{INTRIGUE - NEUTRE / ORDRE POSSIBLE ] In time of trouble...


Forum RPG Au temps des Marauders; 1982 - Grande-Bretagne sous la soumission de Lord Voldemort; contexte evolutif; Avatar réels;

 

Partagez
 

 {INTRIGUE - NEUTRE / ORDRE POSSIBLE ] In time of trouble...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Admin
Messages : 255
Date d'inscription : 20/05/2018
Crucio


INTRIGUE NEUTRE - Ouvert Ordre du Phénix si

vous n'allez pas à la réunion



« In time of trouble, the best you can do is to stick with your love ones....»
Plus tard dans la soirée....



La nouvelle avait fait le tour du monde des sorciers : celui dont on ne prononçait pas le nom était devenu Ministre de la Magie. Les choses allaient empirer, les sorciers allaient de nouveau fuir vers la France ou les Etats-Unis dans l’espoir d’échapper au Régime. De nouvelles lois verraient le jour pour restreindre encore plus les droits des nés moldus. Que pouvaient-ils faire de plus ? Leurs retirer leurs baguettes ? Forcer les sang-mêlés à se recenser eux aussi ?
Nul ne savait quels étaient les plans du Lord…mais ce soir, l’esprit n’y était pas… Ceux qui s’étaient réunis dans leur bar clandestin habituel étaient moroses. Ils buvaient en silence ou atterré par les nouvelles, tournant encore et encore les pages de la gazette dans l’espoir d’y trouver un peu d’espoir…






_________________
- Compte Admin -
{INTRIGUE - NEUTRE / ORDRE POSSIBLE ] In time of trouble...  Tumblr_m4p1vbYXOs1qayrkno1_500
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucio.forumactif.com
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


In time of trouble,
ft. Neutres & ordre


L'on enchainait les verre depuis une bonne heure déjà. Joyeux, nous avions finit dans un pub clandestin de Londres, non loin de mon nouvel appartement. Mes parents avaient rapidement comprit dans notre correspondance que je voulais un peu de liberté. Qu’après trois ans, je ne pouvais pas revenir au Manoir comme si de rien n’était. J’avais gagné en indépendance et autonomie… Et je ne voulais pas supporter mes parents 24h sur 24 !

Foulant de nouveau le sol Anglais, je venais de passer une journée des plus épouvantes ! J’us à peine le temps de poser mes valises dans mon nouvel appartement et de me changer pour la présentation de la soirée, que je devais déjà accueillir bon nombres de visages qui m’étaient totalement inconnus. J’avais remit ce masque froid, hautain et dédaigneux de sang-pur pour lequel j’étais connue. Agissant avec les invités de la soirée avec un flegme qui était propre à ma condition noble.
Le lendemain de la présentation, que je m’étais empressée de quitter après en avoir fait l’ouverture, l’équipe de chercheur et moi prirent possession de l’aile que la direction de Sainte Mangouste nous avait attitré. Je ne savais pas si j’allais supporter travailler dans un laboratoire. Après tout, ces trois dernières années en plein air furent merveilleuses et enrichissante ! Et si j’avais toujours l’impression qu’il me manquait quelque chose, je faisais avec.

Avant de quitter les labos, l’équipe ouvrit une bouteille pour fêter l’installation et le budget qui nous avait été offert. Joyeux, l’on commençait à  être bien imbibé lorsque l’on d’entre nous proposa de se rendre dans un endroit dont les infirmières parlaient beaucoup !
Ce fut donc alcoolisés que l’on débarqua dans un bar ou les sorciers, moroses, semblaient tous déprimés. Etait-ce cela, l’Angleterre de nos jours ? L’un d’entres nous commanda quelques shoot pour lancer un jeu de boisson. Au bout de 20min, nous n’avions de nouveau plus rien à boire… Quand à moi ? Ma tête commençait déjà a tournée ! Ce fut les joues roses que j’allai commander la prochaine tournée. Accoudée au bar, j’attendis que le barman soit enfin disponible… Quand j’entendis une voix à mes cotés parler seul… Je connaissais cette voix ! Me tournant, je découvris un jeune homme brun, accoudé au bar le nez dans son verre à parler tout seul !
« Par la Barbe de Merlin ! » Quelles étaient les chances que je tombe sur lui ? « Potter ? Qu’est-ce que tu fais là Potter ? »  L’ancien Gryffondor ne semblait pas dans son assiette, bien au contraire… Il était loin de l’image dynamique, joyeuse et joueuse que je connaissais de lui… « Est-ce que ca va ? » M’inquiétais-je malgré moi…

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité
James avait appris la nouvelle et la colère l'avait envahi. Il n'y avait pas que ça. Il avait l'impression d'avoir été oublié et qu'Harry n'était juste qu'un souvenir lointain. Pourtant le jeune auror avait des envies de vengeance. Il avait envie de tuer les mangemorts un par un et de finir par Voldemort lui-même. Mais tout ça ce n'était qu'un songe. Un cauchemar éveillé que James revivait chaque jour. Le boulot, il commençait à faire n'importe quoi, à ne plus être concentré, obsédé par sa vengeance. La perte d'Harry, son fils le ravageait et il s'éloignait même de ses amis. Il avait l'impression de descendre une pente en roulant, sans jamais pouvoir s'arrêter. L'alcool parfois, l'aider à surmonter mais James était à bout. Et le fait que Voldemort continuait à prendre le pouvoir lui faisait perdre tout espoir de vie meilleure. Il avait même cessé de croire en l'Ordre du Phénix. Il n'était plus que l'ombre de lui même et il refusait de remonter la pente.

Ce soir encore, James était au bar, à boire sans soif, à fixer le mur comme s'il y trouvait un intérêt pour éviter de voir son regard se brouiller de larmes. Il n'arrivait pas à remonter la pente. Il ne voulait plus. S'il pouvait tomber raide mort, il le ferait. Mais dans ces moments là, il ne pensait plus à Lily, à leur couple qui semblait battre de l'aile par l'éloignement de James. Il s'était battu toute ses années pour se marier à Lily et là, il allait tout perdre s'il continuait à ruminer sa vengeance. Il était déterminé. Il avait descendu son sixième verre et il répétait qu'il allait tuer Voldemort, ce qui lui valu un regard courroucé du barman. Il commanda un 7ème verre mais le barman refusa de le servir, estimant que James avait assez bu. Quelqu'un lui parla. Quelqu'un qui semblait le connaître mais James était tellement alcoolisé qu'il ne reconnaissait plus personne. Il était sûr qu'il n'aurait même pas reconnu Sirius s'il était en face de lui. La voix lui demanda ce qu'il faisait là et il répondit:

"Je vais tuer Voldemort...." Il ne faisait que répéter ça , tout en parlant à son verre. Puis à la fin, de nouveau en colère, il balança le verre contre le mur. "J'ai soif.... dis lui qu'il me serve un autre verre...." Il n'était plus cohérent, il était juste malheureux. Lily n'était pas là pour le voir et heureusement. Sirius non plus. Il y avait juste cette voix qui lui parlait. " Faut que j'aille tuer Voldemort après... alors dis lui de me servir un verre et tout de suite!"
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


In time of trouble,
ft. Neutres & ordre


Décidément, Potter était réellement bourré ! Le jeune homme, incapable de reconnaître ma voix, continuait de parler à son verre vide, surement dans l’espoir d’obtenir une réponse de celui-ci. Le gryffon parlait de tuer le Lord, il avait soif et jeta son verre à travers le bar, cassant quelques verres au passage. Le barman lui lança un regard noir auquel je répondis avec un petit sourire gêné. Nous n’avions jamais été ami… C’était tout le contraire ! Je passais mon temps à me disputer avec Black concernant des histoires stupides de sang-purs, sous le regard lassé de Potter. A l’époque, il n’envoyait chier. Il pouvait après tout. J’avais toujours cette réputation de pétasse, reine des glaces, froide et hautaine. La parfaite des Serpentard. L’exact opposé d’eux. S’il avait su la vérité me concernant, à l’époque, il n’en aurait jamais cru ses oreilles… Et bien heureusement, jamais il ne su que j’avais passé 2 ans à me taper son meilleur ami.
Il répéta qu’il devait aller tuer le 1er ministre et que pour ca, il avait besoin d’un autre verre. Que devais-je faire ? Et pourquoi je me sentais responsable de lui soudainement ? C’était peut-être mal placé. Espérant avoir des nouvelles de Sirius via Potter ? « Il ne veut pas te donner un autre verre... » Lui répondis-je doucement. « Viens,  on va aller boire ailleurs et tu pourra tuer… Tu-sais-qui… »
Je posa ma main aux doigts tatoués sur son bras pour l’encourager à se lever « Et tu pourra me parler de comment tu vas le tuer sur la route du prochain pub… »
Clairement, ce n’était pas de boisson dont il avait besoin, c’était de repos et d’un bon remède contre la gueule de bois ! Je n’espérais qu’une chose, ce fût qu’il se lève et me suive, quand bien même le jeune homme, trop alcoolisé, ne me reconnaisse pas ! Y aurait-il arrivé sans la boisson ? Je n’avais que peu changé. Mes cheveux étaient toujours couleurs des blés, mes yeux bleutés et ma silhouette fine. Seuls mes tatouages et ma peau au teint halé avaient changés. Peut-être avais-je pris un peu plus de formes au niveau du fessier et de la poitrine. J’avais musclé mon corps durant mon long voyage à force de toujours bouger !


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité

Il n'était plus maître de lui même comme si un démon l'avait possédé. James ne semblait vivre que pour sa vengeance. Il avait cessé de vivre le soir où son fils était mort. Si ses parents le voyaient. Incapable de reconnaître personne. Il suivrait même un mangemort tellement l'alcool était imbibé en lui. La voix semblait le comprendre, elle lui proposait même d'aller ailleurs, boire. Il valait mieux de toute façon, le barman refusait de le servir. Il avait l'impression de voir Harry en chaque bébé qu'il croisait, refusant de croire à sa mort. Dans sa tête, Harry était encore vivant. Et la rage revenait. " Faut dire à Lily...." commença-t-il sans terminer sa phrase. Il ne savait même pas quoi dire à Lily. Il ne savait plus ce qu'il disait. Il tenta de descendre de la chaise, non sans mal. Il garda sa baguette dans sa poche, prêt à la sortir pour attaquer. Dans sa tête, c'était clair. Il devait attaquer Voldemort. Lui faire payer l'éclatement de sa famille et la mort de son fils. Et pourtant dans la réalité, c'était plus compliqué que ça mais James n'y voyait pas. Encore moins avec les verres qu'il avait enchaîné.

Il regarda enfin la fille qui lui parlait mais peine perdue, il ne voyait pas qui c'est. La voix ne semblait pas menaçante alors il pouvait lui faire confiance. Il tenta de sortir du bar mais il ne savait plus où était la porte. Il avait l'impression d'être dans son propre monde, enfermé et aveuglé par la colère et l'alcool déjà ingurgité. James tituba avant de dire : " Partons... je dois le trouver!" . L'envie de faire des blagues lui était passé depuis longtemps. Il avait juste soif de revanche. Des envies de meurtres aussi. Et ce chagrin qui ne passait pas. Comme si jamais, il ne se remettrait de la mort de son fils.

"Je dois tous les tuer! Harry... " continua James qui ne termina pas sa phrase encore une fois. Il n'avait pas envie de prononcer ces mots qui rendraient que trop réel la triste vérité. Il s'appuya contre le comptoir pour rester debout. Il ne faisait plus attention à rien. Heureusement que Lily n'était pas là, sinon elle l'aurait foutu à la porte, il en était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 689
Date d'inscription : 10/08/2018
Sulpicia I. Mulciber


In time of trouble,
ft. Neutres & ordre


« Faut dire à Lily… » Commença le jeune homme sans réussir à finir sa phrase. Il parlait, sans que cela ait de sens… peu réactif aux stimulations que je lui envoyais afin de le faire se lever et partir… Le barman allait lui jeter un mauvais sort sinon ! Il nous fixait d’un air mauvais, derrière son comptoir, les bras croisés, un torchon dans les mains.
Enfin, il tourna le visage dans ma direction et m’observa d’un regard vitreux : il ne me remettait pas. Pas encore. Il allait avoir une sacrée surprise au réveil demain matin ! Potter allait se faire ramasser par l’unique personne qu’il n’a jamais réussi a apprécié lors de ses études. Enfin, en dehors de Rogue… Tentant de se lever, le brun tituba un moment, se tenant au bar pour ne pas tomber. Ce n’était pas la bonne solution, le faire se lever maintenant… Mais il était dans un tel état que je n’étais pas certaine qu’un sort l’aiderait à se sentir mieux dans l’immédiat. Je me devais donc de le ramener chez moi afin de lui éviter les problèmes… Et ne pas me faire remarquer ! Que dirait-on de moi si l’on me voyait aux cotés de Potter ? Il devait surement faire partit des rebelles qui se battait contre le Régime. Sauf ce soir, l’ancien Gryffondor se battait avec ses propres démons.

Délirant toujours, James affirma son désir de partir… Ou de continuer de boire. Il devenait compliqué à suivre tandis que mon cerveau s’embrumait ! Désireux de trouver le Lord, il semblait encore plus torturé. Et si les minutes avançaient sans que je ne puisse les compter, je fini par prendre son bras pour le passer autour de mes épaules et l’aider à se relever. Il était terriblement lourd ! Il avait toujours été plus grand que moi, je venais de me souvenir à quel point des muscles d’hommes saouls étaient compliqués à se faire déplacer ! « D’accord. On va tous aller les tuer … viens … On s’en va ! » Le dirigeant vers la sortie, je fis un petit signe à mes collègues comme quoi je partais.


---> Changement de sujet!

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

- Say you won't let go -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Invité
In Time of Trouble
Heathcliff Armand Lovecraft & Neutres

Il pousse la lourde porte de ce petit pub sans prétention. Il n'avait pas de cours cette après-midi de la semaine et il s'en servait généralement pour régler ses affaires à Londres. La nouvelle avait effectivement fait grand bruit. Même s'il faisait la politique de l'autruche pour tout ce qui concernait le régime, Heathcliff n'avait pas pu éluder la nomination de Lord Voldemort au poste de Ministre de la Magie. L'annonce faisait la une de la Gazette du Sorcier et lors de son passage au Chemin de Traverse, il n'avait pas manqué les gros titres placardés sur tous les murs et toutes les portes libres. Des diatribes sur les nouvelles lois qui devraient bientôt voir le jour, les élucubration des journalistes concernant des questions politiques plus pointues et bien sur les réactions en interviews animées de grandes personnalités du monde magique. Il avait payé les quelques Mornilles que valait le journal et avait lu attentivement chaque article, debout dans la rue, sa stature impressionnante attirant le regard des badauds alors qu'il était absorbé par sa lecture. Et depuis lors, sa mine affecté ne s'était pas décrispé et son visage était muré dans une expression d'une profonde gravité.

Car c'est un sentiment bien différent qu'il ressent ce soir en pénétrant de ce pub sorcier où se retrouvaient de nombreux opposants au régime. C'est de la peur qu'il éprouve, une véritable angoisse qui vient le posséder en nouant ses entrailles. Le Seigneur des Ténèbres n'était plus seulement une lointaine menace qu'il est facile d'évincer en pensant simplement à autre chose. Non, à présent, le Lord noir était Ministre de la Magie. La plus haute distinction de la politique magique, le plus grand des pouvoirs que l'on peut conférer à un sorcier. Heathcliff sent son sang se glacer d'effroi alors qu'il quitte sa cape dans une volute élégante et qu'il commande une pinte de cidre frais au bar. Il se trouve une place au bar d'un coup d'oeil circulaire, et s'assoit sans mal sur un tabouret haut en trempant distraitement ses lèvres dans le liquide ambré. La première gorgée lui fait du bien et détend un peu l'anxiété ambiante qu'il aperçoit partout où se posent ses yeux. Car il n'est pas le seul à être habité par ce ressentiment. Non, tous les visages sur lesquels se posent ses pupilles vaironnes rencontrent la même effroyable réalisation de ce qui est entrain de se produire à Londres. Il détaille chaque sorcier qu'il croise du regard, chacun dont les traits véhiculent tantôt la peur tantôt la colère, l'injustice et la rébellion. Dans un profond soupire il dit plus pour lui même que pour quiconque disposé à l'écouter :

"Par Merlin, qu'allons-nous bien pouvoir devenir ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité
In Time of Trouble

Ça y est!

Après tout ce temps perdu à entretenir une pseudo guerre entre deux clans de débiles profonds, le dénouement c'était enfin fait entendre de façon retentissante. Le Lord avait fini par prendre le pouvoir au ministère. Cette nouvelle avait fait le tour de toute la Grande-Bretagne et affectait tout le monde d'une façon ou d'une autre.

Pour certains ce devait être l'apogée du bonheur, pour d'autres ça signifiait sans doute qu'ils allaient devoir apprendre à vivre le reste de leur vie avec la peur au ventre, pour d'autres encore ça marquait tout bonnement la fin de leur misérable existence. Quoi qu'il en soit, tous sans exception était touché par ce revirement de situation.

Pour Persée, tout ça ne changeait absolument rien. Elle n'en avait absolument rien à faire que ce soit le Lord en personne, ou un stupide hibou qui soit à la tête du gouvernement. Son sang lui garantissait une sécurité relative, son frère encore plus, et elle comptait bien continuer son petit train-train habituel quoi qu'il arrive.

Son absence totale d'empathie lui permettait de ne pas partager la souffrance et la crainte qui régnaient tout autour, mais au contraire d'en profiter comme quelqu'un de normal profiterait d'un magnifique paysage ou d'un beau couché de soleil. C'est l'effet qu'avait la souffrance des autres sur elle. Elle se promenait donc au gré du vent pour "profiter du paysage" qu'offrait la déchéance ambiante.

Après avoir rêvassé un bon moment, la soif se fit ressentir, et elle décida d'aller se prendre une bière dans un petit pub clandestin à quelques pas de là ou elle se trouvait. Elle avait déjà vendu quelques potions sous la table dans ce pub mais personne ne la connaissait vraiment la bas. C'était l'endroit idéal pour se détendre avant de rentrer chez elle, et elle pourrait en plus y trouver quelques informations qui pourraient potentiellement être utiles à Kyle, et pourquoi pas un cheveu ou deux. Les gens ivres ont la fâcheuse tendance à se confier très facilement aux jolies jeunes filles comme elle, surtout quand ils vont mal.

Une fois arrivée dans le pub, elle remarqua tout de suite un homme à l'apparence peu commune. Il était très grand, sombre et maigre, il portait des gants et des vêtements de très bonne facture, et il avait visiblement des manières de noble. Un air grave, de la noblesse et une certaine noirceur, il n'en fallait pas plus pour attirer l'attention de Persée.

Elle décidait donc d'aller discrètement s'installer à coté de lui. Elle aimait l'effet de surprise et l'approcha donc dans son dos afin qu'il ne puisse pas la voir arriver, et lorsqu'elle n'était plus qu'à quelques centimètre, elle put entendre l'homme se dire d'un air désespéré:

Citation :
"Par Merlin, qu'allons-nous bien pouvoir devenir ?"


En s'asseyant sur le tabouret juste à coté de lui, mais en prenant soin de ne pas le regarder tout de suite dans les yeux, elle lui chuchota:

- Croyez-moi Monsieur, dans ce monde on peut devenir ce que l'on veut quand on le veux, c'est une règle  immuable et Merlin ne peut rien y faire...

Elle leva ses grands yeux noirs vers le grand personnage, et esquissa un sourire qui se voulait rassurant.

- Vous me payez un verre?

©? 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité
In Time of Trouble
Heathcliff Armand Lovecraft & Neutres

Heathcliff n'avait pas senti la grande femme blonde s'asseoir à ses côtés, trop absorbé qu'il était dans sa pinte de cidre et ses lamentations politiques. Ce n'est que lorsqu'elle lui répondit que l'on pouvait devenir absolument ce que l'on voulait dans la vie, qu'il s'aperçut de sa présence. Lentement, il tourne la tête et la toise sans mot dire. Elle est plutôt fine, le cou gracile, une tignasse blonde arrangé dans une coupe improbable, de grandes lunettes noires qui structure un joli visage, et apparemment une langue bien pendue alliée à des opinions bien tranchées. Heathcliff esquisse un rictus. La jeune femme représente tout ce qui n'a strictement rien à faire dans un pub un soir de si funeste nouvelle. Elle a tout de la sang-pur de belle naissance, à la famille fortunée, qui n'a jamais connu le trouble et le chaos qui illustre si magnifiquement cet endroit.

Elle recherche un moment son regard, papillonnant de ses longs cils noirs pour déposer ses orbes charbonneuses sur les pupilles vaironnes du professeur. Il lui accorde ce qu'elle demande avec une mutique insistance et il s'apprête à faire face à l'expression habituellement dégoûtée ou effrayée de toute personne croisant son regard asymétrique. Il rompt finalement le contact visuel et retourne à sa pinte. Soit, il l'inviterait à boire un verre, après tout, si elle ne s'enfuyait pas, apeurée par son aspect repoussant, elle ferait une bonne compagne pour cette soirée qui s'annonçait morose. Il interpelle le barman et désigne la jeune femme du regard pour qu'elle commande ce qu'elle souhaitait. Heathcliff boite une longue gorgée de cidre frais et se retourne vers la jeune femme qui n'avait manifestement pas disparu à son contact. Il lui tend une paume gantée et lâche d'une voix rauque :

"Lord Heathcliff Lovecraft. Que me vaut le plaisir de votre compagnie en ces temps troublés ? Vous qui semblez pleine d'espoir, recherchez-vous plus défaitiste que vous pour vous distraire ? Ou êtes vous mue par la simple compassion envers votre prochain ?"

Heathcliff se retourne pour faire face à son vis à vis. La jeune femme ne semble pas en velléité de s'enfuir ce qui n'est pas sans étonné le professeur. D'ordinaire, surtout lorsqu'il était dans une humeur aussi sombre, il avait tendance à éloigner de son environnement toute personne qui paraissait joviale ou du moins compatissante. C'était depuis toujours une des causes de sa grande solitude. Il songe un moment à Mérope et à son envie de la serrer dans ses bras après cette journée atroce. Mais malheureusement, elle était absente pour son internat et ce bar miteux serait son seul réconfort ce soir. Il repose un instant son regard sur les grands yeux noirs de la jeune femme. Son verre arrive et immédiatement, il lève sa pinte et la choque délicatement avec celui de la blonde.

"Et bien Miss, à votre santé !"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité
In Time of Trouble


Le grand homme à l'allure de croque-mort était d'une laideur incontestable, mais il n'était pourtant pas dénué d'un charme incertain qui troublait un peu Persée. Evidemment, il était hors de question pour elle de laisser transparaître quoi que ce soit mais elle ressentait néanmoins quelque chose d'inexplicable pour ce lugubre inconnu. Hors, les rares personnes qui pouvaient faire ressentir quelque émotion que ce soit à Persée dans ce monde se comptait sur les doigts d'une main, et ça rendait ce fameux étranger encore plus intéressant à ses yeux. Elle devait absolument en apprendre plus sur lui.

Lorsque l'homme tendit sa longue main émaciée vers elle, c'est avec un plaisir non dissimulé qu'elle la serra délicatement.

Citation :
"Lord Heathcliff Lovecraft. Que me vaut le plaisir de votre compagnie en ces temps troublés ? Vous qui semblez pleine d'espoir, recherchez-vous plus défaitiste que vous pour vous distraire ? Ou êtes vous mue par la simple compassion envers votre prochain ?"

La compassion, voilà un mot qu'elle n'avait pas entendu depuis très longtemps... Pour elle, la compassion était avant tout un outil, quelque chose qui rendait les gens faibles plus malléables. Elle s'était servi de la compassion après la mort de ses parents, lors de ses nombreuses vies parallèles, mais jamais elle n'avait su en faire preuve. C'était d'ailleurs devenu un concept plutôt abstrait pour elle, et voilà qu'un parfait inconnu venait lui parler à elle de compassion...En y pensant, l'ironie de la situation la fit éclater d'un irrépressible rire sonore. Elle avait encore les larmes aux yeux quand elle s'adressait à son compagnon de bar:

- Je suis désolée de vous décevoir très cher, mais la compassion ne fait vraiment pas partie de mes principes... Et quand bien même ce serait le cas, la compassion est destinée à des gens qui la méritent. Regardez un peu autour de vous, tous ces gens résignés qui se contentent d'accepter leur sort sans broncher, pensez-vous vraiment que c'est de ça dont ils ont besoin?

Elle avale un grand gorgée de bière avant de reprendre,

- L'espoir comme la chance ne sont que des mots qui désignent un état chez les simples d'esprit... Je ne fais pas partie de ces gens là, moi je préfère décider et agir, avoir le pouvoir sur ma propre vie.

Elle sourit en regardant ce fameux Lord Heathcliff droit dans les yeux, avant de s’affaler à moitié sur le bar de façon lascive, pour faire face à son interlocuteur de sorte que l'homme ne puisse plus voir qu'elle.


- Quoi qu'il en soit, une jeune femme n'a pas besoin de prétexte pour sortir boire un verre en bonne compagnie il me semble. Mais vous dites-moi quel genre de frustration êtes-vous venu noyer ici ce soir?


Elle sentait chez lui une amertume et une noirceur qui la faisait saliver d'avance. Quels sombres secrets pouvait-il bien cacher derrière ses deux magnifiques yeux verrons? Il avait tout pour plaire à Persée et à sa part de folie, il avait tout d'un futur monstre.

©? 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité
In Time of Trouble
Heathcliff Armand Lovecraft & Neutres

La jeune femme serre sa paume gantée mais ne se présente pas en retour. Heahtcliff ne s'en formalise pas, trop intimement persuadé qu'un lieu comme celui-ci, dans un moment comme celui-là, n'aspirait guère à la courtoisie mondaine. Il se surprend pourtant à la voir rire aux éclats alors qu'il n'a pas l'impression d'avoir dit quoique ce soit d'hilarant. Il hausse un sourcil sardonique et capte à nouveau son regard presque humide d'avoir autant ri. Décidément, il devait s'ignorer des manières de personnage de société habile à énoncer de bons mots. Il grince plein de cynisme quand la mystérieuse inconnue lui répond finalement. Ce n'était pas son verbe et son éloquence qui causait cette hilarité mais plutôt l'absurdité totale de sa supposition. Ainsi donc, la blonde réservait sa compassion à qui la méritait, et personne dans ce bar ne semblait le faire. Il boit une longue gorgée de cidre en posant son regard sur la foule du pub autour d'eux.

Il y a des jeunes sorciers, ivres et trop démonstratifs qui s'enlaçaient à demi en s'arrosant de bière bon marché. Il y a des jeunes adultes, parents depuis peu, pour qui cette soirée est la bouffée d'oxygène dans un quotidien asphyxiant. Il y a des hommes mures aux regards lubriques posés sur les jeunes serveuses. Il y a des vieilles personnes qui déguste une Suze en parlant du bon vieux temps. Sa compagne d'un soir n'aurait-elle pas complètement tord ? Le monde sorcier ne mériterait-il pas la détresse qui s'éprend de lui en cette triste veillée ? Ne l'a-t-il pas cherché, entretenu après de longues années d'une latence plus que prévisible ? Heathcliff n'était pas assez défaitiste et misanthrope pour le croire mais pourtant. Pourtant quelque part à l'intérieur de lui, il savait que la jeune femme n'avait pas totalement tord. Oui, le peuple de badauds résignés ne nécessitait surement pas leur compassion. Il l'observe boire en silence.

Elle capte à nouveau son regard en s'alanguissant sur le bar. Elle paraît presque séductrice à poser ainsi ses pupilles dilatées sur lui. A n'en point douter, elle n'est pas de ceux qui attendent de la chance et de l'espoir, il en est persuadé. Il lui lance un sourire amusé. Cela fait bien longtemps qu'il n'avait pas suscité l'intérêt d'autrui de cette manière et surtout dans ce genre de situations dans lesquelles il était aussi mal à l'aise qu'inadéquat. Frustration ... Elle ne saurait mieux désigner les ressentiments du professeur quand il avait appris pour la promotion du Lord Noir au titre de Ministre de la Magie. Et l'absence de Mérope n'avait rien à voir avec son besoin soudain de sortir de sa solitude. Une si complète mauvaise foi envers lui même, lui décrocherait presque un éclat de rire. Bien sur qu'il était frustré, incapable de se retrouver dans l'époque à laquelle il vivait, courant après l'éternelle jeunesse de sa douce épouse et le temps qui passait en l'approchant de son propre demi siècle. Il grogne imperceptiblement et avale une plus grande gorgée de cidre.

"Je viens noyer mon désespoir à la suite de cette grande nouvelle politique. Je viens noyer ma déception quand je contemple ce monde qui a rendu tout cela possible. Je viens noyer ma peur de me voir rattraper par ma naissance et mon nom. Je viens noyer mon âge, qui semble vouloir me traîner impitoyablement dans le camps des vieillards. Rien de très réjouissant, rien qui ne rende ma compagnie plaisante."

Heathcliff ronchonne quelque peu et pose ses yeux asymétriques sur la jeune femme qui monopolisait les regards de ses proches voisins et du barman. Elle était plutôt jolie, très belle même. Et jeune. Pour autant, le regard que le professeur posait sur elle était chaste. Il a bien changé, car à une époque, il serait tomber dans son piège et aurait consenti à la laisser exhiber ses charmes pour roucouler de plus belle. Mais les choses avaient changé. Il avait changé. Mérope avait fait de lui un homme nouveau, sans son immuable faiblesse. il sourit avec beaucoup de compassion en tournant son tabouret en face de la blonde.

"Et vous ? Que venez-vous chercher au milieu de la fange d'une populace ne méritant ni la compassion, ni la chance ni l'espoir ? Pourquoi venir brasser votre pâleur immaculée dans ce marasme avilissant ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité
In Time of Trouble


Ça y est!

Elle avait enfin réussi à capter l'attention de son effroyable compagnon d'un soir.
Après lui avoir expliqué qu'en gros il était très vieux et très malheureux, il avait fini par se tourner vers elle pour lui faire face, et avait même esquissé ce qui pouvait s'apparenter à un sourire.
Il était d'ailleurs plus qu'évident que son dernier sourire ne datait pas d'hier étant donné que de l’extérieur, cela ressemblait plus à une espère de grimace étrange, mais l'intention était là et bien visible.

Dans sa position actuelle, Persée elle aussi était bien visible de tous, et certains ne se privaient pas d'en profiter. Mais c'était devenu une seconde nature chez elle d'attirer l'attention quand elle était vraiment elle, et, bien que cette attitude nonchalante puisse passer pour de la provocation, ce n'était pourtant pas du tout l'intention mais bien sa façon d'être à elle, sans doute une expression de son coté femme-enfant.
Cependant, elle se rend vite compte que son partenaire semble mal à l'aise, et pour préserver sa pseudo-pudeur, elle décide de se remettre assise face à lui, sans jamais le quitter de regard.
Elle le regardait avec ce mélange de fascination, d'envie et de crainte qu'on peut observer chez les enfants devant le terrarium des serpents dans un zoo.

Citation :
"Et vous ? Que venez-vous chercher au milieu de la fange d'une populace ne méritant ni la compassion, ni la chance ni l'espoir ? Pourquoi venir brasser votre pâleur immaculée dans ce marasme avilissant ?"

Résignée à le faire sortir de sa zone de confort, Persée décide alors de jouer le tout pour le tout avec lui.
Elle prend appui sur la maigre cuisse du grand homme sombre, et pause son autre main sur la poitrine osseuse de l'individu, puis elle lui susurre à l'oreille d'un ton amusé:

- Vous avez un choix à faire My Lord, désirez-vous une réponse franche et honnête, mais qui pourrait avoir des conséquences fâcheuses, ou préférez-vous continuer les mondanités sans consistance et entendre une réponse qui arrangerait tout le monde?

Elle se remet en place sur son tabouret l'air de rien, en guettant la réaction du Lord du coin de l’œil.


Tout cela ne lui ressemblait pas, à elle qui avait toujours avancé seule. Il était bien sur hors de question que "le croque-mort" s’aperçoive de quoi que ce soit, mais la situation présente perturbait beaucoup Persée. Elle était vraiment déstabilisée par cette rencontre, et pire encore, elle était presque prête à se mettre à nu devant ce parfait inconnu. Comment était-ce seulement possible? Elle qui avait passé sa vie entière à jouer des rôles divers, pourquoi maintenant, avec lui, les choses seraient différentes... Ce curieux individu pourrait-il représenter un quelconque danger pour elle? Était-elle vraiment prête à prendre le risque de se livrer à quelqu'un pour la première fois de sa vie?

Beaucoup de questions se bousculaient dans la tête de la jeune femme qui restait pourtant très concentrée à ne rien laisser paraître. D'ordinaire, elle voyait ça comme une faiblesse de gamines, et ne se serait jamais posé autant de questions, elle se serait contentée de jouer avec lui puis de s'en débarrasser de façon amusante, mais ce soir cet homme étrange avait changé la donne.


©? 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité
In Time of Trouble
Heathcliff Armand Lovecraft & Neutres


Heathcliff se perd dans ses pensées. Il les laisse divaguer un moment en fixant son attention sur les bulles infimes de son cidre qui ascensionnent dans le verre pour éclore à la surface et claquer sur le plat de sa langue à chaque fois qu'il en boit une gorgée. Le nectar sucré et un peu âcre éveille en son esprit aventureux des envies d'évasion qui ne le pressent pas à revenir à la réalité. C'est lorsqu'il sent sur sa cuisse et sa poitrine deux mains aux ongles longs qui s'agrippent quelques peu au tissu de sa chemise, qu'il revient à lui. Son regard asymétrique quitte le verre de cidre et se pose sur les deux prunelles charbonneuses de sa compagne du soir. Elle semble incarnée davantage les mots qu'elle prononce, comme si la sincérité fleurait dans ses paroles pour la première fois depuis des années. Comme si en perdant l'insouciance de l'enfance, elle avait simplement oublié qu'elle pouvait être sincère. Elle s'accroche presque à lui comme pour donner de la contenance à ses mots et Heathcliff prend sur lui de ne pas tressaillir à ce contact gênant pour ne point froisser la jeune femme.

Sa bouche se rapproche de son visage et il sent son souffle chaud sur la peau de sa gorge quand elle trouve son oreille pour y murmurer cette surprenante interrogation. Heathcliff n'est pas peu surpris de sentir la sincérité poindre dans le discours de la jeune femme pour la première fois depuis le début de leur conversation. Elle a l'air réellement dans l'attente d'un choix de sa part, qu'il guide son verbe vers la divulgation de ce qu'elle a de plus intime. Le professeur ne cille pas et garde son regard inquiétant posé sur la blonde. Il n'a pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir quoi lui répondre car malgré son air faussement hermétique, il se révèle que sa compagne de soirée est plus intriguante que ce qu'il aurait pu croire de prime abord. Derrière le stéréotype de la belle femme de haute naissance, il y avait donc de quoi creuser pour découvrir ce qui se cachait sous l'émail doré. Avec un sourire goguenard, Heathcliff hoche paisiblement la tête, posant sa large paume sur la petite main qui se cramponne à son torse. Sa poigne est ferme lorsqu'il lui impose de lâcher prise, mais il n'est pas brutal pour autant.

"Je serais tout à fait ravi et qui plus est flatté d'être le support de vos confidences, Miss. Je vous en pris, dites moi le fond de votre pensée, je vous suis toute ouïe. Me voila tout disposer à faire faces aux probables fâcheuses conséquences de votre divulgation."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
{INTRIGUE - NEUTRE / ORDRE POSSIBLE ] In time of trouble...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amibatha
» [Commanderie] Marimont Les Benestroff - Ordre de Santiago
» ordre de match
» [Fan-Clip] Bionicle AMV "Running out of Time".
» [Caduc] Ordre du Mérite de l'Alérion Lorrain Revu en Mai 1462

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: ∇ La taverne ∇ :: Les orbes du forum. :: RP :: Novembre/Décembre 1981-