The supremacy of Pure Blood begin here.
Dans la nuit du 31 octobre 1981.
Attaque perpétrée par les forces du Lord: Peter Pettigrow tue le jeune Harry dans son sommeil pendant que James et Lily Potter sont aux mains des Mangemorts qui perquisitionnent le couple. Peter transplane avant de se faire repérer par ses amis.

Pendant ce temps …
Un groupe de chercheur en médicomagie présentent les résultats d’une étude sur le développement d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Personne n’entend parler de la mort du jeune Harry Potter... - Lire le contexte -
RèglementLa vielle magieLe sangPrédéfinisLes BottinsPartenariats
A savoir
# Forum dans l'univers de J.K. Rolling - Première guerre - Uchronie Dystopique - Monde adulte.
# Contexte évolutif, chaque personnage compte! Luttez pour la victoire de votre camps!
# Codage par Okhmhaka sur Never-Utopia; Images par Lüly (Eléonore); Codages supplémentaires par Sulpica;
Intrigue II
Suite à l’attaque du Chaudron Baveur par le ministère en quête de nés-moldus à emprisonner, le bilan des pertes est lourd. Remus Lupin, fidèle membre de l’Ordre a été emprisonné en sa qualité de Loup-Garou et se fait chaque jour torturer afin de lui sous-titrer des informations. Coup dur pour l’Ordre, dont l’information leur parvient grâce à Sulpicia Mulciber, la colocataire de Remus. Une opération de libération se profile à la prison de l’Abbey de Westminster. Leadée par Sirius Black, Nyneve Mckinnon, Peter Pettigrow et Sulpicia Mulciber s’infiltrent avec fracas dans la prison. Si Severus Rogue et Lucius Malefoy tentent de les arrêter, ils se retrouvent rapidement en position délicate grâce à l’arrivée du groupe de secours composée d’Arthur Weasley, Elena Dragomirov et Eléonore de Phily.
Le bilan est difficile pour les mangemorts. Non seulement Remus est sauvé, mais tous les prisonniers sont libérés et ce malgré l’équipe d’une dizaine de mangemorts et d’Aurors envoyés par le ministère. C’est une belle victoire pour l’Ordre, l’orage gronde au Ministère. Amycus Carrow est furieux, il va falloir payer les pots cassés...
Intrigue I
« Harry Potter est mort. L ‘élu a été tué. Le monde magique est proche de sa fin. Résistez ou fuyez! Harry Potter est mort! ». En ce beau matin de novembre 1981, la une de la gazette du sorcier aurait pu annoncer la tragique attaque de Goodrich’s Hollow. Les sorciers du royaume uni auraient pu se réveiller avec une nouvelle bien tragique, s’ils savaient qui était Harry Potter. Au lieu de cela, la gazette annonçait en sa première page la découverte prodigieuse d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Nul ne se doutait des terribles événements qui avaient eu lieu dans la nuit, relatés page 12 de la gazette dans un tout petit encadré : « Des Mangemorts perquisitionnent un couple suspecté de faire partit de l’ordre du phénix. Tournant au vinaigre, un enfant meurt durant l’intervention. ». Ni plus, ni moins, le jeune Harry James Potter était mort. La prophétie ne se réalisera jamais. Voldemort venait d’assoir son pouvoir en tant que 1er Ministre de la Magie.
1981; Grande-Bretagne
everything is falling apart

Partagez | 
 

 [Sujet commun] A very merry christmas to you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar

A very merry

christmas to you.

24 décembre 1981

Ils avaient besoin d’un break. D’un peu de douceur. D’un peu d’amour et de chaleur en cette période difficile de l’année. L’Ordre subsistait tant bien que mal. Bon nombres de leurs membres baissaient les bras. L’arrestation récente de Remus Lupin avait porté un coup à ceux qui étaient proches de lui…  A ceux qui se trouvaient encore trop faible. A ceux, qui perdaient espoirs jour après jour. Le résultat de sa torture et l’état dans lequel il avait été sauvé, mourant, fragile, avait secoués les fondations de l’organisation illégale.
Ils avaient besoin d’un break. Vraiment. Alors, certains proposèrent d’organiser un repas de noël pour les membres de l’Ordre.  Le QG de Près-Au-Lard était suffisamment protégé pour cela. Tous pourraient venir passer une après-midi et une soirée légère, sans forcément parler de leur guerre contre le Régime. C’était ce dont ils avaient besoin. La légèreté. Ils avaient besoin de se serrer les coudes. D’être proche les uns des autres.

L’immeuble était composés de deux étages agrandit par magie. De nombreuses chambres servaient de point pour ceux qui étaient activement recherchés par le Ministère, une infirmerie de fortune s’y trouvait aussi. Et au rez-de-chaussée, un hall donnait sur une cuisine dinatoire et un immense salon dont l’âtre semblait réchauffer toute la maison. Il y faisait chaud, les fenêtres étaient couvertes de buées et de givres. L’on pouvait apercevoir la neige tomber sur les rues passantes du village. De l’extérieur, l’on ne voyait qu’une simple famille de sorcier vivre simplement. Des décorations de noëls étaient accrochées dans l’encadrement des fenêtres qui donnaient sur la rue et le jardin du petit immeuble. Un sapin trônait dans l’entrée, un nombre de cadeau conséquent se trouvaient à son pied. Le salon était composé de plusieurs canapés et d’une grande table montée et décorée pour la soirée. Un tapis sur lequel jouaient les enfants Weasley avait été posé sur le paquet face à la cheminée entre les canapés.
Toute la maison avait été mise au gout de cette fête familiale et sentait bon les pâtisseries et la cuisine qui grondait sous la préparation des plats. Bientôt, tous les membres, anciens ou récents de l’Ordre allaient arriver. Lily et Sulpicia avaient préparés un bon repas pour tout le monde, ainsi que de nombreuses boissons. L’ambiance était là. Les sourires et les rires des enfants aussi.



✵MISES EN BOUCHE ✵


Petits fours en tous genres : Toasts au foie gras de troll – Toasts au saumon – Œufs de dragons mimosa – Mini tourtes au bœuf et aux rognons – Vifs d’or (fromage blanc entouré de cacahuètes écrasées)
Verrines : Cœur de dragon et guacamole – Légumes et houmous.
Champagne plus que pétillant, fumant dans les coupes, avec un bonbon Fizwizbiz plongé dans chaque coupe  – Mojito et autres cocktails amusants

✵ENTRÉE ✵
Plateau de fruits de mers et ses accompagnements – Potage au potimarron végétal.
Vin blanc français (sec et moelleux) et vin d’ortie en accompagnement.

✵PLAT PRINCIPAL ✵
Dinde farcie de marron accompagnée de pommes de terre sautées, purée de céleri et purée de potimarron.
Pour les végétariens : Rôti de châtaignes et de noix (sauce champagne).
Vin de sureau à disposition.
Hypocras
(Jus de citrouille, jus d’œillet et limonade à la cerise pour les plus sages).

✵DESSERTS ✵


Buche de noël saupoudrée d’épices de fée du Canada – Tarte à la mélasse – Tarte à la citrouille – Pudding de Noël – Choux à la crème – Fondants du Chaudron

✵DIGESTIFS ✵


Whisky pur feu – Xérès – Hydromel aux épices – Rhum brun – Rhum blanc

Champagne a volonté.





Plan de table :


HRP: sujet commun non obligatoire!





Lily écrit en #C34444
Sulpicia écrit en MediumVioletRed
Sirius écrit en Teal
Sadie écrit en (pour le moment) #EEEEEE
Severus écrit en Vert du forum
Nyneve écrit en deeppink

_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 107
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 24
avatar
All I want for Christmas is...
ft. the order of the phoenix

« I just want you for my own, more than you could ever know. Make my wish come true, all I want for Christmas is you. »
« Tout est prêt ? » D’un regard complice, Lily avait posé ses yeux sur la belle Sulpicia, arrivée à sa hauteur, dans une magnifique robe dorée. La jeune Mulciber était à l’image de cette soirée : gold. Pour la première fois depuis des mois, les membres de l’Ordre avaient mis les petits plats dans les grands. C’était l’un de ces menus à rallonge comme l’on voyait dans les restaurants moldus, pour les fêtes de fin d’année. Les nombreuses décorations donnaient une seconde vie à l’immeuble étiré par la magie et rendait l’endroit bien plus chaleureux que d’habitude. Aux frais de la jeune Mulciber, avec la participation de bien des membres de l’Ordre, tout avait été mis au point pour passer une soirée paisible, dans la joie et la bonne humeur.

Ce matin-là, la rouquine s’était levée tôt pour rejoindre le quartier général. A l’aide de Sulpicia, elle avait arrangé du bout de sa baguette magique la pièce principale ainsi que la cuisine, pour que tout se passe dans les meilleures conditions. Les deux jeunes femmes avaient pensé à tout, même à prendre un peu d’avance. Entre deux préparations de plats, c’était des cocktails qu’elles se descendaient au fur et à mesure des heures. Après tout, il n’était jamais trop tôt pour l’apéro. L’Ordre avait bien besoin d’un peu de repos, d’un peu de chaleur, juste le temps d’un soir, avant que les hostilités ne reprennent sans doute. Elle-même ne savait pas si elle était prête à porter un masque durant toute la soirée, étant donné la tournure des événements de ces derniers jours. Depuis la mort de leur fils, James et elle passaient le plus clair de leur temps à se tirer dans les pattes, à se distancer l’un de l’autre, tout en restant proches. C’était une sorte de paradoxe étrange, auquel aucun membre de l’Ordre ne cherchait à prendre part, de peur de les voir tous les deux se retourner contre eux. A côté de cela, l’Ordre avait accueilli quelques réfugiés supplémentaires, dont Sulpicia, avec qui Lily avait fini par s’entendre, mais, surtout, Hannah Spellman, ladite amie de Severus Snape, dont les dernières paroles prononcées en date lui restaient en travers de la gorge. Mais, malgré cela, malgré tous ces événements qui lui donnaient la gerbe, à des degrés différents, aujourd’hui était un jour différent. Il fallait faire semblant, au moins ce soir.

Les uns après les autres, les membres de l’Ordre du Phénix arrivaient dans le quartier général. Pour l’occasion, ce dernier avait été décoré de la cave au plafond, dans la démesure totale, comme si les décorations de Noël allaient réussir à faire oublier à chacun d’eux que les temps se faisaient sombres. Ainsi, dans le petit hall d’entrée, des boules de Noël et des guirlandes volaient dans les airs, traçant un chemin jusqu’à la pièce principale, par un enchantement du matériel qui semblait réussir à la jeune Lily. La rampe d’escaliers était entourée de lumières et de décorations, du départ de celle-ci à sa fin au dernier étage. Mais ce qui restait le plus marquant était la pièce principale, où d’un côté se trouvait la grande table et, de l’autre côté, un espace avec des canapés pour prendre l’apéritif et, pourquoi pas, les boissons en fin de repas.

James était arrivé, lui aussi. Exceptionnellement, elle s’était déplacée sans lui, pour perfectionner les préparatifs de dernière minute. Cependant, son cœur manqua d’un bond en l'observant arriver, comme à chaque fois qu’elle le voyait faire irruption dans la pièce. Son charme naturel ne manquait pas de lui réchauffer le cœur. A son arrivée, elle lui avait souri après un doux baiser sur ses lèvres, voyant néanmoins dans son regard la même once de tristesse que celle qui l’avait parcourue toute la journée : le premier Noël sans leur seul et unique enfant, l’envie de rester sous les couvertures, dans le calme, à deux, plutôt que d’affronter les joies et festivités communes, comme si de rien n’était, comme si la vie allait continuer son rythme normal, comme si Harry n’avait jamais existé. Un dernier échange de regards et James allait rejoindre les autres. « Attends… » souffla-t-elle. D’un geste délicat, elle remit le col de cette chemise qui le rendait bien élégant, puis eut un léger soupir qu’elle voulut discret, comme pour lui annoncer que la mascarade allait commencer. Tout autant que lui, elle n’était pas certaine d’avoir envie de faire la fête. Mais, pour toutes ces personnes qui s’étaient montrées présentes pour eux ces derniers temps, elle allait le faire. Si leur petite famille se retrouvait brisée depuis la fin du mois d'octobre, ils avaient, l’un comme l’autre, trouvé par extension une seconde famille parmi les membres de l’Ordre. Du moins, la plupart d’entre eux.

Elle mit quelques secondes avant de suivre les pas de James. Prenant une grande inspiration, elle jeta un dernier coup d’œil à son reflet dans le miroir dans le hall d’entrée. Le teint pâle, les cheveux ondulés tombant en cascade, les traits fatigués, les coups et blessures sur son visage et ses bras légèrement camouflés par le maquillage de Sulpicia, l’air triste. Voilà à quoi ressemblait la rouquine dans sa longue robe à la couleur argent. Un sourire à elle-même et elle tourna les talons pour se fondre dans la masse des membres de l’Ordre déjà arrivés. Sur le rythme de la mélodie lancée dans la pièce principale, Lily zigzagua sur la pointe de pieds, entre les plateaux de coupes de champagne flottant dans les airs, en prenant une au passage pour l’enfiler cul-sec, sans se poser de questions. Que les festivités commencent !
(c) DΛNDELION

_________________

Sweet Little Lily
stone, the world is stone, cold to the touch and hard on the soul. in the gray of the streets, in the neon unknown, i look for a sign that i'm not on my own, that i'm not here alone.



Dernière édition par Lily J. Potter le Jeu 13 Déc - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 844
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar

A very merry christmas to you.
ft. Order of Phoenix


Arrivée de bonne heure, Lily m’avait rejointe dans la cuisine de l’Ordre alors que je buvais un café, ma baguette magique en main. Je finissais de décorer le hall lorsque la jeune femme était apparue dans celui-ci. Ce matin là, le quartier général était calme, endormi, nous permettant de finir d’organiser les préparatifs. Nous avions passés l’après-midi à cuisiner, n’oubliant pas d’arroser la dinde qui cuisait à petit feu tout en continuant les préparatifs. Il n’était pas 15heures de l’après-midi lorsque je sortis un mélangeur à cocktail, préparant quelques cocktails sous le regard hébété de la rousse. Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres, lui proposant d’un air mutin : « Allez, prend un martini ! » Avais-je lancé en préparant deux verres. La jeune femme semblait hésitante, mais mon sourire l’encourageait à me suivre dans ma folie.

Noel était arrivé. Je ne comptais plus les jours au sein de l’Ordre. Je ne voulais pas y penser, voyant les heures défilées lentement lorsqu’il n’y avait aucune animation au sein de la maison. Elena n’était plus, bien que je ne lui avais presque jamais parlé, elle avait laissé un vide avec sa mort… Mais fut rapidement remplacée par Hannah Spellman, une jeune femme ayant commencé des études de médicomagie, pour abandonner du à son statut de né moldu. Le monde ne tournait pas rond… Mais le calme était revenu depuis le départ d’Eléonore en France pour noël. Elle était partie, me laissant un pincement au cœur. Je me doutais bien qu’elle ne voulait pas rester de ma faute. Elle était mon amie. Une amie qui se sentait trahie par mon passé et par mes sentiments envers Sirius. Qu’y pouvais-je, si la jeune femme ne savait rien nous concernant ?
Ecrasée par une culpabilité que je n’aurais jamais du ressentir, je n’osais plus la regarder dans les yeux, l’évitant le plus possible. Pouvait-elle sentir le mal-être que je vivais en sa présence ? Je ne voulais pas la perdre, c’était mon amie… Je ne voulais pas choisir entre elle et Sirius, sachant au fond, que si je le devais… je la perdrais. Et je ne pourrais jamais revenir en arrière.

Je tentais de ne pas y penser tandis que je tournais les verres à cocktails dans du sucre et du sirop pour décorer les bords de ceux-ci, sous le regard presque étonné d’Evans, de me voir si alaise dans une cuisine. « Ce n’est pas parce que je suis une sang-pur que je ne sais pas cuisiner, tu sais. » Lui lançais-je, moqueuse. Je sentais son regard sur moi. Me relevant, satisfaite de voir que tous les verres avaient été fait. J’observai la rousse, elle était encore pale et semblait fatiguée. Je lui donnerai un remontant, espérant que celui-ci lui donne un peu plus d’énergie et de volonté pour passer un bon moment ce soir. J’étais persuadée que, tout ce dont elle avait besoin, c’était de se réconcilier avec James. « Je vais aller me préparer. »  L’informais-je en partant avec un des cocktails.

Une fois dans ma chambre, je sortis de mes affaires une longue robe doré, avec une fleur noir en velours sur le devant. C’était une robe que je n’avais encore jamais portée, une robe que mère avait espéré que j’enfile pour l’annonce de mes fiancailles avec Amycus. Evidement, je ne l’avais pas enfilé. Me refusant de me plier aux exigences des autres sang-purs. La robe me mettait clairement en valeur. Un décolleté plongeant, ma taille marquée confirmait le bon gout que possédait ma mère lorsqu’il s’agissait de me trouver des robes du soir.
Un léger maquillage vint combler le tout et je m’attachai les cheveux pour me dégager le visage. Reprenant ma coupe, j’allais descendre demander à Lily de fermer le dos de ma robe, mais tomba nez à nez sur Sirius.
Mes yeux, s’accordant à la couleur de ma tenue, étaient toujours aussi incontrôlables lorsque je le regardais. Mon cœur se mit à battre la chamade, soulevant plus régulièrement ma poitrine. Par la barbe de Merlin, pourquoi me faisait-il toujours autant effet ? Me mordillant la lèvre inférieure, je ne pus m’empêcher de l’observer quelques instants. Son costume lui allait à merveille, il ne portait pas de cravate, sa chemise était légèrement ouverte, me laissant apercevoir quelques tatouages qui ornaient sa peau. Je ne savais pas qu’il avait finalement usé des dessins que je lui avais envoyés. C’était des runes de protections. J’avais les mêmes en haut de la nuque camouflée comme tous mes tatouages sous mon don... A l'exception de mes phallanges. Je ne pus m’empêcher de déposer la main sur son torse, dessinant du bout de mes doigts tatoués la rune qui dépassait. Coupant le contact au bout de quelques secondes, je relevais mes grands yeux dorés, vers lui, tirant mes cheveux en avant pour me retourner. « Tu veux bien fermer ma robe Rius ? » Murmurais-je. Je l’avais appelé Rius, et non Black, comme je le faisais depuis mon arrivée au sein de l’Ordre. J’avais désespérément tenté de mettre une distance entre nous… revenant irrémédiablement vers lui.


« Tout est prêt ? » me demanda la sorcière lorsque je revins dans la cuisine, mes yeux dorés se posant sur elle.  « Oui, tout est prêt. » La rassurais-je en vérifiant l’état de la dinde. Elle était encore bien dorée et n’avait pas besoin d’être de nouveau arrosé. Buvant cul sec mon cocktail, je fis volé les plateaux avec les petits fours vers le salon et m’y rendit, portant un plateau avec les verrines.  Lily, quand à elle, rejoignit James qui venait d’apparaître dans le hall. Moi, je me faufilais avec le plateau… Passant comme je le pouvais pour aller le déposer sur la table qui était déjà dressée.
Une fois le plateau posé, je me retourna, entendant Remus parler à quelques mètres de moi. J’allais le rejoindre, lorsque, j’huerta … Sirius. Je m’étais retournée trop vite, ne faisant pas attention aux personnes qui passaient dans mon dos. Mes yeux virèrent de nouveau au doré. Mon souffle fut coupé un instant… Fuyant le plus rapidement possible pour retourner dans la cuisine récupérer d’autres plateaux de verrines.



_________________

- Sans rire c’est plus facile de rêver-


Dernière édition par Sulpicia I. Mulciber le Sam 15 Déc - 21:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 24
avatar
A very merry christmas to you

Our hearts grow tender with childhood memories and love of kindred, and we are better throughout the year for having, in spirit, become a child again at Christmastime


En Irlande, il avait parfois du mal à faire la part des choses le Black. En vérité, il avait eu les yeux posés durant des heures sur la petite montagne de cadeaux. Il les avait achetés tout le long de l’année. Le dernier datait du treize octobre. Il la regarde une nouvelle fois, en laissant un soupir grave et une larme filer sur sa joue. Tout ça pour rien. Il aurait bien mis un coup de pied dans la pile. Hélas, malgré les présents à ses pieds, il avait remplacé le prénom d’Harry par ceux des enfants Weasley ou bien par celui de Nymphadora. Laissant ses mains fermer sa chemise, sauf deux boutons du col. Laissant une rune wunjo se dessiner à l’encre noire sur son torse. Cette rune qu’il avait faite pour renforcer les liens avec sa famille adoptive : l’Ordre et les Potter. Cette rune qui lui permettrait de trouver un jour le bien-être et la joie qu’il refusait d’obtenir. Il soupire une nouvelle fois quand Sadie frappe à sa porte. S’il était prêt. « J’arrive. » Qu’il lance en donnant un coup de baguette sur les paquets afin qu’ils atterrissent sous le sapin préparé dans la semaine. Cette soirée, ils avaient décidé tous ensemble – plus ou moins – de la faire afin de profiter de Noël de la joie que cela devait apporter. Il allait tenter de le faire. Et pourtant quand il rejoint Sadie dans l’entrée de leur maison, il sourit. « Fidèle à toi-même. Black. » Il a un sourire en coin. C’est vrai, de la veste aux chaussures, ce qui n’était pas noir, c’était sans doute la couleur de sa peau. « Et toi dont ? » La rouquine avait le don d’être ce qu’elle était. Et il avait de la chance de l’avoir dans sa vie. Il prend son bras et transplane dans la QG.

Ça sentait bon. Tout sentait atrocement bon même. La nourriture, c’était l’un de ses péchés mignons. Évidemment, il lâche Sadie, alors que déjà énormément de monde est présent. Tout le monde était là. Il s’approche même de Ted et Andromeda. « T’es venu ! » qu’il lance au né-moldu en riant. Alors qu’il embrasse sa cousine sur la joue d’un geste tendre. Jusqu’à demander. « Où est Dora ? » SA petite cousine était l’un des enfants qu’il chérissait le plus quoiqu’il en dise. Après elle, il y avait eu Harry. Mais Harry… C’était un prénom auquel il ne souhaitait pas penser ce soir. La petite était à l’étage en train de courir, après il ne sait, lequel des rouquins Weasley. Et pourtant… Quand il monte quatre à quatre les marches, c’est sur la blonde Mulciber qu’il tombe. Son regard… De l’or. C’était ce qu’il aurait voulu dire également. Une chance que Léo n’était pas là ce soir… Sinon Merlin sait quel genre de crise elle aurait pu piquer. Cependant, il ne tressaille pas lorsque sa main dessine la rune qu’il avait sur le torse. Il a juste un vague sourire. C’était elle qui lui avait envoyé toutes ces runes. Évidemment qu’elle savait ce que c’était. Puis elle se retourne la robe ouverte dans le dos. « Tu veux bien fermer ma robe Rius ? » Il sourit, en laissant glisser son index le long de sa colonne vertébrale avant de relever le zip de la robe. « Ceci étant fait, Pia, je cherchais une autre femme, environ huit ans, les cheveux qui changent de couleur régulièrement. » Nymphadora était une part importante, la famille en était une. Elle le savait. « Tu m’excuses. » Fait-il en la contournant alors que la petite tornade s’accroche à sa jambe et qu’il la prend dans ses bras. Il n’était pas père, mais peut-être qu’il aimerait ce rôle malgré tout.

D’un regard en coin, il voit sa blonde s’éloigner. Elle avait plus de choses à faire que lui. Alors qu’il garde la petite Tonks contre lui, pour redescendre dans la salle occupée pour l’occasion. Cherchant James et Lily est yeux, puis Remus et Peter qui n’était pas loin. Il repose la petite à la demande de sa mère, prenant du champexplosif dans une coupe que Sadie lui tendait. Il vient serrer le Potter par les épaules en souriant. « Les filles ont bien fait ça cette année, par Merlin, c’est pas mal joli. Tant que Lily nous empoisonne pas avec la dinde mon vieux, je suis prêt à goûter à tout. » Peut-être que la petite Evans l’entendait, mais c’était son amie la plus chère, la meilleure sans aucun doute. Comme James était son frère, Lily était sa sœur. Mais il est un peu étonné de voir Snape ici avec l’autre rouquine. Celle-là, il en avait entendu parler. Des bruits de couloir. Mais pas mauvais bougres, ils leur adressent un signe de la tête en guise de salutations. Qu’importe s’ils y répondent ou pas. Pourtant, il pose son verre, demandant au Potter, puis à ceux autour. « Un autre verre ? » Dit-il alors que le petit Percy vient demander aux grands s’il peut aussi en avoir. Sirius rit de bon cœur, ajoutant un regard à Arthur. « Vois ça avec Papa d’accord ? » Toujours renvoyer les enfants vers Papa, car Maman était sans doute occupée avec la petite Ginny. Alors qu’il se retourne, c’est une Sulpicia qu’il lui atterrie dedans. Les mains vides, encore une chance. Pourtant, elle fuit dans la cuisine aussi rapidement que possible. Le Black lance un regard à James, comme à Lily, puis à Remus. Peter et les femmes n‘en parlons pas. Même parfois Sirius avait du mal, mais là. C’était si clair qu’il avait préféré devenir aveugle. Pourtant, il hausse les épaules, et la rejoint rapidement dans la cuisine. Ajouta un simple. « Si tu comptes faire la boniche toute la soirée faillait le dire. Qu’est-ce qui y a encore à apporter ? » Qu’il demande en posant la coupe quelque part sur un plan de travail. Puis finalement, il murmure près d’elle. « Cette robe… elle te va bien. »


CODAGE PAR AMATIS

_________________
Back in black
Yes I'm back in black
this fucking dimple will rule the world


Dernière édition par Sirius Black le Ven 14 Déc - 0:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 16/11/2018
Age : 27
avatar
 

« A mery christmas »

Noël...le manteau de neige d'un blanc majestueux avait une fois de plus recouvert le château de Poudlard. J'aimais particulièrement la neige, elle offrait un paysage enchantée tinté de magie dans l'air. J'aimais le froid mordant qui me prenait les joues, la bise délicate qui courrait dans les couloirs du château. Les élèves semblaient tous plus joyeux, se pressant les uns contre les autres dans une tentative pour se réchauffer, s'enthousiasmant du tableau magique que leur offrait la décoration faite par le professeur Flittwick. C'était la première fois depuis trois ans que j'allais passer noël en dehors. Habituellement, coincé entre le professeur Mcgonagal et Albus, je devais supportais ses incessantes blagues, son énergie débordante et ses bonbons aux citrons. Le vieux fou était le père noël à lui tout seul. Les quelques élèves qui restaient au château passaient le réveillon en notre compagnie, réunit autour d'une même tale, dégustant les mets délicieux que les elfes s’étaient attelé à préparer.  

J'étais mal à l'aise de les quitter aujourd'hui, moi qui habituellement devait supporter le corps professoral restant et qui cherchait à retourner à ses cachots dès que le temps me le permettait. Ce soir s'était différent. L'Ordre avait tenu à organiser une fête pour se retrouver tous ensemble, à l'aube d'une guerre terrible qui faisait rage au dehors, comme pour oublier l'espace d'un instant le destin funeste qui nous attendait.
J'ai tenu à faire un effort particulier ce soi. Mes longs cheveux noirs étaient attachés par un ruban vert émeraude derrière ma nuque. Ils semblaient d'aspect lisse, soyeux et propre pour une fois, les vapeurs de potions n'étant pas venu entacher leur nature habituelle. J'avais enfilé une chemise blanche, légèrement entrouverte d'un bouton au niveau de la naissance de mon torse, sortant de l'ordinaire de mes robes de sorciers noires. J'avais enfilé un pantalon de costume, d'une couleur d'un noir intense, surmontée d'un veston de la même couleur que mon ruban. Le tout se finissait par une redingote tout aussi noire que mon pantalon, laissée ouverte et tombant élégamment sur mes hanches. J'en surprendrais plus d'un à prendre soin de moi pour une fois. Je voulais faire un effort, montrer que le sombre Snape pouvait être quelqu'un d'autre  l'espace d'une soirée.

Je me dirigeais à pas vif vers les grilles du château, le froid me rougissait les joues. La devanture de la maison semblait calme, comme si personne n'était présent mais quand j'ouvris la porte, des effluves de nourriture me chatouillèrent les narines. L'odeur était délicate, douce et je sentis mon ventre gronder légèrement. Je n'avais pas pris la peine de manger le midi même. De léger chants de noël rendait l'atmosphère joyeuse, malgré le décès brutal d'Elena il y a quelques jours et le destin tragique du jeune Harry. J'appréhendais à quitter le vestibule quand mon regard croisa celui d'Hannah. Je m'approchais d'elle, la regardant dans les yeux. Elle était magique à mes yeux, ses cheveux roux ressortant la couleur de sa robe. Elle semblait se remettre petit à petit de ses blessures. J'étais rassuré de la savoir ici plutôt que dehors dans le froid, à attendre un client dégénéré de plus et manquant de se faire tuer à chaque instant. "Hannah...tu es...tu es très jolie ce soir". Je n'ai jamais été très doué avec les femmes et je savais qu'elle m'en voulait encore pour mes non dits. J'espérais que ce soir cela soit différent, que nous pourrions mettre de côtés le négatif pour profiter ensemble de la soirée. Je déposais un léger baisé sur ses doux cheveux pour la saluer, profitant un tout petit instant de sa chaleur qui me manquait parfois la nuit. Je ressentais une profonde affection pour elle mais je n'étais pas prêt à en parler.

J'appréhendais particulièrement de voir Lily, la sachant plus que blesser par les derniers mots que je lui avais adressé. Les siens m'avaient une fois de plus brisé le cœur mais je ne pouvais m'en prendre qu'à moi même. Je quittais Hannah brusquement pour me diriger seul vers la pièce principale. De nombreux plats flottaient en l'air, Sulpicia c'était surpassée ce soir. Je pris un petit four qui me sembla appétissant, l'engloutissant tout en découvrant Lily Evans à quelques pas de moi. Un autre battement rata mon cœur. J'aurais voulu la saluer comme une vieille amie mais je n'en avais pas le droit. Je vis Potter pas loin qui me lança un regard des plus noir, comme pour me défendre d'approcher sa dulcinée. Je vida une coupe de champagne qui passa à mes côtés, j'allais avoir besoin d'alcool pour me détendre ce soir. Je me ne sentais pas à ma place, comme me l'avait si bien dit Lily. Je ne serais jamais à ma place ici. La moitié de la pièce ne me faisait pas confiance, pensant encore que j'étais à la solde de Voldemort alors que je sacrifiais ma vie chaque jour pour rattraper mes erreurs. J'étais habitué à ce que les gens ne m'apprécient pas et évitent ma compagnie.

Je restais là, planté dans un coin après trois verres de champagne engloutis. Les bulles montèrent légèrement à ma tête. Je semblais mal à l'aise au milieu de cette foule joyeuse. J'étais droit comme un piquet, les mains ancraient dans mes poches, attendant que quelque chose se passe, que quelqu'un m'approche. Je me sentais plus que seul. Étais-ce une si bonne idée de venir fêter noël ici ?
Je vis Pia à ma droite qui semblait bien joyeuse. Elle devait avoir sacrément commencer la boisson avant tout le monde. Je m'avançais vers elle d'un pas sûr, surement un peu en titubant mais je ne m'en rendais pas compte. Une 4ème coupe de champagne dans les mains. "Aux amours déçus Su ? Tu es resplendissante ce soir. Tes petits four sont excellents. Merci de m'avoir invité même si je ne me sens pas à place ici."  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 100
Date d'inscription : 21/10/2018
Age : 21
avatar
Elle était dans le manoir des McKinnon. Assise, au milieu du salon, face à l’immense cheminée dont l’âtre était vide. Vide. C’était ce que Nyneve voyait, mais également ce qu’elle ressentait. D’ordinaire, à cette période de l’année, le manoir était paré de décorations lumineuses, de guirlandes et d’étoiles. Un immense sapin était installé dans le salon, et des dizaines de cadeaux jonchaient le sol. Chez les McKinnon, on ne fêtait pas Noël à moitié ! Mamie Moïra passait des heures derrière les fourneaux, souvent aidée de Nyneve et de sa tante Phyllis. Le gramophone était allumé, et les chants de Noël résonnait dans la maison. Le soir du Réveillon, le repas se poursuivait pendant des heures, jusqu’au fameux moment de l’ouverture des cadeaux à minuit. Et puis tout le monde allait se coucher, pour se retrouver le lendemain matin avec un petit-déjeuner pantagruélique.

Mais tout ce qu’il restait, c’était une odeur rance et une lumière grise. Une épaisse couche de poussière également. Nyneve avait épousseté les photos qui ornaient les murs et les meubles. Ses larmes ne pouvaient s’empêcher de couler en voyant la photographie de leur dernier Noël. Ils étaient déjà tous en fuite, mais gardaient le sourire. Cette année, elle serait seule sur la photo. Elle glissa la photo dans son sac de toile et grimpa à l’étage de l’aile ouest, là où se trouvait sa chambre. C’était encore une chambre d’enfant, qu’elle avait assez peu habité depuis son entrée à Poudlard. Du rose, des posters, plein de babioles. Elle n’était plus rentrée ici depuis une éternité maintenant… Elle ouvrit sa penderie et constata que ses vêtements étaient toujours là. La plupart étaient dans son appartement à Londres, mais ses tenues de soirées étaient toutes restées ici. Sans grand entrain, elle en prit une presque au hasard et la rangea dans son sac. Elle quitta ensuite sa chambre, ne voulant pas s’attarder ici une seconde de plus.

Quelques instants plus tard, elle réapparaissait dans la cheminée des Weasley. Elle n’eut même pas le temps de taper ses vêtements pour enlever la poussière qu’elle du saisir au vol un George menaçant de faire avaler un œil de crapaud au petit Ron. Le plus âgé des deux rouquins se débattit dans ses bras, mais elle tint bon et le ramena jusqu’à sa mère avec un air faussement contrarié. Elle jeta un œil à Molly, qui était déjà fort occupée avec Ginny pour lui faire enfiler sa petite robe de soirée. Elle embarqua alors George avec elle, jusque dans la chambre que les Weasley lui avaient adorablement préparée pour elle. « Nyyyyyyyyyn laisse-moi je veux jouer ! » geignit le petit garçon.
« Pas question, ta mère est déjà bien occupée. Tiens, enfile plutôt ta tenue de soirée.
- Beurk, je veux pas. Je peux me déguiser en dragon ? Ou en nain de jardin !
- George, c’est Noël, pas le Carnaval…  
- Alors en prince ! Et toi t’es la princesse. » Le petit chenapan gratifia Nyneve d’un sourire adorable et d’un regard innocent. « Seulement si tu t’habilles sans me causer de problèmes ! »  

Etonnament obéissant, le petit garçon enfila la tenue que lui avait préparé sa mère, puis fila dans le couloir en faisant promettre à Nyn de l’appeler quand elle aurait mis sa robe de princesse. La jeune fille esquissa un sourire. Décidément, heureusement que les petits Weasley étaient là. Leur innocence, leurs jeux, leurs rires. Tout ça permettait à la jeune fille d’oublier le reste. L’attaque, ses blessures, Elena, les nés-moldus, sa famille. Mais ce soir, elle serait entourée d’adultes. Elle n’était pas retournée au QG depuis que Sanders et Sulpicia l’avaient autorisée à finir sa convalescence chez les Weasley. Molly se chargeait d’assurer les quelques soins dont elle avait encore besoin, et tentait de la ménager. Mais Nyn préférait largement s’activer et s’occuper des enfants, plutôt que de rester encore et encore à ruminer ce qu’il s’était passé, seule dans sa chambre. Elle avait voulu en parler à Leo, mais cette dernière était rentrée en France, pour s’éloigner de l’ambiance pesante du QG…

Elle entendit Molly l’appeler d’en bas. « J’arrive ! » Elle ajuste sa robe, ornée de rayures blanches, noires et vertes et enfila une veste chaude, autant pour se protéger du froid que pour cacher ses brûlures, encore à vif. Elle qui aurait passé des heures à se préparer auparavant s’était contentée d’un léger maquillage des yeux et des lèvres, et elle avait laissé ses cheveux libres, qu’elle avait d’ailleurs dû couper puisqu’ils avaient été abimés par le feu. Elle descendit les escaliers biscornus du Terrier et fut accueillie par un Fred qui s’exclama « Waouh t’es trop belle Nyn ! », rapidement poussé par son jumeau qui cria « C’est MA Nyn ! » La jeune fille eut un sourire amusé. « Arrêtez de vous disputer, c’est Noël ce soir. Il faut profiter de ces beaux moments, d’accord ? » Les jumeaux acquiescèrent vaguement, ne comprenant pas vraiment ce que voulait leur dire Nyneve, du haut de leurs trois ans et demi.  

Une fois arrivée au QG de l’Ordre, les lumières, les bruits et le monde oppressèrent Nyneve. Elle eut un mouvement de recul, comme si elle ne se sentait pas encore prête à affronter tout ça. Elle se sentait encore coupable de la mort de tous ces nés-moldus. Et de la mort d’Elena. Et en même temps, elle en voulait malgré elle à ceux qui ne leur étaient pas venu en aide. Trois filles contre une armée de Mangemorts et de Nés-Moldus, évidemment que l’Ordre était perdu d’avance… C’était déjà un miracle que Lily et Nyneve s’en soit sorties… Grâce à un patronus sorti de nul part, ou presque. Mais la blonde n’avait pas le cœur de résoudre cette énigme, un jour elle remercierait la personne qui les avait sauvées. Mais pas maintenant. Elle sentit la main d’Arthur sur son épaule, et son regard paternel, protecteur, qui semblait lui dire « t’inquiète pas, ça va aller ». Heureusement qu’il était là, avec Molly.

La jeune fille balaya le QG du regard, appréciant la jolie décoration de Noël. Elle aimait tout particulièrement ce coin où des étoiles semblaient flotter dans les airs, scintillant de mille feux. Et elle fut rassurée de ne voir presque que des visages connus. A son grand regret, Themis n’était pas encore arrivée, et donc pas de petite cousine Jo à l’horizon. Elle se dirigea donc vers Lily, qu’elle vit attraper une coupe de champagne pour la finir cul-sec. Son amie était splendide dans sa longue robe argentée. Elle attrapa la main de la rousse et la serra fort. Elle aurait aimé la prendre dans ses bras, mais elle avait trop peur de lui faire mal. Si les blessures de la rousse étaient encore dans le même état que les siennes, alors le moindre contact un peu trop prononcé devait encore la faire souffrir. « Ma Lily ! C’est splendide, vous avez fait du beau travail avec Sulpicia ! J’aurai aimé venir vous aider un peu plus tôt, mais on n’était pas trop de trois pour s’occuper de tous les enfants. » Elle accompagna sa parole d’un geste de la main, désignant tous les petits rouquins qui gambadaient gaiement dans le QG. Elle saisit un petit four en forme de vif d’or ainsi qu’une coupe de champagne. Contrairement à son amie, elle la sirota doucement. « Alors… Comment tu vas ? » Evidemment, elle faisait référence à tout ce que traversait Lily en ce moment. Harry, sa mauvaise passe avec James et leur échec au QG de la Chaussée des Géants. Nyneve avait l’impression que Lily était la seule qui pouvait la comprendre, et c’était aussi la seule avec qui elle avait envie de parler en ce moment. Elle avait besoin de vider un peu son sac, au moins au début de la soirée, pour pouvoir ensuite essayer de profiter un minimum de la bonne nourriture qui avait été préparée. Et, pourquoi pas, profiter également du whisky pur-feu qu’elle voyait dans un coin de la table…



HRP:
 

_________________
Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton ▬ Conduis, soutiens nos bras enjôleurs. De la liberté, liberté chérie, nous voilà les ambassadeurs. Militants du parti des étoiles et du vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 22
avatar
A very merry christmas to youDans le monde, il n'y a pas d'un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d'ombre en chacun de nous. Ce qui compte c'est celle que l'on choisit de montrer dans nos actes, ça c'est ce que l'on est vraiment. Depuis trois ans, Hannah ne fêtait plus Noël. Ni son anniversaire. Oui, Hannah était née un vingt-cinq décembre et depuis trois longues années, la jeune femme ne supportait plus cette période. Autrefois, la jeune femme fêtait Noël et son anniversaire avec ses parents, ou bien avec ses amis à Poudlard. Mais depuis que la guerre faisait rage, l’obligeant à fuir, la rouquine ne se sentait pas d’humeur à faire la fête. Et c’est tout naturellement qu’elle réalisa que Noël était un jour comme un autre.
Lorsqu’elle reçut cette invitation concernant un repas de noël pour les membres de l’Ordre, Hannah avait hésité. Hormis Severus, la jeune femme ne connaissait personne. Bien sûr, elle avait fait la connaissance de Lily, mais leur rencontre avait été dès plus explosive. Et Hannah craignait de la croiser pendant cette soirée. La jeune sorcière avait besoin de remettre un peu d’ordre dans son esprit. Ces derniers jours avaient été assez intense, et Hannah ne savait plus où donner de la tête. Elle n’arrivait pas encore à croire qu’elle n’était plus une prostituée. Après trois années à vendre son corps pour un peu d’argent, voilà que son cauchemar prenait fin. Hannah avait tellement rêvé de ce moment, mais à présent, elle restait sur ses gardes. Elle savait que Regulus devait être à sa recherche. Il avait dû apprendre qu’elle n’était pas morte, et la jeune femme savait que ses jours étaient comptés. Et rester ici, au sein de l’Ordre, les mettait en danger. Hannah en avait conscience. Elle ne pouvait pas rester avec eux, elle devait fuir. Hannah connaissait Regulus, elle savait de quoi il était capable, et la blessure à l’abdomen n’était rien comparé à ce qu’il lui infligerait s’il la trouvait.
Et puis il y avait son étonnante ressemblance avec Lily. Hannah n’y comprenait rien. Son esprit était trop embrumé. Ce soir, l’ancienne prostituée ne voulait pas se prendre la tête. Elle voulait mettre de côté ses problèmes, juste le temps d’une soirée.

Discrètement, Hannah était repartie chez elle pour récupérer ses affaires, au cours de la semaine. Elle n’avait averti personne, refusant qu’on la suive comme un petit toutou. Elle savait que ce n’était pas très prudent mais elle ne pouvait pas laisser ses affaires dans son logement qui risquait d’être pillé. Elle récupéra son argent, des vêtements, des photos de ses parents et de ses amis. Elle récupéra tout ce qui avait de valeur à ses yeux et laissa le reste.

Pour cette soirée, Hannah s’était changée maintes fois, ne trouvant pas la tenue idéale. Ses robes étaient trop vulgaires, pas assez sophistiquée et la jeune femme refusait qu’on continue de l’associer à son ancien métier. C’est finalement vêtue d’une simple robe violette, accompagné d’un châle que la rouquine arriva dans le vestibule. Hannah fut émerveillée par la décoration. Le vestibule était absolument magnifique, et la jeune femme avait hâte de voir comment les autres pièces avaient été décorés. Mais quelques secondes plus tard, son regard rencontra celui de Severus. Et son sourire disparut instantanément. Pendant un instant, elle avait oublié que lui aussi était invité. Elle était partagée entre lui sauter dans les bras ou bien l’ignorer. Mais elle ne pouvait pas oublier tout ce qu’il avait fait pour elle, et surtout c’était grâce à lui si elle était encore en vie. Lorsqu’il s’approcha d’elle, Hannah ne put s’empêcher d’esquisser un petit sourire. Il avait fait un effort pour sa tenue vestimentaire. Et elle le trouvait magnifique. A cette pensée, la jeune femme sentit ses joues s’enflammer. Jamais elle n’avait eu de telle pensée à son égard.

« Hannah… tu es… tu es… très jolie ce soir ».

Troublée par son compliment, la rouquine sentit ses joues devenir de plus en plus rouge.

« Merci Severus… Je te retourne le compliment ». Répondit-elle dans un murmure.

Puis il déposa un baiser sur ses cheveux et la jeune femme sentit son cœur battre de plus en vite. Elle avait besoin d’air, besoin de respirer. Besoin d’espace. Puis, quand enfin il s’éloigna, l’ancienne prostituée tenta de reprendre une respiration normale. Il fallait qu’elle se calme. Finalement, elle quitta le vestibule et entra dans la pièce principale. Elle ne fit pas attention à la décoration, elle attrapa rapidement une coupe de champagne et la vida rapidement. Ce n’était pas conseillé au vu de son état et de sa blessure qui commençait à guérir mais Hannah avait besoin de se vider la tête pour ce soir.


©️ 2981 12289 0

_________________

   
Sweet dreams
I'm not scared ! I wanna be scared ! I wanna be hurt ! I wanna remember ! I'm not scared ! I'm not scared, I'm not scared, I'm not scared, COME ON ! COME ON ! COME ON !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 128
Date d'inscription : 24/11/2018
Age : 24
avatar


A very merry christmas to you
The Order Of The Phenix

« Christmas will always be as long as we stand, heart to heart, and hand to hand »
Son regard me transperce, cherchant la moindre faille, ce qui pourrait invalider l'excuse avancée. Mais je viendrai, plus tard seulement. Invoquer Sainte-Mangouste ne marche pas à chaque fois et je devrai passer cette soirée à voguer de l'un à l'autre, étiré entre deux extrémités nécessaire à ce rôle m'incombant.

- Tu arriveras vers quelle heure ?
- Je ferai au plus vite, ne m'attendez pas avant vingt-deux heure je pense.
- Je ne souffrirai pas d'un retard, Sanders. Nous devons montrer front uni et tu le sais.
- Vingt-deux heures, Père, je serai là.
- Bien.

Le cœur battant lourdement, je quitte la pièce alors qu'il se prépare. Je vais faire de même, pour paraître, comme toujours à leurs côtés. Je reste neutre à minima, si c'est ce que l'on exige de moi. L'apparence est trompeuse et elle trompe d'ailleurs aisément. C'est la mort dans l'âme que j'enfile mon costume de soirée, d'un bleu nuit magnifique et je serre mon nœud papillon noir d'encre. Le veston, noir également, permet de répondre au nœud et l'arrière de la veste tombe comme une queue de pie. Je transplane en songeant qu'il me faudra regarder constamment ma montre. La sensation désagréable comprime mon corps et me laisse au milieu de Pré-au-Lard, sous une neige abondante et les chants de noël. Les quelques sorciers et sorcières qui sont encore dans les rues se pressent pour rejoindre leur foyer éclairés de bougies et décorés pour Noël. J'ai comme un goût amer qui traîne sur ma langue et une oppression constante serrant ma poitrine. Ce n'est pas que je ne me réjouis pas des quelques heures volées que je vais passer parmi mes amis. Mais il me semble encore être de trop, encombrer une soirée qui ne devrait être mienne. Les responsabilités par la suite m'accablent d'avance. Je n'ai guère envie d''aller à cette soirée mondaine pour calquer ma couverture. Et il ne me semble que peu légitime de profiter de cette joie que je ne mérite pas.

Je me morigène quelque peu en passant le pas de la porte du QG de l'Ordre. Il n'est pas question d'être morose ce soir. Les autres ont le droit à une bonne soirée et je n'ai pas le droit, moi de ternir cet amour qu'ils ressentent, là. La pièce est déjà étouffante d'émotion joyeuse qui contraste avec ma lassitude et ma peur. J'essaye de balayer tout cela, mais il est dur de faire fi de cette menace constante qui pèse comme une épée de Damoclès. Je voudrai oublier que demain peut être, il y aura quelqu'un de moins à cette table. Les derniers jours ont été éprouvant pour moi, l'intriguant Luce, la perte d'Elena, le soin d'Hannah... Je sais ce que je suis et peut être suis-je à bout ? Non, ce n'est pas ça. C'est que je doute, toujours, et que cela me heurte. L'apaisement vient cependant, de ces humeurs qui imprègnent l'air et des sourires de ces amis soudés jusqu'à la mort, malgré les inimités possibles. J'aime chacune des personnes qui se trouvent là, ces hommes et femmes courageux, ces enfants gesticulants joyeusement et qui prouvent ce que la vie peut apporter. Je salue chacun et sens une main tirer la jambe de mon pantalon. C'est le petit Ron qui me regarde avec un sourire et tend ses bras vers moi. Je l'attrape dans mes bras alors que tous attrapent plutôt une coupe de champagne ou un quelconque apéritif.

- Alors bonhomme, tu veux quelque chose ?

L'enfant commence à babiller quelques mots encore bien incompréhensible. Et pourtant, je parviens à saisir qu'un petit four à mâchonner tranquillement ne serait pas de refus. J'ai hâte, maintenant que les sentiments joyeux de l'enfant se glissent en moi, diffusant un apaisement certain, de rentrer dans le vif du sujet et d'offrir quelques cadeaux. J'ai essayé de trouver pour tout le monde un petit quelque chose et même les enfants. Je fais le tour de la salle, profitant de jouer un peu avec Ron dans mes bras et de profiter de cette respiration dans ce monde prêt à me noyer sans compassion.
(c) DΛNDELION

_________________
we accept the love we think we deserve
everybody knows that everybody dies

La vie est pleine d'occasions presque manqués et de coups de chance absolue, de grand amour et de petits désastres. La vie est faite de milk-shakes à la banane, de cuisines équipées, et de chaussures de toutes les formes et de toutes les tailles. La vie est banale à en mourir et fabuleusement incroyable. La vie c'est tout ça à la fois, à chaque instant. Alors il faut prendre tout ce qu'il y a à prendre.

(c)wild heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 844
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar

A very merry christmas to you.
ft. Order of Phoenix


Je m'étais retournée, lui demandant de remonter la fermeture de ma robe. J'aurais pu user de la magie, mais je voulais économiser mon énergie pour la soirée. De plus, ayant déjà commencé à boire, je préférais laisser ma baguette magique dans ma chambre. Il était de notoriété public que je pouvais être un véritable danger avec celle-ci. Elle était mieux la ou elle était rangée.
Ce fut donc un coup du destin qui mit Sirius sur ma route. Il ne tressaille pas lorsque je dépose le bout de mes doigts sur sa rune tatouée, laissant un faible sourire se dessiner sur son visage. J'eus envie de me mordre la lèvre inférieure, depuis quand ne l'avais je pas vu sourire ? Cela faisait trop longtemps que nous n'avions pu avoir de véritable conversation, la situation avec Eléonore ne facilitait pas notre vie, ou un quel qu'on que rapprochement entre nous. En vérité, je restais persuadée qu'elle ne me croyait pas lorsque je lui affirmais lorsqu'elle me le demandait, que rien ne se passait entre nous. Comment aurait-elle pu me croire? Il fallait être aveugle pour ne pas voir la couleur de mes yeux changer de couleur pour ne pas comprendre ce que je ressentais et, enfouissais pour le sorcier. Je tentais de garder mes distances avec tout ça. Ne voulant pas me retrouvée au cœur d'un nouveau drame au sein de l'ordre. La mort du jeune Harry avait été suffisante pour les âmes qui se partageaient le quartier général. Je me refusais de devenir la nouvelle attraction, bien que ma vie sentimentale était plus intéressante que le reste aux yeux de Lily.

Alors, lorsque je me retourne pour demander au sorcier de fermer ma robe, je sentie comme soulagée de n'avoir de public. Incapable de contrôler la couleur de mes yeux, je lui montrais mon dos, soulagée que mes tatouages sur mes mains arrivaient encore à retenir ma bombe émotionnelle... cette même bombe qui contrôlait mon don, mais aussi la Vielle Magie qui coulait dans mes veines. Mon don. Ma malédiction en quelque sorte. Il glissa son index le long de ma colonne vertébrale, mordillant discrètement ma lèvre. Je n'avais pas frissonné, je n'avais pas bougé sous le contact presque délicieux de son doigt sur ma peau. Je me retenais simplement. Imaginant sans problème la couleur qu'aurait pris mes cheveux quelques années auparavant, sous l'effet qu'il me faisait. J'avais bu, bien trop contrairement aux autres invités qui arrivaient seulement. Était-ce à mon avantage d'avoir toujours su tenir l'alcool? De savoir me contrôler de manière presque obsessive en public? Il fut un temps, où je n'étais pas capable de contrôler le moindre sentiment, la moindre émotion, me refermant comme une huître au monde. Pour Sirius, je fuyais où agissait comme une enfant lorsque je mettais cette distance inexpressive entre les autres et moi. Je n'avais osé lui avouer comment moi, je vivais mon don. Jamais je n'avais parlé dans mes lettres de cette haine à laquelle j'avais pu faire face au regard de ma différence durant mes études. Juste, de mon statut et du rejet de la part de ceux avec qui j'évoluais.

Ma fermeture éclaire remontée, le jeune homme prit la parole, me retournant vers lui. « Ceci étant fait, Pia, je cherchais une autre femme, environ huit ans, les cheveux qui changent de couleur régulièrement. » Levant un sourcil et connaissant l’amour que Sirius portait aux siens, je fus presque étonnée d’entendre que sa petite cousine possédait ce don, que moi, je détestais par dessus tout. Observant l’enfant qui, dans le dos de Sirius, vint courir en sa direction pour s’accrocher à sa jambe. Il la souleva pour la prendre dans ses bras, le regard brillant d’un homme, qui clairement, aimait plus qu’outre mesure les enfants. Attendrie par la scène, j’observai l’enfant tout sourire, rieuse aux cheveux roses. Je dus me mordre la joue pour ne pas fondre devant une telle scène, ou me remémorer des souvenirs de moi, à cet âge, encore capable de voir mon don comme un jeu. Le sorcier s’excusa. Je souris, détournant les talons, ne volant pas m’imposée outre mesure. Charlie, qui courait dans les couloirs avec la fameuse petite cousine me demanda s’il pouvait avoir quelque chose à manger. Répondant avec un sourire que l’on allait lui trouver quelque chose dans la cuisine, l’enfant me prit la main pour m’y suivre. Vidant mon cocktail sur la route.


Après être rentrée en collision avec Sirius, fuyant une situation que je n’étais absolument pas prête à vivre, j’avais pris l’option d’oublier mes sens et pulsions qui jusqu’alors, étaient refoulés. Que m’importait si mon comportement mettait la puce à l’oreille au sorcier. Severus tenta de me retenir dans ma fuite, un verre en main désirant trinquer en ma compagnie. Tout ce que j’espérais, c’était que Sirius n’entende pas cette remarque... « Aux amours déçus Su ? Tu es resplendissante ce soir. Tes petits fours sont excellents. Merci de m'avoir invité même si je ne me sens pas à place ici. » Je lui souris tout de même, prenant la coupe de champagne qu’il venait de saisir. J’avais déjà aperçu les capacités de Severus lorsqu’il était sous l’influence de l’alcool, et je ne voulais pas que celui-ci tente de laisser parler ses émotions en tentant d’embrasser Lily. « Merci pour le compliment, tu es pas mal non plus! » remarquant la tenue du sorcier, j’en profitais pour détourner son attention pour prendre sa coupe d’entre ses mains. « Mais nous savons tous les deux que si moi je tiens l’alcool ce n’est pas ton cas mon cher Sevy! » lançais je en me dirigeant de nouveau vers la cuisine, buvant cul-sec la coupe de champagne du jeune homme. Je commençais à être pompette. Combien de verre avais-je déjà bu?

Soupirant, soulagée d'être seule dans la cuisine ne serais-je que quelques secondes, je me demandais si mes runes allaient tenir encore longtemps avec l'alcool... que ferais-je si mon don devenait totalement incontrôlable durant la soirée? Je ne pourrais jamais contenir, l'expression de mes émotions. Je ne pouvais déjà plus regarder Sirius, et ce depuis plusieurs années, sans que mon regard ne vire au doré. Il étaient flagrants. Ces sentiments débordant compressés dans ma cage thoracique, enfermé dans une prison composée de dénis, de chair et de sang.
Posant la flûte vide sur un coin de la table, je fus rapidement rejointe par Sirius, bien décidé de profiter, lui aussi, de cette petite soirée. « Si tu comptes faire la boniche toute la soirée faillait le dire. Qu'est-ce qui y a encore à apporter ? » Demanda le sorcier qui déposa sa coupe quelque part sur la table débordante de victuailles. J'avais passé ma journée entière à préparer le repas avec l'aide de Lily. Étrangement, sa remarque ne me fit aucun effet. Était-ce l'alcool ou la libération du regard suspicieux d'Eléonore qui me rendait plus... légère? « Juste un seul plateau de verrine, mais je vais le faire. » répondis-je comme si, tout était parfaitement normal entre nous. Mais mon cœur lui, s'accéléra, tentant sûrement -au passage- de briser une ou deux côtes de ma cage thoracique. Je voulais me rendre utile, moi, qui comme le disait plus tôt Severus, ne me sentais pas à ma place au sein de l'ordre. Ma simple présence transformait l'ambiance de la maison en une pression presque irrespirable. Ou bien était-ce juste moi, qui me faisait des idées? Je déposai -perfectionniste- les deux dernières verrines sur le plateau qui était toujours posé sur la table lorsque je l'entendis me murer ce qui était, un compliment. « Cette robe… elle te va bien. » Mon cœur s'oublia quelques instants, se stoppant pour mieux reprendre dans une danse effrénée et désorganisée. Je m'étais figée. Ne pensant pas un seul instant entendre ces mots sortir de sa bouche. Ils avaient eu l'effet d'une bombe qui explosa au creux de mon ventre. J'eus chaud. Était-ce mon surplus d'alcool? Me tournant vers celui-ci, mes mains le long de mon corps, je plantai mes yeux dorés dans les siens. Mes joues étaient brûlantes, ne me rendant pas compte, dû à la proximité avec le Black, que mes cheveux, eux, sous le coup de l'émotion, étaient devenus rouges. J'aurais presque pu l'embrasser tant nous étions proches. J'avais envie de lui dire de ne pas faire ça. De ne pas jouer avec mes sentiments de la sorte. Je ne voulais plus souffrir, je ne voulais plus ressentir l'écrasement de son absence sur mon cœur ou le manque constant de sa présence dans ma vie. « Mère a toujours eu bon goût... » C'était son dernier cadeau. Je ne la reverrais surement jamais.
Dubitative, je ne savais que faire face à lui. Ou que dire, baissant simplement mon regard doré sur ce bout de rune qui dépassait. Me mordillant la lèvre, je finis par apercevoir du coin de l'œil la couleur rouge de mes cheveux. Je détestais quand ça arrivait, quand je ne contrôlais plus rien. Je réagissais toujours de manière presque excessive dans ces moments. L'envie de me prendre la tête dans les mains et de tirer sur la longueur de mes cheveux se fit ressentir... Une réaction-panique qui avait toujours fonctionné pour redonner à ceux-ci, leur couleur naturelle. Je levais les mains pour tenter de camoufler le malaise que je ressentais...j'avais envie de m'enfermer jusqu'à ce que ça me passe..



_________________

- Sans rire c’est plus facile de rêver-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 191
Date d'inscription : 13/08/2018
Age : 25
avatar


    Noël. Remus avait toujours adoré cette période de l’année. Elle était synonyme de fête, de se retrouver entre amis et de leur faire plaisir… La guerre et les récents évènements donnaient une saveur particulière à cette fête. C’était l’occasion de se changer les idées, d’oublier les peines et les douleurs pour s’offrir un moment de répit. Certes, ce ne serait que de courtes durées, une parenthèse dans le temps, sûrement faite d’illusion ou de faux semblants mais ils en avaient terriblement besoin. Ils avaient besoin plus que jamais de se retrouver tous ensemble. Lily et Sulpicia avaient été à la tête des préparatifs. Elles semblaient bien décidé à transformer totalement le QG. Le jeune loup les avait laissé faire sans véritablement participé. Il les avait observé un petit moment dans la cuisine, mais il n’était pas certain de réussir à suivre la cadence. Il craignait également de se retrouver coincé entre une tornade blonde et une tornade rousse : Il avait donc choisi la fuite pour le reste de l’après midi, vaquant à ses propres occupations. Il avait eu besoin de prendre l’air loin de cette nouvelle maison. La liberté totale ce n’était pas encore pour aujourd’hui.

    De retour au QG et après une bonne douche pour détendre ses muscles qui semblaient avoir encore un peu de mal à s’en remettre, Remus enfila une chemise sur un simple jean, comme il avait l’habitude de faire. Il se surprit à ne pas avoir un air aussi maladif que d’habitude. Il referma un peu plus sa chemise, dissimulant le reste des cicatrices qui remontaient jusqu’à la base de son cou. Il n’était pas question d’attiré la pitié ou les questions ce soir. Remus voulait penser à autre chose. Pour une fois, sa lycanthropie lui laissait un peu de répit et il était en sécurité. Il prit une grande inspiration en attrapant la poignée de la porte. Il était prêt. Du moins il le pensait...

    Le jeune loup se mêla rapidement à ses amis, trouvant instinctivement sa place. Il se sentait bien et s’il avait appréhendé d’une certaine façon cette soirée, il savait maintenant qu’il était là où il devait être. Il prit une coupe de champagne et continua à faire la discussion par-ci et par-là, gardant toujours dans le coin de son œil ses amis. Il avait besoin de les savoirs dans le coin. C’était devenu presque instinctif. Son regard se posa sur Severus, son loup intérieur grogna presque instinctivement. Remus serra également la mâchoire mais se garda de tout commentaire, continuant comme si de rien n’était. Son attention se focalisa de toute façon immédiatement sur les jumeaux Weasley qui passèrent à côté de lui. C’était un miracle qu’il ne se retrouve pas sur les fesses. Arthur et Molly avaient beaucoup de courage et de savoir faire pour canaliser l’énergie de cette tribu très remuante. Il était ravi qu’ils soient venus. C’était rafraîchissant. Ils étaient la joie de vivre.

    Trop de bruits, trop d’agitation, trop de stimulis. Remus commençait à se sentir bizarre – peut-être était-ce d’ailleurs en lien avec les verres qu’il enchaînait sans vraiment s’en rendre compte pour avoir l’air à l’aise et sociable et crier au monde qu’il allait bien – c’était trop. Il se dirigea doucement vers la cuisine. Il se retrouva face à Sirius et Sulpicia. Apparemment son amie avait bien besoin d’un peu d’aide. Il savait – maintenant qu’il avait eu un bref aperçu de ses sentiments pour Sirius – qu’il la mettait dans un état… il soupira lourdement afin d’attirer l’attention. Il s’approcha  « Poudlard a tenu le choc durant nos années d’étude mais je crois que les jumeaux Weasley auront raison de la plupart des professeurs ! Et pourtant ils tiennent à peine debout ! » Et pourtant James et Sirius avaient été infernaux. La relève semblait être assurée.  « Qui s’est occupé de la dinde ? Ca ne craint rien ? »


_________________
more than just a Werewolf

©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 11/11/2018
Age : 26
avatar
A very merry christmas to you
Rp Commun

Voilà qu'était venu le moment le plus difficile pour James. Il savait qu'il ne faisait pas particulièrement d'efforts depuis plusieurs mois déjà mais à l'approche de Noël, il avait tenté de se mettre à l'esprit de Noël, d'avoir la volonté de se rapprocher de sa femme notamment quand ils s'étaient rendu tous les deux au marché de Pré-au-Lard mais il avait plutôt l'impression que tout ce qu'il avait fait avait été un échec cuisant sur toute la longueur, les disputes s'étaient un peu espacées mais malheureusement elles étaient toujours bien présentes, ce qui n'avait eu comme répercussion sur le jeune Potter de le renfrogner un peu plus et de le rendre plus taciturne encore qu'à l'habitude. Il ne se reconnaissait même plus quand il se regardait dans un miroir, il n'osait même plus parler de peur de faire plus de mal encore par les mots qu'il ne réussissait à penser les plaies dans son couple. Lily était si proche de lui et pourtant il n'avait de cesse d'avoir l'impression qu'elle s'éloignait … Et qui sait peut-être qu'un jour elle finirait par lui échapper totalement mais est-ce qu'il serait capable de réagir assez à l'avance pour que cela n'arrive jamais. Il ne pourrait supporter de la perdre également, alors de se rendre ce soir au QG de l'ordre pour pouvoir célébrer les fêtes de Noël c'était bien plus pour faire plaisir à Lily qu'autre chose. S'il n'avait tenu qu'à lui, il aurait passé la nuit à noyer son chagrin dans l'alcool devant un bon feu de cheminé en espérant ne plus se souvenir de rien le lendemain matin et d'avoir une gueule de bois assez importante pour le garder cacher au manoir Potter jusqu'au Nouvel An. Lily semblait, elle, bien plus prête à passer les fêtes de Noël que lui, à moins qu'il était tout simplement essentiel pour elle de participer à l'organisation de la soirée pour pouvoir se donner du courage. Ils n'en avaient pas réellement parler, après tout, cela faisait parti des conventions normales que même la mort ne pouvait vous faire éviter à moins que vous ne vouliez vous mettre à la marge de la société. James n'avait pas fait concrètement attention au moment où elle était partie, mais en tout cas elle avait passé la journée loin du manoir Potter, laissant James seul avec sa mélancolie. Il avait passé presque toute la journée à observer la tenue qu'il était censé porter le soir même, pensant à la brûler une bonne dizaine de fois ou à s'amuser à en découper chaque morceau pour pouvoir en faire une pluie de confettis. Il avait fini par vider la moitié d'une bouteille d'un vieux whisky que son père gardait bien au frais dans la cave avant de se décider à s'habiller.

James s'était habillé d'un costume noir classique dans le monde moldu, il n'avait mis ni cravate, ni nœud papillon, il n'était pas à ce point carré dans les traditions. Il avait alors transplané dans le QG de l'ordre, manquant de peu de tomber juste à son arrivé à cause des enfants Weasley qui ne cessaient de courir partout, ce qui ne manqua pas d'arracher une grimace au jeune homme. Il savait que sa place n'était pas ici, il le sentait au plus profond de ses tripes et pourtant, maintenant qu'il était arrivé, il aurait été plus que mal venu pour lui de repartir aussi sec. Il se mit donc à observer les différents détails de décoration, faisant quelques pas pour s'approcher un peu de la foule qui était déjà présente, tout en cherchant un visage bien précis même s'il ne l'aurait surement pas dit à voix haute. Lily avait fait son apparition, aussi belle que les premières lueurs de l'aurore le matin, inondant toute la pièce d'une lumière qui lui était propre. Elle était magnifique, la robe collait parfaitement à ses formes de jeune femme terriblement sexy dans sa robe couleur d'argent et son regard comme toujours l'hypnotisait. Il passa une main dans ses cheveux, toujours aussi indomptables et il fit quelques pas dans sa direction alors qu'elle faisait de même. Il passa une main autour de sa taille et ils échangèrent un baiser doux et léger, créant une sorte de manque au creux de son ventre alors qu'il avait l'impression que tout cela était devenu un automatisme entre eux, une autre convention qu'ils avaient mis en place entre eux. Tout cela était purement insupportable. Il la laissa remettre son col de chemise et après un bref sourire d'encouragement, il se déplaça jusqu'à la pièce principale où il prit directement une coupe de champagne qu'il porta à ses lèvres. La soirée risquait d'être longue. L'arrivée de Sirius à ses côtés, lui tira cette fois un vrai sourire, secouant la tête à ses paroles. James hocha doucement la tête avant de boire une nouvelle gorgée de son verre. « En effet, elles ont mis les petits paquets dans les grands … C'est éblouissant … Peut-être même un peu trop à mon avis, ça en fait mal aux yeux. » Il fit un petit clin d'œil à son ami avant d'observer Lily. « On ne peut pas tout demander à ses demoiselles non plus, une belle décoration, et un bon repas ! C'est pour cela que je vais remplir mon estomac d'une autre façon. » Il vint doucement poser un baiser sur le front de Lily avant de terminer son verre et de profiter qu'un autre plateau passait à côté de lui pour poser son verre vide et prendre un verre remplit en échange.

C'est à ce moment-là que Sulpicia fit son entrée magnifique, tombant ainsi dans les bras de Sirius. James leva un sourcil en observant l'un comme l'autre avant de voir la blonde filer dans la cuisine. L'attitude de la jeune femme était particulièrement mélodramatique, mais James n'avait jamais vraiment été très objectif avec elle, ils n'avaient pas la même vision des choses dans beaucoup de domaines et il détestait tout particulièrement l'influence négative qu'elle pouvait avoir sur son meilleur ami. James haussa légèrement les épaules avant de lancer un discret « Tu devrais t'occuper de tout cela au plus vite. » Sirius fila alors rapidement dans la cuisine et il se retrouva d'une certaine manière à nouveau seul en compagnie de sa femme. Il allait s'approcher chez d'elle quand un fureur blonde débarqua auprès de Lily lui prenant vivement la main s'en avoir visiblement fait attention à la présence du brun à leurs côtés. Il leva doucement les yeux au ciel. « Bonsoir Nyn, moi aussi je vais bien je te remercie ... » Il fit un bref sourire même s'il avait une petite moue sarcastique au visage. « Je crois que vous avez besoin de discuter … Je vais donc vous laisser … » Il inclina légèrement la tête avant de s'éloigner rapidement des deux femmes avant de se diriger tout droit vers Sanders, posant une main sur son épaule. « Dis moi charmant jeune homme … Il n'aurait pas été possible de me faire une contre indication m'interdisant de passer les fêtes de Noël ici ?! » Il sourit doucement avant de lui tendre une coupe de champagne. « Tu m'accompagnes ? Je n'aime pas boire seul ! »
(c) DΛNDELION

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 844
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar

A very merry christmas to you.
ft. Order of Phoenix

J’entendis un raclement de gorge dans mon dos alors que je continuais de fixer Sirius des yeux. Mes cheveux d’un rouge vif, mes joues tout aussi rouge. Jusqu’à, ce que, remarquant le changement de ceux-ci, dans une honte que je ne pouvais contrôler, je relevais les mains pour attraper la longueur de mes mèches attachées. Les yeux baisés, j’allais réagir comme je le faisais toujours dans une panique que je ne pouvais contrôler. J’étais un monstre. Mon don était une malédiction qui m’avait toujours forcée à prendre mes distances avec les autres. Me refusant de les laisser lire en moi comme un livre ouvert. Me poussant à tatouer des symboles de la Vielle Magie pour me contrôler et vivre plus librement.
Mais Sirius, lui, par sa simple présence, avait le don de me faire perdre pied.  A ses cotés, qu’importait le contrôle des runes sur ma capacité, celle-ci prenait le dessus, vivant alors des sentiments et des émotions débordantes que je ne pouvais plus contrôler. Il m’avait traité de frustrée avant que je ne me retrouve coincée ici. Critiquant ouvertement cette capacité que j’avais à me fermée mais aussi l’impatience de le voir et de ne pas attendre… Mais aussi mon comportement face au rejet, il ne pouvait comprendre. Il ne savait pas, lui, ce que j’avais vécu ces trois dernières années. Il y avait toujours des choses que l’on ne se disait pas volontairement. Il y avait toujours des choses que je gardais pour moi et lui aussi. La preuve étant, que s’il avait été honnête sur qui il voyait en ce moment, je ne me serais surement pas retrouvée ici, à le voir. Lui parler. Mais ne jamais pouvoir le toucher et s’abandonner. Et, ca. Ca. Ca me tuait à petit feu. Ce qu’il avait surement espérer ne jamais voir arriver, finissait pas s’insinuer en moi petit à petit… j’avais cette impression que mon cœur s’asséchait. Qu’il allait de nouveau finir en miette et que cette fois-ci, ce serait une forteresse qu’il construira autour de lui. Je n’avais pas envie de reprendre cette vie si dure et solitaire, qu’imposait mon comportement froid que je montrais à qui voulait le voir lors de nos années Poudlard.

Battant dans mes oreilles, mon cœur se faisait plus présent. Incapable de reprendre un rythme simple. Un rythme modéré de part cette proximité que j’avais avec lui en cet instant. Nous ne nous étions pas réellement parlé à la suite de cette histoire avec Eléonore. Je m’étais contenté de le voir de loin. Parfois juste en coup de vent lorsqu’il passait me voir. Comme pour… s’assurer, j’imagine, que j’étais toujours là et non une chimère de son imagination.
Ce que je ressentais pour lui, c’était ca, la chimère… C’était cette douce amertume qui commençait à me consommer et qui faisait que, je le fuyais. J’avais envie de le fuir. Je n’étais pas prête, pas capable de vivre un autre rejet de sa part. Alors, pourquoi jouait-il ainsi avec mes sentiments ?
Un soupir, lourd de sens, qui aurait presque pu être un raclement de gorge me sortit de la panique que je ressentais à la couleur prise par ma chevelure. Me faisant reculer et prendre mes distances avec Sirius. Remus, s’approcha de nous. «Poudlard a tenu le choc durant nos années d’étude mais je crois que les jumeaux Weasley auront raison de la plupart des professeurs ! Et pourtant ils tiennent à peine debout ! » Il fit de l’humour, me permettant de penser à autre chose. J’en profita pour me décaler, et ainsi, empêcher tout contact physique avec Sirius. Ce serait trop pour moi. Vraiment trop. Par la barbe de Merlin, j’avais encore besoin d’un verre !
Je souris en détournant mes yeux dorés vers Remus qui reprirent une couleur bleutée. Les jumeaux Weasley, prochain Maraudeurs ? Il n’avait pas tord. Ces deux-là, pour le peu que je les avais côtoyés étaient pleins d’énergies. A se demander comment leurs parents faisaient pour les gérer avec leur grande fratrie ! « Ils ont l’avantage de se connaître depuis plus longtemps… Et ne t’ont pas pour jouer au garde fou mon cher Remus ! » Lui lançais-je amusée. Il était vrai que Sirius et James auraient pu finir plus souvent en retenue, si Remus n’avait pas été présent pour les modérer un tant soit peu. Surtout avec Severus contre qui, les deux avaient une dent depuis toujours… Et pas forcément pour la même raison.
Vint alors la fameuse question que tout le monde posait –sans que je le sache-, concernant la dinde. Soulevant un sourcil, je fus presque étonnée de celle-ci. « J’ai fais la cuisine… Lily le plan de table et toute la décoration. » J’étais bonne cuisinière, une qualité dont je ne faisais jamais de bruits. Ce n’était pas correct pour une femme tel que moi de savoir cuisiner. Les sang-purs étaient censés laisser faire les elfes de maisons. Et non, mettre la main à la pâte… Sans mauvais jeux de mots ! C’était un fait que l’Ordre avait découvert lorsque, ayant eu besoin du Black pour aller voir son cadet, découvrit.
Je fis le tour de la table et vérifia que la dinde continuait de baigner dans son jus. Tout semblait parfaitement bien se dérouler dans le fou. Je pus donc prendre le plateau de verrine qu’il restait et, jetant un regard aux deux sorciers présents : « Allons-y avant que Bill et Charlie ne mangent tous les petits fours ! » Et je retournai dans le salon aménagé pour l’occasion, déposant le plateau de verrine sur la table avec l’autre. Je me réfugier auprès d’Hannah, attrapant au passage un autre verre de champagne. «  Je ne vais pas te dire que ce n’est pas conseiller. On s’en fiche ce soir…» Lui lançais-je en me plaçant à ses cotés.



_________________

- Sans rire c’est plus facile de rêver-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 107
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 24
avatar
A very merry christmas
ft. the order of the phoenix

« I just want you for my own, more than you could ever know. Make my wish come true, all I want for Christmas is you. »
Coupe de champagne vide reposée sur le plateau et Lily tourna sur elle-même pour retourner apporter les amuse-bouche et les petits fours qui se trouvaient dans la cuisine. Baguette glissée dans son dos, elle la sortit pour actionner les plateaux afin que ceux-ci s’en aillent en flottant vers les invités pour que tout le monde puisse en profiter. Les suivant de près, de retour dans la pièce principale, elle arrangea une ou deux décorations alors que, derrière, elle entendit les invités arriver les uns après les autres. Il y avait tellement de personnes envers lesquelles elle était reconnaissante pour ces dernières semaines difficiles et avec qui elle se réjouissait de passer le réveillon de Noël. Par contre, son avis concernant certains invités partait d’une extrême à l’autre. Ses yeux se posèrent sur Severus Snape, arrivé depuis quelques instants. Il n’avait visiblement pas été méfiant avec les petits fours car, au moment où leurs regards se croisèrent, il en avait englouti. En temps normal, sans doute que cela aurait fait légèrement rire la rouquine par l’absurdité de la scène. Seulement ici, elle se contenta de pincer les lèvres et de saluer cet ancien camarade d’un geste de tête poli. Tout simplement parce que ce n’était pas possible de faire autrement, de parler de ce qui s’était passé et d’espérer à ce que les choses aillent mieux.

Puis elle se remit à arranger les dernières décorations que les jumeaux Weasley avaient déjà retourné dans l’autre sens. Si Fred et George avaient l’audace et la fourberie de toucher à tout et d’en faire des décorations tantôt plus rigolotes, tantôt plus obscènes, Lily avait, quant à elle, toute la patience et le courage de repasser derrière eux pour essayer de rattraper les quelques dégâts. En agissant de la sorte, cela lui occupait l’esprit. Après tout, cela se voyait à bien des kilomètres qu’elle cherchait à être occupée tout le long de la soirée pour ne pas avoir à se retrouver seule face à ses pensées. Si cela n’avait tenu qu’à elle, elle ne serait même pas là, à faire plaisir aux autres personnes, à faire bonne impression au moins pour montrer le chemin à prendre face à un James qui se laissait aller tout autant qu’elle. Ce fut les paroles de Sirius qui la sortit de ses pensées quelques peu sombres et déprimantes. Heureusement qu’elle ne pensait pas tout haut, elle pourrait tuer l’ambiance à elle toute seule. « Les filles ont bien fait ça cette année, par Merlin, c’est pas mal joli. Tant que Lily nous empoisonne pas avec la dinde mon vieux, je suis prêt à goûter à tout. » La première réaction de Lily fut de lui tirer la langue en guise de grimace. A quelques mètres de lui, il était évident que son oreille curieuse allait partout là où elle entendait son prénom. Accompagné de James, la jeune femme eut pour la première fois l’assurance de se dire que la soirée allait bien se dérouler pour lui : en compagnie de Sirius, il était bien difficile de tirer la tronche très longtemps. « On ne peut pas tout demander à ces demoiselles non plus, une belle décoration, et un bon repas ! C'est pour cela que je vais remplir mon estomac d'une autre façon. » avait surenchérit James, ce à quoi elle avait haussé un sourcil avant de sentir les lèvres de son époux se poser sur son front. Elle l’imita bien vite et reprit une coupe de champagne qui était posée sur l’un des plateaux flottants. Au moins, l’alcool atténuait les peines, faisait passer le temps plus vite et aidait à surmonter certaines situations. A court terme, très court terme.

Une fraction de secondes suivante, Nyneve avait fait irruption dans la pièce, pour le plus grand bonheur de la jeune femme. Si les deux sorcières étaient proches depuis leurs années d’études à Poudlard, il était peu de préciser que leur petite intervention en Irlande les jours précédents les avaient d’autant plus rapprochées. Renforçant l’étreinte entre leurs deux mains, de toute la délicatesse du monde, Lily étira un fin sourire tout en observant son amie. « Ma Lily ! C’est splendide, vous avez fait du beau travail avec Sulpicia ! J’aurai aimé venir vous aider un peu plus tôt, mais on n’était pas trop de trois pour s’occuper de tous les enfants. » - « Ne t’en fais pas pour ça, on a réussi à gérer comme des pro ! C'est à se demander si on va réussir à tout manger et tout boire ! Quoique... » avait-elle aussitôt répondu, pourtant peu convaincue de la perfection des décorations et des plats préparés. « Alors… Comment tu vas ? » La bouche entrouverte, prête à répondre, Lily n’avait pas réalisé que derrière elle, James avait fait une nouvelle apparition, elle qui le pensait parti à la chasse d’alcool quelques instants plus tôt. « Bonsoir Nyn, moi aussi je vais bien je te remercie ... » Un soupir de la part de James, les yeux de Lily levé au ciel et cette voix qui l’envoutait habituellement reprit aussitôt : « Je crois que vous avez besoin de discuter … Je vais donc vous laisser … » - « Mais, attends… » Les talons tournés, il disparut aussi vite qu’il était revenu.

De nouveau face à Nyn, si Lily avait réussi à tenir un sourire jusque-là, le fait de voir James prendre la mouche pour la énième édition du mois, lui fit perdre tout sourire. Aussi surprenant que cela pouvait d’ailleurs paraître, une fine couche de perles larmoyantes s’affichèrent sur le bord de ses yeux. « Oh non, pas maintenant… » murmura-t-elle, d’une voix presque inaudible où seule son amie pouvait l’entendre. C’était toujours ainsi quand les comportements de James se faisaient excessifs et qu’elle était dans un moment bien trop à fleur de peau. Et sans doute que le champagne accentuait fortement toute sorte de réactions. Et l'épuisement, aussi. « Pas maintenant, pas maintenant ! » Un revers de la main, puis elle reprit. « Bref, comme tu peux le voir, je n'ai même plus besoin de te dire comment je vais. » Reprenant la main de Nyn sans doute moins délicatement cette, la rouquine pivota pour rejoindre l’un des petits canapés dans la pièce, attrapant deux nouvelles coupes de champagne au passage. « Mais toi vas-y, dis-moi plutôt comment tu vas depuis... cet épisode-là ! Et puis, j’aurais bien besoin de quelques potins ! » Bien besoin d’oublier un instant mes propres besoins, mes propres envies, bien besoin d’oublier un instant que James a préféré la compagnie du whisky. Mais ça, elle ne le dit pas.
(c) DΛNDELION

_________________

Sweet Little Lily
stone, the world is stone, cold to the touch and hard on the soul. in the gray of the streets, in the neon unknown, i look for a sign that i'm not on my own, that i'm not here alone.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 128
Date d'inscription : 24/11/2018
Age : 24
avatar


A very merry christmas to you
The Order Of The Phenix

« Christmas will always be as long as we stand, heart to heart, and hand to hand »
Ron se tortille dans mes bras pour s'échapper. Il se stoppe et me regarde l'air de dire que je dois le poser, là, tout de suite maintenant. Il comprend néanmoins que se passer de mon avis serait dangereux, étant donné qu'il se trouve à plus d'un mètre du sol et qu'il ne peut pas sauter comme ça sur le parquet. Je consent et presque à contrecœur de le laisser partir. Le réconfort que le bambin m'apportait est non négligeable, mais il s'en va aussitôt que son pied a touché terre, galopant sur ses jambes encore bien jeunes. Il gambade joyeusement, fier de cette nouvelle capacité acquise. Je ne me souviens pas de quand j'ai appris à marché, bien évidemment, mais Maman me disait toujours qu'elle me donnait ses jambes en murmurant des encouragements. J'attrape un jus de citrouille et me met à le siroter tranquillement. le goût sucré fait frétiller mes papilles et je me rends compte de ce ventre encore et toujours vide qui gronde et qui accepte difficilement le liquide orangée. Il se tord d'un rejet que je ne comprends pas d'un premier abord. Je réfléchis au pourquoi du comment et l'évidence me tombe sur les épaules comme une chape de plomb. L'accablement me tombe dessus.

Je regarde ma montre qui s'amuse à afficher un danger potentiel d'une forte probabilité. Elle me nargue également avec l'horaire qui ne cesse de se rapprocher. Je ne suis pas Cendrillon avec la permission de minuit. La mienne n'est que de vingt-deux heure. Père y tient, de cette ponctualité parfois effarante qu'il m'a transmise. Je ne supporte que peu le retard. Ce n'est pas tant qu'il m'exaspère, plutôt qu'il m'effraie. Je me laisse porter par la soirée qui s'agite à droite et à gauche. Il y a ceux qui restent dans la cuisine et ceux qui évoluent un peu partout. Je suppose qu'il est inutile de dire que les enfants sont de ceux qui ne cessent de bouger d'un côté comme de l'autre, avalant les petits fours sans compter. C'est fou ce que ces petites choses disparaissent si facilement dans les estomac. Je me perds également dans la contemplation des décorations.

Cela me rappelle Jenky qui mettait en place les décorations en respectant toujours les goûts de ma mère pour plaire à mon père. Le soucis du détail, les brillances un peu partout... Je songe là que j'ai peut être vieilli un peu, finalement, de ne pas m'émerveiller cette fois ci. Ou bien est-ce le poids de tout le reste qui me laisse de maussade humeur ? Je ne sais, un peu des deux sans doute. Et quand je regarde à nouveau les enfants rirent et s'échanger des piques, je me remets en question. Non, c'est bien autre chose, finalement. Je suis toujours celui qui s'émerveille. La difficulté, cette fois, c'est qu'elle n'est plus là, comme depuis six ans, et que la guerre me coûte de plus en plus. Je me sens égoïste de continuer de ruminer et je m'aperçois que malgré toutes ces pensées sombres, leur présence à tous me fait du bien. James me rejoint avec ce mélange d'émotions entre la fuite voulue et l'agacement. Et surtout, ce que je connais parfaitement : la tristesse du premier Noël. Je frémis intérieurement en y repensant. Je souris à ses remarques.

- Je n'ai aucun pouvoir là dessus, crois-moi, je me serais prescris la même chose ! Surtout pour après !

Ce n'est pas un secret, cette soirée que l'on m'impose, ce rôle d'agent double qui me pèse. Mais ce mal nécessaire est un besoin impératif pour l'Ordre du Phénix. Je refuse la coupe de champagne et attrape de nouveau un verre de jus de citrouille.

- Je t'accompagne softement. Tu sais que je ne bois pas.

Rose et Merta en rigolaient souvent ensemble, mais je n'ai pas le goût, ni l'envie, à vrai dire. Je lui fais un clin d'oeil.

- J'espère que tu ne m'en veux pas trop, mais ce ne sera pas possible non plus pour le nouvel an, si tu dois échapper à quelque chose de plus !

Je regarde avec lui le reste de la salle et vois qu'on commence à mettre la table, les différentes bouchées apéritives ayant depuis longtemps disparues, trop rapidement englouties, notamment par Severus également.

(c) DΛNDELION

_________________
we accept the love we think we deserve
everybody knows that everybody dies

La vie est pleine d'occasions presque manqués et de coups de chance absolue, de grand amour et de petits désastres. La vie est faite de milk-shakes à la banane, de cuisines équipées, et de chaussures de toutes les formes et de toutes les tailles. La vie est banale à en mourir et fabuleusement incroyable. La vie c'est tout ça à la fois, à chaque instant. Alors il faut prendre tout ce qu'il y a à prendre.

(c)wild heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 16/11/2018
Age : 27
avatar
 

« a very christmas »

Le monde tournait un peu dans la grande pièce du QG. Les petits plats dans les grands ne cessaient de passer devant mes yeux mais j'avais vraiment du mal à fixer mon regard sur quelque chose. Sulpicia avait bien fait de m'enlever le dernier verre, je ne tenais pas l'alcool et je me sentais déjà pas très bien.

Lily était dans un coin à discuter avec Nyn, je ne pouvais m'empêcher de détacher son regard d'elle, de sa longue chevelure de feu, elle était magnifique...mais pas pour moi. Mon regard se perdit peut de temps après sur celui de James. Une haine sans nom gronda dans mon ventre, j'irais bien lui casser la gueule à celui-là. A boire au lieu de s'occuper de sa femme. Mes poings se fermèrent et les jointures de mes mains étaient blanche. Black et Lupin étaient encore dans la cuisine. Quelle idée j'avais eu de venir passer noël ici, au lieu de rester tranquillement à Poudlard ou d'aller me mettre mal avec Lucius. Je pouvais toujours y aller plus tard si ça se passait mal ici.

Je vis Sulpicia rejoindre Hannah, elle avait réussit à s'échapper de Black. Pas besoin du héros Severus pour la sortir de là. Hannah était très belle aussi. Sa présence me mettait mal à l'aise, je ne savais pas comment agir avec elle. L'alcool qui me montait à la tête me donner des idées bien lubriques pour ce soir. J'avais envie, son corps me manquait plus que tout. J'étais terriblement frustrée de ne plus avoir ma rousse de compagnie à porter de main pour chasser Lily de mes pensées. Je suis horrible parfois.

Un peu gauche, je me déplaçais vers les deux jeunes femmes. Je manquais de me prendre une chaise qui tomba dans un bruit sourd. Les conversations s'arrêtèrent pour braquer leurs regards sur moi. Ils ne pouvait pas faire leurs affaires ailleurs ?

- Qu'est-ce que vous avez à me regarder tous ? Vous avez jamais vu une chaise tomber ?

Je repris ma trajectoire avec un regard bien noir pour la salle de réception. J'attrapais au passage un autre verre que je vidais d'un seul trait. Du Whisky, je manquais de m'étouffer, j'avais cru que c'était moins fort. Une potion anti gueule de bois allait être la priorité demain matin. Je levais mon verre vide face à Sulpicia et à Hannah.

- Alors les filles ? Vous vous amusez bien ? Moi d'enfer, quel pied cette soirée, qu'est-ce qu'on s'emmerde !

J'étais grossier devant les efforts qu'avaient donné Sulpicia et Lily pour cette soirée. J'étais amère, triste, rongé par le désespoir. Comme beaucoup ici mais moi je ne voyais que les visages heureux qui ne voulaient pas de ma présence.
Je pris Hannah par les hanches pour la caler contre mon torse. Je respirais son odeur enivrante. Je ne savais plus trop ce que je faisais. Il fallait que je prenne un peu d'air je crois.

- Toi, tu es là. Je la regardais dans les yeux, plongeant mon regard dans le sien. Je sentais une douce chaleur qui m’inondait les reins. Qu'est-ce que je foutais ? Lily n'était pas loin. Je n'avais pas le droit de lui faire ça. Mes lèvres se rapprochèrent des siennes, prête à les poser sur cette peau si douce. Quand tout d'un coup un puissant haut le cœur me prit et je dus me pencher vers la gauche pour régurgiter les derniers liquides que j'avais bu.
Quelle honte ultime. La tête me tournait encore un peu mais je me sentais un peu mieux.

Je sortis un mouchoir de ma poche pour essuyer ma bouche.

- Evanesco

Je fis disparaître ce qui restait du contenu de mon estomac. Je n'osais pas regardé Sulpicia et Hannah.

- Je crois que j'ai trop bu...désolé Pia, je gâche tout encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 24
avatar
A very merry christmas to you

Our hearts grow tender with childhood memories and love of kindred, and we are better throughout the year for having, in spirit, become a child again at Christmastime


Noël, il avait encore du mal à croire que c’était cette période de l’année. « Juste un seul plateau de verrine, mais je vais le faire. » Évidemment qu’elle allait le faire, elle était toujours en train de faire tout. Quoi qu’il puisse en dire ou même en penser, on ne pouvait pas enlever à Sulpicia son volontariat et sa volonté. Pourtant à son compliment, il la voit changer petit à petit. De ses yeux bleus, il ne reste que cette couleur dorée qu’il apprécie, pour ne pas dire qu’il l’adore… Hélas, sa crinière blonde et sans grand étonnement se change en un rouge vif, qui lui va. Qu’est-ce qui n’allait pas à cette femme. Pourtant, il se tait sachant très bien qu’elle avait cela en horreur. « Mère a toujours eu bon goût... » Quand elle s’en rend compte, il voit bien la lueur de panique dans ses iris. Merlin pourquoi détestait-elle autant son don, alors que lui l’adorait chez elle comme chez Nymphadora ? C’était… Il tend la main pour lui attraper le poignet, juste un moment, jusqu’à ce que Remus fasse place nette dans la pièce avec eux. Le soupir lui fit baiser la main et se tourner vers le Lupin, une mine contrariée sur le visage, voilà ce que Sirius servit à son ami, surtout vu la drôle de chose qui s’était produite l’autre jour. « Poudlard a tenu le choc durant nos années d’étude, mais je crois que les jumeaux Weasley auront raison de la plupart des professeurs ! Et pourtant, ils tiennent à peine debout ! » Finalement, même le Black a un sourire à lui accorder. C’est vrai, les jumeaux Weasley étaient insupportables, mais ça n’avait rien à voir avec le choc que cela allait faire à Poudlard. « C’est pourtant à nous de les entraîner… Enfin toi… Hormis leur dire comment être le parfait petit préfet en chef. » Se moque-t-il à l’adresse de son ami. Jusqu’à retourner son regard vers Mulciber qui avait retrouvé ses cheveux blonds. « Ils ont l’avantage de se connaître depuis plus longtemps… Et ne t’ont pas pour jouer au garde-fou mon cher Remus ! » Cependant, il reste surpris par la question suivante. La dinde ? Qu’importe, après tout la seule personne capable de les empoissonner pour des raisons politiques était morte dans d’atroces souffrances et la petite protégée, pour ne pas dire catin, de Severus n’avait pas touché un morceau de ce qui avait été fait en cuisine. Sirius reste d’autant plus surprise qu’il reprend une gorgée de sa coupe posée non loin. C’était donc la blonde qui avait fait à manger. C’était… Enfin, il ne pensait pas qu’elle sache le faire sans magie tout du moins. Surtout après ses études aux quatre coins du monde. « Allons-y avant que Bill et Charlie ne mangent tous les petits fours ! » Et elle disparut aussi vite que possible. Sirius soupire lourdement, et lance un regard en coin à Remus… Lourd de sens sans aucun doute. « La prochaine fois, n’oublie pas de me dire quand tu tentes de parler à une fille que je vienne lui souffler dans les bronches. » Dit-il en riant en prenant le menton de Remus entre ses doigts, un air narquois sur le visage, avant de souffler. « Aaah j’arrête, une fois ça m’a amplement suffit je t’assure. T’embrasses pas si bien que ça… » La taquine-t-il avant de revenir dans la pièce de vie, sans doute suivi de près par son ami. Lily avec Nyn, Sanders avec James, Molly avec ses enfants. Dora plus loin avec Ted. C’était un joyeux bordel après tout. Noël à l’Ordre. Même Sulpicia tentait de faire connaissance avec la nouvelle recrue de l’Ordre.

Il dirige son regard vers Snape comme pas mal de monde lorsqu’il fait tomber cette chaise, les mots acerbes qui sortent de sa bouche laissent Sirius pontois, alors qu’il se retourne vers Remus. « S’il continue, je vais lui faire bouffer son nez celui-là… » Pas qu’il était aimable avec Severus, mais c’était Noël. Tentant de capter le regard de James, en conversation avec Sanders, il ne dit rien, mangeant un autre petit four, absorbé par la contemplation des gens. Lily était jolie, Nyn également… Sulpicia, il ne voulait pas en parler. Pourtant, les mots de Snape le font encore sortir de ses gonds. « Remus, si tu ne me retiens pas, je vais très sérieusement aller lui faire rencontrer son créateur et on en sera débarrassé… » Vraiment, il pouvait aller loin, et Lily et Sulpicia s’étaient donné beaucoup de mal. Si bien qu’il passe à côté de sa sœur de cœur. Ajoutant à son adresse. « Si tu crois un mot de ce que dit ce rustre, c’est que tu as trop bu. » Et il file vers Hannah et Sulpicia, qui avaient, sans aucun doute besoin d’être débarrassé de ce gros lourd… Jusqu’à ce qu’il se colle dangereusement à la petite Hannah. La gêne qu’il éprouva même pour la rouquine était décuplée quand il vomit à gauche à ses pieds. Merlin. Même Black fronçât le nez, en prenant Sulpicia pour à tirer derrière lui alors que le professeur de potion prononce un « Je crois que j'ai trop bu... désolé Pia, je gâche tout encore ! » Autant dire que Black fronçât les sourcils d’autant plus. Pia. C’était le surnom qu’il lui avait donné des années avant. Et l’employer devant lui n’était certainement pas une bonne idée. Soir de Noël ou pas. Sirius vient jusqu’à tendre la main vers Hannah pour la tirer de ce mauvais pas, un air sympathique pour elle. « Tu l’excuseras, je crois qu’il n’a pas encore compris qu’il avait la boisson mauvaise. C’est malheureux quand on trempe sa vie entière dans des chaudrons. » Pourtant, il ne manque pas de pousser le Serpentard contre le mur, le ton et le regard mauvais. « Tu commences doucement à me pomper l’air Snivellus, comme pour ces dames ou les gamins. Je dois pas te rappeler que t’es simplement toléré ici parce que Dumbledore le veut bien. » Et c’était le cas, car à l’inverse, Sirius n’aurait jamais voulu de lui à l’Ordre. Quoi que puisse en dire Sadie, Remus ou n’importe qui. Il lâche son col, une dernière remarque plus marquée, plus froide et plus personnelle. « Si tu l’appelles encore une fois Pia, c’est mon poing dans la gueule et ta langue que je coupe Snivellus. » Il relâche sa pression et fait plusieurs pas en arrière pour revenir vers Hannah, alors que Sulpicia s’était déjà installée à table. « Pas besoin de te nettoyer, il t’a évité c’est bon ? » Sinon, c’était certain, il le foutait dehors.


CODAGE PAR AMATIS

_________________
Back in black
Yes I'm back in black
this fucking dimple will rule the world
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 11/11/2018
Age : 26
avatar
A very merry christmas to you
Rp Commun

James avait à peine fait attention à la supplique de Lily quand elle lui avait demandé de rester après l'arrivée de Nyn à ses côtés. Le jeune homme n'avait clairement rien contre son amie ni contre sa femme, mais la belle blonde semblait dans tous ses états et de ce fait, il avait pensé qu'il était mieux pour les deux amies de se retrouver seules et ainsi pouvoir à loisir discuter de tous les sujets de conversation qui les intéressaient et même se plaindre de lui si Lily le désirait. Il comprenait parfaitement qu'elle puisse le faire, il n'était pas vraiment la meilleure compagnie qui puisse être ses derniers temps, il ne cherchait pas non plus à ce que cela change et il se doutait que cela devait la blesser mais il ne supportait plus tous les automatismes qu'ils avaient pris et mis en place dans leur couple. Il avait l'impression que plus rien n'était totalement honnête. Même si James ne remettait d'aucune façon leur amour en cause, ils étaient tous les deux en train de survivre et leur relation en pâtissait grandement. Il voulait juste retrouver sa femme, la douceur de ses lèvres sur les siennes, la finesse de ses courbes qu'il effleurait de sa main alors qu'elle était encore endormie dans leur lit dans leur maison de Godric's Hollow, ses cheveux de feu contrastant avec la blancheur de l'oreiller sur lequel son magnifique visage reposait. Il y aurait tellement de choses à dire mais pour autant, comme pour sa colère et sa tristesse, tout cela restait coincer en travers de la gorge et il n'arrivait pas à s'exprimer comme il l'aurait voulu et ce n'était pas pendant les fêtes qu'il allait réussir à se détendre.

James avait donc quitté Lily et Nyn pour se diriger vers Sanders qui se montrait un peu sombre en cette soirée de Noël, comme quoi ce n'était pas parce que les blessures n'étaient pas visibles par tous qu'en réalité elles n'étaient pas là. James ne se serait aucunement permis de poser la question directement à son ami, il avait ses propres secrets et si James avait bien compris quelque chose, c'est que parfois, il fallait attendre que les autres s'ouvrent ou non à vous, mais l'important était de montrer à la personne qu'on restait là pour elle, quoi qu'il puisse arriver. James ne comptait pas s'arrêter de boire au cours de cette soirée, il avait même bien l'attention de picoler tout au long de la soirée pour pouvoir ensuite oublier totalement qu'on était le soir du réveillon de Noël, que son couple était en péril et que son fils n'était plus là et ne le serait plus jamais là. Il lui donna un petit coup d'épaule et alors que Sanders venait à refuser son verre, James ne se gêna pas pour le boire à sa place. « Effectivement … J'avais oublié ce détail comme quoi … Ce n'est pas grave tu m'accompagnes toujours et c'est déjà pas mal. » Il lui fit un clin d'oeil tout en regardant tout ce qui se passait autour d'eux, les gens ne cessaient de se croiser, discutant d'un côté puis passant à quelqu'un d'autre. Tout semblait heureux de se retrouver malgré l'ambiance maussade qu'il régnait à l'extérieur du QG et toutes les difficultés qui ne manqueraient pas d'arriver. James secoua la tête. « Je ne peux vraiment pas compter sur toi pour m'en sortir. Même le nouvel an je suis obligé de le fêter ? Tu n'aurais pas une potion pour pouvoir me ratatiner dans mon lit pendant quelques jours ? … Faire ce coup là, d'après ce conte pour enfant ? La belle au bois dormant je crois …  Je me réveilleras par un baiser d'amour sincère … Ne laisse pas Sirius approcher quand il aura trop bu surtout ! »

D'ailleurs quand on parlait d'abord trop bu, il semblait qu'il y en avait un qui avait un peu trop profité de la fête et qui était en train de salir un peu plus son image si cela pouvait être possible. Severus fit tomber une chaise, déclenchant un certain mouvement en sa direction alors qu'il tentait tant bien que mal de slalomer entre les différentes personnes et les divers objets qui se trouvaient la pièce. James reposa ses coupes de champagne qu'il tenait dans les mains pour pouvoir observer la scène pathétique qu'il avait sous les yeux. Après tout, il avait déjà bien bu depuis son arrivé, mais il ne se serait jamais comporter aussi minablement et surtout allant déranger deux jeunes femmes qui n'avaient strictement rien demandé que de profiter d'une bonne soirée avec tous les membres de l'Ordre du Phénix qui avaient pu se libérer pour l'occasion. Discrètement James commençait à s'approcher, pour le moment Rogue n'avait pas fait encore quelque chose de stupide. En voyant Sirius surgir à son tour, James ne pouvait que se dire que cet homme était sincèrement son frère, réagissant de la même façon à la menace alcoolique que représentait à cet instant Severus. Il fut le premier à venir en aide à Sulpicia et à Hannah, les deux semblaient un peu surprise par les événements. Sirius ne manqua pas de le coller contre le mur avant de s'éloigner dans un calme presque olympien par rapport à ce que son meilleur ami était habitué à voir. Sirius était dans le rôle du protecteur mais James lui n'avait personne à protéger si ce n'était sa femme et il se doutait bien que l'ancien serpentard ne manquerait pas d'aller voir pour pleurer dans ses jupons comme il savait si bien le faire, et il était tout simplement hors de question qu'il ne l'approche d'une quelconque façon. « Je m'en occupe » Lança-t-il à l'attention de Sirius. Il regarda un instant Lily avant de récupérer Rogue par le col et de commencer à lui faire traverser la pièce principale où tout le monde était réuni. « Je ne sais pas à quoi tu joues sale serpent, mais je crois que tu viens de nous démontrer à quel point tu es sinistre et que tu ne sais clairement pas te tenir en société. Quelle classe Snivellus ! Tu viens de finir de te ridiculiser, et je ne crois pas qu'agresser des jeunes filles sois tout à ton honneur. » Il tenait l'homme avec une poigne de fer il n'avait clairement pas décider de le lâcher. Il arriva de ce fait devant la porte du QG qu'il ouvrit à la volée, relâchant alors Severus sur le seuil de la porte. « Maintenant tu te casses Rogue ! A moins que tu n'ais envie que je te refasse toute la façade avant la fin de l'année ! Et je te déconseille d'approcher une seule fois encore Lily, Sulpicia ou Hannah, sinon tu me trouveras sur ton chemin. » James croisa les bras, le fixant d'un regard noir, la porte était toujours ouverte, il attendait de voir si Rogue était assez intelligent pour penser à sa survie ou s'il avait décidé de signer son arrêt de mort.
(c) DΛNDELION

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 128
Date d'inscription : 24/11/2018
Age : 24
avatar


A very merry christmas to you
The Order Of The Phenix

« Christmas will always be as long as we stand, heart to heart, and hand to hand »
Les réponses de James m'amusent et je lui offre un sourire sincère en avalant une autre gorgée sucrée de jus de citrouille. Le liquide frais coule dans ma gorge, chatouillant mes souvenirs heureux. C'est que je bois habituellement de l'eau, simplement, et du thé, toujours. Le jus de citrouille me rappelle Poudlard et ses banquets, ses grandes tablées gorgées de rires et de chamailleries en tous genre, Rose, Merta, Thémis... La nostalgie est étrangement moins douloureuse alors que je pose mes yeux sur la salle remplie d'une chaleur que j'avais oubliée. Bien sûr, les tristesses sont encore présentes, les conflits également. Mais il y a dans l'attention donnée à chaque décoration, le soin des plats dont les odeurs embaument la pièce, et le coeur de tous les invités, quelque chose qui rend l'espoir et la joie possible. Et il y a les enfants. J'ai toujours pensé que les enfants étaient les meilleures raisons de se battre pour quoi que ce soit. Ils sont un avenir qui n'est pas encore décidé, une possibilité futur, indéterminée. Ils sont l'espoir, en somme. Et ils posent sur le monde un regard emprunt d'amour et de joie sans aucune tâche.

Un brouhaha commence à se créer quand Severus traverse presque violemment la pièce, renversant une chaise. Il est bancal dans sa marche, dans ses paroles, dans cette colère et cette tristesse brouillonne qui règne dans son coeur en ébriété. Le bruit qui racle dans mes oreilles quand la chaise se fracasse dans le sol n'est rien en comparaison aux sentiments de rejet puissant de l'homme abruti par l'alcool. Les regards qui se posent tous sur lui aggravent la situation et je redeviens sombre à songer qu'il se perd, là, devant mes yeux. C'est quelque chose que je n'aime pas et le maître des potions ne prend certainement pas le bon chemin, à presque hurler son ressentiment en rejetant la faute sur des faits innocents. Je fronce les sourcils devant la scène qui semble annoncer une petite anicroche dans cette soirée qui n'avait pas si mal début finalement. Severus se comporte comme un imbécile et je me dis que je dois intervenir. Je n'ai pas le temps d'esquisser le moindre geste qu'il vomit sa rage et l'alcool qu'il a ingurgités ces derniers temps. Je ressens comme une irritation l'énervement de tous, qui espéraient en cette soirée un calme peu courant en ces temps agités.

Les excuses de Severus ne servent pas à grand chose devant l'exaspération de chacun et les vieilles rancoeurs qui refont surface. Mon irritation augmente quand Sirius s'énerve. C'est que je prends pour moi les agacements de chaque personne ici présente et que je trouve qu'il n'y a pas besoin d'en rajouter. On dirait des enfants qui se battent pour savoir qui est le plus noble. Les jugements acides m'énervent et les surnoms qui sortent plus encore. C'est que les sermons sont facilement donner par des hommes qui oublient que les autres souffrent aussi, par prétexte d'une rancune tenace. Je ne défendrai certes pas les actions de Severus qui sont déplacées en ce réveillon de Noël, mais les réactions de Sirius, plus de James qui emporte l'homme en dehors ne me laissent pas froid. Je n'ai pas une impression de justice, mais bien plus une amertume. Je regarde ceux qui sont là.

- Il y avait d'autres façons de faire.

Je sens que l'on me regarde, presque outrés. Je lève les bras en signe d'apaisement.

- Je ne l'excuse pas. Mais je ne vous excuse pas non plus. C'est Noël, un peu de compassion !

Je quitte la pièce à la recherche des deux hommes qui sont partis et entend les paroles de James. Quelque chose remue en moi. Je pose une main qui se veut apaisante sur l'épaule du sorcier qui regarde avec mépris Severus.

- Calme toi, James. Va retrouver ta femme, c'est ce qu'il y a de mieux à faire, plutôt que de te perdre dans ce comportement qui ne te rend pas honneur.

Je me tourne vers Severus.

- C'est Noël, pas le dernier bar avant la fin du monde. S'il y a un moment où il faut mettre ses soucis de côté, c'est sans doute celui-là. Reprend toi, car ton comportement à toi aussi n'est pas qualifiable !

Je lui jette un regard entendu, ne lui ordonnant pas, comme James de s'en aller, car l'homme n'est pas un enfant que l'on peut châtier comme cela. Il doit prendre ses propres responsabilités et assumer ses humeurs. Je jette un oeil à James, et retourne dans la salle, presque fâché de ce qu'il s'est passé. Mais c'est surtout cet amas de colère qui m'a rendu amer, ces ressentiments de tous qui ont pris le pas sur mon coeur. Quand je reviens dans la pièce où se trouvent les autres invités, je sens que les regards retombent sur moi, mais je ne m'en formalise pas. J'essaye de sourire, bien maladroitement. D'un coup de baguette, je fais apparaître sous un sapin un tas de cadeaux.

- Je sais que les cadeaux, ça sera plus tard, mais vous savez que je ne peux pas rester jusqu'au bout. Alors voilà, c'est les miens, pour vous tous. Les noms sont sur les paquets !

Je prends mon verre et le lève.

- C'est une fête ce soir, alors profitons-en, non ? A Noël !

(c) DΛNDELION

_________________
we accept the love we think we deserve
everybody knows that everybody dies

La vie est pleine d'occasions presque manqués et de coups de chance absolue, de grand amour et de petits désastres. La vie est faite de milk-shakes à la banane, de cuisines équipées, et de chaussures de toutes les formes et de toutes les tailles. La vie est banale à en mourir et fabuleusement incroyable. La vie c'est tout ça à la fois, à chaque instant. Alors il faut prendre tout ce qu'il y a à prendre.

(c)wild heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 844
Date d'inscription : 10/08/2018
avatar

A very merry christmas to you.
ft. Order of Phoenix

Sa main était sur mon poignet, comme pour me stoppée dans ma réaction excessive face à ce don, cette malédiction qui était la mienne. Mes yeux dorés dans les siens, d’un vert pur. Je ne savais plus comment réagir. Mes cheveux rouges. Mon cœur qui battait. La chaleur qui se rependait dans mon corps. Toutes ces émotions que je ne pouvais contrôler. Qui étaient totalement incontrôlables, qui m’étouffaient et me faisaient autant jouir d’un espoir inavouable… Et d’une peur presque étouffante de voir mon cœur se briser. Voilà de quoi j’avais peur. J’avais peur de l’avoir de nouveau dans ma vie, j’en mourrais d’envie, mais je savais que je ne survivrais pas s’il m’arrivait de le perdre à nouveau. Alors, l’intervention de Remus me libéra d’une pression que je ne pouvais contrôler. Sirius me libéra de son regard et observa Remus, un air contrarié rapidement envolé par son coté joueur.
Fuir, fut plus simple, laissant les deux jeunes gens s’amuser tandis que moi, j’avais rejoins Hannah dans le salon. J’observais du coin de l’œil les enfants manger les petits fours, courir la bouche pleine, jouer ensemble. Un sourire presque attendri sur les lèvres.

J’étais en pleine conversation avec Hannah lorsque j’entendis une chaise tombée. M’imaginant que l’un des enfants qui courraient n’avait pas fait attention. Tout simplement. Mais ce fut un Severus pompette sur lequel mes yeux bleutés se déposèrent. J’observais Lily qui était plus loin en pleine conversation avec Nyn. Severus se plaignait de l’ambiance morne de la soirée. Hors, elle ne faisait que de commencer, il n’y avait nullement de quoi se plaindre. Imbibé. Le sorcier se rapprocha de nous, demandant si nous nous amusions bien….
Il délirait. Me mettant malaise lorsqu’il se rapprocha beaucoup trop d’Hannah. Son regard était lubrique. Beaucoup trop pour moi. J’avais envie de fuir, loin d’être habituée à ce genre de conversation….De la part de Snape. Observant Hannah dans les yeux, j’allais lui prendre la main pour la tirer de là.
Sirius se rapprochait au fur et à mesure que la conversation avançait. Il finit par me prendre le poignet pour me faire passer dans son dos. Le nez retroussé, j’observais rapidement ses traits en me laissant faire. Le comportement désespéré de Severus allait trop loin. Il avait finit par rendre son estomac en se baissant pour ne pas tacher Hannah, qui faisait l’objet du désir du sorcier.
Tentant de se montrer chevalier avec la rousse, Sirius s’excusa du comportement du potionniste. Comment réagir correctement dans cette situation ? Ma main glissa dans le dos du brun, ce dos que j’avais touché plus d’une fois, dans des situations plus cocasse que celle-ci, et se posa sur son bras. « Reste calme…Je t’en prie. » Il avait juste abusé. Il ne tenait pas l’alcool. Son comportement n’était pas excusable, loin de là. Ma main coupa tout contact, je me reculais à présent, n’entendant pas la suite de la conversation. Certes, j’avais entendu Severus s’excuser de tout gâcher, mais ce n’était pas en se répandant en excuse, qu’il allait réussir à améliorer son comportement.
Quittant les deux jeunes gens, j’avais pris la main de Ronald qui était au milieu du salon, et observa les autres enfants Weasley. « Nous allons passer à table les enfants, voulez-vous bien vous installer ? Molly, Arthur ? Il y a du jus de citrouille sur la table pour les petits. » Leur lançais-je en aidant Ron à s’installer sur la chaise qui lui était attitrée. Mais ce fut sans compter sur l’attention que tous avait de nouveau tournés vers Severus… Et James, cette fois-ci. Qui tira Severus vers la sortie du salon tandis que Sirius, proposait son aide à Hannah.
Sanders alla rejoindre quelques instants James et Severus. Nous ne pouvions entendre du salon ce qui se disait dans le hall, mais je profitais de cette accalmie pour annoncer. « A table tout le monde, sinon ce sera froid ! » Je fis signe à Lily de s’approcher avec Nyn pour s’installer à table. Souriant, histoire de briser un peu la glace qui semblait s’installer au sein du groupe présent. James revint, je lui fis signe de venir à table, lui aussi. Me retournant cette fois pour chercher des yeux Sanders, mais aperçu Sirius et Hannah en pleine conversation. « Ba…Sirius, Hannah… Venez, nous allons manger… »Babe. J’allais user du surnom que je lui donnais lors de nos années Poudlard, me retournant en me mordillant la lèvre, je me dis que je venais d'éviter la catastrophe, n'osant nullement regarder les autres dans les yeux.
Claquant des doigts, je fis apparaître le reste de l’entrée, surtout, celle de Sanders sans produits provenant d’être vivant. En parlant de Sanders, il revient, souriant comme il le pouvait. D’un coup de baguette magique, il fit apparaître des cadeaux sous le sapin, levant son verre pour proposer un toast. Tirant la chaise à mes cotés, je lui fis signe de s’installer à mes cotés. « A Noel ! » Répétais-je en levant mon verre à mon tour. « Et bon appétit ! » Lançais-je en m’asseyant.



_________________

- Sans rire c’est plus facile de rêver-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 22
avatar
A very merry christmas to youDans le monde, il n'y a pas d'un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d'ombre en chacun de nous. Ce qui compte c'est celle que l'on choisit de montrer dans nos actes, ça c'est ce que l'on est vraiment. Hannah n’avait bu qu’un seul verre de champagne lorsqu’une blonde se plaça à ses côtés.

« Je ne vais pas te dire que ce n’est pas très conseiller. On s’en fiche ce soir. »

La rouquine tourna son visage vers elle, fronçant les sourcils de surprise. Elle était la deuxième à lui adresser la parole ce soir. Quoique son échange avec Severus avait été assez rapide. Un petit sourire prit forme sur ses lèvres, bien qu’elle resta tout de même sur ses gardes. Hannah ne faisait pas aussi facilement confiance. Mais une chaleur l’envahit et cela ne provenait pas de l’alcool qu’elle avait ingurgité quelques minutes plus tôt. Hannah avait passé trois longues années à faire le trottoir et elle n’arrivait pas encore à réaliser que cela était enfin fini. La rouquine attrapa une autre flûte de champagne.

« J’imagine que tu dois savoir comment je m’appelle, mais je préfère me présenter officiellement. Hannah Spellman. »

Répondit la jeune sorcière en tendant sa main en direction de l’inconnue. Mais avant que cette dernière ne put la serrer, un énorme brouhaha se fit entendre un peu plus loin.

« Qu’est-ce que vous avez à me regarder tous ? Vous avez jamais vu une chaise tomber ? »

Hannah se figea presque instantanément. Cette voix ne lui était pas inconnue.

« Severus… » Souffla-t-elle entre ses dents alors que le concerné se dirigeait vers les deux jeunes femmes. Hannah était tétanisée, comme figée sur place. Tout se déroula extrêmement vite. Elle le vit attraper un verre de whisky, le vider entièrement et ensuite tousser. Et en un instant, il se trouva devant elle, lui crachant des mots d’une voix pâteuse. Hannah ne supportait pas son haleine qui empestait l’alcool.

« Alors les filles ? Vous vous amusez bien ? Moi d’enfer, quel pied cette soirée, qu’est-ce qu’on s’emmerde ! »

L’ancienne prostituée regarda avec horreur son amant. De quel droit osait-il se conduire de cette façon ? Comment osait-il être aussi désagréable et avoir des propos aussi déplacés ? Hannah écarquilla les yeux, jamais elle ne l’avait vu dans cet état et une petite voix dans sa tête lui souffla « Lily ». Bien sûr. Il buvait parce que l’amour de sa vie se tenait dans la même pièce que lui, dans la même pièce où la prostituée avec qui il s’envoyait en l’air, était également. A cette pensée, Hannah sentit son cœur se briser, se fendre en deux. Puis, avant qu’elle n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit, l’ivrogne l’attrapa par les hanches pour l’attirer à lui. La rouquine posa ses mains sur son torse, tentant de le repousser en douceur.

« Toi tu es là ».
« Ecoute Severus, tu devrais rentrer… » Commença-t-elle, le regard braqué dans le sien, mais elle ne termina jamais sa phrase. Lorsque Severus approcha ses lèvres des siennes, la rouquine recula légèrement son visage. Puis, soudainement, son amant tourna son visage vers le côté et vida le contenu de son estomac à ses pieds. Les joues d’Hannah commencèrent à virer aux rouges, tandis qu’elle sentit ses yeux s’humidifier. Elle se sentait humiliée. Tous les regards étaient braqués sur eux, certains murmuraient entre eux. Hannah ne savait pas quoi faire, mais elle ne pouvait pas laisser son ami dans cet état. Bien que le maudissant intérieurement, la jeune femme le redressa et murmura doucement :

« Je t’en prie, Severus, rentre. Ne gâche pas cette soirée. »
« Je crois que j’ai trop bu… désolé Pia, je gâche tout encore ! »

Hannah n’en croyait pas ses oreilles. Aucune excuse pour elle ? Il venait de vomir à ses pieds et rien ? La jeune femme recula d’un pas, la colère prenant le dessus sur la honte. Le fixant sévèrement, elle leva sa main et l’abattit sur la joue de son amant. Elle n’avait pas pu contrôler son geste. Le bruit de la gifle résonna dans toute la pièce. Les larmes aux yeux, Hannah n’avait qu’une seule envie : disparaître. S’enfuir loin d’ici, loin de cette salle bondée qui les observait tous.

« Tu l’excuseras, je crois qu’il n’a pas encore compris qu’il avait la boisson mauvaise. C’est malheureux quand on trempe sa vie entière dans des chaudrons ».

Hannah redressa son visage et vit un homme qui lui tendait la main, sans réfléchir elle l’accepta.

« Merci… » Répondit-elle dans un murmure, la voix tremblante. Elle n’osait pas regarder autour d’elle, voir tous ses gens qui l’observaient la mettait mal à l’aise.

Pendant que l’inconnu se disputait avec Severus, Hannah préféra s’écarter légèrement. Elle essuya ses larmes qui continuaient de couler puis un soupir s’échappa de ses lèvres. Elle était nouvelle ici, et voilà que maintenant on la regardait avec pitié et désespoir. Baissant la tête en direction du sol, elle tenta de comprendre le comportement de Severus. Mais en vain. Elle allait devoir s’expliquer avec lui. Lui parler de cette Lily. Car s’il se mettait dans cet état pour elle, alors Hannah n’avait rien à faire dans sa vie.

« Pas besoin de te nettoyer, il t’a évité c’est bon ? »

L’inconnu était revenu, Hannah redressa son visage puis hocha la tête en guise de réponse. Heureusement, il n’avait pas vomi sur elle. Mais en tournant la tête, Hannah vit que Severus se disputait avec un autre homme. Devait-elle prendre sa défense ? Ou le laisser se débrouiller ? Hannah était partagée entre deux sentiments contradictoire.



©️ 2981 12289 0

_________________

   
Sweet dreams
I'm not scared ! I wanna be scared ! I wanna be hurt ! I wanna remember ! I'm not scared ! I'm not scared, I'm not scared, I'm not scared, COME ON ! COME ON ! COME ON !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 107
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 24
avatar
A very merry christmas
ft. the order of the phoenix

« I just want you for my own, more than you could ever know. Make my wish come true, all I want for Christmas is you. »
Lily s’était installée dans l’un des petits canapés, tenant Nyneve par la main. Toutes deux avaient commencé à discuter de tout comme de rien. De temps en temps, en train de siroter leurs deux coupes, leurs regards se perdaient sur les différents invités. Lily crut même à un moment croiser le regard de Severus qui semblait bien entamé comme une allumette. Elle ne se trompa pas sur son impression lorsque le sorcier traversa la pièce, devant Nynève et elle, pour renverser une chaise dans un bruit fracassant : « Qu'est-ce que vous avez à me regarder tous ? Vous avez jamais vu une chaise tomber ? » Un court silence étrange, des regards échangés, puis les discussions reprirent doucement. Tentant de faire comme si de rien était, Lily avait poursuivi sa conversation avec Nyn concernant les enfants Weasley, où cela lui fit un pincement au cœur d’imaginer la famille Weasley si festive et joyeuse au quotidien dans cette ambiance familiale, alors qu’elle peinait à faire résonner le son de la voix de James dans une demeure qui n’était même pas la leur.

Et là, l’ambiance tourna étrangement. A quelques mètres des deux sorcières, une scène presque irréaliste se déroulait sous leurs yeux. Comme s’il se donnait en plein spectacle, chose qui ne lui ressemblait pas à la normale, Severus Snape eut l’un de ces airs arrogants qu’il n’avait jamais eu, ce qui fit grimacer Lily. Cette lourdeur envers Hannah, ces gestes déplacés… Un coup d’œil vers James et elle comprit que cela allait tourner au désastre si tout le monde commençait à agir comme des lutins de Cornouailles. Sirius fut le premier à traverser la pièce, à l’encontre du jeune homme, passant par Lily, lui soufflant un petit : « Si tu crois un mot de ce que dit ce rustre, c’est que tu as trop bu. ». Elle haussa les épaules, elle qui avait déjà été plus vexée que cela par les propos de Severus par le passé. Mais le bruit de la main de l’autre rouquine sur la joue de Snape manqua de faire sursauter Sirius et Lily. Et là, Sirius se remit en route pour attraper Severus par le col. Les paroles fusèrent dans tous les sens, sur lui, sur Sulpicia, même sur Hannah. Et ce fut le début de la décadence.


Lily aurait pu parier quatre-vingt gallions et trois mornilles sur la présence de James dans le chantier. En l’espace de quelques minutes, les traits du visage assombri de James s’étaient tiré en une colère sans nom. Après un bref regard échangé, Lily l’avait vu démarrer au quart de tour. « Oh c’est pas vrai… Il ne manquait plus que ça.. » murmura-t-elle à Nyn, inquiète. Sans en entendre les paroles, comme l’image sans le son, Lily le vit attraper le prince des potions par le col et commencer à le déplacer de force vers l’extérieur. « Maintenant tu te casses Snape ! A moins que tu n'aies envie que je te refasse toute la façade avant la fin de l'année ! Et je te déconseille d'approcher une seule fois encore Lily, Sulpicia ou Hannah, sinon tu me trouveras sur ton chemin. » A partir de ce moment-là, Lily n’écoutait plus son amie qui tentait de meubler la conversation. Elle s’était même levée, aux aguets. L’alcool lui montait à la tête et pourtant, elle crut à une douche froide sur elle. C’était une scène indescriptible, entre James qui forçait la sortie à Severus, et ce dernier qui se débattait autant qu’il le pouvait. « James ! » s'écria-t-elle, avant de lancer des regards alarmés vers Sirius, puis Remus. Intérieurement, elle s’affola, comme une crise d’angoisse en approche : elle voyait un vieux souvenir lointain de cinquième année de Poudlard ressurgir comme un cauchemar bien réel. La dernière altercation en date entre James Potter et Severus Snape avait fini par coûter cher.

Que devait-elle faire ? Sanders passa devant elle d’un pas rapide en un coup de vent, bien plus consciencieux pour le coup pour gérer la situation. Elle-même perdait juste ses moyens lorsqu'elle voyait James perdre le contrôle, à juste titre ou non. Sans se rendre compte, Lily se tenait à côté d’Hannah l’espace d’un quart de seconde, dans un état similaire au sien, à se demander comment réagir ; une nouvelle ressemblance qui lui fit froncer les sourcils. « Tu devrais aller te changer Hannah. » Après un regard échangé avec elle, puis avec Sulpicia qui tentait de ramener cela à quelque chose de correct, Lily quitta la pièce de vie à la suite de Sanders, en prononçant à plusieurs reprises le prénom de son époux d’un ton affolé, comme si cela allait lui faire cesser son geste d’ici la porte d’entrée. En vain. « Calme-toi, James. Va retrouver ta femme, c'est ce qu'il y a de mieux à faire, plutôt que de te perdre dans ce comportement qui ne te rend pas honneur. » Ladite femme de James, à savoir Lily, se tenait juste derrière Sanders, près de la porte d’entrée du quartier général, à quelques mètres d’eux. La raison et le calme s’incarnaient en Sanders, mais risquaient d’être des paroles inutiles face au carnage entre les deux hommes. Elle-même tremblait, à ne pas savoir comment allait tourner la situation, elle s’était même surprise à frôler sa propre hanche où se tenait sa baguette, coincée dans sa robe. Elle n’avait plus confiance en l’imprévisibilité de Snape, tout comme elle savait que les limites de James étaient tombées depuis la mort d’Harry. « C'est Noël, pas le dernier bar avant la fin du monde. S'il y a un moment où il faut mettre ses soucis de côté, c'est sans doute celui-là. Reprend toi, car ton comportement à toi aussi n'est pas qualifiable ! »

Mais aussitôt qu’elle crut que Sanders allait contrôler la situation, elle le vit tourner les talons et retourner dans la pièce de vie. Aussitôt, Lily avança à grands pas rapides vers le seuil de la porte où les deux hommes se fusillaient du regard, où le moindre geste de travers de l’un allait être le déclenchement d’une attaque de l’autre. « James, non ! Arrête ! » Arrivée précipitamment à la hauteur de James, elle s’intercala entre les deux sorciers et tenta d’éloigner son époux de l’ancien Serpentard, pour qui elle n’eut même pas un regard pour ne pas se prendre une remarque une nouvelle fois, comme auparavant. « Arrête, c’est bon… Il va partir ! » Elle chercha à faire reculer James, mais entre la poigne du jeune homme et sa force de souris, doublée par l’alcool qui l’affaiblissait, cela ne devait pas donner grand-chose. Elle tremblait complètement, de peur à ce que ça dégénère encore plus. « Tu vois bien qu’il est complètement saoul… Calme-toi, ça ne sert à rien... » Pourtant, elle savait que ses paroles n’auraient aucun poids et que se trouver là, sur le seuil de la porte, finirait par lui coûter cher. Lily, ou l'art d'arrondir les angles, sans doute un peu trop naïvement.
(c) DΛNDELION

_________________

Sweet Little Lily
stone, the world is stone, cold to the touch and hard on the soul. in the gray of the streets, in the neon unknown, i look for a sign that i'm not on my own, that i'm not here alone.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
A very merry...
ft. Order



Habillé pour l’occasion, Peter était vêtu d’un costume chic et de bonne main, noir de la tête aux pieds. Il avait quitté la petite sauterie des sang-purs et de leurs « proches » pour rejoindre le QG de l’Ordre du Phénix. Transplannant au sein de Près-Au-Lard, le sorcier du marcher une dizaine de minutes pour rejoindre la porte de la maison illuminée par les décorations de Noel. Comme toutes les maisonnettes du village sorcier. Alors qu’il était couvert de neige, emmitouflé dans son manteau d’hiver, son échappe des Gryffondor autour du cou, il se stoppa. Assistant à une drôle de scène. La porte venait de s’ouvrir devant lui alors qu’il allait prendre la poignée dans la main pour la tournée. Mais ce fut James, furieux, que le sorcier aperçu dans l’encadrement de la porte. Il tenait Severus par le col et semblait le mettre dehors. «Maintenant tu te casses Rogue ! A moins que tu n'ais envie que je te refasse toute la façade avant la fin de l'année !» Lança-t-il au Serpentard. Peter, qui ne comprenait pas réellement ce qu’il se passait, entra tout de même, déposant sa cape pleine de neige sur le porte manteau de l’entrée. Il fit disparaître la neige qui commençait à fondre sur le carrelage, distraitement. Observa quelques instants l’intervention de Sanders et prit sur lui de disparaître le plus rapidement possible dans le salon.

Pettigrow n’était pas certains de réellement vouloir savoir… Après tout, il n’était pas la pour se prendre la tête avec les membres de l’Ordre…Lui. Il se rapprocha de Nyn, et la salua, un sourire aux lèvres. « Salut Nyn ! » Il n’était pas très à l’heure, mais tous savaient qu’il travaillait beaucoup. Ce n’était pas étonnant après tout ! Ne restant pas avec Nyn, Peter se déplaça dans le salon pour aller saluer Molly et Arthur, leur souhaitant un joyeux noël au passage.
Le vent semblait avoir tourné, Sanders était revenu de son intervention auprès de James et Snape. Il leva son verre afin de porter un toast. « A Noel ! » Un sourire se dessina sur ses lèvres tandis que Peter, attrapa un verre de champagne qui flottait. Sulpicia intima l’assemblée à passer à table tandis que Sirius discutait avec la nouvelle venue. Pete, lui, ne put s’empêcher d’aller voir Remus tandis qu’ils s’installaient pour le saluer. « Salut Remus ! Il semblerait que j’ai raté pas mal de choses dis donc ! » Lança-t-il, presque moqueur en cherchant des yeux sa place sur la table.



_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 71
Date d'inscription : 16/11/2018
Age : 27
avatar
 

« a mery christmas »

Avant même que je me rende compte de la suite des évènements, j'étais bloqué au mur par Black qui me retenait par le col. Mon esprit était encore très embrouillé et j'avais du mal à refaire le fil pour savoir comment j'en étais arrivé là. Je n'ai pas très bien compris les paroles de Black, seulement le nom Pia, j’imagine qu'il n'était pas content que j'use de ce surnom là...c'est vrai que j'avais lâchement oublié les avertissements de Sulpicia à mon égard concernant l'utilisation de ce prénom là quand Sirius était dans les parages. Je ne pus m'empêcher de sourire légèrement, énerver Black c'était toujours une bonne chose. Mon regard vit rouge cependant quand il s'adressa à Hannah. Me rappelant vaguement le claquement de sa main sur ma joue quelques secondes auparavant. Je n'ai pas compris, je n'ai riens compris encore une fois. Je ne sais pas y faire avec les femmes. Il n'avait pas intérêt qu'il mette ses sales pattes sur elle. Qu'elle se tienne le plus éloigné de Black et elle ne s'en porterait que mieux.

Alors que je m'apprêtais à lui recracher ses mots en pleine tête, un autre se mêla de la partie. Potter bien sûr. Comment pouvez t-il en être autrement ? Monsieur aimait parader et aimait être au centre des autres. Une occasion comme celle-là pour m'humilier davantage c'était son aubaine !
Ses paroles me donnèrent une rage sans nom. Cette petite merde se permettait de m'insulter de la sorte. Pour qui se prenait-il ? Le prince de Gryffondor. On est plus à Poudlard, on est dans le monde réel maintenant, il était hors de question que je me laisse faire davantage.
Je me dégageait de sa prise d'un coup sec, l'obligeant ainsi à reculer à une distance respectable. Alors que je m'apprêtais à lui répondre, Sanders surgit. Il avait tous décider de venir voir le spectacle ce soir ou ça e passait comment ?

Mon comportement n'était pas qualifiable. Oui Potter va retrouver ta femme tel un petit toutou. Je n'avais toujours pas pu en placer une et mes jointures de mains se blanchirent davantage, j'avais l'impression que j'allais exploser sur Potter.
Pourtant ma rage s'évanouit presque quand sa chevelure flamboyante se mit entre moi et lui. Pas un regard de sa part. J'avais le cœur qui suintait de larmes. J'étais tellement brisé, ici, seul. Et je perdais encore la face devant lui. Malgré mon état d'ébriété important, il était hors de question que je refasse la même erreur quelques années plus tôt.

- Potter ne me touche plus jamais où tu le regretteras. Et surtout ne t'approches pas d'Hannah, toi et ton insupportable tête immense qui pensent être au dessus des autres. Tu es content n'est-ce pas ? D'avoir humilier une personne pour te sentir supérieur ? C'est à ça que tu en es réduis pour exister ? Si je suis pathétique tu l'es tout autant que moi sache le.

Je restais quelques secondes sans rien dire, sentant la tension retomber légèrement après ma tirade. Je n'avais pas pu dire tout ce que j'avais sur le cœur car Lily était là mais c'était déjà ça. Je me sentais un peu soulagé. Je n'aurais jamais du venir ici pour Noël. J'avais été bête de croire que je pouvais être accepté pour une fois, au milieu de tous ces gens qui me détestaient pour la plupart et que je n'appréciais pas non plus.
Pettigrow entra à ce moment là, se sentant de trop au milieu de ce drama. Il se dégagea rapidement de l'entrée et s'en alla rejoindre les autres.

Dans un chuchotement presque inaudible, je ne pus m'empêcher cette parole pour Lily. "J'espère qu'un jour tu me pardonneras pour toutes mes erreurs"

Sans un regard de plus pour eux, je tournais les talons, claquant la porte derrière moi. Attendant quelques minutes ainsi sur le perron de la petite maison, je restais dans le froid en observant sans vraiment voir les alentours, le cœur lourd. Mes genoux s'effondrèrent doucement dans la neige alors que mon corps se retient quelques peu contre le mur de la maisonnette. J'avais besoin de réfléchir, mon esprit était encore trop embrumé par tous ce qui venait de se passer. Je sortis ma baguette et transplana près des grilles de l'école.

Mes pas lourd laissèrent des traces dans la neige alors que je passais non loin de la cabane de Hagrid qui semblait bien noire sans son maitre des lieux. Je n'avais pas le cœur à aller à la soirée de Regulus. Je voulais rester seul dans mon antre. Alors que je pénétrais dans le hall, j'entendis les éclats de voix venant de la grande salle et cela ne me donna absolument pas envie de me donner en spectacle. J'aurais peut-être du écouter Minerva qui m'avait mis en garde d'y aller.

Mes pas me menèrent rapidement dans mes appartements, dans les cachots, dans lesquels je pus enfin m’effondrais sur le sol. Une migraine pointait déjà le bout de son nez. Je dus faire beaucoup d'efforts pour me lever à nouveaux afin de déboucher une potion que j'avalais d'un trait. Le fauteuil me sembla une bonne option pour ce soir. Je restais ainsi bien une heure à regarder le sol froid de pierre, appréciant le silence, essayant de ne pas penser à ce qu'il c'était passé ce soir.

- Jonas

Un petit être apparût quelques secondes après. Il était vêtu de l'uniforme des elfes de Poudlard, un sourire ornait ses lèvres. Nous nous connaissons depuis des années. L'elfe m'avait déjà nourrit lorsque j'allais aux cuisines après mes rentrées, rachitiques que j'étais à cause de mon père.

- Peux-tu faire venir un repas s'il te plait ?

- Bien maître Severus, je vous fais venir tout cela avec une petite tisane comme vous l'aimez.

Je le remerciais d'un hochement de tête et d'un léger sourire. Ce petit être connaissait mes habitudes. Je lui en étais reconnaissant.
Le repas étant finit depuis bien plus d'une heure, quelques miettes gaspillées se battaient en duel dans mon assiette vide, je laissais mon esprit enfin divaguer.
Je filais à la volière, deux présents dans ma poche que je n'avais pas pu donner ce soir, deux présents qui m'étaient important.
Une jolie biche en argent avec deux saphirs scintillants alla à Lily. Pas un mot, rien d'autre que ce petit bijou dans un jolie écran rouge et or.
Un pendentif en or blanc surmonté d'une émeraude pour Hannah. Avec quelques petits mots qui accompagnait le tout. "Pardonnes moi de mes erreurs, j'ai été plus qu'idiot ce soir. Je tiens à toi. Severus"

Je regardais au loin le corbeau s'éloignait, allant porter le présent à ses deux propriétaires. La neige tombait lentement sur Poudlard, la nuit était glacial et je respirais l'air frais à grande bouffé. Je me sentais un peu plus triste qu'avant mais je profitais joyeusement du silence que m'offrait ce soir la tour d'astronomie en cette soirée de noël.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 107
Date d'inscription : 28/11/2018
Age : 24
avatar
A very merry christmas
ft. the order of the phoenix

« I just want you for my own, more than you could ever know. Make my wish come true, all I want for Christmas is you. »
Sensations étranges au creux du ventre, tête embuée d’alcool et tournant dans tous les sens, Lily avait pourtant cherché à rester la plus calme possible dans les paroles qu’elle adressait à son époux. Le regard de James était noir et rien ne pouvait visiblement le perturber, pas même l’entrée en trombe de Peter dans le quartier général, venu avec retard fêter innocemment l’événement tant attendu depuis des jours. Il était sûr que la scène qui se déroulait à l’entrée contrastait avec l’ambiance en général que Sulpicia et elle s’étaient tuées à mettre en place tout l’après-midi. Et tant que l’un des deux sorciers ne se mettait pas à agir en adulte pour rompre cette tension entre eux, cela ne risquerait pas de revenir à la normale. Dans son dos, la voix de Severus s’était élevée. Elle tourna aussitôt sur elle-même pour se trouver face à lui à son tour, croisant les bras sous sa poitrine. « Potter, ne me touche plus jamais ou tu le regretteras. Et surtout ne t'approche pas d'Hannah, toi et ton insupportable tête immense qui pensent être au dessus des autres. » Voyant que cela ne tournerait qu’en paroles, un soupir s’était échappé de ses lèvres, à moitié soulagée, à moitié blasée par les paroles du sorcier. « Tu es content n'est-ce pas ? D'avoir humilié une personne pour te sentir supérieur ? C'est à ça que tu en es réduit pour exister ? Si je suis pathétique tu l'es tout autant que moi sache-le. » Et la tension retomba aussitôt entre eux trois. Cela se sentait que Severus était sur le départ et qu’il avait baissé les armes. De son côté, Lily avait l’air si soulagée qu’elle avait affiché une moue presque comme un sourire reconnaissant au vu du comportement de l’ancien Serpentard, saluant le seul geste qu’il aura eu de sensé dans son comportement complètement ivre. « J’espère qu'un jour tu me pardonneras pour toutes mes erreurs ». Une parole pour sa personne, le dos tourné et il disparut dans la nuit, laissant Lily et James sur le pas de la porte.

Et Lily ne se fit pas prier pour refermer directement la porte du quartier général derrière eux, dans un claquement sonore. Sa main tremblante passa ensuite nerveusement sur son front, sentant la pression redescendre. Tout cela lui donnait l’impression qu’un carnage sans nom avait été évité entre les deux sorciers, qu’un rien suffisait à réveiller leurs vieilles colères. Lily se répéta intérieurement les paroles de Severus à son adresse, des paroles qui la parvenaient à la déstabiliser quelques instants. Elle mit quelques secondes avant de faire de nouveau face à James, pour qui elle chercha à éviter le regard, tout en lui remettant le col de sa chemise en place. « Retournons près des autres maintenant, histoire que je n’aie pas l’impression d’avoir passé mon après-midi à faire tout ceci pour rien. » Son ton avait été quelque peu froid. Dans sa tête, elle ne parvenait pas à savoir si elle en voulait à James pour s’être affiché de manière agressive au beau milieu d’une fête où la hache de guerre devait être enterrée. Ou encore si elle était soulagée de le voir encore réactif face à certaines situations, contrairement à ces derniers jours où il avait été un peu en retrait. Mélangée parmi tout cela, elle murmura, plus pour elle-même, bien qu’elle pensa que James pouvait l’entendre. « J’ai besoin d’un verre. » de plus, mais ça, elle ne le dit pas.

Après avoir traversé le petit couloir, elle fit à nouveau irruption dans la pièce de vie où se déroulaient les festivités. L’ambiance y était chaleureuse. Tout le monde s’était entre-temps réunis à table et venait visiblement de porter un toast. « A Noël ! » s’était même exclamé Sanders. La rouquine s’empressa d’attraper une coupe de champagne qui se trouvait sur les plateaux flottants et chercha à rattraper l’ambiance qu’elle avait perdue de vue pendant quelques instants. A sa jambe, sans qu’elle ne le remarque, le petit Ronald s’était agrippé. Surprise, Lily ne sut durant un instant comment agir au contact d’un enfant, mais ne tarda pas à boire sa coupe d’une traite pour la reposer et prendre ensuite Ronald dans ses bras. Le geste lui parut étrange : la dernière fois que ce geste s’était produit, c’était Harry dans ses bras. Alors, faisant quelques pas avec le ginger boy dans les bras, elle l’installa à la table avec ses frères et repartit à l’autre bout de la pièce, quelque peu perturbée par tout cela. Elle zigzagua entre les différentes personnes qui cherchaient à s’installer à table et arriva à la hauteur de Peter, qui discutait avec Remus. « Hé, là ! » souffla-t-elle, dans un petit sourire à l’adresse de son ami. « On n’attendait plus que toi ! » A la suite, elle lui embrassa chaleureusement la joue pour le saluer, pour rattraper l’accueil dont il avait eu droit, se sentant quelque peu coupable.

Bien vite, comme tout le monde, elle rejoignit la place attribuée par un petit écriteau, comme le plan de table l’indiquait. Et ce fut avec soulagement qu’elle se posa à côté de Sulpicia, à sa gauche, et Nyneve, à sa gauche. « Désolée pour ça… » commença-t-elle à l’adresse des deux sorcières, faisant allusion à la petite altercation. Autour d’eux, les plats commençaient à voler en leur direction pour se poser sur la table principale. Elle jeta un coup d’œil vers là où devait apparaître James, espérant qu’il allait afficher une mine au moins faussement réjouie. « Une chance que j’arrive à temps pour l’entrée, j’aurais l’occasion de mettre un peu de champagne dans les huitres… et de continuer à en boire. » Et elle eut un rire pour elle-même, déjà bien assez pompette ainsi.
(c) DΛNDELION

_________________

Sweet Little Lily
stone, the world is stone, cold to the touch and hard on the soul. in the gray of the streets, in the neon unknown, i look for a sign that i'm not on my own, that i'm not here alone.



Dernière édition par Lily J. Potter le Jeu 10 Jan - 8:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 11/11/2018
Age : 26
avatar
A very merry christmas to you
Rp Commun

James n'était pas une brute pour être simplement une brute sans esprit, qui agissait juste sous le coup de la fureur et qui venait alors à faire n'importe quoi. Certes, Rogue avait toujours été sa bête noire. Cela avait commencé depuis le tout premier jour où les deux jeunes hommes s'étaient retrouvés nez à nez à Poudlard. A la seconde où il l'avait vu, il avait ressenti quelque chose tout au fond de lui, sans savoir vraiment pourquoi ni comment, James avait compris que les choses ne pourraient jamais bien se passer avec lui. Il avait fini par reconnaître que plus d'une fois, il avait dépassé les limites quand ils étaient au collège, après chacun avait fait sa vie de son côté avant de se retrouver à nouveau coincer ensemble d'une certaine façon. James estimait que Rogue avait une large part sombre dans son cœur, et même s'il devait bien accepter sa présence puisque c'était la décision de Dumbledore, il ne lui faisait pas aveuglément confiance. Ce soir ce n'était pas une vengeance contre l'ancien serpentard, ce n'était pas pour se sentir supérieur face à lui, non c'était juste parce que Severus Rogue c'était comporté comme un moins que rien. Comment pouvait-il se décharger sur James alors qu'il n'avait rien fait à part décider de le mettre à la porte, dans un état débriété plus que déplorable, venant à humilier une femme devant tous les convives présents et se ridiculiser définitivement en arrosant les pieds des gens par le pauvre contenu de son estomac. Non, James n'allait pas laisser passer ça, car même s'il était lui-même pathétique ces derniers temps, que son comportement n'était sans doute pas exemplaire, il gardait un certain respect de soi et surtout un respect des autres. Chose que Rogue n'avait clairement plus à ce moment-là. Il l'avait attrapé par le col prêt à en découdre s'il le fallait mais il refusait que son vieux rival ne vienne encore plus perturber une soirée qui était déjà assez complexe à supporter comme ça pour James. Il l'avait donc accompagné jusqu'à la porte, le relâchant de l'autre côté, sur la rue. Il n'avait pas fermé la porte, laissant clairement le choix à Severus de ce qu'il voulait faire, ce qui prouvait que le jeune Potter n'était pas aussi stupide que tout le monde semblait le penser à ce moment-là.

Sanders fut le premier à le rejoindre dans le couloir. James se retint de lever les yeux au ciel, il était épuisé par le comportement de bon samaritin que son ami pouvait porter à longueur de temps, essayant de ménager la chèvre et le choux à la fois. A un moment donné, il était aussi bon d'assumer les choses et de prendre une décision pour que le reste du groupe ne soit pas impacté par le comportement de certains. James ne le regarda pas un seul instant, il n'ouvrit même pas la bouche pour répondre à la leçon de morale qu'il était en train de lui jouer. James était assez grand pour qu'on arrête perpétuellement de jouer au baby-sitter avec lui, on venait encore de lui taper sur la main comme si c'était lui qui venait de faire une bêtise. Il y avait d'autres moyens ? D'ignorer le comportement déplacé de Severus envers les femmes de l'assistance, de le laisser inonder les tapis, de le laisser continuer à boire jusqu'au moment où il aurait fini par devenir fou et à réellement tout gâcher. Non James n'ouvrit pas une seule fois la bouche pour pouvoir garder pour lui toutes ses remarques cyniques. Quand Sanders finit par s'éloigner, James remarqua alors la présence de Lily mais il ne fit pas pour autant un geste dans sa direction. Qu'allait-elle décider de faire à présent ? Elle était aussi là pour lui faire la morale, pour l'engueuler à son tour de son mauvais comportement ou tout simplement prendre la défense de Severus. Il savait parfaitement que même si Lily n'avait rien oublié de ce qui avait pu se passer, elle n'en restait pas moins une personne douce et compréhensive face à la détresse des gens, Severus était en détresse et il avait été un de ses plus proches amis. Elle vint alors se placer entre lui et Severus, lui hurlant dessus d'arrêter. Il haussa un sourcil en la regardant. Il ne touchait même plus Rogue, il fallait qu'elle se calme elle aussi. Elle chercha à le faire rebrousser chemin, mais James ne bougea pas d'un pouce, il avait peut être bu mais il était fort et il ne comptait pas à ce que quelqu'un lui dise ce qu'il devait faire ou non, il était assez grand pour se gérer tout seul. Finalement, c'était peut être à lui de partir, il n'aurait même jamais du venir tout cela aurait été beaucoup plus simple comme ça.

James écouta alors le discours de Severus juste en face de lui. Il garda son air fermé, ne prononça pas un seul mot durant toute sa tirade, n'ajouta rien quand il finit par s'en aller. James bouillait intérieurement de colère, il n'avait plus qu'une seule envie, celle de partir au plus vite. Il regarda Lily fermé la porte immédiatement après le départ de son ancien ami, James lui était toujours là, il n'avait pas une seule seconde changer de position. Il sentait que tous ces muscles étaient contractés par la tension nerveuse qui avait fini par s'accumuler ces derniers jours et qui s'était condensé contre Rogue et son attitude pitoyable de la soirée. Lily vint à remettre le col de sa chemise comme si à cet instant, c'était un détail important, de pouvoir à nouveau être présentable pour la foule qui attendait dans la pièce principale de savoir comment l'histoire s'était terminée tout en continuant à la fois, de commencer le repas de Noël comme si de rien n'était. « Retournons près des autres maintenant, histoire que je n’aie pas l’impression d’avoir passé mon après-midi à faire tout ceci pour rien. »  Il posa son regard sur elle, son sourcil à nouveau levé sous le coup du ton froid qu'elle avait employé pour lui parler. Il retint une remarque acerbe de passer la frontière de ses lèvres à l'attention de son épouse, ce n'était clairement pas le moment de rajouter de l'huile sur le feu, il en avait parfaitement conscience. Une fois seul dans le hall, il décroisa enfin les bras et il s'appuya alors contre le mur et poussa un long soupir. Passant une main dans ses cheveux toujours en bataille, il n'avait pas prononcé un mot depuis plusieurs longues minutes. Il n'avait pas envie de retourner à table, il n'était pas un bon comédien, il sentait encore le sang battre vivement au niveau de ses tympans. Il n'avait pas envie de supporter les regards des autres le remerciant ou lui reprochant ce qu'il venait de se passer. Il ne voulait pas que Lily le fixe avec ce mélange de colère, d'agacement et de tristesse à la fois, lui intimant par là qu'il avait intérêt à se tenir correctement et de ne pas perturber la fin du repas. Il ne sait combien de temps il mit avant de se décider à retourner dans la pièce, sans un regard pour personne il s'installa à sa place comme un bon petit chien docile. Il tapota doucement dans le dos de Peter pour le saluer, n'ayant même pas fait attention à son entrée au QG. Il prit une gorgée de vin et mais ne fit même pas semblant de manger quoique ce soit de son assiette. James détestait les fruits de mer.
(c) DΛNDELION

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Sujet commun] A very merry christmas to you.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» « We wish a merry christmas and happy new year. » ▬ ENDED
» [Sujet commun] Listes Undead 2000 points
» BIEN CREER SON SUJET a la GALLERIE ELLOWYNE :)
» [Hors-Sujet] Parodie Star Wars de Pigrelin
» Recyclage : "hors sujet powaaa !" :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: . { . . . Ecosse . . . } . :: Près-au-Lard :: QG de l'Ordre du Phénix.-