∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies...


Forum RPG Au temps des Marauders; 1982 - Grande-Bretagne sous la soumission de Lord Voldemort; contexte evolutif; Avatar réels;

 

Partagez
 

  ∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 85
Date d'inscription : 21/12/2018
Age : 18
Thyra S. Greyback

   
Thyra Siggy Greyback

   
◆ Gaîa est ma mère et le loup Fenrir mon père ◆

   

   
Laissez moi me présenter, je suis né(e) sous le nom de Greyback, un nom certes connu dans le monde de la magie, sûrement pour de mauvaises raisons, mais que voulez-vous? Le sang de loup qui coulent dans nos veines fait de ma meute et de ma famille une légion des plus connues et craintes. Thyra était le nom de ma grand-mère. Siggy celui de ma mère. Dans ma famille aux ancrages norvégienne, nous transmettons les prénoms de génération en générations. Rare sont ceux qui s'osent dans l'utilisation de Siggy, seuls mes proches ont la possibilité d'en faire usage, mais généralement, on me surnomme [ne tente même pas, je mords], je suis né(e) le [1er mai 1963], j'ai donc [18 ans]. Je suis originaire de [Burrafirth] et je suis donc [Ecossaise, mais je n'ai pas d'accent prononcé], logique. Côté amour, je suis [ouverte d'esprit] et [libre comme l'air, loin de me faire attachée], pourquoi? Je t'intéresse? Je risque de te bouffer au petit déjeuner tu sais?
   Mon sang est impur depuis des générations, mêlés , et l'on connait ma famille pour [notre sang de loup garou que nous portons avec fierté, ai-je besoin de te faire un dessin?].Ma baguette magique est [brisée. Je l'ai cassée en deux lors de ma sortie de Poudlard, j'use de la Vieille Magie qui coule dans mes veines et fait le monde].
   En dehors de cela, je suis [une mi-louve, mi-sorcière, je vis entre deux mondes totalement différents, je vis intensément tous mes sens, sans pour autant les vivres pleinement], et je dois avouer que je suis dans le camps des [NEUTRE].
   
    Feat. Emilie Didonato(C) Myself


   
Les apparences sont trompeuses

   
Take me home to my heart.

   

   
Hum hum... Encore une petite tête blonde sous les pans de mes tissus! Parles moi un peu de toi et de ton caractère. Es-tu courageux comme un Gryffondor? Ambitieux comme un Serpentard? Erudit comme un Serdaigle où sociable comme un Poussoufle?
   Sauvage ◆ Indomptable ◆ Ambitieuse ◆ Créative ◆ Joueuse◆ Perverse ◆ Rusée ◆ Manipulatrice ◆ Autodidacte ◆ Libre ◆ Mystérieuse ◆ Sensuelle ◆ Bestiale ◆ Violente ◆ Franche ◆ Difficilement cernable ◆Dominatrice ◆Calculatrice ◆ Leadeuse ◆Indépendante ◆ Proche de la nature ◆ Dédaigneuse ◆ Charmeuse ◆ Dégage une aura particulière ◆ Séductrice ◆ Voluptueuse ◆ Méfiante ◆ Fidèle à ses principes ◆ Combattante ◆ Déterminée ◆ Têtue ◆ Sociale quand ca l'arrange ◆ Renfermée ◆ Indomptable ◆ Peut se montrer impulsive  voir irréfléchie◆ Maligne ◆ Animale ◆ Butée ◆ Sure d'elle ◆ Prend souvent les choses à la légère ◆ Opportuniste ◆ Défend ses idéaux ◆ Peut tendre la main aux autres si ça va dans son sens ◆

Thyra est une femme sauvage, sexuellement assumée, violente et difficilement contrôlable du à ses pulsions de loup-garou.
En parlant de domination, n’essayer surtout pas d’enfermer la jeune femme dans un placard où de tenter d’avoir le dessus sexuellement parlant. Bien au contraire, la demoiselle est d’une violence rare, aimant frapper, déchirer la peau de ses amants où encore jouer à des jeux pervers.

Ambitieuse, Thyra sait manipuler son petit monde, le pousser à bout, jouer sur les petits défauts et envies cachés de ceux-ci. La jeune femme ayant un certain attrait envers les désirs les plus pervers et les plus honteux de ses compagnons, n’hésite en aucun cas à proposer la réalisation de ceux-ci, en échange d’un petit coup de pouce. Bien évidement, votre petit secret entre ses mains sera des mieux gardés, à moins que plus offrant ne fasse apparition.
Déterminée, la demoiselle est persuadée d’avoir une mission à accomplir et pense que si elle doit passer par la case étude afin de ne pas se stopper à celle de la prison, soit, elle obéirait aux désirs de ses parents, se cultiverait, réussirait et en sortirait grandie, puissante et plus déterminée à obtenir ce qu’elle désir au plus profond d’elle-même.

Sauvage, Thyra résista durant des années à l’enfermement des écoles de sorcelleries, ayant très tôt été conditionnée par sa mère dans l’approche d’un milieu sorcier, la liberté de celle-ci lui a donc été volée à l’entrée de ses études. Thyra étant sauvage et incontrôlable elle fut éduquée avec une grande rigueur par son père qui imposait des règles à sa fille, n’étant pas capable de voir en elle la future leadeuse qu’elle est. Cet enfermement dégage chez la jeune femme une certaine folie qui parfois la pousse à suivre ses pulsions de louve et donc, d’agir impulsivement. Jusqu'à présent cela ne lui a jamais provoqué de réels problèmes, elle fut assez chanceuse pour que ses pulsions soient rapidement contrôlables et poussées sur une activité sexuelle (dans sa jeunesse, la jeune femme allait courir dans la forêt interdite jusqu’à ce que toutes ses envies de sangs, de chair fraîche disparaissent. Il lui arrivait parfois de devoir plonger dans le lac gelé de l’école pour calmer ses pulsions animales).
N’hésitant donc jamais à se salir, courir dans la rue avec les enfants de sangs mêlés et déchirants ses vêtements. Cela arrivait souvent que l’on retrouve la chambre de l’enfant, meubles brisés et sens dessus dessous.
Son côté animal lui donne une démarche féline et un regard de fauve. Jouant sur celui-ci, Thyra sait parfaitement qu’elle ne laisse aucune personne de son entourage : elle repousse ainsi tous ceux qui ne pourraient suivre son rythme et seuls les motivés résistent afin de pouvoir enfin toucher ce personnage qu’est Thyra.

Thyra n’est cependant pas qu’une sauvage, elle est aussi une demoiselle très indépendante, elle n’apprécie guère qu’on lui donne des ordres où que l’on force celle-ci à faire quoi que ce soit. Ayant un répondant cassant, la sauvage est une dominante des plus difficiles à cerner. Il est déjà arrivé qu’elle se soit enfouie de chez elle à l’âge de 9 ans juste pour pouvoir suivre la meute qui courrait dans les bois… Têtue et parfois bouchée, il semble parfois impossible de la faire changer d’avis. En réalité, la jeune femme poursuit un but bien précis : celui d’affirmer sa place dans la meute, de réaliser le rêve de sa mère qui avait toujours désiré voir en sa fille la digne héritière dont elle avait rêvé, et détrôné d’un coup de pied au cul la salope qui avait pris sa place.

Séductrice et mystérieuse, elle possède une aura assez particulière. Sachant se jouer des hommes, la jeune femme a un certain amour pour la décadence, l’amour de la chair et apprécie tout autant dominer les hommes que de les partager. Le dicton : « plus l’on est de fou et plus on rit » lui collerait merveille ment à la peau si elle n’était pas si difficile à dompter et si apte à se sauver de la vie des autres.
Narcissique sur les bords, la demoiselle s’entretient. Elle sait depuis toujours qu’une femme se doit de rester des plus belles afin d’obtenir ce qu’elle désire. La déchéance physique de sa mère lui a bien appris cette leçon, et sans protection, elle se doit de rester le plus proche possible de la perfection, s’évitant ainsi les punitions corporelles : si Fenrir n’apprécie le sexe de sa progéniture, il ne peut nier la beauté sauvage de celle-ci, l’aura qui s’en dégage et se refuse toujours autant d’appliquer des corrections corporelles à celle-ci (sûrement de peur d’abîmer le peu de valeur de sa progéniture).

Appréciant les grands espaces et le froid, elle n’a peur de rien et n’a sûrement pas froid au Royaume-Uni ! Amoureuse de la nature, il n’est pas rare de la voir courir en compagnie des loups de la meute, de ses amis en forme d’humains où encore à se baignée nue dans le lac de Poudlard et ceux qui bordent les terres des Greyback. Appréciant la nudité, mais aussi les vêtements qui la mettent en valeur, elle est du genre à vivre comme bon lui semble, n’ayant peur de rien puisqu’après tout : elle est la fille du grand Fenrir Greyback !

L’on dit souvent de Thyra qu’elle ressemble à ces rêves que l’on fait, plein de séductions, de charme, de sensualité, de bestialité, de réalité, mais voluptueux et impossible à saisir. Ses yeux verts vous envoûtent et capturent votre âme, l’étouffant alors avec une certaine jouissance jusqu’à votre propre mort.

Combattante, la jeune demoiselle s’est toujours battue pour cacher ses défauts et principalement le fait qu’elle soit une femme et donc, inutile aux yeux de son père.  Jamais elle n’a arrêté sa recherche de moyen pour obtenir l’amour paternel. Et changer ses habitudes, son caractère et ses capacités ont toujours fait partie de ce qu’elle se devait de faire pour obtenir, ne serait-ce un regard.
   


   En fait, je viens de me rendre compte que je m'en fiche complètement. Parlons d'un truc bien plus passionnant! Mais non... je ne vais pas te parler de tes amours, mais de ton Amortentia! Moi, c'est celle du parchemin neuf déroulé chaque année, de la poussière de mon étagère dans le bureau du directeur, et du parfum de McGonagall! Quoi? Tu te moques? Tu crois vraiment que le tien est meilleur que le mien?
   Le mélange de mon amortentia est assez particulier, il sent la liberté, les champs fleuri, les champs de blés en moisson, les moussons chaudes et enfin une légère odeur de fauve. Mais que voulez-vous, je suis faite pour courir pied nus dans la nature!


   Vraiment? C'est donc ça ton Amortentia? Il n'y avait vraiment pas de quoi se moquer! Maintenant, dis moi, quel est ton épouvantard, petit sorcier ? N'essaie même pas de me faire croire que tu n'as peur de rien où me mentir! Je suis sur ta tête et saurait la vérité!
   Je pourrais vous dire que mon épouventard serait la peur des hauteurs. Fut un temps, j’avais peur de voler, préférant garder mes deux pieds sur terre. Mais depuis, j’ai grandis. Je n’ai plus peur de voir mon demi-frère prendre la tête de la meute à la mort de mon père. Et bien que cette idée me garde encore éveillée certaines nuits, maintenant, j’ai peur du vaccin contre la lycanthropie.
Je suis terrorisée à l’idée que l’on m’inocule celui-ci. Je ne suis pas malade. Je suis bénie des Dieux. Si l’on me retire ce qui fait de moi une personne différente, alors, je ne serais plus qu’invisible. Je me refuse de devenir invisible. Je suis une légende. Je suis une espèce rare et un jour, je serai complète, et cela, sans ce stupide vaccin. Je boufferai celui qui essaiera de me piquer avec. Me faisant un plaisir de me récurer les dents avec ses os !



   Nous avons bientôt finit! Tu vas pouvoir te régaler en gouttant le pudding des elfes de Poudlard! Maintenant, dis moi...  Je sais que le Patronus est un sortilège particulièrement coriace qui demande de l'entrainement, mais je suis certain que tu as une petite idée de la forme qu'il prend ?
   Un patronus ? Ne me faites pas rire ! Vous m’avez-vu ? Pensez-vous réellement que j’ai pris la peine d’essayer d’en former un ?  Seul les sorciers aux intentions purs peuvent créer ces formes afin de se protéger ou de transmettre des messages. Je ne suis pas une personne pur. Je suis une mi louve mi sorcière, une part de moi ne possède aucune bonnes intentions. .
   


   
A la découverte de vos convictions

   
Let me go and i will run, i will not be silence.

   

   
➜ La guerre est là depuis janvier 1979, soit depuis trois maintenant. Mais qu'en pensez-vous ? Vous a-t-elle tout pris ? Pensez-vous qu'elle se terminera un jour ? Ou peut-être vous plait-elle ?
   Cette guerre… Elle ne m’a rien prise. Elle n’a pas encore touché la meute mais cela ne saurait tarder. Fenrir en profite, lui et ses envies violentes, animales contre ceux qu’il fait arrêter au nom du Lord. Il ne connaît aucune limite, mais moi, qui ne sort de Poudlard que depuis quelques mois, le voit, cette différence entre avant et maintenant. Les gens ont peur. Les loups de ma meute aussi. Je peux sentir la tension de certains qui sont sur la sellette et ont peur que leur chef ne les livres au Ministère. Moi, je continue à vivre, goutant de ma nouvelle liberté acquise avec la fin des études. Mordant la vie à pleine dent. Je continue d’évoluer dans les volutes de la brume Londonnienne et dans la purée de poids écossaise qui entoure le Manoir Greyback à l’aube.

   ➜ Les tentatives de renverser le régime par l'Ordre du Phœnix ont échouée. Depuis les membres sont poursuivit par les Mangemorts et le Ministère de la Magie. Comment vous positionnez-vous par rapport à l'Ordre ? Que pensez-vous du retour du Lord ? De sa manière de faire ?
   Je n’ai pour le moment, aucun avis défini sur l’Ordre et le Lord. J’observe ce manège de loin. Ces deux camps s’affronter, j’aide lorsque la cause est juste l’Ordre, mais aussi le Régime. Je n’ai pas de camps. J’oscille entre les deux, n’agissant que pour le bien de la meute. Quand à sa manière de faire, je ne peux guère exposer mon avis au risque de me payer une bonne raclée de la part de mon paternel. Un jour, nous serons tous égaux. Les loups. Les moldus. Les sorciers.

   ➜ Que pensez-vous de la Vieille Magie ? Légende ou réalité ? rédigez ici la réponse de votre personnage en quelques lignes. S'y intéresse-t-il ? Y croit-il, déjà, ou considère-t-il qu'il ne s'agit là que d'un conte pour enfants, d'une magie inexistante ?
   La Vielle Magie est monnaie courante dans les meutes de loups. J’en use depuis le plus jeune âge ayant toujours eu un certain dégout pour les baguettes magiques. Douée en duels et en sorts de protections, je puise mon essence magique des forces naturelles qu’Odin nous offre. Fille des Dieux, mon père Fenrir et ma mère m’ont toujours inculquée cette forme de magie en priorité. Passant par le contact de mes pieds la plupart du temps nu, je suis en osmose avec les veines de la terre. Comment vous en dire plus sans vous perdre ?
De mes doigts scintilles des étincelles de magie, qui me donne cette force et cette vitalité qui me permet de survivre aux nuits difficiles de la Lune pleine.



   
   


   
My life before the fall...

   
MA VIE AVANT QUE TOUT BASCULE...

   

   
❝ before me
 Tout cela avait commencé en mars 1963 par les cris assourdissants d’un nourrisson dans les bras de sa mère et d’une sage femme se précipitant auprès de sa cheftaine. Tout avait commencé par de mauvaises nouvelles alors que je n’étais encore qu’un fœtus.

En ce mois de mars était né le dernier bâtard de mon père. En cette journée fraiche mais déjà étouffante pour la sorcière qu’était ma mère, cette nouvelle ne semblait en aucun cas lui paraître des plus affame, mais rendait plutôt celle-ci désabusée. Ce genre de nouvelle semblait venir assez souvent aux oreilles de la cheftaine d’une meute au chef de clan des plus volages. Car si la femme en question possédait une rare beauté norvégienne, celle-ci avait hérité d’un mari peu enclin à partager toutes couches existantes plutôt que la sienne. Bien évidemment, la femme en question n’avait guère eu le choix de celui qu’elle épouserait puisque dans le milieu si particulier et béni des sangs purs, le choix des fiançailles revenait toujours aux parents qui cherchaient à protéger un héritage que beaucoup nommeraient de désuet.

Malheureusement pour la belle brune aux yeux de glaces, celui qu’elle dut épouser n’était autre que Greyback. À la sortie de ses études, elle se retrouva la bague au doigt et du procréer pour l’homme assez rapidement. Si procrée avait été un franc succès garder les enfants en vie eux, ne l’était pas, car tous mourraient prématurément en couche où quelques semaines plus tard. La cause de cela ? La morsure qu’infligeait le père à ses enfants né sorcier pour en faire des loups garou. Lorsque cela ne venait de cette cause, l’infantilisé était dû aux mélanges des sangs qui créaient des malformations aux petits êtres qui virent à voir le jour sans une once de vie.

Ce fut ces échecs qui avaient poussé l’homme à se reproduire avec d’autres femmes dans le but d’assurer sa lignée.
Ai-je hormis un détail si ce n’est que ce fameux homme n’était autre que Fenrir Greyback ? Ce loup-garou connu de tous pour avoir mordu un nombre d’enfants de né moldu incroyable ? Oui ?
Hey bien maintenant, vous connaissez cette fameuse information qui vous aidera sûrement à comprendre le dilemme de Siggy Greyback qui vint en cette fameuse soirée à apprendre la naissance d’un fils bâtard en pleine santé. Cet exploit lui avait toujours été impossible, et si l’enfant hors mariage de son époux survivait, le sien, celui qui grandissait de nouveau en son sein, devra se battre pour obtenir de son père toute légitimité sur sa meute.
Car oui, Fenrir avait été nomé chef de meute depuis quelques années, poussant alors les siens à se reproduire, s’agrandir, se défendre et rejoindre les forces du Lord... Du moins, pour le moment.

Les doigts fins de Siggy caressaient doucement son ventre lorsqu’un fracas retentit dans tout le manoir, lieu de vie des membres les plus importants de sa meute et de son époux. Les lieux avaient autrefois connu un certain faste, et si maintenant le manoir tombait en ruine et se délabrait, cela était dû aux manques de moyens de son époux qui dilapidait sa fortune dans ses lubies de loup et de fidèle au lord. Bien souvent, Siggy pensait que se battre pour une cause ne payait pas la nourriture de son futur enfant ni le confort de celui-ci. Se refusant de quémander auprès de ses parents, celle-ci gardait la tête haute face à son époux.
Le bruit qu’elle avait entendu d’ailleurs ne pouvait qu’être que celui-ci qui apprenait la grande nouvelle d’un héritier ,male, né loup d’une louve de la meute… au sang moldu...

Les cris de Tobias résonnèrent alors dans tout le manoir, l’enfant venait d’entrer dans celui-ci le temps de fêter sa naissance et l’affront que venait de faire Fenrir se ferait payer, d’une manière où d’une autre.
Siggy complotait déjà pour anéantir cette progéniture, lorsqu’elle ressentit un coup provenant de son ventre, comme une affirmation qu’un jour, elle pourrait enfin se venger de tout ce qu’elle avait subi.


~ 1er mai 1963 ~

Les contractions se faisaient de plus en plus courtes, de plus en plus proches. La douleur que la femme ressentait n’était pas descriptible. L’enfant qui allait naître ne se présentait guère dans la bonne position, et si la sage femme ne semblait paniquer, cela était parce qu’aux yeux de celle-ci, son chef de meute avait déjà un héritier.
Ce fut seulement sur les grognements de la sorcière et des ordres qui finirent par tomber de la part de son époux que celle-ci se décida enfin à faire quoi que ce soit. L’enfant fut remis dans une position adéquate et sortit de telle manière que celui-ci reste en vie. À l’annonce du sexe, Fenrir quitta la pièce.
Il n’y mit plus jamais les pieds, mais Siggy, elle, bien heureuse d’avoir enfin un enfant en vie, et bien que celui-ci ne soit ce qu’elle eut espéré, était déjà tout en amour avec celui-ci.
Thyra Siggy Greyback vit le monde. Je vis le monde.
Avant de continuer plus loin, de vous expliquer ma vie, mon enfance, mes désirs, rêves où encore espoirs, je me dois de vous avertir d’un point certes léger, mais important dans ma famille : ma mère, intelligente et maligne soit-elle, avait passé un pacte peu de temps après son mariage avec Fenrir, elle lui avait demandé de lui laisser les filles, il pourrait faire ce que bon lui semblait avec ses descendants mâles, mais pas avec les femelles qui seraient alors sienne.
Ce fut pour cette raison que Fenrir ne me mordit pas et ne tenta de faire de moi une louve dès ma naissance, bien au contraire de tous ces frères qui virent au monde avant moi et ne survécurent aux traitements parentaux.

Si ma mère me portait dans son cœur, si celle-ci m’aimait de tout son être, la peur qu’elle ressentait à chaque fois qu’elle posait son regard sur moi, à chaque fois qu’elle pensait à ce petit bâtard dans notre maison de campagne (chose ironique lorsque vous savez que nous vivons en forêt), grandissait et prenait des forces sous les yeux amoureux de son époux, elle ne pouvait s'empêcher de penser que ma vie serait complexe.  Je n’avais que les yeux de ma mère pour me porter et m’élever, dans ses traditions, ses mots, ses pas.
Siggy était une louve hors du commun. Elle sut faire la part des choses entre sorcier et loup-garou, chose que peu d’entre nous étaient encore capables de faire.

❝ let’s talk about my childhood.

Ma vie en tant que bébé ne me semble guère passionnante, comme tout enfant, j’appris à marcher, d’abord à quatre pattes, puis sur deux pieds. La seule différence devait sûrement être le fait qu’une fois par mois, je me retrouvais seule dans ma chambre, a attendre la fin de la nuit que les loups aient fini de courir, vivre leurs vies, hurler jusqu'à la mort. Je peux encore me souvenir de ces nuits, où sous forme d’une louve brune, ma mère se rapprochait de moi et déposait son museau sur mon front tandis que j’étais dans mon berceau d’enfant, la prison que l’on m’avait faite.
Si cela peut vous paraître cruel de laisser un enfant seul ainsi durant les nuits de pleines lunes, je peux vous assurer qu’il y avait bien plus mal loti que ma petite personne. Mon demi-frère Tobias était un loup. Alors que nous avions juste quelques mois de différences, tandis que l’enfant sage que j’étais patientait, lui, il courait les bois en compagnie de sa mère et de mon père, tuant le moindre humain qui avait le malheur de se retrouver sur leur passage.
Alors, mon début de vie vous semble-t-il un tant soit peu passionnant ? Non ? Et si je vous disais qu’à l’âge de 2 ans, je fus griffée par mon propre père sous sa forme de loup ? Me transformant ainsi en un être de légende. Cet être incapable de prendre une forme animale lors des nuits de pleines lunes, mais qui en subit tout de même l’influence. Cet être, qui n’est pas capable de distinguer le loup de l’être humain. Ce même être qui n’est pas connu pour survivre plus que de quelques années.
Pourtant, j’avais grandit. J’avais vieilli. Vécu. J’étais devenue une enfant comme n’importe lequel de ceux de la. Ceux de la meute. Sauf que je ne devenais jamais loup. Restant humaine. Survivant à mes nuits et aux tentatives de mon corps de prendre cette forme, que j’enviais déjà aux autres… Sans réellement comprendre ce qu’il m’arrivait.
Mère, elle, savait comment arranger les choses. Comment faire en sorte que je puisse passer du temps avec la meute sans me faire rejeter, mais aussi contrôler mes pulsions de louve. Je n’ai jamais eue cette barrière qu’on les autres pour marquer et surtout, différentier le loup, de l’humain. J’ai toujours été les deux, l’embrassant dès mon plus jeune âge….

A l’exception, que ce trait de caractère s’amplifia avec les années… Pour me faire totalement sombrer dans mes pulsions à la mort de ma mère.
J’avais 5 ans, lorsque je dus me tenir toute une journée debout a coté de son cercueil. Fenrir n’avait pas eu un mot pour moi. Pas un geste. Je me tenais juste là. A attendre que je temps passe. Je ne comprenais pas encore ce qu’il s’était passé. Je n’ai que peu de souvenir de cette période de ma vie. Je me souviens uniquement du manque que cela était, que d’évoluer sans elle et de me retrouvée seule… Elevée par les membres de la meute. Il n’y aurait plus jamais personne pour me tenir la main. Plus personne pour m’apprendre les bases de la vie… Juste une poignée de loup et un père absent qui, parfois, s’assurait que mon éducation serait suffisante pour mon intégration à Poudlard. Du moins, je le pensais à l’époque. Il se fichait de savoir si je courrai dans les bois ou si j’avais besoin de nouveaux vêtements.
Après tout, j'étais qu'une fille. Une fille devenue orpheline qui allait grandir sans réelle figure féminine. Sans personnes pour me dire ce que je pouvais faire ou non. J’étais devenue une louve qui n’aurait aucune limite, dont la perte de sa mère allait se transférer sur une haine incontrôlable vis à vis des maitresses de mon père et de ce demi-frère, que je n’aimerais jamais.

❝ everything can be interesting.
À mes 10 ans, j’étais devenue ce que vous connaissez de moi. Une jeune femme ambitieuse, sulfureuse, animale, violente et féline. J’avais bâti autour de moi ce mystère Thyra, cette sauvageonne qui appréciait courir dans les bois, mais aimait se faire coquette. Celle qui n’avait rien contre sa nudité, et ce, bien que mon corps connaissait de grands changements. L’apparition de mes formes se faisait en son temps, et bien que je m’acceptais tels quel, ni le regard des autres ni celui de mon demi-frère me faisaient rougir, je me devais de rester proche de la nature et de mes objectifs.

A mes 11 ans, ma lettre pour Poudlard arriva. Poudlard fut une période assez passionnante, ici, mon nom de famille parlait aux étudiants qui prenaient souvent peur de mon sang de louve… Bien que je n’en étais réellement une, n’ayant que les réactions et comportements, la plupart des élèves avaient peur de moi. Moi et mon comportement violent.
Mais avant cette histoire, je dois vous avouer deux trois choses qui expliqueront la suite de ma vie. Ce fut dans le train que je rencontrai pour la première fois Barty Croupton Jr. Un sorcier solitaire plongé dans ses livres, qui proposa à l’enfant félin de s’installer avec lui dans le compartiment qu’il occupait. L’élève était cultivé. Il venait d’un autre monde, un monde totalement différent du mien, pleins de manières, pleins de règles et de demandes exposées par des parents qui contrôlaient leurs enfants. Il me fascinait. Totalement. Je n’avais pas vu le temps passer et rapidement, je m’étais retrouvée sous le Choixpeau.
Parlons en un peu, de ce Choixpeau… Posé sur ma tête, je l’entendais me parler, chuchoter au creux de mon oreille que je pouvais rejoindre les Serpentard, comme mon frère. Ambitieuse, j’y trouverai ma place sans problème. Mais avais-je réellement envie de rejoindre mon ainé dans cette maison ? Etait-ce mauvaise ? Fidèle et sociale, j’aurai tout aussi pu rejoindre Poussoufle. Courageuse et portée par la soif de justice qui grandissait en moi, Gryffondor serait une maison parfaite pour m’épanouir. Enfin, Serdaigle parlerait à la sorcière éveillée, curieuse et intelligente qui se cachait sous le loup. Tel était mon choix : pourrais-je choisir un chemin différent de celui que père espérait me voir prendre ? Mon ambition, ma violence et mon envie de défendre la meute, ma meute, me poussera-t-elle vers Serpentard ? Mais alors… pourquoi avais-je tant envie de rejoindre Serdaigle ? Cette maison qui accueillait Croupton Jr ?

Loin d’être l’élève modèle, j’avais fini par rejoindre les Serdaigle. Je n’étudiais jamais, tenant à peine en place sur ma chaise tant je me sentais enfermée dans les salles de classes. J’étouffais, sentant les murs se refermer sur moi, m’écrasant sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. Je ne prenais jamais de note. Ne faisait jamais d’effort en classes. Tant et si bien que pour garder le calme, le corps professoral de Poudlard m’autorisait à faire les cents pas dans le fond des salles de cours. J’aimais le soin aux créatures magiques, la botanique… J’avais peur sur un balai. J’étais un loup en cage qui ne se calmait qu’en présence de quelques personnes.
J’avais de bonnes notes. Mais je ne prenais jamais de notes, réussissant en cours en bâclant mes devoirs. J’avais bonne mémoire et malgré mon manque de travail, j’étais bonne élève. Lorsque j’étais assise, je ne pouvais m’empêcher de taper du pied, ressentant cette anxiété, cette panique, qui me rendait folle. J’étais en cage à Poudlard.

Et cette cage, se faisait de plus en plus difficile à ressentir lorsque la lune approchait. Vers 15 ans, l’influence de la lune se faisait plus difficile à vivre. Je ne pouvais plus courir dans la foret interdite, sentant mes os se briser et se déplacer sous ma peau. Mon corps voulait se transformer. Il voulait devenir loup. Alors, je passais mes nuits dans la cabane hurlante, me tortillant de douleur. Serrant les dents gémissantes, je n’avais aucune solution que de souffrir en silence. Evidemment, je n’en parlais pas. Nul ne savait pour ma situation en dehors de Dumbledore et du professeur Rogue. Seuls ces deux personnes, avaient une idée approximative de ce que je vivais aux nuits de pleines lunes.
Il y avait alors deux types de Thyra. Celle surexcité à l’approche de la lune, qui devenait encore plus incontrôlable, sauvage et violente. Et celle, qui après avoir subit les souffrances de la lune, dormait à point fermé pendant plusieurs jours. Ces deux personnes, c’étaient celle qui terrorisaient un certain nombre d’étudiant, quand bien même que je défendais les plus faibles. Quand bien même je tentais de me contrôler. Me stoppant net dans mes gestes lorsque Barty, qui devint préfet, était là pour m’interdire d’aller plus loin.


❝ when the wolf talk.
6 ans s’étaient écoulés. 6 années difficiles à devoir user d’un stupide bout de bois pour faire de la magie alors qu’il suffisait juste, de communier avec la terre et les éléments pour y arriver. 6 ans d’enfermements et d’ennuis, 6 ans à m’échapper discrètement de cette école pour assouvir mes pulsions de louve. Courir et m’envoyer en l’air aussi souvent que possible ne me suffisait plus. J’étais à présent seule à Poudlard débutant une 7éme année entourée d’amis jetables qui n’avaient aucune importance à mes yeux.  Tant qu’ils m’étaient utiles.
En quelques semaines, les cours m’étaient devenus insupportable, évitant le plus possible de m’y rendre, passant le plus clair de mon temps à l’extérieur de l’école. Fuguant le plus possible, j’étais devenue incontrôlable, suivant toutes les pulsions que je ressentais de la lune et de ce qui me définissait. La moindre remarque me faisait sauter à la gorge de celui qui s’y aventurait, me retrouvant régulièrement en retenue pour avoir attaqué mes camarades.
Les seuls qui survivaient à mon comportement sauvage étaient les élèves de ma maison, qui, malgré mes mauvaises manières, ne me disaient rien. Certains en profitaient pour que je règle certains de leurs comptes avec d’autres étudiants. Et ce, jusqu’au jour ou, j’avais risqué l’expulsion.

Elle avait été trop loin, cette Poussoufle que je détestais depuis toujours. Cette fille qui râlait face à mon comportement de louve. Qui parlait de moi en permanence comme d’une nuisance qu’il fallait éradiquer. Mes yeux gris s’étaient posés sur elle, brulant d’une violence et d’un énervement sans nom. Il avait fallut le mot en trop, Du geste en trop. Pour que j’aie ceux qui auraient pu lui être fatal. Je n’avais pas usé de magie. Juste de mes mains pour la battre et la mettre à terre. Serrant entre mes longs doigts fins son cou gracile. Je serrais, encore et encore, elle sous moi, coincée entre mes jambes. Elle tentait de se débattre, elle me griffait, me frappait, mais rien n’y faisait. Tel un prédateur je ne lâchais pas ma prise. J’allais la tuer. Je sentais son corps convulser. Un sourire malsain mais soulagé était apparut sur mes lèvres. J’allais enfin me débarrasser de cette épine dans mon pied. Cette pute allait crever.
Des mains se posèrent sur mes épaules et me tirait en arrière, tentant de me séparer de la jeune femme. Il fallut plusieurs étudiants pour y arriver. Mais rapidement, je m’étais échappée de leur emprise et vint mordre la sorcière qui, se mit à saigner à flot. L’hémophile allait nous quitter, et personne ne viendra le pleurer. Un rire froid et sec s’échappa de mes lèvres. Il était animal.
Malheureusement, le professeur Snape arriva et d’un tour de main magistral, il vient refermer la plaie de la Poussoufle. Sauvant la vie de celle-ci qui baignait dans son sang, il venait de me prendre ma victoire sur celle-ci. Grognant, le professeur finit par m’observer, bestiale, à la merci de ce que j’étais. 17 ans, et j’étais toujours incapable de me contrôlée. Je passerai des heures en retenues pour cela, des heures, en compagnie de Severus Snape. Heureusement, il n’était pas dégeu à regarder.


❝ i'm not a monster, I'm blessed by the gods
M’étirant, soupirant d’aise, je vins m’appuyer contre le comptoir de la cuisine de Barty qui venait de filer dans sa salle de bain prendre un bain chaud. J’avais faim, cherchant de quoi grignoter avant d’aller prendre une douche avant de me couchée. Je savais que le sorcier n’apprécierait pas que je me couche avec cette odeur de fauve que j’avais sur la peau.
Nous revenions d’une soirée entre amis…. La première fois que j’avais usé de ce terme, il m’avait demandé étonné « Depuis quand tu as des amis ? », me faisans sourire et ronronner.  Ce genre d’amis la ? Depuis toujours. Je n’avais plus besoin de lui expliquer que ces soirées étaient des orgies entres jeunes de nos âges. Je ne l’avais jamais réellement fait à vrai dire. Je l’y avais juste trainé une fois… Et depuis la fin de mes études, je l’y traine régulièrement. C’était de la provocation, toujours plus, toujours plus loin, Barty était devenu toujours partant pour ce genre de soirée depuis que notre relation avait évolué. Et comment ? Il avait fait croire à son père que nous sortions ensembles.

On avait bu, beaucoup trop bu et ce, toute la nuit. Lorsque nous étions enfin rentré le soleil peinait à se lever, l’héritier Croupton débraillé, abandonna ses vêtements dans l’entrée, jetant un petit regard en arrière pour s’assurer que je faisais un effort.  J’avais nettoyé mes pieds pleins de terre. Les lieux de notre soirée étaient aussi bestial que le fut notre petite orgie. S’il y avait bien des endroits ou j’aimais le trainer, c’était bien là, ou il ne s’y attendait jamais !
Tandis qu’il se glissait dans une eau bien chaude et surement mousseuse, moi. Je m’étais mise à grignoter un bout de brioche posée sur le comptoir de la cuisine. M’y appuyant en observant le loft du jeune homme. L’espace de vie était spacieux. Le salon suffisamment grand et une bibliothèque pleine de livres longeait l’un des murs. Le lit de Barty était sur une mezzanine… Et bien que je n’aimais pas la hauteur, j’avais fini par me faire à son perchoir. Y dormant plus souvent que dans mon propre lit au manoir Greyback. J’aimais bien son loft Londonien. Il correspondait bien au caractère du sorcier.

Mâchouillant mon bout de brioche, j’aperçu du coin de l’œil la gazette du sorcier, l’édition de ce premier dimanche du mois annonçait une nouvelle qui me fit agripper le parchemin du bout des doigts pour le glisser vers moi. « Un vaccin contre lycanthropie découvert ! Un nouvel avenir pour le monde magie ? » Soulevant un sourcil, je pencha la tête sur le coté pour lire l’article. Et plus ma lecture avançait, plus je me mettais à grogner. J’allais exploser. Et plus ma lecture avançait, plus je me mettais en rogne. Je pris le journal entre mes mains, faisant les cents pas dans le salon de Barty. Nous n’étions pas malade. Nous étions bénit des dieux. Pourquoi tentaient-ils de sauver une partie de la population qui n’en avait pas besoin ? Par Freya ! Qu’avaient-ils tous contre ceux qui étaient différent d’eux ? Mon cœur battait la chamade, lui, qui battait plus vite que la normale. Je l’entendais dans mes oreilles. Telle la louve en cage que j’étais, je commençais à serrer les dents. Je n’en pouvais plus, a un tel point que je fini par me jeter sur le pauvre Barty qui profitait de son bain, somnolant. J’entra dans l’eau, encore habillée, faisant débordée la baignoire dont l’eau inonda la salle de bain. Je brandis le journal, fulminant. « Regarde ! » Lui lançais-je. Cette molécule qui avait été découverte pour soit disant sauver les loups, c’était… c’était…
Je réagissais au quart de tour. Mais a quoi pensaient-ils ? J’étais choquée, énervée, prête à explosée. Etais-je entrain d’hallucinée ? «  Regarde ! Ils disent qu’on est malade. Qu’on doit être guérit. Qu’on est différents. Mais guérit de quoi ? » Je lui tendais le journal, attendant qu’il le prenne. Je fini par sourpirer, pour enfin, me laisser tomber, la tête contre le torse du sorcier. J’étais bénie des Dieux. Je n’étais pas malade. Je n’étais pas un monstre… J’étais juste différente. «  Je…Jsuis pas un monstre… » Finis-je par marmonner, boudeuse de cette nouvelle… Et s’ils essayaient de me piquer avec ce vaccin, s’ils savaient pour moi ? Que deviendrais-je ?

   

   
 ∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies... Tumblr_maz38u2Bub1qeyqvxo3_100_zpsdbb7a03f  ∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies... Tumblr_maz38u2Bub1qeyqvxo9_100_zps37058985  ∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies... Tumblr_maz38u2Bub1qeyqvxo7_100_zpscdeb3f5f

   

◆ A sa naissance, il paraît que Fenrir aurait reniflé l’enfant et serait partit avec une moue dédaigneuse, refusant de la reconnaître.
◆ Durant toute son enfance elle fut suivie par un médico-mage, sa mère était terrorisée à l’idée de perdre sa descendance.
◆ On la formata dès la naissance pour haïr son demi-frère.
◆ Sa mère lui racontait des histoires de fées, de loups-garous, de vampires et de moldus qu’elle tirait d’un livre de contes moldus, elle chérit encore ce livre qu’elle garde enfermé dans son coffre.
◆ A l’âge de 9 ans, elle s’enfuit de chez elle, une nuit de pleine lune pour courir en compagnie des loups de la meute, alors qu’ils auraient du mordre l’enfant, aucun d’entre eux n’osa la toucher. Si bien que lorsqu’au petit matin la chose fut racontée avec fierté par l’enfant, on ne crut celle-ci. Depuis ce jour, Thy’ sait qu’elle est destinée à la grandeur.
◆Son premier geste de magie fut de faire léviter par jeu Floki, l’un de ses loups blancs. Lorsque sa mère le découvrit, elle ressentit une telle fierté envers son enfant, qu’elle en fit une broderie (qui fut mise dans son cercueil par Thyra le jour de la mort de celle-ci).
◆Dans son enfance, Thyra avait du mal à réguler ses pulsions de mi-loup, elle détruisit à plusieurs reprises sa chambre, si bien, que sa mère finit par ne plus lui acheter de meuble et laisser l’enfant dormir sur un matelas à même le sol, ses jouets n’avaient plus de rangements et la pièce fut dénudée de décoration.
◆ Sa mère et son père avaient passé un pacte au début de leur mariage, les filles reviendraient à la mère et les fils au père, mais Fenrir brisa sa promesse. De peur de n’avoir d’héritier mal au moment de son emprisonnement, il s’arrangea pour avoir un plan de secours.
◆ La première fois que Thyra a vu son demi-frère, ce fut à l’âge de ses 5 ans, quand celui-ci et sa mère vinrent emménager avec eux. Fenrir désirait que Siggy éduque celui-ci dans le but de faire de lui un futur chef de clan. Thyra prit cette nouvelle d’un mauvais œil, pensant alors que l’amour de son père pour elle était inexistant. Cohabiter avec ce qui devint son pire ennemi fut difficile.

◆ N'étant pas une véritable louve, Thyra ne peut se transformée lors des nuits de pleines lunes. Si dans son enfance elle était capable de se déplacer et de prendre part à la vie des loups lors de cette nuit. Cette capacité lui est de plus en plus difficile. Son corps tente de plus en plus de se changer, sans jamais y parvenir dans une souffrance et une agonie qui l'épuise physiquement les trois jours suivant la lune.
◆ Se pensant plus louve que sorcière, la jeune femme vit entre deux mondes, ne sachant guère dans lequel elle veut réellement évoluer. Formatée pour le bien de la meute, elle se refuse cependant à laisser totalement tomber la part sorcière en elle. Désireuse de trouver un équilibre entre ses pulsions et qui elle est réellement.
◆ Thyra est un choixpeau flou. Son caractère si tranché et différent du à ce qu'elle est, a longtemps fait hésité le chapeau. Il ne sut la répartir laissant l'enfant choisir sa maison, elle se décida pour Serdaigle rejoignant ainsi Barty Croupton Jr sur les bancs des bleus et argent.
◆ Sans Barty Croupton Jr, Thyra aurait depuis longtemps perdu le coté sorcier de sa personnalité. Se rattachant à son ami pour garder les pieds sur terre. Bien qu'elle aime sa meute, qu'elle soit désireuse d'en devenir leur alpha, elle ressent toujours ce besoin de ne pas laisser tomber le monde magique.
◆ N'ayant pas de repère sociaux adaptés, Thyra est souvent off limite dans ses relations avec les autres. Sa mère étant morte jeune, elle a terriblement manqués de limites usant des autres comme des amis jetables. Seuls les loups et une poignée de sorciers prennent grâce à ses yeux.
◆ De part sa nature, elle a toujours tourné en rond dans les salles de classes de Poudlard. Tel un loup en cage, elle faisait les cents pas dans les cours théoriques, ne prenant jamais de note. La jeune sorcière ayant toujours bonne mémoire, n'en a jamais réellement eu besoin. Marcher durant les cours étaient la seule manière que le corps professoral trouva pour l'empêcher de perturber les cours.
◆ Lors des quelques années ou Rabastan Lestrange fut présent en même temps qu'elle à Poudlard, Thyra et celui-ci ont joué au dangereux jeu du chat et de la sourire. Inversant les rôles en fonction des humeurs et du jeu auquel ils s'adonnaient.
◆ Elle a passé de nombreuses heures de retenues en 7éme année, n'ayant plus Barty en préfet pour lui donner un minimum de cadre. Severus Snape fut donc celui qui dut surveiller la jeune Greyback lors de ses retenues. Espérant échapper aux influences de la louve qui sommeillait en elle, il tenta de lui préparer des potions pour adoucir ses nuits de pleines lunes... et elle, de le mettre dans son lit.

◆ Dès sa sortie de Poudlard, Thyra a brisé sa baguette magique et a récupérer le coeur de celle-ci pour le fondre dans une bague de sa création. Elle sait depuis toujours user de la Vielle Magie, détestant la sensation d'utiliser une baguette magique. A vrai dire, sa grand mère lui a apprit à faire usage des veines magiques de la terre. Thyra se base donc sur les éléments pour faire de la magie et lancé des sorts.
◆ N'ayant aucune compréhension du rapport du monde à l'argent et aux besoins monétaires, Thyra ne travaille pas depuis sa sortie de Poudlard. Qui voudrait l'embauchée? Et surtout, que ferait-elle réellement? Elle se contente de prendre soin de la meute de son père et d'empêcher Barty de dormir la nuit.
◆ Il lui est arrivé de venir en aide à l'Ordre du Phénix lorsque cela touchait les loups. Acceptant de cacher quelques fugitifs nés moldus au sein de sa meute le temps de leur trouver un passage sur vers la Norvège ou la Suède.



   
IRL

   
QUI SE CACHE DERRIÈRE L'ÉCRAN ?

   

   
Triple compte


Avatar en réflexion, donc si vous avez une idée d'une brune à la beauté sauvage, aux yeux bleus et féline/louve, sensuelle. Je suis ouverte !  ::26::
   




_________________

I'm not a fucking puppie who need a master | Fiche - Liens


Dernière édition par Thyra S. Greyback le Ven 21 Déc - 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité
RE BABE ::327::
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 47
Date d'inscription : 26/11/2018
Age : 24
Antigone De Montmorency
 ∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies... Tenor

_________________
--- and suddenly
i was there, in a life i've always wanted.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber
Tigone elle va pleurer la pauvre ! ::319:: ::319::

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité
(Re?)bienvenue par ici ! Hâte de voir ce personnage entrer en jeu ! ::5::
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 70
Date d'inscription : 10/12/2018
Age : 24
Rabastan A. Lestrange
Re re re re re re =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 85
Date d'inscription : 21/12/2018
Age : 18
Thyra S. Greyback
Lily J. Potter a écrit:
(Re?)bienvenue par ici ! Hâte de voir ce personnage entrer en jeu ! ::5::

Héhé! Fais gaffe, si Thyra t'aimes pas, elle pourrait t'arracher le bras pour le manger !



Rabastan!! Je peux venir te mordiller le soir ? ::21:: ::21:: ::21::

_________________

I'm not a fucking puppie who need a master | Fiche - Liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 85
Date d'inscription : 21/12/2018
Age : 18
Thyra S. Greyback
Fiche terminée! ::26::

_________________

I'm not a fucking puppie who need a master | Fiche - Liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Messages : 255
Date d'inscription : 20/05/2018
Crucio


FÉLICITATIONS!!

« L'aventure ne fait que de commencer...»

Comme je te l'ai dit ta fiche est parfaite (genre on en doutait ::14:: Tu es VALIDE

_________________________________________

     
Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI )

Nous t'invitons aussi à consulter les intrigues pour intégrer l'action du forum (ICI) et t'inscrire aux futures intrigues!
     
Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar( ICI ) et ton Patronus (ICI). Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff,] ils sont là pour ça !
     
Enfin, n'hésite pas à venir flooder ( ICI ), jouer ( ICI )et à t'amuser parmi nous!

_________________
- Compte Admin -
 ∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies... Tumblr_m4p1vbYXOs1qayrkno1_500
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Invité
Anonymous
Invité
Re ::327::
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 91
Date d'inscription : 07/10/2018
Lucius A. Malfoy
Re =D

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
∇▲∇ Thyra Siggy Greyback ∇▲∇ I'm not a fucking puppies...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: . { . . . Plongez dans l'Univers . . . } . :: Les Registres des Etats Civils :: Nos diplômés. :: Les Sorciers Validés-