pur qui lui avait été assigné lors de sa naissance, il allait devenir père. Moi, toujours libre de mes mouvements, n’était toujours pas promise à âme qui vive. Il arrivait que Sirius me parle de cette obligation, dégouté, ne comprenant pas pourquoi je m’obstinais à vouloir faire plaisir à mes parents. Mais avant de leur faire plaisir, Mère et Père avaient acceptés que je rejoigne les rangs de Sainte Mangouste afin de devenir Médicomage. Je voulais faire de la recherche, voyager et changer la réputation de mon nom. J’avais des rêves de grandeurs pour une femme… surtout une sang-pur !
Ainsi, je fis mes démarches et passa avec l’aide de l’infirmière de l’école de Magie le test d’admission de Sainte-Mangouste. Reçue haut la baguette, l’on me proposa le programme intensif et immersif. Je serai au loin durant trois ans, voyageant dans les communautés sorcières afin d’apprendre le métier sur place. Je n’aurai que peu de temps libres mais au moins, je verrai le monde.

Evidemment, je n’avais pas tenu Sirius informé de ma décision. Je le voyais quasiment toutes les nuits, passant énormément de temps en sa compagnie. J’avais l’impression que quelque chose en moi avait changé, mais quoi ? Et plus le temps passait, plus je me sentais bien en sa compagnie. C’en était devenu un soulagement euphorique et doux lorsque je le retrouvais le soir dans la salle sur demande. Une douleur et un pansement que l’on arrachait à vif quand je le quittais pour retourner à ma vie de sang-pur parfaite et lui, de rebelle. Je ne pouvais pas avoir de réel sentiment… Je devais me tromper. Oui, c’était tout ce qui me venait à l’esprit.
Quand tout Poudlard continuait de penser que j’étais froide, hautaine et digne de la réputation de mes parents, moi, je me questionnais sur mon opposé. Gryffondor, rebelle à la réputation de coureur de jupon… Jusqu’au jour où, cueillant des plantes pour préparer une nouvelle recette de pommade, un épouventard me surprit et prit la forme de …. Sirius, se mourant sous mes yeux. Le choc fut tel, que je ne su comment réagir ni, comment j’avais fait pour faire fuir la créature. Tombant à genou, la vérité concernant mes sentiments explosa. Le cœur battant, l’émotion m’était montée : mes joues avaient prit une couleur rosée, mes cheveux étaient blanc… Et moi ? Moi, je regardais dans le vide, estomaquée.
Je ne pouvais pas lui dire, non, ce n’était pas possible ! Je pris donc la décision de cacher mes sentiments à son égard, bien que la couleur dorée que prenaient mes yeux lorsque je le voyais le soir n’était plus contrôlable.
Puis, arriva le dernier jour de Poudlard et surtout, notre dernière nuit torride. Si tout c’était déroulée comme toujours, je ne su comment le quitter. J’avais envie de rester dans ses bras. De ne plus quitter la chaleur de sa peau. De toujours me souvenir de son odeur… Mais je savais que mon manque de courage nous séparerait d’une manière ou d’une autre. Je me devais de le laisser partir. Sirius avait une idée précise de son avenir, une idée trop dangereuse pour moi. Moi, l’incapable de me défendre. Moi. Qui détestait la violence. Moi. Qui n’avait plus de place dans sa vie… Bien que je le désirai du plus profond de mon cœur.

Ce fut le lendemain matin dans le train, incapable de me retenir, hantée par la peur de le laisser partir sans lui dire, de regretter toute ma vie de ne lui avoir jamais dit… Je ne pouvais pas lui quitter ainsi. Non. C’était plus fort que moi.
Agrippant son poignet dans les couloirs de son wagon, je l’attira dans un compartiment vide et ferma la porte derrière nous. Mes yeux avaient changés de couleur pour prendre cet or qui correspondait à mes sentiments pour lui et… Lui dévoila ce que j’avais sur le cœur.
   



   

   
CHAPITRE 7 : AFTER THOSES LAST 3 YEARS.

Etrangement, partir ne fut pas la chose la plus difficile à vivre. Mon départ en formation se fit dès mon arrivée à Londres ne me laissant guère le temps de m’apitoyer sur mon sort ou de lancer un dernier regard dans la direction de Sirius. Mon mentor n’avait pas attendu et me fit prendre un sac plein de matériel fournit par Sainte Mangouste. Nous étions partit pour l’Amérique du Sud.
Ma première année aurait du être consacrée à l’apprentissage des bases et des soins les plus courant. En réalité, mon niveau était supérieur au groupe qui avait été crée pour cette formation. Je m’ennuyais rapidement et fut finalement transférée vers un second groupe bien plus avancé. Ainsi, au bout de 6 mois, je su tout ce que je devais apprendre concernant les bases. Les deux années suivantes furent consacrées à la mise en pratique.
Au cours de mes nombreux déplacements, je reçu des nouvelles du Royaume-Uni et de sa situation. Il m’arrivait parfois d’écrire à Sirius… N’attendant jamais de réponse de sa part. Sa vie devait être passionnante, pleine d’action. Il devait surement faire partit de ceux qui se soulevaient contre le Régime. Lorsqu’il me répondait, il me semblait recevoir une bouffée d’oxygène. Jamais, je ne m’arrêtais de penser à lui. Je l’avais dans la peau. Je ne l’oubliai pas. Je n’y arrivais pas.
Alors, pour ne plus trop penser, je fini par m’intéresser à la Vielle Magie dans le but premier de contrôler mon don de métamorphe. Afin d’y arriver pleinement, on me tatoua un sortilège de contrôle sur une phalange. Rapidement, s’ajouta d’autres runes sur mes doigts cette fois pour devenir capable d’utiliser la magie sans ma baguette.

Puis, un jour, alors que je faisais des expériences sur mon temps libre, j’us l’idée de mélanger du venin de Tentaculas vénéneuse à un Bézoard transformé en poudre, observant les réactions de ce mélange qui devient liquide et transparent. Inodore, je ne savais réellement si ma concoction ferait effet sur une créature et surtout, si celle-ci soignait ou tuait.
En 1980,  l’équipe avec laquelle j’étudiai dans mon programme intensif décida de tester mon mélange sur un être humain. L’enfant, un simple moldu, qui allait nous servir de cobaye mourait d’une morsure de loup-garou. Rien ne pourrait le sauver. Nous n’avions aucun remède contre la lycanthropie… Jusqu’à cette fameuse nuit… L’enfant survécu. Guérit, il fut capable de reprendre sa vie.
Lorsque cela ce sut, Sainte Mangouste nous demanda d’effectuer une batterie de test lors de nos déplacements. Ma dernière année de voyage fut donc consacrée à la cure contre la lycanthropie. En parallèle, je continuais d’étudier la Vielle Magie.

Au vu du succès du programme, on nous demanda d’écourter les tests et les suivit, qu’importait si des sorciers pouvaient mourir de ce vaccin tant qu’ils ne faisaient pas partit du camp du Régime. Ainsi, le 30 octobre 1981, l’équipe et moi fûmes de retour à Londres pour présenter nos résultats la nuit du 31 octobre…
   




   

   
♥️ Je suis partie étudier la médicomagie directement après Poudlard. Je ne viens que de rentrer sur Londres pour présenter avec l’équipe d’étudiant la molécule pouvant guérir la lycanthropie.

♥️ Les sang-purs me connaissent pour être la jeune femme la mieux éduquée et la plus respectable. Une future belle fille idéale.

♥️ Je suis tatouée des mains à la nuque. Le long de mes deux bras sont ornées de runes et de talismans. L’on retrouve d’autres tatouages sur ma poitrine, au dessus de mes seins rejoignant celui de ma nuque. L’on ne voit que les tatouages sur mes doigts, usant de mon don pour camoufler les autres en permanence.

♥️ Je fume des feuilles de tentaculas séchées pour m’amuser... Depuis que j'ai 15 ans... J’aime la sensation qu’elles me donnent.

♥️ Je suis passionnée par la botanique. Je suis accro ! Je tiens un carnet dans lequel j’ai répertorié et dessiné toutes les plantes que j’ai rencontrées.

♥️ Je n’ai que Remus Lupin comme ami lors de mes études à Poudlard. Puis Sirius… que j’ai tenté d’oublier durant ces trois dernières années.

♥️ Je suis têtue comme une tête de mule, mais ne sais pas tenir tête à mes parents.  

♥️ Je chante mieux que je ne danse et bien heureusement parce que je danse comme une folle qui serait allée à Woodstock!

♥️ J'ai la main verte et étrangement, je suis bonne cuisinière!

♥️ Je déteste toute forme de violence (Dont le Quidditch...). J'ai longtemps été incapable de me défendre et je n'ai jamais essayé mes connaissances en Vielle Magie pour me défendre en temps réel.

♥️ J'ai un rire qui ne correspond pas à l'image que je renvoi. Je ne ris jamais... Mais si vous l'entendez sachez qu'il est joyeux, très enfantin et joueur. Il est particulièrement entrainant et ferait rire n'importe lequel des ronchons autour de moi!





_________________

- People fall in love in mysterious ways -


Dernière édition par Sulpicia I. Mulciber le Jeu 16 Aoû - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Admin
Messages : 137
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar

       
        FÉLICITATIONS!!
       
       

       
« L'aventure ne fait que de commencer...»
       
       
Ton travail et ta détermination ont porté leurs fruits et te voilà désormais VALIDÉ!!Pour cela, nous te remercions et te félicitons, bienvenue dans la famille ! Tu peux dès à présent poster dans l'intégralité du forum, y compris le flood et les jeux..
       
       
       
       _________________________________________
       
       
       

       
Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI ).
       Nous t'invitons aussi à consulter les intrigues pour intégrer l'action du forum (ICI) et t'inscrire aux futures intrigues!
       
       Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar ( ICI ) et ton Patronus (ICI) . Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff, ils sont là pour ça !
       
       Enfin, n'hésite pas à venir flooder ( ICI ), jouer ( ICI ) et à t'amuser parmi nous!
       
       
       
               

       
       
       
       

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
~ ~ Sulpicia "Su" Isobel Mulciber ~ ~ Perfect pureblood fiancée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Perfect Captain
» « all i want for christmas is you » ▪ isobel
» l'equipement de la sorcière
» [2000 Pts] Liste Nécron Tournoi Compétitive Tir/CaC Bien équilibré (Perfect?)
» [Annulée] Perfect Project

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: . { . . . Plongez dans l'Univers . . . } . :: Les Registres des Etats Civils :: Nos diplômés. :: Les Sorciers Validés-