The supremacy of Pure Blood begin here.
Dans la nuit du 31 octobre 1981.
Attaque perpétrée par les forces du Lord: Peter Pettigrow tue le jeune Harry dans son sommeil pendant que James et Lily Potter sont aux mains des Mangemorts qui perquisitionnent le couple. Peter transplane avant de se faire repérer par ses amis.

Pendant ce temps …
Un groupe de chercheur en médicomagie présentent les résultats d’une étude sur le développement d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Personne n’entend parler de la mort du jeune Harry Potter... - Lire le contexte -
RèglementLa vielle magieLe sangPrédéfinisLes BottinsPartenariats
A savoir
# Forum dans l'univers de J.K. Rolling - Première guerre - Uchronie Dystopique - Monde adulte.
# Contexte évolutif, chaque personnage compte! Luttez pour la victoire de votre camps!
# Codage par Okhmhaka sur Never-Utopia; Images par Lüly (Eléonore); Codages supplémentaires par Sulpica;
Intrigue II
Suite à l’attaque du Chaudron Baveur par le ministère en quête de nés-moldus à emprisonner, le bilan des pertes est lourd. Remus Lupin, fidèle membre de l’Ordre a été emprisonné en sa qualité de Loup-Garou et se fait chaque jour torturer afin de lui sous-titrer des informations. Coup dur pour l’Ordre, dont l’information leur parvient grâce à Sulpicia Mulciber, la colocataire de Remus. Une opération de libération se profile à la prison de l’Abbey de Westminster. Leadée par Sirius Black, Nyneve Mckinnon, Peter Pettigrow et Sulpicia Mulciber s’infiltrent avec fracas dans la prison. Si Severus Rogue et Lucius Malefoy tentent de les arrêter, ils se retrouvent rapidement en position délicate grâce à l’arrivée du groupe de secours composée d’Arthur Weasley, Elena Dragomirov et Eléonore de Phily.
Le bilan est difficile pour les mangemorts. Non seulement Remus est sauvé, mais tous les prisonniers sont libérés et ce malgré l’équipe d’une dizaine de mangemorts et d’Aurors envoyés par le ministère. C’est une belle victoire pour l’Ordre, l’orage gronde au Ministère. Amycus Carrow est furieux, il va falloir payer les pots cassés...
Intrigue I
« Harry Potter est mort. L ‘élu a été tué. Le monde magique est proche de sa fin. Résistez ou fuyez! Harry Potter est mort! ». En ce beau matin de novembre 1981, la une de la gazette du sorcier aurait pu annoncer la tragique attaque de Goodrich’s Hollow. Les sorciers du royaume uni auraient pu se réveiller avec une nouvelle bien tragique, s’ils savaient qui était Harry Potter. Au lieu de cela, la gazette annonçait en sa première page la découverte prodigieuse d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Nul ne se doutait des terribles événements qui avaient eu lieu dans la nuit, relatés page 12 de la gazette dans un tout petit encadré : « Des Mangemorts perquisitionnent un couple suspecté de faire partit de l’ordre du phénix. Tournant au vinaigre, un enfant meurt durant l’intervention. ». Ni plus, ni moins, le jeune Harry James Potter était mort. La prophétie ne se réalisera jamais. Voldemort venait d’assoir son pouvoir en tant que 1er Ministre de la Magie.
1981; Grande-Bretagne
everything is falling apart

Partagez | 
 

 [Sujet commun] A pure blood action.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Admin
Messages : 224
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar

A pure-blood action.



L’information était arrivée par hibou ce matin. Un parchemin soigneusement plié portant l’écusson d’une des brigades du pays de Galles. Des rafleurs auraient trouvés l’un des QG de l’Ordre du Phénix dont la principale mission était de permettre aux nés moldus recherchés par le Ministère de fuir vers la France ou la Belgique. Il fallait leur mettre la main dessus. Au plus vite !

On demanda à Carrow d’organiser au plus vite une rafle, un contrôle. Il fallait mettre la main sur ces membres, ne pas les laisser s’échapper cette fois-ci ! Et surtout, bien sécurisé leur transfert afin d’éviter un nouveau scandale ! L’Ordre ne devait pas se remettre et fêter leur dernière victoire. Ils devaient être écrasés ! Telle était la volonté du Lord. Telle était la volonté de Carrow.







HRP: sujet commun non obligatoire!

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 9
Date d'inscription : 20/11/2018
avatar

 
Pure Blood Action
les mangemorts contre-attaquent


Tu marchais silencieusement, comme les autres, d'un pas militaire, mêlé à l'obscurité menaçante de ces débuts de soirées hivernaux, à l'heure précoce à laquelle surgissaient les prédateurs nocturnes afin de se repaître de leurs proies les moins vives. Les hautes herbes fraîches te lacéraient les tibias, tandis qu'un froid persévérant tentait par tous les moyens de se glisser entre ton visage blême et cet abominable masque dont ils t'avaient affublé, celui d'un crâne aux orbites et aux lèvres cousues, symboles de ton asservissement. Tu rejettes un pan de la longue robe noire, tenue de combat des serviteurs du Seigneur des Ténèbres, pour poser ta main implacable sur le manche de ta baguette. En ce début de soirée, les Mangemorts venaient semer la désolation. Les forces du régime comptaient répliquer avec une sévérité exemplaire et une cruauté justifiée à l'affront qui leur avait été fait lors de la libération des traîtres et des captifs de l'Abbaye de Westminster par un détachement de l'Ordre du Phénix, grâce à leur chance insolente.

Bientôt, le groupuscule mené par Lucius Malefoy s'extirpait des hautes herbes pour arpenter les formations rocheuses volcaniques caractéristiques de la Chaussée des Géants. Tu aurais dit que tu marchais sur un gigantesque tapis d'écailles sombres et moites. Le niveau du sol étant inégal, tu faisais des efforts pour placer tes pieds au centre de chacune de ces pierres et, au bout de quelques minutes de marche supplémentaires, vous arriviez sur un promontoire rocheux, duquel vous pouviez apercevoir une bâtisse tordue, bancale et discrètement située le long de la côté, sur le flanc d'un océan d'encre.

Un sourire éclaira les visages malsains de tes congénères autour de toi. Certains ricanèrent, imitaient les sifflements des serpents, comme pour mobiliser jusqu'à la moindre goutte de folie partisane et de cruauté de leurs êtres malades. Ainsi, les Rafleurs avaient dit vrai : il y avait effectivement, caché dans le plateau rocheux de la Chaussée des Géants, un comptoir de l'Ordre du Phénix qui opérait en secret la mission d'évacuer les traîtres et les nés-moldus vers d'autres destinations en Europe. Carrow - et le Seigneur des Ténèbres, par extension - avait exigé que ce bastion de la résistance soit écrasé et que ses occupants, fidèles ou membres de l'Ordre soient capturés afin d'être interrogés par leurs soins. Tous les autres, les sangs de bourbe et les traîtres pouvaient mourir.

Tu sentais un jeune partisan trépigner à côté de toi, sans doute excité comme un requin qui percevait le goût du sang dans la mer pour la première fois. « Allez, qu'est ce qu'on attend ? Ils sont juste là, on y va ! ». En bon chien de garde, tu te retournais d'un bond vers lui, et lui intimais sèchement l'ordre de modérer ses ardeurs. « Silence, imbécile ! Cette bicoque doit être couverte de protections, n'espère pas pouvoir y rentrer aussi facilement... ». Tu laissais ton regard explorer les environs, avant de te concentrer à nouveau sur les lignes de cette étrange maison au bord de l'eau. C'était évident : l'Ordre devait avoir pris toutes les précautions nécessaires pour retarder quiconque tenterait une attaque de front, même si les Mangemorts et toi bénéficiiez du confort de l'effet de surprise. Tu échangeais un regard grave avec Lucius. Carrow vous avait dicté une stratégie à suivre, et tu savais que la tête de Malefoy n'était reliée que par un fil à son cou suite à son échec à l'Abbaye. Vous deviez impérativement suivre les consignes, sous peine d'essuyer une nouvelle fois la fureur d'Amycus, dont tu craignais qu'il ne soit homme à pardonner à deux reprises.

Planté à la droite de Malefoy, tu te penchais vers lui en confidence. « On attend que tu donnes l'assaut, Lucius... Armez ! », ordonnais-tu aux autres, derrière, qui levèrent silencieusement leurs baguettes, en une menaçante phalange qui ne tarderait pas à faire pleuvoir l'enfer sur les protections magiques du lieu. Tu demeurais impassible sous ton masque, prêt à commettre l'irréparable. Si tu en était encore capable, si tu n'étais pas un homme entièrement brisé, tu bouillonnerais : tu hurlerais intérieurement jusqu'à te libérer du joug des Mangemorts, de manière à prévenir ces malheureux, ceux qui ne tarderaient pas à mourir de ta main, ou plutôt de cette main, au bout de ton bras, actionnée comme celle d'un vulgaire pantin sans aucune volonté.

Quelle belle soirée tu vas passer, Pius. A tuer. A torturer. A te baigner dans le sang. A jouer ton rôle de parfaite petite marionnette. Alors, dans le silence excité de ta bande de fanatiques sanguinaires, tu attends que les premières gerbes soient lancées pour participer à la fête à ton tour. N'as-tu pas hâte ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
Pure blood attack
Mangemorts vs Ordre

Depuis la libération de Remus, tous les membres de l’Ordre craignaient une réaction du camp du Seigneur des Ténèbres. Il fallait être continuellement sur ses gardes, guettant la moindre embuscade ou la moindre information. Il avait été décidé de diminuer les missions de terrain dangereuses, au moins pour un temps, jusqu’à ce que les choses s’aplanissent plus ou moins. Ainsi, on n’envoyait plus que les sorciers les plus aguerris en mission. Bien évidemment, Nyneve n’en faisait pas parti. Elle regardait Peter partir avec d’autres binômes qu’elle, pendant qu’elle devait rester au Quartier Général.

Au bout de quelques jours, Molly, qui avait bien remarqué son humeur morose, lui avait suggéré de s’investir dans le QG d’exfiltration des nés-moldus. « Tu vas voir, c’est en Irlande du Nord, à la Chaussée des Géants. C’est magnifique ! » La mère de famille se disait sûrement qu’envoyer leur petite protégée au grand air et loin de l’ambiance pesante qui régnait au QG principal lui ferait le plus grand bien. L’idée fit doucement son chemin dans la tête de la jeune fille. Elle avait suffisamment abusé de la gentillesse des Weasley, et ils méritaient de se retrouver un peu en famille, tous les neuf, surtout en cette période de Noël.

Elle était donc arrivée au QG d’exfiltration depuis quelques jours, et avait déposé ses quelques affaires dans un tout petit placard qu’elle partageait avec les sorciers de passage. La mansarde était minuscule. Au rez-de-chaussée, on trouvait une cuisine qui se résumait à un réchaud, un évier et un petit plan de travail. Dans les placards étaient rangées les provisions ainsi que la vaisselle et les quelques ustensiles de cuisine dont ils disposaient. Dans un coin de la pièce étaient entassées des chaises, les unes sur les autres pour gagner de la place. Quand ils étaient nombreux, on ne pouvait pas manger à table. Au sol, un épais tapis les préservait du froid de décembre, tout comme la cheminée qui était constamment allumée. Une petite porte donnait sur la salle de bain, dont les murs étaient témoins d’années d’abandon. Un escalier en colimaçon menait à l’étage, qui était constitué d’une seule et unique pièce. Des matelas et lits de camp de fortune s’y trouvaient, ainsi qu’une collection de draps, couvertures et oreillers. Fort heureusement, ils avaient réussi à colmater les trous dans le toit pour empêcher la neige de pénétrer à l’intérieur. Et contre le mur ouest se trouvait l’élément le plus important de la maison : une immense armoire qui était totalement vide.

Nyneve, qui avait toujours vécu en proximité avec d’autres personnes, s’accommoda rapidement de cette situation. Plus elle était entourée, mieux elle se sentait. Elle avait trouvé la maisonnette d’une grisaille infinie, alors elle s’était donnée la mission de la rendre plus agréable, étant donné qu’elle allait y rester un certain temps. Elle avait épousseté les épais rideaux, et mettait un point d’honneur à les garder ouverts toute la journée. De toute façon, de puissants sortilèges les protégeaient, alors autant profiter des quelques heures de luminosité que leur offrait le soleil ! Son rôle ici était d’accueillir les nés-moldus, qui arrivaient tous par portoloin. Il était en effet impossible d’entrer ou de sortir de leur zone de protection par un autre moyen, y compris le transplanage. Elle leur désignait où s’installer et leur expliquait la suite des événements. Chaque fois que Nyneve recevait un signal, elle pouvait exfiltrer un sorcier en utilisant l’armoire à disparaître, dont la jumelle se trouvait dans les Alpes Françaises. Les sorciers s’y trouvant se chargeaient ensuite de placer les sorciers chez différentes familles volontaires.

Mais les journées étaient quand même longues. La zone de protection s’étendant un peu hors de la maison, Nyneve aimait bien aller s’asseoir sur un rocher pour profiter de la beauté que la nature leur offrait. Parfois, un ou deux sorciers venaient s’asseoir à côté d’elle. Soit ils restaient en silence à observer ce spectacle grandiose des vagues s’écrasant sur les roches plates, soit ils discutaient. Nyneve en profitait pour s’enrichir des histoires de ces personnes, souvent empruntes de la souffrance d’être né dans la mauvaise famille. Et puis le soir venu, la mansarde s’égayait quand un membre de l’Ordre, différent tous les jours, venait leur rendre visite en apportant provisions, nouvelles du front et autres divertissements. Nyn attendait toujours cette visite avec impatience, autant pour voir ses amis que pour se sustenter d’un bon repas chaud.

Ce soir-là, leur visiteur tardait à arriver et l’estomac des habitants de la maison criait famine. La jeune blonde était accoudée à la fenêtre, guettant l’arrivée tant attendue de la nourriture bien chaude. Pour patienter, ils avaient ouvert une boîte de gâteaux, que Nyn auraient reconnu entre mille pour être ceux de Molly. Mais alors que l’empreinte de sa main commençait à s’imprimer sur sa joue, son regard fut attiré par un mouvement, bien différent de l’arrivée habituelle des membres de l’Ordre. Un mouvement unifié, mais encore lointain. « Est-ce que vous voyez ce que je vois ? » demanda-t-elle aux sorciers présents dans la pièce, d’une voix un peu paniquée. Tous se précipitèrent à la fenêtre, et diverses exclamations retentirent pour que finalement tous s’accordent : ce n’était pas normal. « Spero patronum ! » prononça Nyneve, tandis qu’une mésange s’échappait de sa baguette en un filet argenté. « Va au QG principal, préviens-les de venir à plusieurs. C’est possible que notre cachette ait été repérée. Vite ! » La mésange s’envola à toute vitesse, traversant le mur de la mansarde sans aucune difficulté. Nyneve sentit sa respiration devenir plus difficile et s’accélérer. Elle se rendait compte que, jusqu’à l’arrivée des autres membres de l’Ordre, c’était elle qui devait diriger les opérations. « Que chacun prenne sa baguette. De puissants enchantements protègent cet endroit, mais nous devons rester sur nos gardes. » Elle-même faisait nerveusement tourner sa baguette entre ses doigts. Elle n’avait rien d’autre pour se défendre, vu qu’elle n’avait pas emmené ses potions explosives. Mentalement, elle se préparait à combattre, tout en envisageant différents scénarios de fuite. Dans le pire des cas, ils pourraient utiliser l’Armoire, mais il leur faudrait un certain temps pour que tous puissent s’enfuir… « Faites qu’ils arrivent vite, faites qu’ils arrivent vite… » pensa-t-elle.
made by black arrow

_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 77
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 24
avatar
a pure blood action
death eaters vs order of the phoenix

« the more you care, the more you have to lose. »
Depuis le retour de Remus au quartier général, les journées étaient mouvementées pour l’Ordre du Phénix. Chacun des membres savait qu’il ne serait qu’une question de temps avant que les forces du mal viennent frapper à leur porte, de n’importe quelle manière cela pouvait être. Et comme tout était possible, la paranoïa faisait parfois apparition. A chaque entrée d’un des membres dans la pièce, toutes les têtes se retournaient vers le nouvelle arrivée, pour savoir s’il y avait une bonne ou une mauvaise à annoncer. En général, ce n’était rien d’alarmant. C’était une situation particulièrement oppressante, surtout lorsque l’on passait toute sa journée au sein du quartier général, à tourner en rond, à ne même pas sortir pour mettre le nez dehors, à répéter les mêmes tâches, comme c’était le cas pour Lily.

Remus semblait peu à peu se remettre des coups et blessures reçus pendant ses séances de torture infligée par les partisans de Lord Voldemort. Seulement, il nécessitait beaucoup de soins. Lily faisait partie des volontaires pour soigner les blessés, pour leur apporter toute l’attention et les soins nécessaires. Cela lui permettait non seulement de se sentir utile, mais aussi d’oublier ses problèmes personnels et les tensions qui régnaient entre James et elle. En prime, les membres comptaient une nouvelle invitée parmi eux : Sulpicia Mulciber. Si Lily avait été tout d’abord méfiante de l’arrivée de la jeune femme en catastrophe en même temps que Sirius le même soir que le retour de Remus, elle avait fini par remarquer que quelque chose de spécial se créait entre eux, quelque chose qui ne datait pas d’hier. Les petites romances de Sirius lui faisaient oublier les soucis de son mariage et la présence de Sulpicia réveillait sa curiosité et son envie d’en savoir plus sur leur relation. Une drôle de manière d’occuper ses journées qui, au fond, faisait temporairement l’affaire.

Ce soir-là, tout semblait étrangement calme. Sulpicia avait daigné manger un bol de soupe sur toute la journée, dans son lit, ce qui sonnait comme une immense victoire aux oreilles de la rouquine. Cela avait été la croix et la bannière toute la journée pour lui faire avaler quoi que ce soit. Quelques coups de ménage par-ci, quelques rangements par-là, et Lily avait fini par se laisser tomber sur l’une des chaises de la pièce principale, épuisée, prête à aller dormir ou du moins essayer. Dormir ne semblait visiblement plus faire partie de son vocabulaire depuis des semaines, tout comme manger, ou penser intelligemment. C’était comme si elle avait tout mis sur pause depuis fin octobre et qu’elle faisait tous ses gestes machinalement. Et jusqu’ici, le soutien manquait de la part de James, dans un état similaire au sien.

Perdue dans ses pensées, l’arrivée d’un chant d’oiseaux au beau milieu de la pièce principale la ramenait à elle comme un choc électrique. Il ne lui fallut pas plus de deux secondes pour comprendre qu’il s’agissait de la jolie petite mésange apportant un message de la part de Nyneve, sous la forme de son patronus. Nyneve, cette sorcière qu’elle appréciait tant. Le ton mélodieux de la mésange résonna alors plus fortement dans la pièce de vie et demanda à répétition aux membres de venir à plusieurs dans leur planque en Irlande, cette planque qui était la gare pour les nés-moldus vers de plus beaux horizons, cette planque où James avait déjà tenté d’y emmener Lily pour qu’elle puisse fuir vers les Alpes françaises et où elle avait simplement ri à son nez. Mais pour l’heure, la situation semblait grave. La mésange chantonnait de faire vite, de venir à plusieurs, la planque avait été trouvée. Les mangemorts allaient frapper.

Aussitôt sur ses deux jambes, Lily se mit au beau milieu du corridor où elle s’adressa à la cage d’escaliers, là où elle pensait judicieusement de s’adresser à tous les membres de l’Ordre présents, certains au premier étage, d’autres plus loin. Sa propre baguette pointée contre sa gorge, un sortilège du Sonorus pour qu’on entende fortement sa voix, elle s’écria, cherchant à rester calme, chose peu gagnée d’avance : « Urgences ! Message de Nyn ! La planque à la Chaussée des Géants a été découverte ! Besoin d’aide ! Maintenant ! » Sa voix était saccadée au fur et à mesure qu’elle parlait, priant pour que le sortilège l’aide à se faire entendre dans toute la maison. « Nyn est seule ! On doit y aller ! Départ dans deux minutes ! » En entendant le brouhaha qui s’en suivit directement, elle comprit que les personnes présentes dans le quartier général avaient entendu. Elle-même prépara quelques affaires, prête à partir, voyant déjà James arriver à grands pas, lui barrer la route et lui dire de rester là. Elle voyait déjà les engueulades arriver, mais tant pis. L’Ordre était prévenu, l’Ordre était présent. Ils allaient arriver.
(c) DΛNDELION

_________________

little do you know,
how I’m still haunted by the memory, I’m trying to pick myself up piece by piece, I need a little more time. Underneath it all I’m held captive by the hole inside, I’ve been holding back for the fear that you might change your mind, I’m ready to forgive you but forgetting is a harder fight, Little do you know, I love you till the sun dies.



Dernière édition par Lily Evans-Potter le Dim 9 Déc - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 94
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
A pure Blood action.
ft. Ordre / Mangemort


Ils marchaient tous à l’unissions, longues capes noires et masques sur le visage. Baguettes magiques en main, sentant l’excitation de la vengeance du Lord et de Carrow monter au fur et à mesure qu’ils avançaient. Péter, lui, ne connaissait pas cette excitation. Il était là parce que le Lord le lui avait demandé. Il était masqué comme tous les autres, se contentant d’obéir aux ordres, il était le responsable de l’évasion de tous les prisonniers de la prison de Westminster et c’était bien gardé de le dire. Pettigrow, tel le rat manipulateur et névrotique qu’il était, avait fait bien des choses dans le dos du Lord, s’assurant seul que, ce que le Lord ne savait pas, ne pouvait lui faire du mal.
Ainsi, il avait prit part au vol des plans de l’Abbaye de Westminster, il était là lorsqu’il avait fallu libérer le loup. A vrai dire, il y était allé uniquement parce que le rat, avait un semblant de sentiments pour celui-ci. Le lycaon avait été son premier ami à Poudlard. Plus proche de lui qu’il ne l’avait été de James ou de Sirius. Après tout, tout le monde avait ses préférences. Mais dans son cas, c’était le sentiment de rejet des deux sang-purs qui l’avait totalement poussé vers Remus. Alors, oui, il était plutôt satisfait que Remus se remette, un peu moins qu’il ait fallut tirer la Mulciber dans l’Ordre. Mais cela, il ne pouvait rien y faire en tant que tel.
Puis, il avait eu cette fameuse nuit ou il avait du courir après la bague de l’un des cavaliers de l’Apocalypse, sans pouvoir mettre la main dessus. Depuis, une certaine frustration se faisait ressentir pour l’Auror. Il avait du serrer les dents et voir McKinnon partir avec le présent qu’il désirait tant pour son maitre.

Mais ce soir, Pettigrow n’était pas du coté de l’Ordre. Non, il faisait partit de ceux qui allaient attaquer la petite bicoque qui servait à l’organisation clandestine de point de relais afin de permettre aux nés moldus de fuir vers d’autres contrées. Fuir de l’oppression du Lord. Des attaques des Mangemorts, de la pression du Régime. Ce soir, il avait envie de s’amuser, son masque sur le visage, il n’était pas reconnaissable. Comment le pouvaient-ils ? Lorsqu’il parlait sa voix et ses intonations étaient différentes. Il était plus assuré, plus sec. Plus… Tout. Finit la maladresse, l’effacement et l’impression qu’il donnait de toujours penser qu’il dérangeait. C’était un autre homme sous son masque, un adepte fidèle, fier que rien ne ferait jamais reculer.
Un sourire apparut sur ses lèvres lorsque l’un de leurs compagnons empressé demanda pourquoi nous n’attaquons pas. Pius le remit à sa place, attendant que Sir Malefoy donne l’assaut. Il serra sa baguette dans sa main et était assuré. Derrière Pius, il attendait simplement que le signal soit donné. Lui aussi, avait envie de rendre le Lord fier. Lui aussi, voulait que cette nuit finisse rapidement. Qui avait-il de mieux qu’un bain de sang pour commencer sa semaine ?



_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 97
Date d'inscription : 06/10/2018
Age : 27
avatar
 

« A pure blood »

La vie au QG reprenait lentement son rythme. Remus se remettait de ses blessures petit à petit, tout comme Sulpicia. Je ne connaissais pas cette jeune femme mais je commençais à l'apprécier. Je comprenais qu'elle est fuie son destin, fiancée à Amycus, il n'y avait pas pire Enfer pour l'avoir cotoyé quand j'étais chez les mangemorts. Heureusement pour elle, on l'a croyait morte, pour le moment. Nul doutait qu'Amycus finirait par apprendre la vérité un jour...j'espérais ne jamais avoir à faire à sa colère.

Une sorte de tension se faisait sentir malgré l'approche des fêtes de Noël. L'Ordre se doutait que les mangemorts n'allaient pas tarder à se venger, mais où et comment ? Il était certain que ces fêtes ci ne se passera pas sans encombre. J'avais peur maintenant que je les avais quitté mais je ne regrettais pas mon choix. J'avais envie de faire mes preuves, de montrer à mes nouveaux compagnons qu'ils pouvaient me faire confiance, que j'étais une des leur maintenant et que je défendrais l'Ordre jusqu'à ma mort. Peu de gens me parlaient depuis l'Abbaye, je me sentais plutôt seule ici. J'avais besoin de m'intégrer et de cette confiance sinon j'allais devenir folle sans contact humain.

Il était tard cette nuit là. J'étais encore debout, je n'arrivais pas bien à dormir la nuit, les ténèbres m'angoissait. Je préférais veiller et dormir la journée. Il fallait bien que quelqu'un monte la garde au cas où. J'avais besoin de m'occuper l'esprit et de me sentir utile, ne plus penser à la mort de Nicholas, que toute cette souffrance me quitte enfin. J'avais mal et la douleur ne partait toujours pas. Je buvais un thé dans la cuisine, assise autours de la grande table, un roman russe à la main, une histoire de chevalerie des temps anciens. J'entendais le tic tac d'une horloge, les minutes et les heures passaient en silence, lentement mais surement.
Lily était assise en face de moi, elle semblait dormir, épuisée. Nous nous étions un peu rapprochée toutes les deux, je comprenais son deuil, elle comprenait le mien. Nous partagions une souffrance commune. Nous parlions peu mais un regard suffisait à me réchauffer le cœur.

Alors que mes doigts tapotaient la table, une patronus déboula soudainement dans la pièce. Une mésange, c'était Nyn. La planque où elle avait été envoyée pour aider les nés-moldus venait d'être trouvée par les mangemorts. Ils encerclaient le domaine. Les membres étaient pris au piège. Les mangemorts étaient nombreux, prêt à se venger de notre dernière attaque. Cela allait à nouveau finir en bain de sang...il était hors de question que je reste ici à rien faire. J'appréciais énormément Nyn, c'était une des seule avec qui je m'entendais bien et j'ai été attristée de son départ. Elle avait besoin de se sentir utile, je la comprenais.
Lily se leva et cria à tout va dans la maison, prévenant ainsi tous les membres présents.

"Très bien Lily, je te suis, nous devons aller prêter main forte à Nyn et tous les autres..."

Toute la troupe se réunit rapidement, au garde à vous. Un semblant de dispute sembla se dessiner entre James et Lily. Ce n'était pas le moment. On devait tous risquer sa vie à un moment ou un autre, peu importe le couple. L'Ordre exigeait des sacrifices. Un portoloin d'urgence nous connectait directement à l'autre QG. Je pris l'assiette en main avec les autres, plus que quelques secondes. 3...2...1...je sentis une pression au niveau du nombril et tout tourna autours de moi. Je n'aimais pas particulièrement ce transport mais il était très utile pour nous. Le tournoiement s'arrêta enfin et nous voilà.
Des sorciers nous attendaient, baguette à la main, fixant la porte d'entrée d'un air angoissé.

Je pris Nyn dans mes bras, je n'étais pas vraiment dans le genre tactile habituellement mais la voir me rassura.

"Il nous faut renforcer les défenses, je connais quelques runes qui pourraient vraiment nous aider"

Prenant ma baguette, je commençais à tracer un cercle de Runes face à la porte, murmurant des paroles qui semblaient maudites. Ce n'était pas de la magie noire, pas vraiment, peut-être un peu ? Tous les moyens étaient permis pour empêcher un massacre non ? La magie noire n'était pas tabou à Durmstrang. Ma baguette entailla ma main gauche, déversant un peu de mon sang sur le pentagramme de runes tracé. La magie noire exigeait un sacrifice, toujours, pour fonctionner. Plus il était puissant, mieux cela marcherait.

"Dominus tenebris et sanguis meus protegit domo sua protegit populus: Amen. Da nobis Domine misericordiam tuam et imperium tuum. Protegit nos Dominus"

3-5-7-9 : Le sort fonctionne au maximum de sa puissance. Il nous laisse une dizaine de minutes pour évacuer les plus jeunes et les premiers mangemorts qui lancent un sort se prennent un expulso. Ils sentent la magie noire.

2-4-6-8 : Le sort fonctionne bien. Il nous laisse cinq minute d'avance sur les mangemorts. Ceux-ci doivent mobiliser leur forces à plusieurs pour briser le bouclier. Ils sentent la magie noire.

1-10 : Le sort ne fonctionne pas du tout. Les barrières magiques ne vont pas tarder à tomber. Les mangemorts arrivent.  


Dernière édition par Elena Dragomirov le Lun 3 Déc - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 224
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Elena Dragomirov' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Action Event' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 100
Date d'inscription : 07/10/2018
avatar
A Pure Blood Action
Mangemorts & Ordre du Phénix

L'air est froid. Le vent glacé fouette ton visage. Sa morsure se fait aussi vive dans ta chair que le souvenir de la remontrance du Seigneur des Ténèbres. Le grand échec de l'Abbaye de Westminster restait un souvenir cuisant en ta mémoire et en ta peau qui saignait encore de l'amère punition. Tu avais surement été épargné car Amycus et toi étiez plutôt proche, et sans doute parce que tu n'avais été que seul, avec Severus, face à plus de sept sorciers de l'Ordre bien préparés. Les renforts qui étaient arrivés par dizaines n'avaient pas les mêmes excuses et n'avait pas subi la même punition.

Ce soir, tout était différent, ce soir, tout allait changer et ta dévotion au Lord Noir ferait acte de foi. Tu étais à la tête d'un escadron de Mangemorts pourvus de leur habituelle cape à capuchon noire et des masques d'or pâle qui recouvraient leurs visages, et de Rafleurs. A tes côtés, Pius Thicknesse, le directeur du département de la justice magique, se tenait bien droit, la face tournée vers votre objectif du soir. Une petite bicoque, semblant à peine tenir debout, se tenait au milieu d'une langue de lave froide aux artistiques coulées de roches instables et précaires. Tu ouvrais la marche à ta horde, laissant dans ton sillage l'acide déchéance qui rongeait la nature et dévorait toute forme de vie. Arrivés à la limite des protections de l'Ordre sur la maisonnette, tu lèves le poing serré et immédiatement toute ton armée s'arrête. Un jeune à la figure dissimulée par son masque, paraît impatient d'ouvrir les hostilités mais Pius le rappelle à l'ordre. Tu grinces imperceptiblement des dents en serrant les mâchoires.

D'un geste souple, face au silence de l'escadron noir, tu extirpes ta baguette de son étui, ayant préféré le pratique à l'élégante raffinerie de ta canne à pommeau. Tu jettes quelques étincelles en l'air et commence à lancer plusieurs maléfices pour neutraliser la défense du QG de l'Ordre du Phénix. A ta suite, tous les sorciers en tête de file se mettent à lancer les mêmes sortilèges. Si tes propres enchantements se révèlent partiellement efficaces, ceux que lancent les autres mangemorts finissent par venir à bout des défenses de la bicoque. Finalement, l'aura bleu électrique qui encerclait la maison vole en éclat et les protections cèdent. Tu lèves à nouveau ton poing serré et cette fois, tu le brandis en direction du QG de l'Ordre.

"Rappelez-vous les ordres du Maître. Capturez les membres de l'Ordre du Phénix, tous les autres peuvent mourir !"  

Tu ouvres la main à plat et immédiatement, les Mangemorts et les Rafleurs à ta suite se ruent à l'attaque. Loin de vouloir arriver en pleine mêlée, tu restes en retrait, interpellant Pius et quelques autres sorciers pour assurer les arrières de l'escadron. Le petit groupe se dissimule aux abords de la maison et se disperse deux par deux pour couvrir la totalité des alentours. Tu t'es fais avoir une fois en ne couvrant pas tes arrières, ça n'arriverait surement pas à nouveau. Tu te doutais que des renforts seraient bientôt appelés par les membres présents dans la maisonnette, il n'y avait plus qu'à les attendre. Tu te retournes vers Pius qui se tient à tes côtés, accroupis derrière un amoncellement rocheux.

"Sois sur tes gardes Pius, je ne veux pas d'échec pour cette fois !"  




Sort d'attaque de Lucius : 1 et 4 le sort n'est absolument pas efficace, 2 et 5 le sort est partiellement efficace, 3 et 6 le sort est correctement efficace.
Sort d'attaque du reste de l'escadron : 1 et 4 le sort n'est absolument pas efficace, 2 et 5 le sort est partiellement efficace, 3 et 6 le sort est correctement efficace.

_________________
.


Dernière édition par Lucius A. Malfoy le Lun 3 Déc - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 224
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Lucius A. Malfoy' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


#1 'Sorts d'attaques' : 5

--------------------------------

#2 'Sorts d'attaques' : 6

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 9
Date d'inscription : 20/11/2018
avatar

 
Pure Blood Action
les mangemorts contre-attaquent


Imitant le meneur de l'escadron de la mort, tu levais ta baguette, projetant de terribles traits lumineux, tel une nuée de flèches enflammée sur les remparts magiques de cette cabane bancale. La Terre semblait trembler sous les impacts sourds des sortilèges qui rebondissaient avec fracas sur le dôme qui se craquelait déjà. Un sourire carnassier se dessina sur ton visage, sous ton masque à la bouche cousue, mais ce sourire, ce n'était pas vraiment le tien. Il ne fallut pas longtemps pour que les enchantements soient anéantis, comme le témoignaient les fissures béantes qui s'étaient muées en une pluie de débris luminescents, qui tombaient du ciel avec une étrange légèreté, semblables à des milliers de feuilles calcinées. La rapidité avec laquelle les défenses cédèrent te sembla presque suspecte... Tu t'étais imaginé, comme certains autres des partisans, que le siège de cet endroit serait fastidieux et coûteux en efforts. Mais non, l'Ordre avait sans doute eu davantage de chats à fouetter que de s'occuper de renforcer la protection d'un simple lieu de passage. Tu cessais momentanément l'assaut, avec les autres, au signal donné par le chef de l'opération. "Rappelez-vous les ordres du Maître. Capturez les membres de l'Ordre du Phénix, tous les autres peuvent mourir !"  .

A peine l'ordre d'attaquer fut-il lancer qu'un vacarme de cris guerriers emplirent les échos de la Chaussée des Géants. Les Rafleurs dévalèrent la pente qui les séparait de cette cabane sans défense en courant de manière effrénée, pareils à leur réputation d'inconscients notoires. Certains de tes comparses Mangemorts s'envolèrent en d'épaisses volutes d'une brume sombre et orageuse qui fondaient à toute allure sur leur cible, envoyant, au passage des éclairs de toutes les couleurs le long de la paroi. Lucius, toi et les quelques autres restés en retrait avancèrent plus prudemment. Vous étiez chargés de rabattre les fuyards et de couvrir les arrières de la première vague d'assaillants, au cas où d'éventuels renforts se montreraient. Et puisqu'il n'était pas dans vos attributions de prendre tous les risques en vous révélant au coeur du combat qui allait suivre, vous vous réfugièrent derrière une crête rocheuse, un endroit idéal pour constituer un fort naturel.

"Sois sur tes gardes Pius, je ne veux pas d'échec pour cette fois !", te lança Lucius, sans que tu puisses savoir s'il s'agissait d'un conseil ou d'un avertissement. Une petite voix lointaine, très lointaine dans ton esprit se fit moqueuse et remarqua que la responsabilité du précédent échec des Mangemorts incombait au Malefoy, qui s'était montré incapable de jouer le rôle d'un simple gardien de prison. Tu chassais cette voix étrange, une voix qui n'était pas la mienne, en secouant sobrement la tête, avant d'acquiescer aux paroles de la vipère blonde. « Je suivrai les consignes de Carrow et les tiennes jusqu'au bout. » rétorquas-tu, plein d'une conviction qui n'était pas la tienne.

Un grand fracas de cris et de détonation suivit. Les Rafleurs tentaient de faire exploser les portes et les fenêtres, tandis que les Mangemorts en première ligne s'acharnaient à lancer ses sortilèges en direction du toit. L'escadron de la mort ne tarderait pas à vomir ses partisans dans la bicoque et à intégralement investir les lieux, tant la puissance des protections étaient risibles. Tu observais cette scène de loin, impassiblement concentré, analysant chaque mouvement, chaque cri, chaque gerbe lumineuse.

Depuis votre position, tu vis alors une fenêtre s'ouvrir avec empressement. Une jeune femme mince, aux cheveux noirs hissa, un enfant vers l'extérieur, avant de se faufiler elle-même par cette sortie providentielle. En proie à la panique, sans doute, la jeune femme glissa sur le rebord et chuta lourdement sur les écailles rocheuses en émettant une plainte de douleur, lorsqu'elle s'affala sur le sol coupant et froid. L'enfant la tirait par la manche de sa robe pour qu'elle puisse se relever et partir à toute jambe. Malgré son jeune âge, il comprenait la nécessité de fuir. Et, bien que le concept de mortalité devait lui sembler bien abstrait, ce gamin, par un instinct primaire, devait sentir le souffle terrifiant de mort lui glacer le cou.

Pas de chance, la jeune femme courrait exactement dans la direction de l'amoncellement rocheux où Lucius, toi et les autres étiez cachés. Lorsqu'elle s'aperçut de votre présence, il était trop tard. Elle n'eut pour seul réflexe que d'esquisser un air de surprise, mélangé à une violente pointe de frayeur, déformant son visage pourtant harmonieux en une grimace grotesque. Elle essaya bien de lever la main. Sa gorge essaya bien de se desserrer pour implorer la pitié... Mais c'est un vif éclair émeraude qui la cueillit en pleine poitrine.

« Avada Kedavra ! ».

Le corps désarticulé de la jeune femme fut agité d'un puissant soubresaut lorsqu'il décolla du sol pour pour retrouver le dur contact des écailles rocheuses sombres, à quelques mètres derrière, comme une vulgaire poupée de chiffon. Tu abaissais ta baguette, impitoyable. Tu t'étais levé, pour accueillir la venue de cette réfugiée, comme la politesse la plus élémentaire l'imposait. Ton regard se détourna du cadavre, dont les yeux exorbités fixaient le ciel, figés dans cette expression d'intense terreur, et tu toisais l'enfant, qui s'était mit à pleurer, prostré dans une position de profonde détresse. Inutile petit enfant triste. Pauvre chose. Sans doute était il plus généreux d'en écourter les souffrances ?

Et, au moment où tu levais une nouvelle fois ta baguette dans l'intention de tuer, ton geste fut interrompu par une détonation plus puissante que les autres, suivie d'une intense colonne de lumière.

Les Mangemorts et les Rafleurs venaient d'incendier la cabane. Sous leurs acclamations de joie sanguinaires, le feu dévorait déjà le toit de la maison avec une avidité malsaine... Les réfugiés et les membres de l'Ordre, pris entre les flammes et les troupes du Seigneur des Ténèbres allaient devoir faire une percée pour sortir de la bicoque avant que les flammes ne les engloutissent.

Tu reculais, oubliant les pleurs de l'orphelin. La nature, cruelle, aurait tôt fait de se charger de l'anéantir à ta place. Retournant à la protection de ta crête rocheuse, aux côtés de Lucius Malefoy, tout en restant concentré, tu guettais sa réaction. Serait-il satisfait de la manière dont les choses évoluaient ?

De leur côté, les autres faisaient pleuvoir les sorts tout autour de la maison avec un enthousiasme diabolique, pressés de voir l'Ordre s'extirper des flammes, tels les Phénix qu'ils prétendaient être...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
Pure blood attack
Mangemorts vs Ordre

« Maman… J’ai peur… » Une petite fille éclata en sanglots, serrée entre sa mère et son frère à peine plus âgé qu’elle. Le cœur de Nyneve se serra dans sa poitrine. Pendant quelques instants, elle avait oublié que des enfants se trouvaient parmi eux. Derrière la vitre, elle voyait la masse des Mangemorts de plus en plus dense. Et toujours pas de nouvelles de l’Ordre. L’armoire. Il fallait évacuer les enfants par l’armoire. Tant pis si elle n’avait pas reçu l’accord de leurs alliés français. « On va évacuer les enfants par l’armoire, vite ! » La jeune sorcière attrapa la main de la petite fille qui pleurait à chaudes larmes. Sa mère, les larmes aux yeux également, tenta de la rassurer et lui adressa des mots que Nyneve comprend comme des adieux. Son frère cependant ne voulut pas bouger, s’accrochant désespérément à sa mère. La sorcière reviendrait le chercher plus tard… Si elle avait le temps.

« Comment tu t’appelles ? » demanda-t-elle avec douceur à l’enfant. « Sarah. » pleurnicha la petite. « D’accord Sarah, alors tu vas rentrer dans l’armoire. Ne t’inquiète pas, ça va être noir mais ça ne va pas durer longtemps. Ensuite, tu rouvriras la porte et tu vas rencontrer Magnolia. Dis-lui juste qu’on a été découverts et que d’autres enfants arrivent, d’accord ? » La petite fille hocha la tête et Nyn essuya les larmes sur son visage avant de déposer un baiser sur son front. « Sois courageuse, Sarah. » Et elle referma la porte sur l’enfant. Elle attendait le fameux grincement symbolisant l’arrivée de la voyageuse. Les secondes étaient interminables. Elle promena son regard sur les quelques autres enfants qui la regardaient avec de grands yeux apeurés. Elle n’aurait jamais le temps de tous les évacuer…

« Si la barrière tombe, transplanez immédiatement dans l’endroit le plus sûr que vous connaissiez. Emmenez les enfants. Pour ceux qui veulent combattre, chaque baguette est la bienvenue. »

Elle finissait à peine son discours que la porte d’entrée s’ouvrit à la volée : les renforts venaient d’arriver ! Nyn referma la porte sur un nouvel enfant et donna la consigne aux suivants d’entrer dans l’armoire dès qu’ils entendaient le craquement. Elle se précipita ensuite en bas des escaliers et de se jeter dans les bras d’Elena. Elle était soulagée, même si la situation restait plus que critique. La jeune bulgare s’affaira à mettre en place des runes de protection, malheureusement celles-ci n’eurent pas le temps de faire effet avant que les premiers maléfices heurtent leur bouclier de protection. Le son était semblable à celui d’un coup de tonnerre, multiplié par le nombre des sortilèges. Chaque rayon lumineux venait crépiter sur leur dôme protecteur. « ÇA TIENDRA PAS LONGTEMPS ! TENEZ-VOUS PRÊTS À TRANSPLANER ! » cria-t-elle aux nés-moldus, suffisamment fort pour que tout le monde l’entende malgré le bruit. On pouvait voir par la fenêtre le bouclier céder progressivement en une myriade de petites explosions dorées.

Tout le monde était étrangement calme, même les enfants qui étaient restés avec leurs parents. Chaque sorcier devait penser que son heure était venue. Nyn se rapprocha de Lily et lui murmura à l’oreille : « On n’est pas assez nombreux, on n’a aucune chance face à eux… Il nous faut plus d’aide ! ». Sa voix tremblait. Sa bouche tremblait. Ses doigts tremblaient. Elle n’était pas douée en duel. On l’avait envoyée ici parce que c’était calme, qu’elle pourrait se rendre utile avec ses capacités.

Et finalement, une déflagration retentit et une grande lumière inonda la maisonnette, puis ce fut le noir et le silence.

Quelques instants de flottement. Puis les hurlements de leurs assaillants et les éclairs colorés qui vinrent frapper leur refuge. « MAINTENANT ! » hurla Nyn, donnant ainsi le signal de transplaner à ceux qui le pouvaient. Mais malheureusement les premiers sortilèges arrivèrent trop vite, beaucoup trop vite. Personne n’eut le temps de transplaner. Un sortilège brisa une vitre de l’étage et vint se fracasser contre l’armoire à disparaître, qui était à présent hors d’usage.

Lancer 1:
 

La fenêtre la plus proche de Nyn explosa d’un coup, rapidement suivie de la porte qui fut soufflée et projetée au sol. Tous s’écartèrent précipitamment, certains se jetèrent au sol tandis que d’autres tentèrent de grimper à l’étage. Mais les sortilèges étaient trop forts, les murs tremblaient et menaçaient de s’effondrer d’une seconde à l’autre. Si ça continuait ainsi, ils allaient tous finir ensevelis sous les gravats. Mais sortir et affronter les Mangemorts n’était-il pas pire ? Nyneve n’arrivait plus à réfléchir. Ce n’était pas elle qui dirigeait les choses, normalement. Elle n’avait que vingt-deux ans après tout, elle était encore une enfant. Et puis soudain, un éclair de lucidité traversa son esprit. Elle avait la bague, là-haut dans son sac. [...]

Lancer 2:
 

Miraculeusement, elle réussit à se faufiler jusqu’en haut des escaliers en évitant les sortilèges et les bris de verre. Elle plongea sa main dans son sac, cherchant désespérément l’anneau doré. Fort heureusement, elle tomba dessus immédiatement, juste avant que la maison ne s’embrase. La déflagration souffla toutes les fenêtres ainsi que le toit, et toutes les personnes présentes à l’étage furent projetées hors de la mansarde. Nyn atterrit durement sur le sol, mais constata que sa baguette était toujours dans sa main, ainsi que la bague. Elle l’enfila prestement à son annulaire droit pour la première fois depuis qu’elle l’avait récupérée au creux de l’arbre blanc.

Lancer 3 & 4:
 

La jeune fille ne savait pas à quoi s’attendre, et si elle espérait trouver un salut pour les nés-moldus et les membres de l’Ordre, elle fut vite ramenée à la réalité. Seuls les quelques Mangemorts et Rafleurs qui se trouvaient à moins de sept mètres d’elle semblaient en proie à des hallucinations. Elle profita de leur confusion pour détaler et rejoindre Lily et Elena, qu’elle apercevait au loin, fuyant la maisonnette en flammes.  


made by black arrow

_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.


Dernière édition par Nyneve McKinnon le Mar 4 Déc - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 224
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Nyneve McKinnon' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


#1 'Action Event' : 1

--------------------------------

#2 'Action Event' : 6

--------------------------------

#3 'Action Event' : 6

--------------------------------

#4 'Action Event' : 1

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 94
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
A pure Blood action.
ft. Ordre / Mangemort


Une fois lancées, les choses s’étaient déroulées à une vitesse hallucinante. Lucius avait donné une dernière consigne, demandant aux mangemorts et aux rafleurs de ramener en vie les membres de l’Ordre. Faisant raler certains de déceptions. Heureusement, ils pourraient étancher leur soif de sang sur les nés moldus qui seraient surement en nombres. Péter, lui, n’avait rien à étancher. Il était là parce que le Lord avait besoin de ses sbires pour frapper une nouvelle fois l’Ordre et leur faire comprendre qui dirigeait ici. Le Lord voulait les anéantirs, tous. Et pour cela, un prisonnier ferait largement l’affaire. Ils pourront le torturer à volonté puis le tuer. Peut-être même exposé sa trahison dans la gazette du sorcier…
En matière de trahison, Pettigrow s’y connaissait. C’était une personne peu fiable dont les névroses et la bipolarité dictait ses actions du jour. Il avait quelques soucis psychologiques sur beaucoup de points, mais savait parfaitement camoufler ceux-ci. Il ne ressentait rien, jamais. Il ne savait plus ce qu’était la peur, l’amour, l’excitation depuis bientôt trois ans. Non, tout cela, il l’avait perdu en même temps qu’il avait donné au Lord son âme. Son corps. Sa vie. En échange de tout ce qu’il avait toujours désirer.
Il était devenu son ombre. Celui qui faisait de ses souhaits des réalités, et comme le bon petit rat de compagnie qu’il était, il se faisait récompenser gracieusement par le sorcier noir.

Ce soir, il n’était pas comme les autres. Lui, il n’avait ni subit les foudres du Lord, ni celles de Carrow. Il s’était glissés entres les deux, assurant qu’il était en mission pour le sorcier noir. Il avait menti. Mais mentir, ca, il savait faire. Alors ce soir, sous son masque, bien droit, il avait laissé les autres s’avancer en hurlant du coté des rafleurs. Ils étaient sanguins, stupides et parfaitement irréfléchi. Les Mangemorts, eux, transplannèrent dans une fumée sombre colérique aux nombreux éclairs. La neige blanche commençait doucement à tomber sur la petite bicoque et sur les mages qui attaquaient celle-ci. Les Mangemorts, baguettes brandie s’étaient mit à lancé des sorts pour briser les protections de la maisonnette qui tenait comme par Magie.
Pete était toujours en arrière, observant le manège d’en bas. Il croisa les bras, attendant le bon moment pour attaquer. Il n’était jamais trop prudent. Il n’avait pas peur. Il attendait juste que les barrières magiques soient brisées pour intervenir et transplanner directement dans la cabane. Ce serait plus simple pour lui de faire, ainsi, sortir les membres de l’Ordre et de les offrir en pâture aux autres.
Du coin de l’œil, il observa Pius et Lucius se cacher avec d’autres membres importants de l’organisation, prévenant toutes fuites de la part des sorciers qui se cachaient dans la cabane de pécheur. Sous son masque. Il ne put s’empêcher de sourire. Un sourire moqueur presque satisfait. Si Malefoy savait que c’était lui, le sale petit rat manipulateur qui lui avait lancé le sort de torture lors de l’intervention de l’Ordre dans la prison de Westminster, il le tuerait probablement. Du moins, il aurait une grande envie de… Mais ne pourrait jamais s’exécuter tant que l’auror à la botte du Ministère était dans les petits papiers du Lord.

Toujours immobile, le jeune homme observait les deux sorciers tuer une née moldue qui venait de s’échapper avec son enfant par une fenêtre qu’ils avaient brisés. Ils ne purent aller loin avant qu’un jet vert émeraude ne vienne frapper la mère. Les pleurs de l’enfant l’agacèrent rapidement. A tel point, que le sorcier du avancer doucement pour mettre de la distance entre lui et cet insupportable enfant. Enfin, les autres avaient réussi à briser les quelques protections de la bicoque. Il était temps pour lui d’agir.
Spoiler:
 


Il transplanna dans la petite cabane de pêcheur, dans une fumée tout aussi orageuse que celle de ses compagnons. Atterrissant au milieu de la pièce principale dans laquelle se trouvait de nombreux sorciers tous aussi paniqués les uns que les autres. Alors, il leva sa baguette et sans pitié commença à lancer des sorts à droite et à gauche. Ligotant un premier né moldu, une femme qui s’écrasa lourdement au sol, blessant une seconde personne au ventre qui se mit à saigner et gémir en tombant à genoux, se tenant le ventre.
Esquivant tels un danseur dans sa cape noir sous son masque, les sorts lancés par ceux qui vivaient la terreur au ventre. Ceux, qui se faisaient rejetés par le Régime. Ceux qu’il aidait parfois. Ceux qu’il aimait voir souffrir sans réellement comprendre le sentiment même de la souffrance. Il n’y avait pas de bien. Pas de mal. Juste, le pouvoir oppressant de son camp sur l’opposé.
Se retournant, il aperçut dans le lot une chevelure rousse qu’il ne connaissait que trop bien. Lui faisant face, il brandit de nouveau sa baguette, un sourire narquois dissimulé sous son masque. En bon Mangemort, il eut envie de lancé un endoloris sur la jeune femme, mais se ravisa, optant pour un sortilège d’attaque. Une lumière bleutée s’échappa de sa baguette, mais la jeune sorcière fut chanceuse, et un autre sorcier réussi à dévier le sort qui détruit l’escalier en bois qui menait à l’étage…

Spoiler:
 

L’escalier s’effondra, il put entendre les cris terrorisés des enfants qui se trouvaient en haut. Ne prenant pas la peine de lever les yeux vers celui-ci. Le jeune homme se retourna. Observant les yeux noirs de ses compagnons Mangemorts qui se trouvaient dehors. La porte d’entrée avait explosée, il put voir leurs yeux noircit par une hallucination… Que le jeune sorcier avait déjà vu quelque part ! La bague de la Guerre ! Cette Nyneve devait surement encore l’avoir sur elle.
Alors, il la chercha des yeux. Continuant de lancer quelques sorts à droite et à gauche. Où pouvait bien se trouver la blonde ? La fumée blanche du feu du toit commençait à pénétrer dans la cahute qui n’allait pas tarder à s’effondrer. Lorsque soudain. Il l’aperçut. La blonde tenait dans ses mains la bague du Cavalier de l’Apocalypse. Il lui fallait cette bague ! Et au plus vite !

Spoiler:
 

Il lança un premier sort pour la faire venir à lui, mais au lieu de cela, il eu un léger tournis. La fumée commençait à le couper d’oxygène. Il eu un mouvement de recul, posant une main sur l’épaule de l’un de ses compagnons qui venait d’entrer dans son dos. Laissant passer d’autres Mangemorts et raffleurs… Ils transformaient l’endroit en véritable champ de bataille ! Bientôt, la simple cabane ne serait que des débris.

Spoiler:
 


Reprenant sa respiration, il leva de nouveau sa baguette magique et se lança de nouveau dans la bataille et cette fois, lanca un sort d’immobilisation sur la traitre Elena. Ca lui fera les pieds, pensa-t-il, après tout, leurs relations étaient tendues. La jeune femme l’avait un peu poussé à bout.
Par chance, le sort fonctionna. Elle s’écroula au sol et Pettigrow vint la tirer par le col de sa robe de sorcière pour la sortir de la cabane… Il la trainait comme un vulgaire sac à patate.


_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 224
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Peter Pettigrow' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


#1 'Action Event' : 1

--------------------------------

#2 'Sorts d'attaques' : 2

--------------------------------

#3 'Sorts basiques (acci' : 2

--------------------------------

#4 'Sorts d'attaques' : 6

--------------------------------

#5 'Action Event' : 9

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 77
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 24
avatar
a pure blood action
death eaters vs order of the phoenix

« the more you care, the more you have to lose. »
Arrivée à la suite d’Elena via l’assiette qui servait de portoloin, Lily se retrouva au beau milieu d’un champ de bataille et dut rapidement trouver refuge derrière l’un des meubles de la petite cuisine pour ne pas se prendre un sortilège aux couleurs bleues ou, pire, vertes, en pleine face. Ça grouillait de mangemorts dans le coin et, aussitôt, elle se sentit trembler. L’ironie était que ces mangemorts étaient masqués, alors qu’ils étaient à présent au pouvoir. N’était-ce, au fond, pas aux membres de l’Ordre du Phénix de se couvrir le visage pour ne plus être recherchés ? Avec sa chevelure de feu virevoltant sous le bruit du vent provoqué par les multiples fracas, la jeune Lily ne pouvait pas passer inaperçue. Sans savoir que le mangemort en face d’elle était l’un de ses amis de Poudlard, l’un des meilleurs amis de son époux, à savoir Peter, elle maintint son regard et souffla le sortilège de protection presque inaudiblement pour espérer contrer le sortilège à la lumière bleutée ; un sortilège qui l’évita de justesse par l’aide précieuse de la part d’une autre personne. A côté d’elle, elle entendit l’escalier s’effondrer juste à côté d’elle, où elle dut se faufiler plus loin, en se couvrant la tête, pour ne recevoir trop de débris sur elle.

Tout se déroulait à une vitesse folle. S’il fallait garder la tête froide et le regard attentif aux sortilèges qui allaient et venaient dans cette cabane enflammée, le feu de l’action faisait que chacun y perdait finalement son compte. Les trois membres de l’Ordre présents à cet instant étaient faits comme des rats, c’était évident que l’idée de s’imaginer bâillonnée dans l’une des cellules lugubres de Westminster l’avait parcourue plus d’une fois pendant ce court temps-là. Face à elle, une énième lumière bleutée heurta Elena où, sans réfléchir, Lily pointa sa baguette vers elle en crachant un « Enervatum » qu’elle voulut convaincant malgré la fébrilité de ses gestes. Le temps qu’Elena agisse, elle allait se faire enlever. Il fallait qu’elles sortent de là. Sous leurs yeux, les quelques nés-moldus en cavale se faisaient tuer un par un et il n’était même plus question de sauver leurs alliés mais de sauver leur propre peau pour ne pas finir aussi tristement qu’eux. Un « Bombarda ! » s’échappa de la barrière de ses lèvres, visant juste au-dessus de la tête du mangemort, en réalité Peter, pour lui mettre des bâtons dans les roues.

Lancer n°1:
 

Sentant la présence de Nyneve contre elle, elle attrapa son bras pour la garder contre elle. Si l’attaque n’était pas son point fort depuis quelques temps, il ne fallait pas lui omettre quelques talents en sortilège. Alors, après avoir observé durant un quart de secondes les dangereuses flammes qui couvraient une petite sortie à l’arrière de la cabane, entre les débris causés par l’explosion et les flammes. Une issue, à l'opposé des sorts lancés par les mangemorts, où elles auraient peut-être une chance. Se mordillant la lèvre, elle finit par répéter à quelques reprises un sortilège d’Extinction, celui qu’elle n’avait expérimenté que quelques fois, dans des situations moins vivantes, notamment celle où James avait tenté de cuire des pâtes un mois après leur mise-en-ménage et avait mis le feu à la cuisine. Pointant sa baguette vers le petit écart où elles pourraient passer et tenter de fuir.

Lancer n°2:
 

Fermant les yeux face au restant de flammes, un regard vers Nyneve et vers Elena qui se trouvait un peu éloignée d’elles et, entre deux sortilèges évités par les mangemorts, Lily tira sur la main de Nyn pour qu’elle la suive dans le ramassis de flammes à une allure folle pour sortir de la cabane qui menaçait de s’effondrer.

Lancer n°3:
 

Les cris, la douleur et la main de Nyn qu’elle ne voulait certainement pas lâcher. Si elle espérait de tout son cœur qu’Elena les suivait, elle voulait au moins s’assurer qu’elle s’en sortirait avec Nyneve. La peau brûlée, les cheveux en bataille, quelques jurons s’échappèrent de ses lèvres. Elles devaient fuir au plus vite la cabane. Lily pensa même à transplaner, si Elena ne s'en sortirait pas et si l'un des membres de l'Ordre ne se manifestait pas pour aider. Après tout, quitte à être rebelle, délinquante et tracée, autant sauver sa peau si transplaner était sa seule et unique solution.
(c) DΛNDELION

_________________

little do you know,
how I’m still haunted by the memory, I’m trying to pick myself up piece by piece, I need a little more time. Underneath it all I’m held captive by the hole inside, I’ve been holding back for the fear that you might change your mind, I’m ready to forgive you but forgetting is a harder fight, Little do you know, I love you till the sun dies.



Dernière édition par Lily Evans-Potter le Dim 9 Déc - 14:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 224
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Lily Evans-Potter' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


#1 'Sorts d'attaques' : 4

--------------------------------

#2 'Action Event' : 3

--------------------------------

#3 'Sorts de défenses' : 2

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 751
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar
a pure blood action
death eaters vs order of the phoenix

« the more you care, the more you have to lose. »
Emiouflee dans mon châle, je regardais par la fenêtre depuis le départ de Lily et d’Elena, trouvant le temps définitivement long. L’Ordre était sur le qui vive. Je pouvais entendre Sadie et Sirius hurler dans la cuisine, Remus ne sachant que dire. Ils voulaient envoyer plus de renforts mais ne pouvaient se permettre de perdre des membres. D’un côtés, il y avait les nés moldus qui devaient se sauver, de l’autre les baguettes qui se battaient pour eux ou encore ceux qui devaient protéger le Nouveau Centre d’accueil des réfugiés.
Moi, j’étais tout simplement coincée entre eux, à observer la neige tomber sur près au lard. Je savais que je ne leur étais d’aucune utilité. Ma baguette était juste bonne aux soins et aux métamorphose, voir aux sortilèges de vie basique. Mais protéger un tel lieu était en dehors de mes ressources et de mes capacités. Pourtant, il fallait agir. Me retournant vers la cuisine, je traversa le salon pour regarder l’heure sur la grande horloge du hall d’entrée de la maison. Les murs tremblaient sous les disputes. Ils peinaient à prendre une décision et cela faisait déjà 45 min que les autres étaient partit. Lily avait été inconsciente de prêter main forte au cabanon de pêcheur. Je doutais de sa forme physique et mentale. Pourrait elle vraiment venir en aide aux femmes et enfants sans flancher face à leur désespoirs qui pourraient faire miroir au sien? Soupirant, je remonta le châle sur mes épaules tatouées, camouflant celle-ci lorsque viens m’appuyer contre l’encadrement de la porte de la cuisine. Observant Sirius qui me tournait le dos. Sadie voulait prêter main forte aux filles, se refusant de les laisser, mais transplanner était dangereux pour la sorcière. Elle était sur la liste du ministère et risquait d’être repérée par celui-ci. Sirius ne voulait pas mettre sa vie en danger.

La conversation tournait en rond. Ils n’avançaient pas, tournaient en rond mais l’heure elle, si. Je finis par me détacher de l’encadrement de la porte pour me diriger vers le jardin, enfilant une paire de bottes de neige que je laissais traîner à côté de la porte du jardin de la maison. C’était le seul endroit extérieur où j’avais officiellement le droit de me rendre. Même si je ne respectais pas toujours cette consigne. Je fis quelques pas sur le porche. Soupirant dans le froid, observant la buée s’échapper de mes lèvres. J’étais encore faible, je le savais, mais je ne pouvais pas les laisser se déchirer de la sorte sans réussir à prendre une quelqu’un que décision.
Une fois au milieu du jardin, je sortis ma baguette magique, ferma les yeux quelques longues minutes et finit par agiter celle-ci dans les airs. Lançant un patron informulés. Je dis m’y reprendre à deux fois avant d’obtenir une forme animale. La première fois, la fumée blanche avait tenté de prendre l’apparence de mon flereur aux grandes oreilles et aux nombreuses taches sur le ventre. Je dus me concentrer un peu plus la seconde fois, m’accrochent au souvenir le plus fort que je possédais....et qui impliquait une après-midi avec Sirius, lors de nos 18 ans.
La seconde fois, la fumée blanchâtre finit par prendre une forme bien définie. Je savais depuis quelques temps que mon patronus était fluctuant, alternant entre mon flereur et... un grand chien identique à celui de Sirius. Je me mordais la lèvre inférieure, me retournant vers la fenêtre de la cuisine pour m’assurer que personne ne regardait ce que je faisais. Heureusement, ils étaient toujours entrain de se disputer, je reposa le regard sur,à patronus qui me regardait en remuant la queue. Sirius ne devait pas savoir. Le seul avantage que je voyais a cette forme, c’était que mon patronus serait prit pour celui de Sirius et personne ne se méfierait de l’utiliser en portoloin pour revenir au QG. « Ramène les sains et sauf. Dépêche toi. »
Il s’envola dans une trace blanche argentée.

Le chien réapparut dans le cabanon en feu et aboya pour attirer l’attention sur lui. Il Remus la queue en regardant Evans et s’approcha d’elle. Sautant pour faire comprendre qu’il était un portoloin pour rentrer. Pourquoi se méfierait elle du patronus de Sirius ?

(c) DΛNDELION

_________________

- People fall in love in mysterious ways -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 94
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
A pure Blood action.
ft. Ordre / Mangemort


Dans le feu de l’action, Evans lui lança un bombarda qui ricocha et frappa à coté de Péter, le heurtant partiellement. Le jeune homme tomba sur l’un de ses genoux, dessinant une grimace sous son masque alors qu’il tenait toujours de sa main disponible Elena. Cette traite à son sang n’aurait que ce qu’elle mérite. Traite au Lord.
Lily s’élanca aux cotés de Nyneve, brulée par les morceaux de l’escaliers qui tombaient à droite et à gauche de celle-ci, la bloquant dans un coin du cabanon. On l’entendit rire, un rire froid, sec et particulièrement sadique. Il semblait prendre un certain plaisir à les voir se recroquevillée telle des souries piégée dans un labyrinthe en carton. Il allait levé sa baguette contre elles, mais Evans lanca un nouveau sortilège, le faisant reculer de plus belle en usant du corps de la russe pour se protégé. Elle se réveillait doucement de son sortilège de stupéfection. Pettigrow devait agir vite. Il la tenait toujours prisonnière contre lui. Mais les petites flammes de feu allaient bruler sa robe de Mangemort s’il cherchait à s’avancer pour attaquer les deux membres de l’Ordre.

Il du donc battre en retraite. Tirant à sa suite Elena par les cheveux. Observant toujours les deux autres il tenait sa baguette tout proche de la jeune femme qui commençait à se débattre. Du coin de l’œil, il aperçut Evans prendre la main de McKinnon, tentant de sortir de la cabane en feu. Il fit quelques gestes de sa baguette pour faire tomber sur les deux jeunes femmes les planches en bois rougi par les flammes. Elles parvinrent à se faufiler entres elles, non sans se bruler encore plus au passage. « Toi tu restes avec moi traitresse ! » Lança-t-il à l’attention de la sorcière rousse, cruel et froid.
Volant sa baguette magique, il la glissa dans sa poche gauche, la jetant dehors au pied des rafleurs. Il lui donna un coup de pied dans les cotes pour la faire tombée au sol et se retourna. Une forme argentée venait d’apparaître a l’intérieur de la cabane. Un chien qui se mettait à aboyer pour attirer l’attention des deux membres de l’Ordre qui étaient toujours coincée. « UN PORTLOIN ! Vite attrapez les !! » Hurla l’Aror à la voix rauque sous son masque. Des rafleurs se jetèrent dans la cabane, laissant Peter en compagnie d’Elena qu’il attira loin du raffut.

La ou ils se trouvaient, lui de dos au cabanon et elle face à celui-ci, le jeune homme pointa sa baguette magique sur la femme. « A genoux. » Ordonna-t-il sèchement, la voyant s’exécutée. Une pointe de terreur dans les yeux, et peut-être un peu de panique. Il tira sa capuche sur sa tête pour camoufler son visage mais retira son masque. Un sourire fin, en coin, particulièrement froid.
« Je te fais l’honneur de voir celui qui te prendra ton dernier souffle Dragomirov. » Ajouta-il en lançant un sort de sa confection. Un sort d’écorcher. La peau de ses bras, de son torse et de ses jambes tombait en lambeau sous le sol, la laissant baignée dans son sang. Puis, il lui lança un endoloris, s’amusant du spectacle et la laissa là. Baignant dans son sang durant de longues minutes avant d’abrégée ses souffrances en sortant de sa poche un fil fin qui vint se nouer autour de sa gorge pour l’étouffée sans laisser de trace. Ainsi, personne ne saurait qu’il venait de la tuer.
Son corps perdant de sa chaleur tomba au sol après quelques soubresauts de vie et de douleurs, se fit ligoté tandis que Péter remit son masque et détourna les talons pour attraper des nés moldus qui filaient entre les mailles. Lancant des jets verts à droite et à gauche. « Vous deux ! Allez vous occuper de notre prisonnière tandis que je fais le ménage ! » Ordonna-t-il à deux rafleurs un peu perdu.



_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
Pure blood attack
Mangemorts vs Ordre

Tout n’était plus que flammes. D’ici quelques courts instants, la maisonnette allait s’effondrer, et emporter avec elle ses habitants infortunés. En plus du feu, un nombre effrayant de sortilèges fusaient en tout sens. Beaucoup de jets verts, au grand désespoir des nés-moldus et des membres de l’Ordre. Mais également d’autres couleurs, signifiant que personne n’abandonnait. Nyneve n’avait pas eu le temps de rejoindre Elena que celle-ci fut stupéfixiée. La blonde tentait tant bien que mal de se faufiler entre les sortilèges et les corps qu’elle voyait au sol. Elle essayait de ne s’attarder sur eux, mais son regard finissait invariablement par se fixer sur leurs visages. Des sorcières et des sorciers qu’elle avait accueillis, à qui elle avait assuré que leur cauchemar était terminé. Et voilà qu’ils étaient morts. Elle avait envie de crier, de pleurer, de tout abandonner. Les flammes lui semblaient un salut plus doux que de vivre avec cette culpabilité…

Mais la jeune fille n’eut pas le temps de se laisser aller ainsi. Une née-moldue aux cheveux bruns, avec qui Nyneve avait longuement discuté la veille, venait de voir sa baguette s’envoler de ses mains. Un Mangemort se trouvait face à elle. La blonde comprit instantanément qu’il allait l’achever. Elle tenta le tout pour le tout et cria : « Bombarda Maxima ! »

Lancer : réussite du sortilège, 1 étant « rate la cible » et 10 « explose la cible » -> 4

Nyn réussit à atteindre sa cible, mais malgré les lacérations qu'elle pouvait apercevoir à travers les déchirures de sa robe de sorcier, elle savait qu'elle ne l'avait pas neutralisé. Elle se précipita vers la sorcière d'ascendance moldue et la releva d'une main. « FUIS ! » cria-t-elle à la jeune sorcière brune. Elle n’eut pas l’occasion de voir si la sorcière avait pu quitter le champ de bataille, puisque Lily la saisit par le bras. Sans même qu’elle comprenne ce qu’il se passait, elle se sentit traînée par son amie. La poussière et les flammes l’empêchait de bien voir leur destination, mais elle faisait confiance à la rousse. Puisque Lily était concentrée à l’avant, Nyneve voulait assurer leurs arrières. D’ailleurs, un Rafleur la regardait d’une manière qui la fit frémir, et un grand sourire carnassier s’étirait sur ses lèvres. Sa baguette se leva, et instinctivement, la jeune fille fit de même. « Protego ! » Le bouclier magique apparut juste au bon moment pour dévier le sortilège. Et alors que le Rafleur allait riposter, une poutre enflammée s’écrasa sur lui dans un bruit sourd. Un de moins, mais il en restait d’autres encore. Beaucoup plus que de nés-moldus encore debout.

Nyneve entrevit alors la brèche vers laquelle Lily les entraînait. Effectivement, fuir était leur seule solution maintenant. C’était ça, ou mourir. Mais elles n’étaient pas au complet, elles ne pouvaient pas partir. « ELENA !!! » Mais où était passée la jeune femme ? Quelques instants plus tôt, Lily l’avait libérée de son sortilège de Stupéfixion, elle ne devait donc pas être loin ! Mais Nyneve n’eut pas le loisir de chercher plus longtemps son amie. Elle sentit Lily tirer sur son bras. Elle sentit la mansarde trembler et s’effondrer. Elle se sentit décoller du sol, pour atterrir un peu plus loin. Et surtout, elle sentit les flammes lécher son corps. La suite se résumait en un seul mot : chaos. De toutes parts, on entendait les cris. Les sorciers des deux camps s’étaient retrouvés ensevelis sous les débris de la maison. Et le feu continuait son œuvre, ne faisant aucune différence du bois à la chair humaine. Une odeur terrible flottait dans l’air.

Mais Nyneve était bien trop occupée à lutter contre la douleur qui la terrassait pour faire attention au reste. Et pourtant, il y avait ce son qui la força ouvrir les yeux. Un chien qui aboyait. En pleine bataille, et devant un brasier géant. C’était surréaliste. Peut-être était-elle en train de mourir, et ce chien lui indiquait le chemin ? Il était si brillant, et son pelage avait l’air si doux… Nyneve tenait toujours Lily par le bras. Elles entameraient ce nouveau voyage ensemble. Étonnamment, cela apaisa la jeune fille, qui oublia momentanément le reste. Elle savait que ce gros chien les emmènerait en sécurité, dans un endroit calme et serein. Peut-être même allait-elle y retrouver sa famille ? Alors elle avança sa main libre vers le chien lumineux, mais au lieu de sentir son doux pelage entre ses doigts, elle se sentit aspirée par une sensation familière. En une seule seconde, les bruits s’atténuèrent, les odeurs disparurent, le paysage changea. Nyneve s’agrippa encore plus à Lily d’une main, et au chien de l’autre. Elle se sentit tomber, son cœur se souleva alors que le vent battait ses cheveux contre son visage. Et puis elle atterrit sans trop de délicatesse sur une surface dure. Plus de bruit, plus d’odeur de mort, plus de flammes. Lily et Nyneve étaient sauvées.

_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.


Dernière édition par Nyneve McKinnon le Lun 10 Déc - 13:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 224
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar
Le membre 'Nyneve McKinnon' a effectué l'action suivante : Lanceur de sorts


'Action Event' : 4

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 97
Date d'inscription : 06/10/2018
Age : 27
avatar
 

« a pure blood »

Nous étions prise au piège dans cette cabane en feu. J'entendais les cris de nombreuses victimes qui essayaient de fuir et je ne savais pas quoi faire. Dans quoi nous nous étions encore embarquée ? Je revenais à la réalité en me disant que nous ne pouvions sauver personne, nous devions maintenant épargner nos vies et fuir au plus vite de ce calvaire alors que les mangemort se rapprochaient de plus en plus. Leur nombre était impressionnant, nous étions clairement en sous effectif et que je savais si nous nous en sortirons toutes vivantes. la priorité allait à Nyn et Lily. Elles étaient trop jeunes pour mourir ainsi. Moi j'étais déjà épuisée par la vie, mon mari me manquait, le rejoindre ne serait qu'une délivrance de plus.

Alors que je levais ma baguette pour lancer un sort sur un mangemort un peu trop proche de Nyn, je n'ai pas vu le trait rouge qui fila vers moi. Avant même qu'un mot sorte de ma bouche, je m'effondrais au sol, incapable de faire quoique se soit d'autres. je ne sais pas combien de temps je suis restée dans cet état mais j'étais très engourdie quand ma vision se fit à nouveau. Je vis Lily à mes côtés alors que j'essayais de me relever. Ma baguette n'était plus dans ma main. Et un mangemort me tenait par le bras. Dans quel pétrin j'étais encore.  

"Fuyez, sauvez vos vies tant que vous le pouvez encore"

Le mangemort me tira un peu plus vers lui et malgré mes protestations je ne pouvais rien faire. Il était trop fort pour moi et il avait une baguette à la main. J'avais une très désagréable impression qui me fit frissonner l’échine. Je savais que je ne m'en sortirais pas cette fois-là. Je vis au loin l'ombre d'un patronus se dessinait alors que le mangemort à mes côtés criait que c'était un porteloin. J'espérais que les filles allaient avoir le temps de s'en emparer et de se mettre à l’abri. Un coup de pied dans les côtes me fit perdre pied sur ce qu'il se passait autours de moi alors que je gémissais de douleur. Je sentais la mort venir sur moi et j'avais peur, j'avais peur de souffrir. Je voulais partir vite.
L'homme me fit mettre à genou et je crus reconnaître sa voix, je l'avais déjà entendu quelque part.
Alors que son visage apparaissait à mes yeux je ne pus m'empêcher d'avoir un mouvement de recul. "Non...ce n'est pas possible, pas toi...Peter". Je compris trop tard que c'était lui le véritable traite. Dans un dernier mouvement, j'essayais de fuir face à lui mais il m'en empêcha une fois de plus. Mon visage n'était plus que terreur face à son regard froid. Je sentais le sadisme derrière ses yeux, l'enthousiaste et la gloire de tuer la traitresse que j'étais.

"C'est toi le véritable traitre Peter, un jour tu le regretteras". C'est les derniers mots que j'ai prononcé avant la souffrance ultime. Je ne me souviens pas très bien de ce qu'il s'est passé exactement. Je me souviens de la douleur infâme, de ma chair qui se déchire de mes os, de mes cris qui se brisent, de mes cordes vocales qui se détruisent. La souffrance était-elle que j'ai du m’évanouir à un moment. Et puis...plus rien. Que du noir qui m'entourait, que des cris que j'entendais alors que je n'étais plus vraiment là. Cela dura un bon moment avant que mes yeux ne voit autre chose. De la lumière, un énorme faisceau de lumière blanche qui s'étendait sous mes pieds. Derrière moi les cris et l'odeur du sang, devant moi la félicité tant attendu. J'observais au loin une silhouette qui s'approcha de moi à petit pas. J'étais comme bloquée par la peur et pourtant je savais que mon retour en arrière était impossible.
La silhouette s'avança de plus en plus et je redécouvris son visage. Nicholas...je suis restée sans voix. J'ai tellement attendu ce moment.

"Viens Elena, tout est fini, tu peux me rejoindre sans crainte, le bonheur nous attend au bout du chemin"

Je sentais ses bras qui se refermait sur moi et une douce chaleur m'envahit. J'avais l'impression de n'être plus qu'amour et de ne ressentir que la paix. Sa voix m'apaisait tellement. J'ai su à ce moment que j'étais morte sur ce champs de bataille, là bas. Que tout était fini, enfin. Que je l'avais retrouvé, pour toujours. La magie baignait autours de nous et se faisait encore plus lumineuse alors que je comprenais qu'une nouvelle aventure se dressait devant moi. Je refermais mes bras autours de son corps, échappant quelques larmes qui roulaient sur mes joues. Je pensais à mes camarades restaient là bas. Est-ce qu'ils allaient s'en sortir ? Est-ce qu'il allaient vivre. Je l'espérais au plus profond de mon être. Je voulais qu'ils gagnent cette guerre et que la souffrance dans l'autre monde se finissent enfin. Mais ce n'était plus mon combat, plus maintenant. Je ne pouvais que prier pour leur salut à tous. Je resterais dans le cœur de chacun, j'insufflerais l'espoir au creux de la nuit à ce qui le chercherait.

Maintenant j'avançais, main dans la main avec Nicholas vers le halo de lumière qui s'intensifiait devant nos pas. Et enfin je fis corps avec cette lumière... .

THE END 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Sujet commun] A pure blood action.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Sujet commun] Listes Undead 2000 points
» Kimiko ma Pure Neemo Himeno!!
» [Fantastique - Action] Priest
» [Hors sujet] Humour.com
» Recharger son titre de transport en commun avec son lapin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: . { . . . Grande-Bretagne . . . } . :: Irlande :: La Chaussée des Géants-