The supremacy of Pure Blood begin here.
Dans la nuit du 31 octobre 1981.
Attaque perpétrée par les forces du Lord: Peter Pettigrow tue le jeune Harry dans son sommeil pendant que James et Lily Potter sont aux mains des Mangemorts qui perquisitionnent le couple. Peter transplane avant de se faire repérer par ses amis.

Pendant ce temps …
Un groupe de chercheur en médicomagie présentent les résultats d’une étude sur le développement d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Personne n’entend parler de la mort du jeune Harry Potter... - Lire le contexte -
RèglementLa vielle magieLe sangPrédéfinisLes BottinsPartenariats
A savoir
# Forum dans l'univers de J.K. Rolling - Première guerre - Uchronie Dystopique - Monde adulte.
# Contexte évolutif, chaque personnage compte! Luttez pour la victoire de votre camps!
# Codage par Okhmhaka sur Never-Utopia; Images par Lüly (Eléonore); Codages supplémentaires par Sulpica;
Intrigue II
Suite à l’attaque du Chaudron Baveur par le ministère en quête de nés-moldus à emprisonner, le bilan des pertes est lourd. Remus Lupin, fidèle membre de l’Ordre a été emprisonné en sa qualité de Loup-Garou et se fait chaque jour torturer afin de lui sous-titrer des informations. Coup dur pour l’Ordre, dont l’information leur parvient grâce à Sulpicia Mulciber, la colocataire de Remus. Une opération de libération se profile à la prison de l’Abbey de Westminster. Leadée par Sirius Black, Nyneve Mckinnon, Peter Pettigrow et Sulpicia Mulciber s’infiltrent avec fracas dans la prison. Si Severus Rogue et Lucius Malefoy tentent de les arrêter, ils se retrouvent rapidement en position délicate grâce à l’arrivée du groupe de secours composée d’Arthur Weasley, Elena Dragomirov et Eléonore de Phily.
Le bilan est difficile pour les mangemorts. Non seulement Remus est sauvé, mais tous les prisonniers sont libérés et ce malgré l’équipe d’une dizaine de mangemorts et d’Aurors envoyés par le ministère. C’est une belle victoire pour l’Ordre, l’orage gronde au Ministère. Amycus Carrow est furieux, il va falloir payer les pots cassés...
Intrigue I
« Harry Potter est mort. L ‘élu a été tué. Le monde magique est proche de sa fin. Résistez ou fuyez! Harry Potter est mort! ». En ce beau matin de novembre 1981, la une de la gazette du sorcier aurait pu annoncer la tragique attaque de Goodrich’s Hollow. Les sorciers du royaume uni auraient pu se réveiller avec une nouvelle bien tragique, s’ils savaient qui était Harry Potter. Au lieu de cela, la gazette annonçait en sa première page la découverte prodigieuse d’un vaccin pour protéger les sorciers des morsures de loups-garous. Nul ne se doutait des terribles événements qui avaient eu lieu dans la nuit, relatés page 12 de la gazette dans un tout petit encadré : « Des Mangemorts perquisitionnent un couple suspecté de faire partit de l’ordre du phénix. Tournant au vinaigre, un enfant meurt durant l’intervention. ». Ni plus, ni moins, le jeune Harry James Potter était mort. La prophétie ne se réalisera jamais. Voldemort venait d’assoir son pouvoir en tant que 1er Ministre de la Magie.
1981; Grande-Bretagne
everything is falling apart

Partagez | 
 

 [Quête] L'acte de naissance oublié - Peter & Rabastan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Admin
Messages : 234
Date d'inscription : 20/05/2018
avatar

L'acte de naissance

oublié.



Il courrait depuis des semaines, l’acte de naissance bien rangé dans l’une de ses poches de sa cape. Transplantant le plus souvent possible, effacant ses traces physiques et dans la mémoire de tout ceux qu’ils croisaient. Il était devenu particulièrement difficile de suivre sa trace. Tant et si bien que le Lord avait du mettre tout un service du département de recherches et d’interrogatoire des traites afin de retrouver sa trace.
Deux Aurors furent dépêchés dès que des raffleurs furent en capacité de trouver une piste : il semblait qu’il était passé depuis peu à Près-Au-Lard… Il fallait agit vite ! Le Lord choisit donc dans ses rangs deux de ses hommes qui devaient enquêter et détruire l'acte de naissance.



   
Déroulement : Cette mission peut-être prise par un groupe de Mangemort. Vous devez enquêter pour retrouver ce sorcier, mort ou vif. Crucio peut intervenir s’il en sent le besoin.

Réponse : 10 réponses/participants MAXIMUM.

 



_________________
- Compte Admin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
L'acte de naissance oublié
ft. Rabastan Lestrange



Il était accoudé au bar des Trois Balais, buvant une bière au beurre bien chaude en rigolant avec Rosmerta. Peter était décontracté, malgré l’importante mission qui lui avait été confiée. Comment pouvait-on être aussi alaise dans ses baskets quand le Lord avait donné une mission des plus importantes ? Rabastan et l’ancien Gryffondor devaient se lancer dans une chasse à l’homme. Une chasse qui allait s’avérer excitante pour les deux jeunes gens qui étaient souvent en compétition. Peter, quand à lui, était déjà entrain d’enquêter. Sa bière à la main, il posait quelques questions à la jeune femme qui nettoyait ses verres vides de bière, en rigolant. Les sujets de conversations allaient et venaient, comme si de rien n’était. Pourquoi enquêterait-il sur cette personne ? Oui, il arrivait que Pettigrow pose quelques questions concernant les voyageurs qui passaient par le bar et l’auberge que tenait la sorcière. C’était surement une déformation professionnelle de sa part. On n’y faisait plus attention dans le petit village des sorciers. C’était là ou il habitait après tout.

La porte du pub s’ouvrit, laissant la neige entrer dans le bar surchauffé et bondé par les sorciers qui venaient des quatre coins du Royaume-Uni pour boire le fameux hydromel de madame Rosmerta ! Peter ne prit pas la peine de se retourner, laissant échapper un autre rire avant de finir sa bière au beurre. Il s’excusa auprès de la sorcière de la laisser et de partir, rejoignant simplement le sorcier qui venait d’arriver. « Lestrange. » Lança-t-il en portant une cigarette moldu à ses lèvres. Il l’alluma d’un coup de baguette magique et la coinca entre deux de ses doigts. « Toujours ponctuel. » Lui sortit-il en attrapant sa cape de sorcier et son écharpe qu’il enfila de nouveau. « Nous allons devoir fouiller le village. » Oui, Pettigrow s’était déjà renseigné. Pas de temps à perdre ce soir !

_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 10/12/2018
Age : 24
avatar


The forgotten act of birth...
Rabastan & Peter

« The question is not who's going to let me but who's going to stop me ? »
Je regarde mes mains pleines de sang avec une indifférence qui refroidirait beaucoup d'hommes et femmes, là dehors. Mais au plus profond des entrailles du ministère de la Magie, l'obscurité a sa place et absout la couleur rouge du liquide vital. La femme est devant moi, froide comme la mort qui l'a prise. Son corps ne connaîtra plus que ce repos éternel que je lui ai offert, la délivrance de sa pauvre condition. Mais l'échec est cuisant et j'en ressens bien plus d'émotions qu'à la vue de ses yeux vitreux encore plein de larmes. Oh, elle a hurlé jusqu'à se briser la voix mais ses cris se sont éteints sur les murs insonorisés de mon laboratoire du département des mystères. La pièce absorbe le moindre secret que j'y renferme et rien n'en sort. Quand bien même cela serait le cas, personne ne pleurerait cette née-moldue à l'esprit déjà vacillant avant que je ne le visite. Et quand bien même, personne ne devrait le faire. D'un mouvement de baguette, je fais disparaître le corps en songeant que j'ai au moins appris une chose essentielle : il n'est pas besoin qu'elle se souvienne des choses pour que je puisse avoir accès à sa mémoire.

Lena Reckerfield, 33 ans, britannique, née moldue. Elle n'avait rien d'extraordinaire, vraiment. Je l'ai trouvée à Sainte-Mangouste, au service de ceux qui ne pourraient même plus répondre à une question simple : quel est votre nom ? On le lui rappelait tous les jours, mais il ne cessait de lui échapper. Pourtant, elle se souvenait d'une chose avec précision : une heure. Elle attendait tous les jours 17:00 précise et quand la pendule affichait enfin l'heure désirée, Lena s'évanouissait pour une heure avant que son esprit refasse surface, complètement vierge des événements de la journée. Le cycle se répétait indéfiniment depuis maintenant trois mois. Cette femme était suspectée d'appartenir à l'Ordre du Phénix : elle avait été retrouvée sans explication de sa présence après un combat entre ces oisillons désespérés et les fiers serpents que nous sommes. Pas une information n'avait pu être extraite de la née moldue. Et puisqu'elle même ne semblait pas résister le moins du monde puisqu'elle était bloquée dans cette amnésie qui ne permettait même pas la construction de souvenirs futurs, elle avait été abandonnée à l'hôpital des sorciers.

Je pensais que je réussirai à percer le mystère de sa présence sur les lieux de l'affrontement. Rien. Mais par divers procédés complexes, j'ai tout de même trouvé certaines choses. Je me plongerai un autre moment dans une pensine pour étudier les filaments argentés dans les quatre fioles sur mon bureau. Malgré l'inconsistance de sa mémoire, il a été possible de trouver des souvenirs entiers et c'est une pâle victoire en comparaison à mon but premier. Je m'en contenterais amèrement puisque je n'ai pas le temps de ruminer mon échec. L'eau glaciale coule sur mes mains, nettoyant le sang et la rage. Je les agite pour évacuer les dernières gouttes d'eau et les derniers regrets. La page doit être tournée si je veux avancer. Je ne peux me permettre de rester en retrait, toujours. J'échouerai, encore, mais l'important, c'est ce que je construirai de ces échecs. Une vie sans échecs, c'est une vie qui n'est pas vécue car, c'est un échec par défaut. Je transplane à Pré-au-Lard.

Le village de sorciers m'accueille avec un vent froid typique de ce mois de décembre. J'espère que le rendez-vous n'a pas été donné au hasard et que la mission qui nous a été confiée pourra connaître un terme avant ce soir. Je n'ai pas de temps à perdre avec des informations inexactes et malgré ma propension à croire que l'échec fait grandir, cette fois-ci, les erreurs ne sont pas permises. Nous devons retrouver l'homme. Les recherches ont été épuisante pour le service du ministère qui a mit beaucoup d'énergie dedans. Il sait rester discret et cela n'a pas été facile. Il a fallut attendre d'être sûr, également, qu'il n'avait pas quitté la place et ne pas brusquer l'opération. Nous n'aurons sûrement pas de deuxième chance et c'était le moment où jamais. Hors de question que le document dont il était dépositaire sorte au grand jour. Les erreurs du passé ne sont pas toujours faciles à porter, surtout pour ceux qui ne les ont pas commises. Les ordres de Lord Voldemort doivent s'accomplir.

Je passe la porte des Trois Balais et pose un regard froid sur la salle. Quelques sorciers et sorcières m'aperçoivent et aussitôt, le silence se fait pour eux. Ceux qui ont le plaisir d'ignorer ma présence noie leur inconscience dans quelques verres joyeux. Je ne prête guère attention à ce changement d'attitude. J'ai l'habitude de cette crainte que j'inspire. Mon père est un homme proche du Seigneur des Ténèbres, un de ces amis les plus intime et ce depuis Poudlard. Mon frère et moi-même suivons fièrement ses traces et nous apparaissons régulièrement au ministère auprès de notre maître. Alors bien évidement, ceux qui lisent les journaux ou qui travaillent au ministère savent qu'il ne faut certainement pas se mettre en travers de mon chemin. C'est peut être un peu hautain de ma part de penser cela, mais c'est une réalité et je la connais. Peter arrive et me salue.

- Pettigrow.

Alors que nous sortons tous deux, ne perdant pas de temps à rester boire un verre, le sorcier allume une cigarette. Cette habitude de moldu commence à retomber sur nombre de sorcier et cela m'irrite au plus haut point, mais je garde mes réflexions pour moi. C'est tout de même indigne de notre race de nous abaisser à cette... chose.

- Hum, je déteste les retards. Quelles sont les dernières infos ? Il serait fou de se terre au milieu du village, mais j'ai entendu dire qu'il avait de la famille...

La famille est ce qu'il y a de plus important, peut être. Le sang est tout, disait Père. Et il n'a pas tort. Le sang est ce que je suis, la pureté de la magie qui coule dans mes veines et qui coulait dans celles de Thea. Ma sœur n'a dû qu'à sa belle magie d'être sacrifiée à l'autel de l'idiotie moldue.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
L'acte de naissance oublié
ft. Rabastan Lestrange


Pettigrow savait l’effet qu’il faisait au Lestrange, ses habitudes de moldus, ses petites manies d’un espace bien rangé, minutieusement, son obsession pour la propreté… Mais surtout, le fait qu’il restait souvent silencieux, ne se plaignant jamais des taches parfois ingrates qu’on lui confiait. En fait. Il acceptait toujours tout tant qu’il pouvait faire plaisir au Lord Noir. Et si cela voulait dire être en compétition avec Rabastan, ca ne le dérangeait pas.
Sa clope au bec, le brun serra un peu plus son écharpe de Gryffondor autour de son cou. Un sourire sans vie se dessina aux coins de ses lèvres lorsqu’il entendit le sorcier répondre à ses salutations. Juste un Pettigrow, rien de plus. Quelle formalité ! Il avait l’habitude que les sang-pur le prennent de haut ainsi. Mais lui, au moins, il était dans la poche du Lord. De leur maitre à tous ! De son maitre à lui, rien qu’à lui !

Faisant remarquer qu’il n’aimait pas les retards, le brun lui lança un regard de travers. Peter pouvait presque se demander ce qu'il voulait dire par là! Il lui demanda alors s’il avait quelques informations que j’aurais pu récolté lors de ma conversation avec la barmaid. Oui, j’en avais, je lui confirmai qu’il fallait retourner le village des sorciers du Royaume-Uni. Il lui répondit que ce serait fou  de se cacher ici. Pas vraiment non. Près-Au-Lard était proche de Poudlard. Surement le sorcier avait pour intention de rejoindre les rangs de l’école de sorcellerie et d’y rester cloitré ? Dumbledore pourrait faire bon usage de ce document après tout… Comment réussir a discrédité le Lord en un claquement de doigt ? Il lui suffisait juste un acte de naissance moldu et de le publier dans les journaux. N’est-ce pas ?
« Au contraire, s’il est en contact avec le vieux fou de Poudlard, il deviendra tout puissant. Se cacher ici est le meilleur moyen pour réussir à échapper au Lord. C’est plutôt malin en fait. » Oui, puisque le village était connu pour repousser les Mangemorts et les membres du Ministère et survivre à leurs propres idéaux… Contrairement aux autres sorciers … « C’est par là. » Lança l’Auror en sortant sa baguette magique de sa poche. Pettigrow entraina Lestrange à sa suite en prenant les devant dans le village qu’il connaissait par cœur. Après tout, il y vivait depuis la fin de ses études. Ils sillonnèrent quelques ruelles avant d’arriver devant une maison toute banale. Dans une rue banale. Dans un endroit parfaitement… Ennuyeux pour les deux jeunes gens qui avaient l’habitude de côtoyer des lieux plus…énergiques dirons nous.
« La maison familiale. On s’invite à diner ? » Lança-t-il sarcastiquement.



_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 39
Date d'inscription : 10/12/2018
Age : 24
avatar


The forgotten act of birth...
Rabastan & Peter

« The question is not who's going to let me but who's going to stop me ? »
Je hausse les épaules face aux considérations de Pettigrow. Mon antipathie pour l'homme se limite au fait que nous nous ressemblons beaucoup, finalement. Et la concurrence qui en découle produit entre nous quelques tensions rivales. Je pourrais estimer plus le sorcier qu'il est si ce n'était quelques désagréables habitudes moldues et cette tendance à traîner là où il ne devrait pas. De par naissance, je lui suis supérieur. Quant à la magie, la question est autre et je n'en discuterai pas. Mais l'attachement du Lord pour cet homme venu de nul part et qui prétend s'élever comme cela m'agace. Je reste parcimonieux dans mon ressentiment car je reconnais sa valeur tout de même. Je ne suis pas de ceux qui méprisent d'abord avant d'estimer. Ces sorciers là, même de sang pur, se trompent fortement. Il est des choses que nous ne comprenons pas et j'ai pu voir des cracmols nés dans des familles nobles comme des nés-moldus puissants. Ces derniers ne devraient même pas toucher la magie qui est sacrée, mais ils ignorent parfois qu'ils l'ont volée et en usent en toute inconscience.Je ne leur reproche pas ce fait, mais je suis là pour le corriger. C'est une des raisons  pour lesquelles je conçois parfaitement la puissance du Seigneur des Ténèbres malgré une ascendance impure. Mais il n'a pas commis la faute de souiller le sang noble de Salazar Serpentard.

Nous déambulons dans les rues de Pré-au-Lard, au travers de flocons qui commencent à tomber. Le village sorcier est déjà recouvert d'un manteau glacé et blanc. Je songe qu'à un moment, il est possible que nous commettions l'affront de créer un contraste saisissant entre la pureté de la blancheur et l'écarlate du sang chaud. Baguette en main, je garde le regard fixé droit devant. Je suis Pettigrow avec une confiance non pas aveugle, mais réelle. Je ne comprendrai sans doute jamais sa loyauté que je pressens vacillante et névrosée (pour lui, c'est sans doute une question d'obsession maladive), mais je ne porte aucun doute aujourd'hui, pour cette mission même, sur ses actions. Il est d'autres circonstances où cela  ne serait pas la même chose. Pas à présent, maintenant. J'hoche la tête en silence, me murant dans ce mutisme  que je préfère à toute parole inutile. Je n'ai pas la patience de déblatérer sans cesse sur des sujets insignifiants. Je n'ai pas la volonté de savoir comment il va ou ce qu'il a fait de sa journée. Je n'en ai cure à vrai dire, comme de mon premier balais-jouet. Et cela remonte ! Je ne suis pas du genre à être concerné par les autres. Ils ne sont que des pièces sur un vaste échiquier que je dois apprendre à régir et dont les règles volatiles doivent être miennes. Ce n'est pas de l'arrogance, mais le monde doit tourner selon la vision que j'en ai, ou il sombrera. Mon frère dit souvent que je suis un idéaliste aux idées parfois extrémistes, mais je me trouve plus mesuré que lui. J'accepte l'échec, par exemple. Il suffit de recommencer une autre partie si on est mat.

- Je sens que notre présence sera ressentie comme un cheveux sur la soupe.

Un sourire vient à  étirer sombrement mes lèvres fines, ourlées d'une joie violente. La rage qui animait mon ventre précédemment face à la déception de mes expériences précédentes semble trouver là un exutoire tout trouvé. Je ne suis pas porté à la violence gratuite, mais je reconnais un certain penchant quant à infliger la douleur à autrui. Cela me rappelle en comparaison que je ne suis pas celui qui se tortillent vainement sur le sol, les nerfs irradiés d'un feu incompréhensible. La mort des autres reflète ma propre vie et la puissance que j'en ressens grise mes sens bien plus que toute drogue. J'ai ce besoin face à cette peur profonde de disparaître en silence de reporter mes craintes sur ceux que je juge insignifiants. Ils retournent à l'oubli duquel je les ai tiré en leur portant attention, sans un bruit si ce n'est leurs cris désarticulés. Et ils y sombrent volontiers pour fuir l'horreur que mes mains créent selon mes envies. Ce soir ne sera pas différent. Je dépasserai l'effacement de mon être pour me hisser plus  hauts que ceux qui disparaissent comme cela, anonymement.

- Allons-y.

Un besoin de violence me prend subitement et moi qui préfère généralement la subtilité à la grossièreté, je défonce la porte en bois d'un coup de pied rageur aidé d'un sort. Celle-ci valdingue contre le mur en face et se brise en un fracas bruyant. Mon visage reste froid tandis que nous pénétrons dans le vestibule. Je n'attends aucune invitation ou autorisation. J'essuie ironiquement mes pieds sur un paillasson où un Bienvenu est écrit en de belles lettres et arabesques joyeuses. La salle à manger qui, apparemment, sert également de salon est directement sur la droite et occupée par cinq individus. Si les informations sont exactes, il y a là la petite famille et notre homme. Je regarde les propriétaire et remarque avec sarcasmes qu'ils déposent, les yeux ouverts d'une frayeur délicieuse, leurs cuillères dans une soupe orangée. La petite fille, la nièce, a de grands yeux bleus perdus derrière des boucles blondes. L'enfant parfait... Le frère de notre homme lui ressemble beaucoup, les cheveux de jais, comme le père d'ailleurs, malgré l'âge de ce dernier. C'est la mère, qui a donné sa couleur à la petite. Celle-ci la prend subitement contre elle et le vieux semble prêt à se faire dessus. Les deux hommes esquissent un mouvement vers leurs poches et je lève aussitôt ma baguette, les dissuadant d'un geste.

- Tsss pas touche ! Bien, je crois que nous avons quelques choses à nous dire, n'est-ce pas ?

La scène est grotesque. Les tremblements du vieillards s'intensifient. Le frère semble paniquer. Il n'y a que la femme et notre homme qui expriment une colère froide. La petite, cinq ans, six ans peut être, je n'y connais rien en gamins, reste silencieuse, comprenant peut être qu'un drame s'apprête à se jouer. Pour moi, il n'est pas question que l'autre s'en sorte indemne...

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 106
Date d'inscription : 09/09/2018
avatar

 
L'acte de naissance oublié
ft. Rabastan Lestrange


Rabastan fit une petite blague concernant notre invitation, qui arracha bien malgré lui, un petit sourire en coin à Peter. Il lui fit une petite courbette et ajouta un « Monsieur » afin de l’inviter à faire le premier pas. Le Lestrange aurait presque pu remettre son veston en place avant de défoncer la porte avec son pied, et d’entrer dans la petite maisonnette qui ressemblait tant aux autres. Peter n’aurait pas été étonné de le voir faire, mais en réalité, le sorcier s’était juste lancé dans la mission qui leur avait été donnée, sans prendre de pincettes.
Pourquoi le feraient-ils ?
Rabastan souriait, violent, presque machiavélique, il se mettait dans le bon mood pour faire parler les sorciers qui étaient surement tous réunit autour d’une simple table. Alors, les deux sorciers firent leur entrée fracassante, Peter suivit le sang-pur en tenant fermement sa baguette dans sa main.

L’intérieur était simple, et la coquille vide qu’était Peter ne ressentit rien en la visitant… De toute façon, ils n’allèrent guère loin, le rez-de-chaussée semblait n’être composés que de deux pièces, comme le QG de l’Ordre. Une cuisine et une salle à manger faisant aussi office de salon, dans laquelle nous trouvions la petite famille à table. Son nez se plissa de dégout en voyant la réaction de la mère vis à vis de son enfant, encore une qui croyait qu’elle pouvait protéger sa marmaille d’eux. Comme toutes ces saletés de bonnes femmes… Les autres personnes, dont l’hommes qu’ils recherchaient, exprimaient une sorte de peur mélangée à de l’anxiété en les observant.
L’un d’entre deux tenta d’attraper sa baguette, mais les deux Mangemorts furent plus rapide. Rabastan leva sa baguette rapidement et ordonna de ne pas toucher à celle-ci tandis que Peter se rapprocha de leur homme, lui prenant le bras et le séparant de sa famille. « Allons parler dehors Monsieur le voleur. Je pense que vous avez quelque chose qui nous revient de droit. Allez ! » Et il le poussa en dehors de la pièce pour qu’il finisse dans la rue, poussé dans la neige.

« Tu vas nous dire ou tu as mit ce que nous recherchons, ou mon ami qui est là, torturera et tuera ta petite famille devant tes yeux. » Lui lança-t-il froid et sec. Les éclairs furieux qui se dessinaient dans la lueur des yeux de Pettigrow exprimaient la folie qui possédait son être en cet instant. « Si vous les tuez, vous ne saurez jamais… » Mais il n’eut pas l’occasion de finir que Peter lui avait donné un coup de coude dans la mâchoire, se reculant pour le laisser à Rabastan. « J’ai ouïe dire que tu apprend la légimencie. Fais-toi plaisir. » Il se place aux cotés du sorcier et tenait en joug leur proie.



_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête] L'acte de naissance oublié - Peter & Rabastan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» D'Alexandre à Actium de Peter Green
» Master and commander (Peter Weir)
» Culloden (Peter Watkins)
» De la perte de son acte de baptême
» Nuit 3 (Peter Pettigrow )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: . { . . . Ecosse . . . } . :: Près-au-Lard-