Un cadeau pour Noël ... [Pv Rabastan]


Forum RPG Au temps des Marauders; 1982 - Grande-Bretagne sous la soumission de Lord Voldemort; contexte evolutif; Avatar réels;

 

Partagez
 

 Un cadeau pour Noël ... [Pv Rabastan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous
Invité
Un cadeau pour Noël ...
Rabastan & Lucrecia

Les mots se perdaient … Elle ne savait combien de lettres avaient-elles tentés d'écrire ce soir-là. Luka avait utilisé de nombreux parchemins, avait fait coulé beaucoup d'encre mais pourtant cela ne donnait rien une fois qu'elle tentait de mettre des mots sur ses maux. Était-ce une lettre d'amour qu'elle était en train d'écrire ? Non sans doute pas, elle tenait juste à s'exprimer sur ses sentiments et seulement sur ses sentiments, non sur ces plus gros secrets, sur les détails de son jardin privée qu'elle gardait pour elle et qu'elle avait bien trop peur d'exprimer à voix haute, surtout de l'exprimer à son compagnon. Finalement, Luka s'était installée auprès du feu qui brûlait vivement dans l'âtre de la cheminée et elle y déposa alors les lettres une à une, prenant tout son temps pour être certaine que plus rien ne resterait une fois que le feu aurait fait son œuvre et que le papier aurait été complètement consumé. Elle se mit à frissonner doucement, alors que la chaleur faisait son travail dans la pièce et qu'elle aurait dû se sentir parfaitement à son aise à cet instant. Elle était fatiguée, et si Rabastan avait fait un peu plus attention à elle, sans doute aurait-il remarqué les cernes noires qui se dessinaient à présent sous ses yeux bleus électriques. Elle avait tout particulièrement appréhender la période des fêtes, sans comprendre réellement d'où venait cette sensation qui lui faisait mal aux tripes et qui la maintenait éveiller une bonne partie de la nuit avant qu'elle ne finisse par tomber de sommeil. Quand, elle se réveillait, bien souvent elle était seule dans le lit conjugal et même si elle était parfois pétrifiée face à cette proximité, son cœur se serrait au petit matin quand elle voyait que son fiancé avait déjà quitté la pièce et même quitté l'appartement. Trop de questions venaient à la perturber, elle arrivait à trouver un peu de calme quand elle ouvrait sa boutique de Pré-au-Lard où elle avait la chance de côtoyer le plus souvent des élèves du collège de Poudlard, qui étaient encore tellement innocents et qui vivaient joyeusement, plus ou moins informé des événements qui se déroulaient dans le reste du monde sorcier et qui finalement ne les touchaient que peu à moins qu'ils ne soient nés-moldus ou qu'ils ne soient proche de nés-moldus. Elle ne jugeait pas de savoir si c'était une chance ou non pour eux de rester dans l'ignorance, tout ce qu'elle savait au fond d'elle-même, c'est qu'à ces yeux, Kittie, sa petite sœur, était pour le moment bien plus en sécurité à Poudlard que n'importe où ailleurs en Angleterre. Luka était parfaitement consciente que son père attendait la fin de ses études avant de l'introduire définitivement dans le grand monde des familles de sang-purs, de la faire parader et de lui trouver un mari qui rendrait service à sa famille. Rien que l'idée que sa sœur risquait d'être vendue tout comme elle-même l'avait été lui faisait mal au cœur. Elle avait accepté ce mariage, en espérant que cela aurait pu suffire à combler les ambitions de leur père.

Alors même si elle n'aurait jamais osé le dire tout haut, Luka commençait doucement à ressentir une certaine angoisse concernant son mariage. Rabastan avait fait la grande annonce lors du repas de Noël, le mariage était prévu pour le 20 juillet de l'année qui allait bientôt débuter, une date qui lui paraissait cohérente après presque un an et demi de fiançailles. Cependant, si elle ne cachait pas qu'elle éprouvait quelque chose à l'égard de son promis sans vraiment pouvoir dire ce qu'il représentait pour elle, elle savait que d'une certaine façon, elle jouait la comédie, et elle n'était pas certaine de réussir à jouer le jeu continuellement. Mais elle s'était engagée, et dans tous les cas, le seul moyen de s'en sortir était la mort. C'était une chose qu'elle ne pouvait clairement pas imaginer, la vie ne pouvait lui réserver que de nombreuses surprises, elle en était certaine. Alors, il fallait également qu'elle mette un peu du sien et qu'elle essaie de se rapprocher de son futur époux. Ils n'avaient pas vraiment réussi à se voir depuis Noël, s'il n'avait tenu qu'à elle, elle aurait aimé qu'ils passent le réveillon seul à seul dans leur appartement du chemin de traverse. Elle avait donc déposé un petit paquet sous l'arbre, une nouvelle chevalière noire d'obsidienne avec l'intérieur rouge sang qu'elle avait fait graver à son nom doucement argenté et comportant des dessins identiques aux marques à la fois terrifiante et surprenante qu'ils avaient tous les deux à leurs poignets, preuve du serment qu'elle avait prononcé. Elle était allée même plus loin, en préparant un repas pour lui, celui qu'il préférait : un risotto au parmesan et aux asperges, accompagné de langouste pour lui et de poulet pour elle. Le temps avait alors commencé à s'écouler, elle avait jeté un sort sur la nourriture histoire qu'elle ne vienne ni à prendre feu, ni à se refroidir. Luka s'était approchée de la fenêtre regardant pendant un long moment la neige qui tombait en discontinu depuis plusieurs jours déjà. Elle aurait aimé sortir à cette instant, juste pour entendre la neige crissé sous ses botte, faire un bonhomme de neige … Mais la nuit était déjà bien tombé à présent et elle n'était plus certaine de voir Rabastan passer la porte et diner avec elle. N'ayant alors plus fin, Luka se dirigea dans la chambre, elle troqua ses vêtements du jour pour rester en simple sous-vêtement, elle attacha ses cheveux et prit un énorme pull blanc qu'elle enfila avant de revenir dans la pièce principale. Elle prit un livre, posa un gros oreille ainsi qu'une grosse couverture sur le sol, face à la cheminée et elle commença sa lecture avant de finir par s'endormir à même le sol.
(c) DΛNDELION


Cadeau offert par Luka:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 70
Date d'inscription : 10/12/2018
Age : 24
Rabastan A. Lestrange


Un cadeau pour Noël
Rabastan & Lucrecia

« I just want you to be happy with me, that's all »
»

Les minutes qui s'écoulent m'exaspèrent. Elles meurent lentement et avec obstination à laisser la nuit sombrer avant que je ne puisse mettre le nez dehors. Mes doigts pianotent sur le bureau d'impatience alors que j'écoute tranquillement la sorcière qui me fait son rapport. Ce que j'avais demandé était pourtant d'une extrême simplicité et je n'imaginais guère être déçu ce soir. Pourtant, cela fait bien deux heures maintenant que nous explorons de long en large son échec cuisant et qu'elle tente en vain de se dédouaner de l'erreur commise. Mon silence froid la pousse à balbutier plusieurs fois sans que cela ne m'amuse. Je songe que je pourrais être rentré, si elle n'avait pas débarqué, paniquée, alors que je rangeais mes affaires pour rejoindre Luka. Péremptoire et inconsciente, la jeune femme s'est assise sur une des deux chaises en face de mon fauteuil et a commencé à déblatérer du pourquoi et du comment. Je ne me suis jamais connu aussi patient, je crois. Et sa voix qui s'étire dans l’aiguë quand elle décrit les difficultés rencontrées  agace mes oreilles au plus haut point. Ma mâchoire se crispe d'une violence que je contiens encore. Il ne faudrait pas qu'un accident arrive. Cette sorcière est d'habitude en mon estime et produit des résultats satisfaisant. Je sais de sources sûres que sa mère, une grande potionniste, fourni le ministère diligemment et il est hors de question que cela se fasse sous la contrainte. Je préfère largement que les choses continuent d'aller comme elles vont, dans un glissement naturel et sans contraintes. Je la regarde sans piper mot, espérant qu'elle finisse bientôt ce rapport interminable et énervant. Mes doigts se crispent sous la table, attrapant  ma baguette et la relâchant aussitôt. Non... Surtout, pas de gestes inconsidérés. Il se serait agit d'une autre que ma colère aurait trouvé un  exutoire, mais j'apprécie à ma manière l'utilité et le tempérament habituellement plus mesuré de cette sorcière. Je laisse mes pensées dériver et atteindre son esprit, s'insinuer insidieusement. Je le fais presque inconsciemment, maintenant, ou plutôt pour jouer sans vraiment vouloir pénétrer les secrets de ceux qui sont en face de moi. Il n'y a qu'une personne sur laquelle je me refuse de jouer. Et mon esprit s'ouvre au capharnaüm qui règne dans sa tête et me confirme son histoire. Je la coupe.

- Vous avez fini ?
- Eh bien...

La sorcière s'arrête, surprise. Ma voix glacial lui arrache un énervement mental. Connard. Un sourire amusé étire mes lèvres et elle fronce les sourcils devant cette réaction qu'elle ne comprend pas. Je secoue la tête, l'air ennuyé. Ca, il n'aurait pas fallut...

- C'était le mot de trop je crois.
- Monsieur Lestrange ?
- Avada Kedavra.

Le bruit de son corps s'étalant sur mon bureau me laisse de marbre. Deux heures pour rien du tout et un échec sur les épaules. Parfait. De maussade humeur, j'attrape ma cape et l'enfile lestement. Quand je sors de mon bureau, je  note que ma secrétaire est rentrée chez elle et cela me pousse à soupirer. D'un coup de baguette, je laisse un mot sur son bureau. Merci de nettoyer mon bureau en arrivant. Me rendant dans l'atrium du ministère, j'espère croiser Lucius ou un regard familier avant de partir. C'est que je ne parviens guère à sortir de mon énervement et je ne souhaite pas rentrer tout de suite. Je n'aime pas qui je suis quand la colère m'étreint et que je me retrouve face à elle. Elle n'aimerait pas non plus. Alors au lieu de rentrer directement en transplanant au bas de chez nous, je disparais du ministère pour me retrouver sur le chemin de traverse. Je déambule tranquillement dans la rue, laissant les flocons de neige tomber doucement sur mon visage, atténuant ma brûlante colère. Marcher m'aide à évacuer la tension accumulée et quand mes pas me mènent au bas de l'escalier d'entrée, sur le côté d'une boutique, mon cœur s'est déjà apaisé. Je songe en regardant le bâtiment que lorsque nous seront mariés, sans doute que nous déménagerons dans un manoir pour accueillir notre future famille. Ce n'est pas l'argent qui  manque, mais je préfère l'intimité que des lieux restreints nous confèrent. Lorsque je pousse la porte, un feu ronronnant m'accueil ainsi que les flagrances d'un repas que je connais bien. Je reconnais lorsque mon ventre gronde que la faim me tiraille, malgré l'heure tardive et mon dépit avancé.

Luka est là, allongée à même le parquet, auprès du feu ronflant. Couverte par un plaid et calée sur un oreiller, elle semble s'être endormie sur un livre. Je vois une jambe nue s'échapper de la couverture et j'imagine qu'elle ne porte pas grand chose dessous. L'idée me fait rougir quelque peu et je suis ravi qu'elle ne puisse contempler cela. Je contemple, moi, son corps recroquevillé avec une tendresse que je n'ai plus que pour elle à présent. En silence, je me défais de mes affaires. Un coup d’œil vers la cuisine ouverte, je vois qu'un plat trône là. Je sais d'avance de quoi il s'agit, surtout lorsque je vois la table mise et un sourire naît. Mon cœur se serre d'une joie que je n'éprouve que peu et qui détend mon dos tiré. Je m'accroupis auprès de Lucrecia et décale tout doucement ses cheveux qui lui tombe sur le visage. Je n'oserai  faire grand chose de plus sans son accord et mon frère me regarde étrangement quand je lui raconte cela. Il me reprocherait presque cet amour qu'il ne conçoit pas pour la jeune femme et le serment que je lui ai fait jurer. Il reste dans cette ambivalence étonnante : je devrai lui faire confiance, c'est ma future femme, mais elle ne devrait pas être ma future femme. Mes doigts frôlent sa joue rougie par la chaleur des flammes et je chuchote, frémissant de l'avoir découverte comme cela.

- Je suis rentré.

Mes gestes me semblent balourds en comparaison à la légèreté que je ressens. C'est toujours une sensation étrange que de retrouver l'enfant que j'étais quand je me trouve avec elle. De retrouver la simplicité d'avant, et les rires, et les disputes qui ne duraient que quelques secondes, les défis constants, les courses à travers champs, les moments de complicités. Nous nous sommes certes éloignés, mais quand je vois le repas qu'elle a fait, je ne peux que sourire de ce temps qui n'a pas disparu, ni pour elle, ni pour moi.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité
Un cadeau pour Noël ...
Rabastan & Lucrecia

Luka était restée un moment à lire, là sur le sol. Le plaid, la chaleur du feu et l'épais pull qu'elle avait mis sur elle, avait fini par l'englober d'une douce chaleur. Les pages s'étaient succédées au début, à un rythme effréné. Cette fois, elle n'avait pas pris un quelconque ouvrage sur les potions, sur les sortilèges, sur l'histoire de la magie racontée par une vieille sorcière qui était déjà morte depuis des siècles et des siècles. Il n'y avait rien de nouveau et si elle était elle coincée dans son appartement cosy du chemin de traverse, elle avait à l'esprit l'envie de voyager, de découvrir le monde, et de le découvrir sous tous les aspects et dans tous les domaines. Il n'était pas question pour le moment de partir à l'autre bout du monde en compagnie de Rabastan, même si elle n'osait pas lui en parler, elle était presque certaine qu'il le lui refuserait. En ce moment, il n'y avait qu'une chose qui comptait réellement, c'était sa position auprès du Lord, et au sein des mangemorts et par extension au sein du ministère de la magie anglaise. Elle se voyait mal lui demander de tout quitter du jour au lendemain, pour un jour, une semaine, un mois peut être et partir vivre une belle aventure comme ils en avaient tant rêvé durant leur enfance. Se cachant dans les greniers, découvrant des monstres horribles dans les caves des demeures familiales respectives, profitant des grands jardins arborés pour pouvoir se créer un monde où rien n'était impossible, prenant leur balai pour de grandes envolés et des voyages où personne ne pouvait les accompagner. Des moments, où ils n'étaient rien que tous les deux ou en compagnie de Théa quand elle était encore en vie. Elle aurait tellement aimé que cela puisse devenir une réalité aujourd'hui, loin des convenances, des faux-semblants, des apparitions en public. Un instant, elle avait stoppé sa lecture en repensant à l'annonce qu'il avait fait lors du réveillon de Noël qu'ils avaient passé en compagnie de la bonne société sang-pur dans la maison des Black. Le 20 juillet prochain, Lucrecia Abella Flint deviendrait officiellement la nouvelle Madame Lestrange. Elle ne doutait pas que ce mariage serait le moment d'une grande cérémonie, suivis d'une toute aussi grande célébration avec tout le faste qui était de mise pour un mariage aussi noble et une liste d'invités longue comme le bras. Luka avait émis l'idée de faire cela à Noël de l'année prochaine, elle avait toujours trouvé ça romantique d'imaginer se marier à cette période là, sous les décorations, l'odeur de sapin. Oui, elle aurait aimé ça juste pour lui et elle, pour vivre cet instant à deux, cet instant qui ne devait leur appartenir qu'à eux. Un soupire s'échappa de ses lèvres avant de reprendre sa lecture. Une lecture d'un auteur moldue, où elle avait trafiqué la couverture pour qu'il n'y ait aucun soupçon sur la provenance de l'ouvrage. Et c'était là qu'elle s'était finalement assoupi, enserrant l'oreiller avec force, comme si elle n'avait pas vraiment envie de quitter son sommeil, se laissant à rêver à une belle histoire d'amour et des actions chevaleresques.

Luka n'entendit pas la porte s'ouvrir pour pouvoir laisser entrer Rabastan dans la pièce, elle était épuisée et il était si tard. Elle avait réellement voulu l'attendre, elle avait même eu le profond désir d'organiser une soirée romantique, comme elle n'en faisait que très rarement, sans doute même la première fois depuis qu'ils étaient officiellement fiancés. Elle ne pouvait pas dire qu'elle avait envie de raviver la flamme, leur relation avait toujours été à la frontière de l'amitié, de l'amour, quelque chose d'étrange avec laquelle elle s'était accoutumée, qu'elle avait accepté car ils étaient promis l'un à l'autre depuis une éternité. Cependant, sa décision de la faire jurer solennellement son amour, sa fidélité et son utérus par la même occasion, avait clairement refroidis la relation et elle se sentait de plus en plus en décalage avec lui. C'est alors qu'une douce caresse vint lentement la sortir de son sommeil, alors qu'elle entendait la voix qui lui semblait lointaine de la part de son fiancé. Un léger sourire étira ses lèvres alors qu'elle gardait les yeux clos. « Tu es rentré ... » Murmura-t-elle fébrilement plus pour elle-même qu'à son attention. Ses yeux papillonnèrent un instant avant qu'elle ne vienne redresser un peu son visage pour pouvoir observer celui de son fiancé. Elle glissa sa main sur la sienne, puis elle remonta doucement le long de son bras, ainsi elle arriva jusqu'à son visage, son visage qui semblait si tendu, si fatigué. Elle vint du bout des doigts retracés délicatement chaque pli, chaque contour, son nez, sa bouche … Sans savoir vraiment pourquoi, elle se releva quelque peu, s'approcha lentement de lui et alors que sa main s'était posée sur sa joue, s'arrêtant de caresser cette personne qu'elle connaissait par cœur, qu'elle avait vu grandir, qu'elle avait aimé et détesté à la fois. Alors elle vint poser ses lèvres sur les siennes, l'embrassant non pas pour donner le change devant un public observant leur moindre fait et geste, mais parce qu'elle avait envie de goûter à ses lèvres, la douceur fit place à la passion pendant un bref instant avant qu'elle ne recule brusquement, se mordant les lèvres comme si elle avait été prise en train de faire une faute. Elle avait les joues roses mais ce n'était pas à cause du feu de cheminée. Elle reposa la tête sur l'oreiller et le regarda doucement. « Tu t'allonges un peu avec moi ? » Elle repoussa le livre, elle récupéra un autre oreiller sur le canapé non loin d'elle et l'installa juste à côté du sien. « Tu rentres tard … La journée a été compliquée au ministère ? Si tu as faim … J'ai préparé ton plat préféré … Je ne suis pas certaine d'être une excellente cuisinière mais j'ai fais du mieux que j'ai pu ... »
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un cadeau pour Noël ... [Pv Rabastan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Idées de cadeau pour Noël
» Fin de l'association UDE/Ankama pour Wakfu TCG
» CaC pour bi-élément feu/terre
» Outpost Bus pour le GP Paris !
» Idée pour les pandawa feu ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: ∇ La taverne ∇ :: Les orbes du forum. :: RP :: Novembre/Décembre 1981-