Blood or Apple pie? I choose both (Feat Peter)


Forum RPG Au temps des Marauders; 1982 - Grande-Bretagne sous la soumission de Lord Voldemort; contexte evolutif; Avatar réels;

 

Partagez
 

 Blood or Apple pie? I choose both (Feat Peter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 20
Date d'inscription : 01/04/2019
Age : 23
Bai Feng Jiu
Blood or Apple Pie?


J’enfilais une cape pourpre sur mes épaules, et rabattais la capuche sur mon large chignon décoré, tandis que j’entendais mon frère ruminer dans sa barbe les dernières instructions à mon sujet. Voilà deux jours que Ste Mangouste avait été le théâtre d’une explosion sympathique, deux jours que mon frère me rappelait donc que je lui devais un équivalent d’une cinquantaine de galion en soin, baumes et ingrédients. Pourquoi ? Pour m’avoir épargné l’hospitalisation après avoir été soufflé dans l’explosion, et reçu des éclats de fer et de bois dans les jambes et les bras. Oh ce ne sont rien de plus que des cicatrices en plus, mais voilà. Monsieur veut que j’aille remplacer ce dont je l’ai privé.

« Et tu feras bien attention dans l’allée des embrumes ! » Je clignais des yeux à sa demande et me retournais vers lui.

« T’as peur qu’on m’attaque ? »

« Non. De devoir payer ta caution. » Touché.

Je secouais la tête, ennuyée par la remarque, et glissais mon arme à ma ceinture. Oh j’ai toujours ma baguette, mais si je me fais agresser ou autre, elle sera inutile, alors qu’un bon coup de pied, suivit d’une lame en travers du bras, c’est bien plus radical. Et comme je porte déjà du rouge, je ne serais pas inculpée avant que le sang sur moi ne soit sec. Je saluais mon frère, et pris la liste de courses qu’il me tendait. Bon, je devrais d’abord faire un saut à Gringott, et pour cela, passer par le chaudron baveur. Quittant l’appartement que nous louons, je fis le trajet jusqu’au pub bien caché des moldus d’un pas raide. J’ai encore un peu mal à la cuisse, et mon bras gauche est endolori, mais ça durera bien une semaine au moins.

Passant dans le bar, je constatais que ce dernier était encore un peu en état d’alerte, malgré les clients. À moins que ce soit à cause de l’heure ? J’ai toujours été très matinale. Bon c’est vrai que 6h du matin, c’est un peu tôt pour une bierraubeurre, mais quand même.  Je passais rapidement entre les tables, et arrivais directement au muret ouvrant sur le chemin de traverse. Utilisant ma baguette inutile rangée elle aussi à ma ceinture, je passais le mur, et traçais en direction de la banque. C’est fou, il n’y a pas un chat. Mais est-ce que les raisons de cela, c’est la pluie ? L’heure plus que matinale ? Ou l’attentat récent ? Bonne question.

Je tirais une cinquantaine de galions – oui, je ne compte pas juste rembourser mon frère, j’ai aussi très faim, et j’ai besoin de m’occuper sinon je pense à de mauvaises choses. L’avantage de cet attentat, du moins pour moi, c’est que ça m’a permise de me recentrer un petit peu. Bon, je vois toujours des événements passés, MAIS les situations d’urgences, ça calme. Bon. La bourse est pleine, je vais m’enquérir des ingrédients portant les noms à coucher dehors que mon frère réclame, puis j’irais faire un tour du coté des restaurants, puis des boutiques normales.

Pourquoi il y a du brouillard dans l’allée des embrumes ? C’est pour jouer sur le mythe ? Je secoue la tête, il y a déjà un peu plus de monde, mais ça ne donne pas envie de les fréquenter ceux-là. Pas plus que les gens normaux, en fait, mais je me suis comprise. J’allais poursuivre ma route, lorsque je sentis qu’on tirait sur ma bourse. Ni une ni deux, j’attrape la main baladeuse avec ma gauche, et frappe avec la tranche de ma main droite sur la jointure du coude de mon agresseur d’un coup sec.

Trop sec…

Merde, je crois que je lui ai cassé le bras. Le pauvre, je ne lui donne même pas vingt ans… Et il avait déjà un œil au beurre noir… Il allait quand même me voler… Et à une époque, ça méritait d’avoir la main coupée ! Bon, on va mettre un mouchoir sur ma conscience, et on va visiter Barjow et Beurks avant que d’autres débiles ne me forcent à faire n’importe quoi. Sérieusement, même dans les villages alentours de l’académie, ils n’étaient pas assez fous pour s’en prendre à l’un d’entre nous. Vous la voyez pourtant, mon épée ! Ce n’est pas un jouet !

Je passe la porte malgré l’écriteau à moitié mangé disant *En pause* et observe sans vraiment m’attarder, chaque étale immonde, et objets imprégnés de magie. C’est dans ce genre d’endroit qu’on retrouverait des artefacts importants. Pourtant, je pense qu’un antiquaire moldu est bien plus soigneux que ces deux types.

« Vous savez pas lire ? » Tiens, la voix me semble chantante et gracieuse, je crois que je l’ai mis en colère.

« Si, mais je n’étais pas d’humeur. Donc si vous ne voulez pas de mes galions, je peux aussi bien me tirer d’ici, et vous faire savoir que vous venez de perdre un précieux client. Au choix. » J’aime bien, c’est le genre de réplique que mon frère donnerait avec un sourire vicieux, moi on dirait juste que je veux me pendre. En plus, je crois que je ne suis pas la seule cliente matinale dans la boutique, j’ai vu une ombre passer dans une allée plus loin, et je crois que la cloche va sonner sous peu, il y a quelqu’un devant la vitre.



_________________
Li'er



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 107
Date d'inscription : 09/09/2018
Peter Pettigrow
Matinal comme pas deux, Peter était depuis un moment dans son bureau du Ministère lorsqu’il reçu une missive de son directeur de département. Il arrivait souvent qu’il doive se rende à droite et à gauche pour récupérer des courriers ou des paquets pour celui-ci. On faisait facilement confiance au jeune Auror qui se montrait toujours volontaire et disponible vis à vis de ses collègues. Le jeune sorcier avait donc prit le bon de commande fournit par son responsable et s’éclipsa de cette heure matinale du bureau qu’il occupait.
Pour changer de ses habitudes, le sorcier décida de se rendre à pied à l’allée des Embrumes. Il sortit par la sortie moldue du Ministère, marcha un bon moment et choisit de prendre un grand café à emporté accompagné d’une viennoiserie.
Lorsqu’il arriva au chaudron baveur, il traversa le pub et salua les employés présents. Le jeune Auror passa le mur magique, et avança doucement sur le chemin de traverse qui commençait doucement à prendre vie. La brume recouvrait Londres en cette matinée d’avril. Le temps se faisait de plus en plus doux et les pluies allaient reprendre sur l’ile. Il profitait donc de l’air du matin, comme n’importe qui de son âge.

Une fois sur l’allée des embrumes, le sorcier mit l’une de ses mains dans ses poches, buvant toujours son café tranquillement. Arrivé devant Barjow et Beurks,il prit son temps pour observer la vitrine. Le jeune homme n’avait pas fait attention au panneau qui disait que la boutique n’était pas ouverte. Il avait aperçu du coin de l’œil une jeune femme entrer dans la boutique. Il en fit de même une fois qu’il eut observé la vitrine. La clochette sonna, il semblait qu’il y ait une sorte d’altercation entre la sorcière et le propriétaire des lieux. Curieux, il observa en retrait ce qu’il se passait jusqu’à ce que le vieux sorcier se tourne vers lui. « C’est pour quoi ?! » Brailla-t-il. Peter se racla la gorge avant de se lancer en sortant de sa poche le bon de commande. « On m’a chargé de récupérer une commande pour Amycus Carrow. Voici le bon. » Informa-t-il en tendant le bon au sorcier. Il en profita pour observer la jeune femme drôlement vêtue, même pour une sorcière. Elle portait une épée à la ceinture, accessoire futile lorsque l’on possédait une baguette magique. Encore une dingue qui se promène dans le monde magique. Devait-il surement penser.

_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 20
Date d'inscription : 01/04/2019
Age : 23
Bai Feng Jiu
Blood or Apple Pie?



Je pouvais observer la tête du propriétaire de la boutique devenir rouge et ses veines venir se manifester au niveau de ses tempes, comme s'il s’apprêtait à me hurler dessus. Cependant, la clochette résonna derrière moi et la porte claqua à sa suite, signalant que l'observateur de la vitrine s'était décidé. Et ce fut d'ailleurs lui la pauvre victime. Le sorcier avait fini par se détourner de moi, demandant violemment ce que voulait le visiteur. Ce dernier se racla la gorge, il semblait presque intimider, avant d'expliquer qu'il venait récupérer un colis pour quelqu'un, et tendre le bond de commande. Beurk, ou Barjow je ne sais pas les reconnaître, arracha presque le papier des mains du sorcier, avant de se tourner vers moi et de faire de même avec la liste que j'avais tendu.

"La maison fait pas crédit!" Termina-t-il aussi sèchement avant de quitter le comptoir et se rendre dans l'arrière boutique.

Je roulais des yeux avant de vérifier l'état du comptoir pour savoir si je pouvais m'y accouder tranquillement. C'était légèrement poussiéreux, mais moins que le restes des étales. Presque similaire à la couche de gris qui recouvrait chaque jour la cave à vin du temple. Cette pensée ramena avec elle des souvenirs dont je me serait bien passé, et je m'appuyais finalement sur le comptoir avec mon coude pour venir soutenir ma tête. Négligemment, je tirais sur le cordon de soie rouge autour de mon cou, dévoilant la flèche de Dong Hua. Je jouais constamment avec depuis Ste Mangouste. Encore une fois, c'est à cause d'elle que j'ai évité le pire, allez savoir pourquoi.

C'est un picotement sur ma nuque qui me fit reprendre mes esprits et me retourner vers l'autre client. Visiblement, il m'observait... Et pas qu'un peu. "Est-ce que je peux vous aider?" Réflexe. Ce n'était pas que le timide avait l'air d'être mal, mais c'était un moyen pour dire que, de un, je l'avais repéré, et de deux, s'il avait quelque chose à dire, qu'il le fasse avant que je ne m'énerve. J'ai pas envie d'avoir une nouvelle dette envers Li-Jing. Il a beau être mon frère, ce type est une horreur sur les dettes de sorciers et les impayés. Sans compter qu'il est aussi une terreur des chaudrons et des tests magiques. Manquerait plus qu'il lui vienne à l'esprit de faire de moi son cobaye. Hors de question.

Je me tournais finalement totalement vers le sorcier. Le pauvre ne devait pas avoir l'habitude des gens comme moi. Je sais que mon frère s'habille limite à la moldu, et garde toujours sa blouse de travail. Alors que moi, comme la magie n'est définitivement pas ma tasse de thé, je garde les tenues traditionnelles stylisées pour le combat. Cela m'assure une défense totale sans perdre la majeure partie de mes vêtements, puisque ces derniers encaissent les coups et sont trop amples pour qu'un sort qui n'atteint que le tissus ne me touche aussi. Ah tiens, j'y pense, j'ai oublié de maquiller la marque sur mon front... Bon bah, ça doit être encore plus surprenant, vu qu'elle ressemble à une rune ancienne à cause de l'encre magique utilisée.



_________________
Li'er



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 107
Date d'inscription : 09/09/2018
Peter Pettigrow

 Non seulement elle était vêtue d’étrange manière, mais en plus la jeune sorcière que Pettigrow détaillait du regard était agressive. La journée pouvait-elle commencer de pire manière pour le jeune auror ? Se faire envoyer faire les courses de son supérieur, beugler dessus par le propriétaire peu agréable de la boutique et enfin, détaillé par la sorcière étrange qui se trouvait sur place.
Le jeune homme tenait toujours son café, et lorsqu’elle se tourna vers lui, il haussa simplement les épaules. « Faut s’y faire quand on ne s’habille pas comme tout le monde. Les sorciers d’ici aiment juger sur les apparences. » Rappela-t-il simplement, portant son gobelet de café à ses lèvres. Il ne semblait guère passionné par la jeune femme. A vrai dire, vide de vie comme il était, rien ne l’intéressait réellement si ca ne venait pas du Lord.
Le sorcier qui l’avait jusqu’à présent fixé dans les yeux détourna le regard, ne faisant pas attention au tatouage qu’elle avait sur le front. On pouvait entendre de la boutique les grommellements de Barjow qui farfouillait surement pour trouver la commande de la jeune femme et celle de Peter.

Lorsqu’il revient, il tenait entre ses mains un gros paquet qu’il déposa sur le comptoir. Se tournant vers l’Auror, le vieux sorcier soupira. Il se faisait toujours agressif et mal réveillé. « Voilà votr’ commande. Y a des choses qui ne sont pas encore arrivé. Faudra repasser. » Beugla de nouveau le vieux. Peter haussa les épaules sans demander son du, et prit le paquet. Il se détourna et sortit de la petite boutique.
Pettigrow prit la route du Chaudron baveur. Il s’y installa en ayant commandé un petit déjeuner composé d’œufs, de bacon, de pain et de café… Il soupira lorsqu’il vit apparaître dans le pub la sorcière de la boutique de l’allée des embrumes. Il n’espérait qu’une chose… Que celle-ci ne vienne pas s’installer à ses cotés. Il n’avait clairement pas besoin de ca aujourd’hui !
 

_________________
You can't walk away from this
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Blood or Apple pie? I choose both (Feat Peter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blood Bowl 2011
» BLOOD ANGELS en approche
» BLOOD BOWL
» Mes Blood Angels
» blood on the Alma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crucio :: . { . . . Londres . . . } . :: Londres sorcier-